Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Oscar Wilde, The Complete Short Stories

Marianne Drugeon
p. 230-234
Référence(s) :

Oscar Wilde, The Complete Short Stories. Ed. John Sloan. Oxford : Oxford University Press, 2010. xxxvi + 250 p. ISBN : 978-0-1995-3506-4. 6.99 £.

Texte intégral

1Cet ouvrage est une réédition d’un recueil publié en 1980 intitulé Complete Shorter Fiction. En transformant le titre et en assumant l’appartenance de ces écrits de Wilde au genre de la nouvelle, John Sloan rend justice à l’auteur qui aimait tant raconter des histoires, « thinking in stories ». Ce terme générique lui permet en outre de rassembler en un même volume les contes et les poèmes en prose. L’édition est agrémentée d’une longue introduction et de notes sur les textes, d’une bibliographie sélective se concentrant avant tout sur la critique anglo-saxonne, et d’une chronologie de la vie de Wilde qui a surtout pour intérêt de situer l’écriture de ces nouvelles par rapport aux autres œuvres plus connues du même auteur (ses pièces de théâtre ainsi que son roman The Picture of Dorian Gray). À la suite des nouvelles elles-mêmes, organisées selon les recueils publiés par l’auteur, et présentées dans leur ordre de parution, figurent un appendice proposant des extraits d’une version plus longue et restée non publiée du « Portrait of Mr W.H. », et les notes explicatives.

2Dans son introduction, Sloan rappelle tout d’abord une certaine contradiction de l’œuvre Wildienne : alors même que les personnes qui avaient eu l’honneur de l’entendre conter ses histoires considéraient leur version retranscrite comme bien inférieure. Cet argument a poussé des critiques à associer la qualité de ces nouvelles à leur oralité supposée. Mais Sloan le rappelle, Wilde a travaillé le style de ses textes de manière beaucoup plus poussée à l’occasion de leur publication, copiant notamment le rythme ternaire cher à Flaubert dans ses Trois Contes. Le choix de la forme du conte permet également à Wilde de lier le réel à l’idéal, de faire prévaloir le mythe et de se démarquer ainsi du réalisme.

3Sloan rappelle enfin, comme il semble que cela soit nécessaire à chaque fois que l’on s’intéresse à l’œuvre d’Oscar Wilde, que l’analyse biographique de ses écrits de fiction que certains entreprennent encore aujourd’hui est en contradiction avec ce que l’auteur souhaitait lui-même : dans les termes de Sloan, « Wilde resisted biographical readings of literature because it spared readers from having to implicate themselves in the narrative. »

4Enfin, Sloan rappelle que les contes de Wilde ne sont en aucun cas une littérature de moindre envergure que son théâtre ou sa poésie. Parus dès 1887 pour certains, ils sont bien mieux accueillis que sa pièce Vera, or the Nihilists (1883) ou que son recueil de poèmes Poems (1881), et font de Wilde un auteur de fiction reconnu, alors qu’il était jusque-là célèbre pour sa série de conférences aux États-Unis et pour ses critiques publiées dans les journaux. Trois recueils de contes sont publiés : The Happy Prince and Other Tales en 1888, A House of Pomegranates et Lord Arthur Savile’s Crime and Other Stories en 1891, ce dernier recueil reprenant des contes déjà parus dans des périodiques, ce qui explique sa position en tête d’ouvrage dans cette collection. Après 1891, Wilde se concentre sur l’écriture dramatique, mais publie Poems in Prose en 1894, recueil également reproduit ici en fin d’ouvrage.

