Navigation – Plan du site
Comptes rendus

George Eliot, Daniel Deronda (I et II). Texte présenté, traduit et annoté par Alain Jumeau

Annie Escuret
p. 224-225
Référence(s) :

George Eliot, Daniel Deronda (I et II). Texte présenté, traduit et annoté par Alain Jumeau, Paris : Éditions Gallimard, coll. « Folio Classique », no4990 et 4991. 2010. Tome I, 576 p., et tome II, 592 p.

Texte intégral

1Une fois de plus, ces deux ouvrages sublimes apportent la preuve qu’Alain Jumeau ne chôme pas ! C’est notre spécialiste de George Eliot et il est donc normal qu’on lui ait confié le soin de proposer une traduction nouvelle de Daniel Deronda, à savoir le dernier roman de George Eliot publié en 1876. La Préface de Jumeau porte précisément sur cette date : « George Eliot en 1876 » et il nous explique pourquoi ce roman dérange : il dérange parce qu’il est fondé sur un élément étranger, l’intrigue juive qui déroute ses lecteurs habitués à des romans historiques « à la Walter Scott », comme son roman Romola (1862-63) qui se déroule dans la Florence des Médicis tandis que, dans Daniel Deronda, elle innove en se rapprochant de l’actualité vécue par ses lecteurs : le temps du récit coïncide presque avec celui de la publication. Il y a des allusions à la guerre de Sécession (1861-1865) aux États-Unis, à l’unité italienne (achevée en 1870) et à l’unité allemande (achevée en 1871). Le cadre spatial n’est plus limité à l’Angleterre rurale comme dans Adam Bede, Le Moulin sur la Floss, Silas Marner ou bien à la province comme Middlemarch puisque les personnages voyagent beaucoup, d’une capitale à une autre. Francfort, Mayence, Vienne, Prague, Hambourg, Saint-Pétersbourg, Gênes, Trieste, Beyrouth, la Palestine et même New York puisque Mirah y a séjourné avant que son père renonce pour retourner tenter sa chance dans la vieille Europe. Les personnages juifs se déplacent beaucoup et ils donnent une dimension cosmopolite à ce roman. Eliot innove aussi en intégrant une plus grande ouverture sociale (il y a quelques aristocrates). C’est le roman d’un « bâtard » qui découvre son identité réelle (comme Tom Jones, le héros de Fielding ou Oliver Twist, dans le roman de Dickens). Eliot admirait Jane Austen et Walter Scott et ce roman est un mélange des deux. Gwendolen refuse de devenir gouvernante (comme Maggie Tulliver) et opte pour le mariage. Après avoir découvert son identité juive, Daniel, le héros épouse la brune Mirah. Jumeau voit dans ce texte « un roman expérimental » (puisqu’elle innove) et une exploration de l’inconscient puisque l’épigraphe thématise la peur (sentiment que l’on retrouve dans le personnage de Mirah et de Gwendolen qui est sujette à des peurs intenses : peur de la solitude, de la mort et autres. Dans ce roman prophétique, le départ du héros pour le Moyen-Orient est lié à la découverte de son identité juive et à sa rencontre avec Mordecai, le frère de Mirah qui est le prophète des temps modernes. À la fin, il accepte de recueillir l’héritage spirituel et de partager son rêve d’un retour des juifs en Palestine pour y fonder une nation et y affirmer une identité politique. Ce projet s’inscrit dans le réveil des nationalités en Allemagne et en Italie. En effet, cet État Juif, implanté en Terre sainte, doit offrir un lieu de paix et un espace de dialogue entre l’Orient et l’Occident, entre les religions et entre les cultures, un point de ralliement pour les juifs de la diaspora. Vingt ans avant l’avènement du « sionisme », Eliot a fait œuvre prophétique. En effet, la publication de l’ouvrage de Theodor Herzl (Der Judenstat) (L’État juif) date de 1896 et elle anticipe aussi sur la déclaration du 2 novembre 1917, où le secrétaire au Foreign Office, Arthur James Balfour, dans une lettre à Lord Walter Rothschild, vice-président du Board of Deputies of British Jews, disait : « Le Gouvernement de sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif et emploiera tous efforts pour faciliter la réalisation de ce projet, étant bien entendu qu’il ne sera rien fait qui puisse porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives existant en Palestine et aux droits et au statut politique dont jouissent les juifs dans tout autre pays. » Depuis le milieu du xxe siècle, nous savons de quelle manière ces déclarations d’intention se sont concrétisées ! Nous recommandons aux lecteurs de cette traduction la Préface de Jumeau car elle porte sur un conflit politique majeur de notre époque et elle nous montre que les intellectuels (comme George Eliot) ont appris à avoir de la sympathie pour le peuple juif et que cette leçon de tolérance est toujours d’actualité ! Nous savons aujourd’hui que rien n’est plus haïssable que la guerre !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Escuret, « George Eliot, Daniel Deronda (I et II). Texte présenté, traduit et annoté par Alain Jumeau », Cahiers victoriens et édouardiens, 72 Automne | 2010, 224-225.

Référence électronique

Annie Escuret, « George Eliot, Daniel Deronda (I et II). Texte présenté, traduit et annoté par Alain Jumeau », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 72 Automne | 2010, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/2763

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org