Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Odile Boucher-Rivalain & Catherine Hadjenko-Marshall (dir.), Regards des Anglo-Saxons sur la France au cours du long xixe siècle

Neil Davie
p. 207-208
Référence(s) :

Odile Boucher-Rivalain & Catherine Hadjenko-Marshall (dir.), Regards des Anglo-Saxons sur la France au cours du long xixe siècle, Paris, L’Harmattan, 2008. ISBN : 978-2-2960-6628-1. 27 euros.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’un colloque organisé conjointement par le Centre de recherche CICC (Civilisations et identités culturelles comparées) de l’Université de Cergy-Pontoise et le Centre for Victorian Studies de l’Université de Leeds en avril 2007, avec des contributions de chercheurs français, britanniques et américains ; un format particulièrement approprié pour explorer comment la France de ce long xixe siècle a pu devenir un facteur de changement en Angleterre. Les treize chapitres, portant d’une part sur les aspects politiques, économiques et civilisationnels de la question et d’autre part sur la littérature et l’art, témoignent des rapports complexes entre les deux pays, mêlant fascination et révulsion. Ils révèlent qu’en fin de compte, comme le rappellent les éditeurs de la collection dans leur introduction, « les Britanniques semblent tout à fait désireux de comprendre la France, mais incapables de l’appréhender pleinement tant les caractères nationaux et les systèmes politiques diffèrent » (p. 8).

2Depuis Burke, la France avait joué un rôle important de contre-modèle pour les philosophes, les économistes et les hommes politiques britanniques, soucieux d’éviter l’importation du modèle révolutionnaire et post-révolutionnaire français sur leur sol, avec son cocktail dangereux de nivèlement, d’autoritarisme et de sclérose bureaucratique. Plusieurs articles dans cette collection témoignent de cette vision anglo-saxonne de la France, que ce soit au niveau de ses institutions et de sa culture politique ou de son infrastructure économique. Ainsi, dans le chapitre de Catherine Hadjenko-Marshall, on retrouve un jeune Walter Bagehot, séjournant à Paris au moment du coup d’État du 2 décembre 1851, convaincu que la prise de pouvoir de Louis-Napoléon Bonaparte représentait une opportunité pour la France de retrouver une stabilité politique à l’anglaise, suite aux bouleversements de 1789 et de 1848. Dans le domaine économique, la pensée anglaise avait tendance à mettre en exergue l’incapacité de la France à prendre son essor, face à une situation politique volatile et une administration jugée trop interventionniste et bureaucratique. L’article de Di Drummond sur la perception britannique des chemins de fer français nous donne un exemple révélateur de cette mentalité.

3Mais Regards des Anglo-Saxons sur la France aborde également d’autres aspects des rapports franco-britanniques au xixe siècle, qui méritent d’être mieux connus. La planification à la française trouve un champion inattendu en la personne de l’horticulteur William Robinson, admiratif, comme nous le montre Jacques Carré, des espaces verdoyants issus des spectaculaires projets d’urbanisme mis en place à Paris par Napoléon III et son préfet Georges Haussmann. Par ailleurs, Michel Prum démontre comment l’influence des idées politiques françaises ne fut pas que négative. En effet, les socialistes britanniques ricardiens du début du xixe siècle (comme d’autres penseurs progressistes d’ailleurs) ont été fortement marqués par l’empreinte des Lumières françaises, dont les idées seront dans un deuxième temps réexportées vers la France sous forme d’idéologie libérale. En ce qui concerne la culture et les arts, le regard britannique est caractérisé par une profonde ambiguïté. Tout en louant le riche patrimoine et la vibrante vie culturelle de la France — comme le montrent les chapitres d’Odile Boucher-Rivalain, de Rosemary Mitchell et de Xavier Giudicelli — les artistes, écrivains et critiques britanniques « de l’autre côté du miroir », pour reprendre l’expression de Françoise Baillet, avaient une vision de la France parfois entachée de peur et de mépris.

4La complexité de ce dialogue de (quasi) sourds entre les deux pays, où chacun réinterprète les traditions et pratiques de l’autre, et apporte ainsi un nouveau regard sur les siennes, se retrouve dans la démarche de l’humoriste Max O’Rell, étudiée par Martin Hewitt. C’est un des articles les plus intéressants et originaux de la collection : O’Rell se servait de personnages français caricaturaux dans ses textes, mis en scène dans ses nombreux ouvrages et lors de tournées théâtrales en Angleterre et aux États-Unis dans les années 1880 et 1890. Bien que stéréotypés, des personnages d’O’Rell comme Jacques Bonhomme présentaient une vision plutôt positive et humaniste de la France « d’en bas », et permettaient à leur créateur de se moquer — toujours avec légèreté et humour — des petites manies des Anglo-Saxons. Ce qui rend cet humoriste particulièrement intriguant est le fait que « Max O’Rell » était en réalité le nom de plume d’un émigré français, Léon Paul Blouet...

5Même si l’on peut regretter certaines absences dans cet ouvrage — il aurait été par exemple intéressant d’aborder l’influence de la France sur la pensée scientifique outre-manche — et la présence de deux chapitres hors champ (sur Hemingway et sur des artistes allemands exposant à Londres dans les années 1900) — Regards des Anglo-Saxons sur la France donne un éclairage original et souvent passionnant sur les rapports entre la France et le monde anglo-saxon pendant le long xixe siècle, et sera d’une grande utilité pour les spécialistes de la question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Neil Davie, « Odile Boucher-Rivalain & Catherine Hadjenko-Marshall (dir.), Regards des Anglo-Saxons sur la France au cours du long xixe siècle », Cahiers victoriens et édouardiens, 72 Automne | 2010, 207-208.

Référence électronique

Neil Davie, « Odile Boucher-Rivalain & Catherine Hadjenko-Marshall (dir.), Regards des Anglo-Saxons sur la France au cours du long xixe siècle », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 72 Automne | 2010, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://cve.revues.org/2745

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org