Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jill L. Matus, Shock, Memory and the Unconscious in Victorian Fiction

Bénédicte Coste
p. 240-244
Référence(s) :

Jill L. Matus, Shock, Memory and the Unconscious in Victorian Fiction, Cambridge, CUP, 2009. ISBN : 978-0-5217-6024-9.

Texte intégral

1L’ouvrage de J. Matus est important tant par sa thèse, sa méthodologie que par son corpus. Il s’agit d’une étude de la formation culturelle du concept de trauma et de l’évolution des représentations du choc nerveux ou psychologique de 1850 à 1886 à travers les écrits scientifiques et littéraires. Cette généalogie pré-freudienne qui distingue nettement les théories victoriennes et modernes caractérisées par leur diversité s’appuie sur une connaissance approfondie des écrits de l’époque et de l’œuvre freudienne. Le relativisme historique adopté démontre que la notion de trauma n’est pas un invariant mais bien une construction évolutive, plurielle, façonnée par la société où elle s’inscrit, et se double d’un rapport éthique aux textes littéraires. Étudiées pour leur savoir (au sens freudien), les œuvres littéraires viennent dialoguer avec les théories, les anticipent, sans servir de caisse de résonance à une téléologie du trauma qui culminerait dans les thèses psychanalytiques. Il n’y a donc nulle application de la théorie à la littérature mais dialogue avec les écrits de Gaskell, Dickens, Eliot et Stevenson.

2L’hypothèse initiale est que les théories du choc ont constitué un aspect crucial des conceptions victoriennes des relations entre le corps et l’esprit, et que l’évolution de la conception des émotions a joué un rôle central dans l’élaboration des théories de la conscience et de la mémoire au milieu du xixe siècle. J. Matus suit le développement des conceptions du choc sur la conscience, la mémoire, la psychologie et la physiologie des émotions, la volonté, étudie les théories du rêve, des états de transe et les aspects involontaires ou inconscients de la vie psychique afin de retracer l’émergence du trauma à travers la littérature, la médecine, la physiologie mentale, la psychologie, la philosophie, l’épistémologie, la religion et le droit. Son corpus scientifique est connu des lecteurs de L’Histoire de la découverte de l’inconscient d’Ellenberger, comme des victorianistes : Principles of Psychology (1855) de Spencer, Emotions and the Will (1855) d’A. Bain, The Physiology of Common Life (1859-60) de G. H. Lewes, The Pathology of the Mind (1867) de Maudsley, les Principles of Mental Physiology (1874-6) de Carpenter, sans oublier T. H. Huxley, F. Power Cobbe et les physiologues matérialistes qui se sont intéressés au dys/fonctionnement de la psyché. Leurs travaux trouvent une relève chez Freud, Charcot, Janet, mais ils constituent surtout le cadre nécessaire à la compréhension des textes littéraires.

3Le premier chapitre dresse un état des lieux approfondi des débats sur les théories victoriennes du trauma, au moment où la psycho-physiologie remplace la philosophie pour étudier les processus inconscients, les états d’altération, la mémoire et la théorie des émotions. L’inconscient est alors compris comme un lieu de stockage du savoir dont les processus sont peu ou prou reconnus, sans pour autant relever d’actions réflexes, quoique les développements de la physiologie et de la neurologie en soulignent la dimension d’automatisme (Huxley). L’étude des états d’altération de la conscience, généralement abordés par le biais du magnétisme, du mesmérisme et de l’hypnotisme, conduit à une interrogation sur la possibilité de la connaissance, de la volonté, du souvenir et du raisonnement. Parallèlement, la mémoire devient une partie de l’identité qui peut être ordonnée, assujettie et disciplinée ; les émotions sont progressivement comprises comme des états physiques, au moment où le terme remplace la « passion » et renvoie à des états non intellectuels, involontaires (Carpenter).

4Le discours victorien sur le choc apparaît également à travers les récits de guerre et/ou de catastrophe et les études de la physiologie du sentiment, de la sensation et des émotions. Chez Spencer et Bain, l’émotion devient un choc produisant des vagues qui se transmettent à travers le corps en fonction de son intensité. Tout effet mental a sa contrepartie physiologique elle-même justifiable de l’électro-physiologie d’E. du Bois-Reymond. Ce cadre où s’imbriquent le spirituel et le matériel, les sciences dures et les pseudo-sciences étant posé, les autres chapitres proposent de stimulantes analyses de textes littéraires.

