Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anthony Trollope, Quelle époque ! Traduit de l’anglais, préfacé et annoté par Alain Jumeau

Annie Escuret
p. 222-223
Référence(s) :

Anthony Trollope, Quelle époque ! Traduit de l’anglais, préfacé et annoté par Alain Jumeau. Paris : Fayard, 2009. 823 p. ISBN : 978-2-2136-4346-5. Ouvrage traduit avec le concours du Centre national du livre

Texte intégral

1Bravo et merci à Alain Jumeau pour cette traduction du chef-d’œuvre de Trollope. Cela représente un énorme travail puisque l’ouvrage compte 823 pages. Malgré sa lourdeur, il est facile à manier : merci aux éditions Fayard pour la qualité esthétique de l’ensemble. La couverture est belle et agréable à regarder puisqu’il s’agit d’une reproduction de la toile de James Tissot, « L’Ambitieuse », 1883-85. Jumeau prend ici la relève de Sylvère Monod, ce qui n’est pas une mince prouesse. Anthony Trollope (1815-1882) ne figure peut-être pas parmi les romanciers victoriens les plus célèbres comme Dickens mais il fait partie des valeurs sûres. Il a publié quarante-sept romans « de bonne taille », beaucoup de nouvelles, une autobiographie, des livres de voyage et des études littéraires « qu’il rédigeait au petit matin, avec la régularité d’une horloge, et dans les rares moments de loisir que lui laissait son métier d’inspecteur des postes » (Préface d’A. Jumeau, page 7). L’histoire de l’administration des postes lui attribue l’invention de la célèbre « Boîte aux lettres » rouge qui symbolise aujourd’hui encore le paysage anglais. Le tort de Trollope fut d’être honnête et d’écrire une Autobiographie où les lecteurs comprirent que ses romans n’étaient pas miraculeusement « dictés » par son génie mais qu’ils étaient le fruit d’une discipline de fer et d’un travail quotidien. C’est ainsi qu’il écrivit deux cycles romanesques, à savoir deux séries, les Chroniques du Barsetshire qui décrivent les intrigues ecclésiastiques dans le comté imaginaire du Barset puis Les romans de Palliser qui traitent de la vie politique à Westminster. Jumeau précise que son roman le plus remarquable est celui qui (assez curieusement) n’avait jamais été traduit en français et qu’il fallait combler cette lacune, ce qui est chose faite aujourd’hui. Trollope travailla à son texte de mai à décembre 1873 avant de le publier en feuilleton de 1874 à 1875, puis en deux volumes en 1875. À cette époque, la Grande-Bretagne avait atteint « le sommet de sa puissance économique et financière ». Trollope rentrait d’un long séjour dans les colonies puisqu’il avait passé dix-huit mois en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il eut l’impression que son pays adorait le veau d’or et voilà pourquoi il décida de dénoncer la corruption de ses contemporains dans cette satire féroce. Le titre de Trollope était : The Way We Live Now. Il lui avait été inspiré par Cicéron : Sic vivitur, et Jumeau a eu raison d’opter pour « Quelle époque ! » pour une fresque aussi vaste car ce roman aux ramifications multiples est une épopée qui ne date pas (surtout depuis la crise qui plombe le moral de notre vingt-et-unième siècle !) Les scandales financiers ont toujours existé et le portrait d’Augustus Melmotte est lui aussi d’actualité puisque ce financier occupe le centre de la toile. Tout le monde triche dans ce roman : les jeunes gens de bonne famille désargentés qui courent la dot, les romanciers sans talent prêts à toutes les compromissions (comme Lady Carbury prête à vendre ses charmes pour être publiée), les journalistes, les hommes politiques et autres acteurs de l’époque (l’intrigue est concentrée sur six mois, de la fin février à septembre 1873). Jumeau voit dans cette charge particulièrement sombre l’annonce de celle de Zola dans L’Argent (1891) mais, comme toujours chez Trollope, les choses finissent par s’arranger après le sacrifice (ou l’expulsion) du bouc émissaire : Trollope n’est pas Hardy ! La lecture est grandement facilitée par les notes de bas de page qui permettent d’éclaircir rapidement le sens d’un mot ou d’une expression, tandis que les notes plus développées se trouvent en fin d’ouvrage (pour ne pas ralentir la lecture). Du fort bel ouvrage car les notes sont très riches (Jumeau est un érudit dans le champ victorien et cela se voit).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Escuret, « Anthony Trollope, Quelle époque ! Traduit de l’anglais, préfacé et annoté par Alain Jumeau », Cahiers victoriens et édouardiens, 72 Automne | 2010, 222-223.

Référence électronique

Annie Escuret, « Anthony Trollope, Quelle époque ! Traduit de l’anglais, préfacé et annoté par Alain Jumeau », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 72 Automne | 2010, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/2760

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org