Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Albert D. Pionke & Denise Tischler Millstein (ed.), Victorian Secrecy : Economies of Knowledge and Concealment

Annie Escuret
p. 217-221
Référence(s) :

Albert D. Pionke & Denise Tischler Millstein (ed.), Victorian Secrecy : Economies of Knowledge and Concealment. Ashgate, 2010. 225 p. ISBN : 978-0-7546-6886 (hbk) ; 978-0-7546-9576-9 (ebk).

Texte intégral

1Les responsables de ce volume enseignent à Austin (USA) et ils ont réussi une prouesse peu commune avec le présent ouvrage consacré à un thème majeur à l’époque victorienne, à savoir la culture du « secret » ou plutôt sa dialectique entre diffusion de l’information et sa rétention. Il s’agit des Actes d’un colloque qui s’est tenu en 2007 à l’Université de l’Alabama et les douze contributions sont de fort belle tenue. L’Introduction d’Albert D. Pionke : « Victorian Secrecy » s’ouvre avec une citation de Carlyle (Sartor Resartus), passage où Diogenes Teufelsdröckh parle avec emphase du « silence » et du « secret » : « The benignant efficacies of Concealment, cries our professor, “who will speak or sing ? Silence and Secrecy ! Altars might be raised to them (were this an altar building time) for universal worship. Silence is the element in which great things fashion themselves together, that at length they may emerge, full-formed and majestic, into the daylight of Life, which they are thenceforth to rule.” » Pionke nous rappelle à quel point la litote et le secret font partie de la culture anglaise alors que la langue française a tendance à l’exagération et au mensonge. En effet, depuis Emerson, on croit que l’Angleterre a produit un type d’homme unique qui se caractérise par sa franchise et sa probité morale. Cette « croyance » se retrouva dans les propos de Margaret Thatcher qui, lors de sa campagne électorale en 1983, préconisait un retour aux « bonnes vieilles valeurs victoriennes ». Pionke ajoute avec malice : « Had Thatcher been more cognizant of the direction in which our modern hermeneutics of suspicion was leading Victorian studies, she might have reconsidered her prescriptive nostalgia » (2). Chacun sait que Thatcher avait fait sien l’évangile de Samuel Smiles (Self-Help) (1859) (fondé sur la confiance en soi et la responsabilité de chacun). De nombreux travaux ont été consacrés à l’envers du décor victorien (pensons à The Other Victorians : A Study in Sexuality and Pornography in Mid-Nineteenth-Century England de Steven Marcus) (1966), à John Kucich, Repression in Victorian Fiction (1987), The Power of Lies : Transgression in Victorian Fiction (1994) ou bien à Alexander Welsh (George Eliot and Blackmail) (1985). Le champ du savoir est effectivement immense puisqu’il touche à tous les domaines culturels : commercial, personnel, politique, spirituel et autres. Voilà pourquoi le savoir était d’une importance capitale pour les Victoriens qui cherchaient à construire une société moderne fondée sur la diffusion de l’information ou sur sa rétention. Cet ouvrage explore les mille et une façons dont le savoir était à la fois « accumulé » tout en étant gardé jalousement par un certains nombre d’individus et d’institutions légales. Les Victoriens ne brillaient pas par leur « partage » du savoir ! Dans son ouvrage The Culture of Secrecy (1998), David Vincent se sert du scandale de la Poste qui éclata en 1844 quand on découvrit que l’on ouvrait le courrier des députés radicaux ! Si certains écrivains faisaient l’éloge de la discrétion, d’autres ne partageaient pas cet avis. Pensons à tous ces exclus du savoir comme les femmes, ainsi que nous le redit Thomas Hardy dans Tess (l’article de Brooke McLaughlin Mitchell, « Secrets, Silence and the Fractured Self : Hardy’s Tess of the d’Urbervilles » est exemplaire à ce propos ! Tess est effectivement une jeune femme « qui a un secret » et que ce secret tue car il fonctionne comme un traumatisme qui affecte douloureusement son corps et son esprit à un point tel qu’il lui sera impossible