5Sloan présente rapidement les différents recueils, commentant en quelques mots chaque nouvelle. C’est l’occasion pour lui de faire le lien entre l’atmosphère, le style, le sujet de ces histoires et les thèmes à la mode : la chiromancie est en vogue dans les années 1880, l’invasion du sol anglais par les Américains est un sujet de débat au sein des élites (nous en voyons l’écho dans le théâtre de Wilde), et les histoires de fantômes remportent également un vif succès. Ainsi « The Canterville Ghost », qui reprend ces thèmes et ce genre littéraire, se fait-il l’écho de ces tendances. Sloan est particulièrement convaincant lorsqu’il entreprend des parallèles stylistiques ou lorsqu’il souligne des liens intertextuels, à l’intérieur de l’œuvre de Wilde ou bien entre celle-ci et celle d’autres écrivains contemporains. Il note également l’évolution du texte, de son intrigue et de son écriture, au fil des différentes versions, orales et écrites, de chaque nouvelle, soulignant ainsi le soin pris par Wilde à la structure de ses histoires. Sloan vient également contredire une affirmation communément admise : Wilde n’a vraisemblablement pas écrit ces histoires à l’intention de ses propres enfants, son fils aîné, Cyril, étant né en 1884. Bien plutôt, il écrit dans la mouvance d’un certain nombre d’écrivains qui, en réponse aux contes moralisateurs et didactiques d’un Hans Christian Andersen, usent d’ironie et de parodie à destination des lecteurs adultes afin de remettre en question les leçons de morale simples voire simplistes que leurs contes semblent illustrer. Ainsi, la nouvelle « The Happy Prince » ne vient pas véritablement appuyer les vertus altruistes de la statue et de l’hirondelle à ses pieds, puisque leurs sacrifices n’auront en rien changé le monde. Ici Sloan fait un nouveau lien intertextuel très éclairant : dans « The Soul of Man under Socialism » (1891), Wilde affirme en effet également que la charité ne peut être la solution pour combattre les inégalités et la misère sociale. Cet exemple est l’occasion de rendre compte de toute la richesse et la profondeur de ces contes : bien loin de se destiner uniquement aux plus jeunes, ils répondent aux essais de Wilde sur le mode littéraire de la fiction pour enfants et sur le ton de l’ironie pour adultes.

6Le motif récurrent de la plupart de ces contes reste cependant celui de l’art qui influence la vie, à l’image d’un des aphorismes favoris de Wilde (énoncé en particulier par Vivian dans « The Decay of Lying »). Sloan relève ainsi différents contes illustrant ce paradoxe, notamment dans « The Model Millionnaire » ou « The Nightingale and the Rose » ainsi que dans « The Portrait of Mr W.H. » Plus qu’un relevé systématique de ces occurrences, il aurait peut-être été souhaitable de consacrer un paragraphe à l’étude comparative de ces contes, mais Sloan aurait probablement dépassé ici le cadre d’une simple introduction. Il est en revanche particulièrement éclairant lorsqu’il explicite le sens du titre « A House of Pomegranates » qui laissa perplexes bon nombre de lecteurs : la référence à la mythologie grecque, et plus particulièrement à Perséphone, enlevée par Hadès le Dieu des Enfers, ne suffit pas. L’analyse proposée par Pater dans une de ses conférences intitulée « The Myth of Demeter and Persephone » et publiée alors qu’Oscar Wilde était étudiant à Oxford, et élève de Pater, offre cependant une quantité de pistes interprétatives, puisqu’il y fait l’analyse de la grenade comme l’emblème d’un lien paradoxal et duel entre la fertilité et la décomposition, entre la naissance, ou renaissance, et la mort, lien qui d’ailleurs sous-tend le roman The Picture of Dorian Gray, tout comme l’association de la souffrance et du plaisir que l’on retrouve dans de nombreux contes de Wilde. Le même éclairage intertextuel est opéré lorsque Sloan souligne le lien, souvent étudié, entre la nouvelle « The Fisherman and his Soul » et le roman de Wilde, mais y ajoute l’influence de Stevenson et de son Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde, lien rendu évident si l’on compare les trois crimes, très similaires, dont Hyde et Gray sont coupables. En conclusion de son commentaire des contes publiés sous le titre « A House of Pomegranates », Sloan souligne à nouveau l’une des spécificités de ces histoires : leur fin ouverte, parfois contradictoire, multipliant le champ des interprétations, à l’instar de ce que Wilde lui-même désirait créer : « I did not start with an idea and clothe it in form, but began with a form and strove to make it beautiful enough to have many secrets and many meanings. »

