Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Matthew Rubery, The Novelty of Newspapers. Victorian Fiction after the Invention of the News

Odile Boucher-Rivalain
p. 205-206
Référence(s) :

Matthew Rubery, The Novelty of Newspapers. Victorian Fiction after the Invention of the News, Oxford: Oxford University Press, 2009, 168 p. plus notes and bibliography.
ISBN: 978-0-1953-6926-7

Texte intégral

1Complémentaire des nombreuses études publiées sur la presse victorienne depuis la parution des 5 tomes du Wellesley Index to Victorian Periodicals (1966-1989), l’ouvrage de Matthew Rubery se propose de combler un vide en étudiant l’influence de la presse quotidienne, touchant un lectorat différent de celui des revues mensuelles ou trimestrielles, influence souvent étudiée dans le domaine social, mais abordée ici dans celui de la littérature. L’objet d’étude de Rubery est l’influence de l’écriture journalistique sur l’écriture romanesque au xixe siècle.

2Procédant selon un plan qui reflète le format et le contenu du journal, Rubery établit un lien original entre les techniques de présentation de l’information dans la presse et l’écriture du roman victorien de Dickens à James. Resituer le roman victorien dans le cadre de la presse, son milieu d’origine, la publication en feuilleton étant le mode de publication usuel, non seulement de Dickens, mais de bien d’autres romanciers victoriens, tel est l’enjeu que s’est fixé Rubery.

3Distinguant cinq techniques de présentation de l’information dans un quotidien du xixe, il montre comment chacune d’entre elles a formaté le roman victorien. En première partie de l’ouvrage, « The Front page », Rubery s’intéresse à l’information touchant aux catastrophes, accidents et drames divers et variés, (chap. 1 « Shipwrecks and secret tears from Dickens to Stoker », chap. 2 « Advertisements, Agony columns and Sensation Novels of the 1860s »), ces événements quotidiens ayant nourri l’imagination des romanciers de Dickens à Stoker. Il analyse comment ces drames deviennent le ressort de l’intrigue dans le roman et comment la présentation factuelle de ces événements est transformée en dramatisation des émotions dans le roman. Les petites annonces à caractère personnel (« agony columns »), qu’il s’agisse d’une épouse éplorée délaissée par son mari ou d’une célibataire à la recherche de l’âme sœur, ces faits divers et drames personnels alimentèrent la presse où les auteurs de romans à sensations trouvèrent la matière première de leurs intrigues. En deuxième partie, « The Inner Pages », les chapitres 3, « The Leading Articles », et 4, « The Personal Interview », nous plongent au cœur même du journal et nous invitent à explorer deux manifestations de l’invasion de la presse dans la sphère privée, mettant en avant le culte de l’ego (« the self publicised ») à travers l’éditorial et l’interview. Dans plusieurs de ses romans, Trollope défie l’autorité anonyme de l’éditorial par la représentation du journaliste en tant que personnage identifiable et identifié (chap. 3 « The Leading Articles: The Whispering Conscience in Trollope’s Palliser Novels »). L’interview n’apparut dans la presse que dans les années 1880, suivant l’exemple fourni par la presse australienne. La frontière traditionnelle entre sphère publique et sphère privée est menacée dans l’entretien ou la conversation privée entre deux personnes, le journaliste et la personne interviewée: la diffusion de l’interview anéantit son caractère privé en le mettant à la disposition de la masse des lecteurs. Rubery cible les romans de Henry James et ceux de Joseph Conrad comme transposition du débat inhérent à l’utilisation des techniques d’écriture journalistique dans le roman où le « self » est voué à devenir un bien public, livré en pâture aux lecteurs.

4La presse comme organe de diffusion de la culture, restée jusqu’au début de l’ère victorienne le privilège des classes supérieures, a fait l’objet des études récentes et moins récentes des périodiques qui ont marqué le xixe en Angleterre: The Quarterly Review, The Edinburgh Review, The Westminster Review ou encore Blackwood’s Magazine et bien d’autres encore. Que Matthew Rubery ait exploité l’importance de la presse comme phénomène culturel du xixe n’a rien de surprenant. Qu’il ait analysé l’influence de l’écriture journalistique présente dans l’écriture même des romans victoriens constitue une étape majeure dans notre compréhension et appréciation de l’écriture romanesque au xixe. Outre cette prise en compte innovante des stratégies journalistiques présentes dans l’écriture du roman victorien, la vaste culture du victorianiste qu’est Matthew Rubery s’appréciera également dans les notes (p. 169-99) qui constituent un apport considérable comme l’est la bibliographie elle-même (p. 201-21). Les chercheurs trouveront dans cet ouvrage des pistes innombrables dans le domaine de la presse comme outil culturel au xixe. C’est un aspect de la recherche qui demande encore à être développé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Boucher-Rivalain, « Matthew Rubery, The Novelty of Newspapers. Victorian Fiction after the Invention of the News », Cahiers victoriens et édouardiens, 72 Automne | 2010, 205-206.

Référence électronique

Odile Boucher-Rivalain, « Matthew Rubery, The Novelty of Newspapers. Victorian Fiction after the Invention of the News », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 72 Automne | 2010, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://cve.revues.org/2742

Haut de page

Auteur

Odile Boucher-Rivalain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org