Navigation – Plan du site
Comptes rendus

George Gissing, Workers in the Dawn

Christine Huguet
p. 201-204
Référence(s) :

George Gissing. Workers in the Dawn. Ed. Debbie Harrison. Brighton : Victorian Secrets, 2010. xxv + 616 p. ISBN : 978-1-906469-13-9.

Texte intégral

1« Walk with me, reader, into Whitecross Street. It is Saturday night, the market-night of the poor... » — « With this ominous invitation, the narrator begins one of the most powerful depictions of fin-de-siècle London in literary history », écrit, conquise, Debbie Harrison. Actuellement Honorary Research Fellow à Birkbeck College (Université de Londres), elle est l’auteur d’une thèse, « A Victorian Hangover : Narratives of Addiction 1830-1900 » (monographie du même titre à paraître), qui prit forme avec la découverte d’un autre roman de Gissing, The Nether World (1889).

2Workers in the Dawn (Remington, juin 1880) est l’œuvre d’un jeune homme de 22 ans, artiste dans l’âme, intellectuel brillant dont les passions et les illusions résistent mal au vécu sordide qui est le sien depuis son expulsion de Owens College (Manchester). Contraint, après avoir connu l’exil en Amérique, de vivre dans d’indescriptibles taudis non loin de Tottenham Court Road et Goodge Street, Gissing définit ainsi ses intentions dans le roman qu’il songea un temps intituler « Far, Far Away » et dont il vient d’achever la rédaction : « Herein I am a mouthpiece of the advanced Radical party. » Conçu à une époque où le jeune romancier reprend à son compte certains des idéaux socialistes et positivistes, ce Bildungsroman courageux, écrit en pleine connaissance de cause dans le but de fustiger la négligence criminelle des gouvernements, selon les propres termes de l’auteur, dresse un constat accablant des multiples maux qui rongent la société urbaine de son temps : pauvreté extrême des classes populaires, cash nexus qui, partout, triomphe.

3Bien que Workers in the Dawn, premier long roman (publié) de Gissing, soit sans doute l’un de ses plus connus avec New Grub Street et The Odd Women, aucune édition à un prix abordable n’était plus disponible en librairie jusqu’à ce jour. On applaudira donc la décision prise par Harrison de redonner vie à ce beau portrait de l’artiste aux accents autobiographiques indéniables, sans vraiment s’étonner, par ailleurs, qu’un tel projet n’ait été mis à exécution auparavant. Difficile en effet, peut-on songer, d’améliorer l’édition critique précédente : mise au point par Pierre Coustillas pour la Harvester Press, il y a de cela 25 ans, elle demeure incontournable. Cependant, avec la disparition déjà ancienne de cette maison d’édition, c’est grâce à l’informatique seule et au remarquable travail de Mitsuharu Matsuoka, de l’université de Nagoya au Japon, que le roman ne tombait pas dans l’oubli (cf. Gissing in Cyberspace, http://www.lang.nagoya-u.ac.jp/​matsuoka/​Gissing.html). De façon plus surprenante sans doute, cette nouvelle version du texte ne constitue que la seconde édition critique en 130 ans. Quant à la première, on se rappellera que Pierre Coustillas avait mis avec elle un terme à cinquante années de désintérêt de la part des éditeurs américains, plus du double côté anglais. Le texte de 2010, Harrison souligne-t-elle de bonne grâce, a pu voir le jour grâce aux encouragements de John Spiers, qui dirigeait la Harvester Press, et surtout aux précieux conseils de Pierre Coustillas, toujours disposé à partager son savoir avec les jeunes chercheurs, et qui signe ici une préface de plus de deux pages, dans laquelle sont rappelés d’une plume vigoureuse certains aspects essentiels du roman et de l’auteur.

4Le texte aujourd’hui publié par Victorian Secrets s’inscrit donc dans une continuité scientifique rassurante — sans conteste le trait marquant des études gissingiennes depuis plusieurs dizaines d’années, essentiellement, est-il besoin de le rappeler, grâce à l’exceptionnelle implication des époux Coustillas dans ce domaine. Forte des apports documentaires et critiques fournis par l’édition de 1985, celle de 2010 est donc dotée d’une excellente introduction de plus de huit pages, qui s’attarde avec pertinence sur les complexités de la représentation de la femme dans ce roman. S’y ajoutent une utile bibliographie ainsi qu’un généreux appareil de notes. Ces dernières, tout en reprenant celles de la Harvester Press, partent à la conquête d’un public plus large (c’est ainsi que « comparative physiognomy » ou « anent » se voient désormais expliqués).

5Harrison prend diverses initiatives qui ne gagneront pas toujours l’approbation du lecteur. Si l’on peut comprendre le besoin d’apporter quelques retouches au texte de 1985 (pourtant déjà soigneusement élaboré à partir de l’édition sommairement corrigée de 1935), il convient peut-être de s’interroger sur la pertinence de la numérotation continue des chapitres ici adoptée. Sur le plan pratique, comme le fait justement remarquer l’editor au présent auteur, il est vrai que cette présentation simplifiée en 47 chapitres devrait satisfaire l’enseignant (car, qu’on se le dise, Gissing est devenu un classique incontournable dans les séminaires de littérature fin-de-siècle, outre-Manche comme outre-Atlantique). Toutefois, une telle numérotation fait perdre de vue les contraintes comme les prouesses artistiques liées à la mécanique du three-decker (Workers in the Dawn parut d’Press,ngrd en trois volumes, au prix de 21s.). On constatera avec plaisir, en revanche, que Harrison a eu l’excellente idée d’associer Richard Dennis (Professor of Human Geography, UCL) à son projet. Le plan de Londres qui précède le texte (« Arthur Golding’s London »), très détaillé sans perdre de sa lisibilité, permet de constater au premier coup d’œil combien, dans les années 1880, le labyrinthe infernal que constituait l’East End était proche du centre de Londres, contrairement à ce que l’on serait tenté de déduire de la représentation qu’en font maints romans victoriens. Au moment où Gissing publie son livre, Whitecross Street, décor des premières pages, et Adam and Eve Court, où croupit le jeune Arthur, existent toujours bel et bien, à deux pas des quartiers respectables.

6On saluera l’audace et le talent de Catherine Pope, à la tête de Victorian Secrets : cette modeste maison d’édition de Brighton se propose de redonner leur chance à des œuvres aujourd’hui boudées par les grandes firmes. Workers in the Dawn sera suivi par Demos dans un avenir le plus proche possible, promettent Pope et Harrison, qui n’excluent pas de remettre même l’ensemble du corpus gissingien sur le marché. On ne peut que se réjouir de ce projet : très maniable en dépit de ses 616 pages, le premier ouvrage né de la collaboration entre ces deux enthousiastes a belle allure.

7En guise de conclusion, laissons, à l’instar de Harrison, George Orwell s’exprimer avec finesse sur l’auteur dont il fut toujours un fervent admirateur :

Behind his rage... lay a perception that the horrors of life in late-Victorian England were largely unnecessary. The grime, the stupidity, the ugliness, the sex-starvation, the furtive debauchery, the vulgarity, the bad manners, the censoriousness — these things were unnecessary, since the puritanism of which they were a relic no longer upheld the structure of society.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Huguet, « George Gissing, Workers in the Dawn », Cahiers victoriens et édouardiens, 72 Automne | 2010, 201-204.

Référence électronique

Christine Huguet, « George Gissing, Workers in the Dawn », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 72 Automne | 2010, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://cve.revues.org/2739

Haut de page

Auteur

Christine Huguet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org