de « recoller » les morceaux de ses multiples « moi ». Avant Freud, on ne peut que se laisser mourir ! Si l’instance narratrice (dans A Tale of Two Cities de Dickens) se réjouit de constater à quel point chaque être humain est comme une sorte de secret ambulant, à l’inverse la voix de la poétesse dans « The Mask » d’Elizabeth Barrett Browning déplore la censure que la société impose à la souffrance de chacun. Cet ouvrage se caractérise d’abord par la multiplicité des approches théoriques et les références à Michel Foucault sont incontournables puisqu’il a effectivement beaucoup écrit sur « le silence » (qui est une des formes du « secret ») dans L’archéologie du savoir et autres textes où il déchiffre les mouvements secrets de la pensée (voir l’introduction de Pionke page 10 qui mentionne le travail d’archive, à savoir la double enquête historique et philosophique afin de mettre au jour les moments dialectiques constitués en figures) et c’est bien une plongée de ce type que nous offre le premier article signé de Sarah Hoglund (« Hidden Agendas : The Secret to Early Nineteenth-Century British Burial Reform »). Cette historienne ne nous épargne aucun détail sur la façon dont les vivants s’occupaient des morts : la puanteur des cimetières urbains, les corps en lambeaux, les cercueils utilisés comme bois de chauffage et autres détails sordides qui ont conduit progressivement à la séparation des morts et des vivants. Deborah Logan (chap. 2) explore le rôle politique (assez méconnu !) joué par Harriet Martineau (1802-1876) dans l’abrogation des lois sur les céréales. David J. Bradshaw, pour sa part, analyse un texte de John Henry Newman : Loss and Gain : The Story of a Convert (1848). Pour comprendre l’enjeu de cette étude, il faut se souvenir que Newman avait été vilipendé par Kingsley qui l’avait traité de « cryptocatholique » des années avant sa conversion et que ce texte de 1848 est déjà une Apologia pro Vita Sua (1864). Le chapitre 4 est consacré à une analyse de Bleak House (1852) par John McBratney : « What Connexion Can There Be ? Secrecy and Detection in Dickens’s Bleak House. » En effet, écrire un roman, cela revient à explorer la zone d’ombre ou les secrets inavouables des familles et Dickens n’échappe pas à la règle lorsqu’il soulève le toit des demeures victoriennes en jouant au policier réaliste ou « omniscient » puisqu’il s’agit là du ressort ou du moteur premier de toute narrativité. La référence à Lesage et au Diable Boiteux n’est pas originale puisqu’on la trouve (chez Dickens) dès Dombey and Son (1848) : « Oh for a good spirit who would take the house-tops off with a more potent and benignant hand than the lame demon in the tale, and show a Christian people what dark shapes issue from amidst their homes, to swell the retinue of the Destroying Angel as he moves forth among them ! » Dickens ne devait tenir sa promesse que dans Bleak House (1852) en créant le personnage de l’inspecteur Bucket, ce qui lui permit de relier sa narration au monde du crime et à un enjeu éthique et social à la fois. L’enquête est toujours difficile lorsqu’on est à la recherche d’une vérité métaphysique et idéologique et McBratney nous rappelle avec honnêteté les mille et une lectures du rôle de Bucket dans la critique littéraire qui l’a précédé : « Bucket has figured [...] as a figure of social regulation, social and political legitimation, psychological splitting and reintegration, failed Panopticonism, passively dominant masculinity, modern professionalism or predatory atavism » (61) et il justifie sa propre étude en insistant sur les « trous » ou les « ratés » de l’enquête, ce qui fait de Bucket un personnage ironique, paradoxal et ambigu, car Dickens savait que la vérité reste toujours hors de portée : « Because of Bucket’s lapses, Bleak House stands as a limit-text on the capacity of the Victorian novel to tell its deepest criminal, social and narrational secrets. » Le chapitre 5 (« Concealing Minds and the Case of The Woman in White ») est de Maria K. Bachman. Cette fois, il s’agit de l’un des romans de Wilkie Collins considéré comme l’inventeur du « roman à sensation », à savoir le genre censé « tout » dire ou presque sur les secrets les plus noirs comme le crime, l’adultère, la bigamie et autres méfaits. Bachman part à juste titre de l’étymologie du mot « secret » (« secretum » et « secernere », à savoir le lien entre ce que l’on cache et ce que l’on discerne) et Collins est un orfèvre quand il s’agit de manier « surface » et « profondeur » à fleur de peau dans son traitement de la « folie ». Si le lecteur s’identifie à tel ou tel personnage, c’est parce que les structures mentales fictives jettent un pont entre réalité et fiction. Il s’agit là (en fait) de la thèse de Joseph Carroll (Literary Darwinism : Evolution, Human Nature and Literature (2004) et cette théorie sert de fondement à l’article de Bachman qui se fonde aussi sur la théorie du neurologue Antonio Damasio (« ToM » or « mindreading ») dont on se sert en psychologie clinique pour expliquer le comportement des patients. Ses travaux portent sur les bases neuronales de la cognition et du comportement par la mise en évidence des activations des trajets corticaux dans la reconnaissance des visages et des objets. Il a surtout montré le rôle des émotions dans la prise de décision. Si Bachman mêle Darwin aux travaux des neurosciences de Damasio, c’est parce que le texte de Collins pose une énigme à la critique depuis toujours et qu’on le lit parce qu’il nous fascine et que le mystère reste entier au terme de cette double enquête ou « la femme en blanc » thématisée par le titre reste cette page blanche que l’imagination recrée à l’infini. Le chapitre suivant (« A Victorian Picture Puzzle : Richard Dadd’s The Fairy Feller’s Masterstroke ») est de Eleanor Fraser Stansbie. Cette fois, on nous parle d’un immense peintre (1817-1886) qui tua son père en 1843 et finit ses jours dans un hôpital psychiatrique. La toile choisie par l’auteur de cet article a été peinte entre 1855 et 1864 alors qu’il était dans cet asile d’aliénés. Elle est considérée comme son chef-d’œuvre et nous interpelle à plus d’un titre car Dadd peignait « ce qu’il était poussé à peindre » dans cette institution. Il souffrait de « trouble bipolaire » mais l’auteur de cette analyse se refuse à n’y voir qu’un désordre produit par ses troubles mentaux, qu’une iconographie impénétrable au symbolisme insaisissable mais plutôt une œuvre d’art à part entière et entièrement à part dans laquelle Dadd subvertit les codes de l’asile pour peindre son espace de liberté. Dans « Detecting Business Fraud at Home », Tamara Wagner explore le texte de Charlotte Yonge, à savoir The Clever Woman of the Family (1865) où l’on assiste au procès d’un faux pasteur. Wagner voit dans ce récit un cas d’indétermination sociale puisqu’il s’agit d’un cas de double vie qui mine l’autorité morale de la religion, du foyer et du capital qui circule. Il est également question de problèmes concernant l’autorité morale dans l’étude suivante de Denise Tischler Millstein, « George Eliot, Felix Holt, The Radical and Byronic Secrets ». En effet, il est question de la découverte accidentelle par Felix Holt de l’exemplaire des œuvres de Byron et si Esther Lyon a pris soin de cacher son exemplaire, c’est parce que le poète sentait le soufre.
En un mot, un recueil d’articles d’une immense qualité !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Escuret, « Albert D. Pionke & Denise Tischler Millstein (ed.), Victorian Secrecy : Economies of Knowledge and Concealment », Cahiers victoriens et édouardiens, 72 Automne | 2010, 217-221.

Référence électronique

Annie Escuret, « Albert D. Pionke & Denise Tischler Millstein (ed.), Victorian Secrecy : Economies of Knowledge and Concealment », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 72 Automne | 2010, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cve.revues.org/2755

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org