7Nous avons volontairement décidé de parler de la nouvelle « The Portrait of Mr W.H. » en dernier, car elle a été réécrite par Wilde en vue d’une publication sous la forme d’un roman, roman qui n’a malheureusement pas été terminé, et dont l’ébauche n’a été publiée pour la première fois qu’en 1921. Dans son introduction, Sloan nous informe qu’il a ajouté en appendice, non le texte intégral de cette seconde version, mais un extrait, dans lequel Wilde développe la possible influence de la traduction d’un dialogue de Platon sur Shakespeare au moment de l’écriture de ses sonnets. Sloan a cependant corrigé le texte initial à deux reprises, selon des corrections apportées dans la version longue, concernant des dates et des expressions. Ces corrections sont bien sûr mentionnées et analysées dans les notes explicatives.

8Enfin, l’ouvrage présente les Poems in Prose, nettement influencés des poésies de Baudelaire d’après les critiques. Sloan fait cependant remarquer les différences importantes entre ces deux auteurs, à la fois en matière de style (plus simple chez Wilde) et en matière de thématiques (plus contemporaines et urbaines chez Baudelaire). Pour ces poèmes, le lien intertextuel principal est à chercher dans la Bible, puisque quatre d’entre eux sont directement inspirés des Évangiles. Mais leur conclusion est une fois de plus ouverte, le monde reste inchangé malgré le retour du Christ, la foi chrétienne est compromise par ses propres illusions.

  • 1 Thomas Wright (ed.), Table-Talk : Oscar Wilde, Londres : Cassel, 2000.

9À l’introduction s’ajoute une note sur les textes, tous publiés dans leur dernière version supervisée par Wilde lui-même, hormis le cas particulier du « Portrait of Mr W.H. », déjà évoqué. Sloan fait la liste des différentes publications de chaque conte, qui permettront aux spécialistes de s’intéresser de manière plus approfondie aux changements subis par les textes au fil des reparutions. Il ajoute également une référence à un livre d’histoires racontées par Wilde et retranscrites par ses proches1.

10Enfin, les notes explicatives présentes en fin d’ouvrage semblent être destinées à la fois à un public amateur et aux spécialistes de Wilde. Les premiers y liront l’explicitation de références mythologiques ou bibliques, tandis que les derniers y trouveront une mine de pistes intertextuelles à étudier plus avant, entre Wilde et d’autres auteurs comme William Morris, Walter Pater, Alfred Tennyson ou William Shakespeare, mais aussi entre les différentes œuvres de Wilde, et en particulier certaines de ses pièces dans lesquelles on retrouve un style, une expression, une métaphore déjà en germe ici. Enfin, Sloan fait allusion à certaines analyses ayant permis de faire la lumière sur des passages obscurs du texte, et dont la lecture permettra de pousser plus avant leur compréhension.

11Cette édition est donc tout à la fois destinée aux spécialistes de l’auteur, de la période, ou du genre de la nouvelle ou du conte, qui y trouveront des pistes de recherches et un texte clairement annoté, et aux lecteurs amateurs d’histoires pour enfants offrant une multitude de lectures possibles.

Haut de page

Notes

1 Thomas Wright (ed.), Table-Talk : Oscar Wilde, Londres : Cassel, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Drugeon, « Oscar Wilde, The Complete Short Stories », Cahiers victoriens et édouardiens, 72 Automne | 2010, 230-234.

Référence électronique

Marianne Drugeon, « Oscar Wilde, The Complete Short Stories », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 72 Automne | 2010, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://cve.revues.org/2770

Haut de page

Auteur

Marianne Drugeon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org