5Ainsi North and South, qualifié de « “condition-of-consciousness” novel » (62), tisse le gothique à une trame réaliste pour traiter de chocs physiques et psychiques, explore le rêve, les transes et théâtralise l’effet des émotions fortes sur la conscience. Certes, pour Gaskell le physiologique commande le psychologique, mais, sans réduire le choc à une réponse somatique à l’excès des stimuli, son roman s’appuie sur le langage des rêves et des états seconds afin d’exprimer les remous de la conscience consécutifs à des émotions fortes. Le rêve démontre l’existence d’un savoir recouvrable dans un état d’altération mentale ; en même temps les effets de ce qui sera le signifiant lacanien sur le sujet sont reconnus à travers le lien entre corps et esprit manifesté par les émotions. Contra Carpenter, Gaskell confère une valeur positive car informative à ces états extrêmes. C’est dans l’inconscient qu’elle situe la pitié et l’humanité déclarées supérieures au jugement. Il s’agit donc d’une véritable reconnaissance de l’Unbewußt à travers les actes des personnages déterminés par des souvenirs inconscients qui, en remettant en cause la nature unitaire et intégrée du moi, conduit Gaskell à s’intéresser à la question de la responsabilité.

6Le chapitre suivant est consacré à Dickens, lui-même rescapé d’un accident ferroviaire. J. Matus commence par rappeler le discours médical concernant l’incidence nerveuse des accidents ferroviaires et souligne avec raison la prégnance de l’image des rails et de la locomotive dans le discours psycho-physiologique victorien (que l’on trouve encore chez Freud). Elle poursuit par une étude de la nature automatique de la mémoire et de la mémoire émotionnelle chez Carpenter ainsi que des états d’altération (somnambulisme, transe, mesmérisme) pour s’interroger sur les rapports entre la mémoire et le savoir inconscient à travers « The Signalman » (1866) « a story of trauma avant la lettre » (98). Le genre de la ghost story permet à Dickens de concevoir une véritable blessure psychique, suscitant une compulsion de répétition qui atteint chacun des agents de son dispositif et excède la clôture narrative. Basé sur l’exclusion du savoir inconscient chez l’aiguilleur titulaire, le récit manifeste la marque d’une expérience inassimilable traduite par une répétition involontaire.

7The Mystery of Edwin Drood traite de la question de la dissociation et de la mémoire. Dans ce texte fragmentaire sur la fragmentation psychique, qui déjoue le savoir du lecteur selon J. Matus dont l’empathie pour son sujet est évidente, le genre du roman policier montre sa similarité avec l’investigation psychologique dont l’objet est la mémoire de Jasper. L’annonce de la disparition de Drood et de sa rupture avec Rosa provoque chez lui une dissociation et l’oubli de ses actes, et le véritable mystère du roman, renforcé par la distanciation narrative, concerne son savoir. Dans ce dernier texte où les limites entre veille et sommeil sont indécises, Dickens étudie tous les états d’altération mentale à travers des images suggérant un feuilletage psychique influençant la motivation, la mémoire et l’intention. À l’inverse de The Moonstone où le lecteur passe de l’ignorance au savoir, The Mystery fait passer du savoir à l’ignorance avant de soulever la question irrésolue de la responsabilité de Jasper : Dickens avait-il prévu une amnésie totale ou une reconnaissance progressive ?

8The Lifted Veil et Daniel Deronda donnent lieu à un chapitre tout aussi convaincant. Eliot pose l’inextricabilité des émotions et de la pensée (soit une théorie du signifiant avant la lettre) qu’elle déploie à travers l’étude des processus cognitifs, dans une perspective agnostique où le bien est le fondement du vivre-ensemble, ce qui la conduit à soutenir la nécessité d’une véritable éducation des émotions. C’est dans cette perspective que The Lifted Veil pose la question de l’effet de la connaissance et des limites assurant l’autonomie subjective. Eliot élabore toute une réflexion sur « l’intelligence des émotions » (Nussbaum), dans le cadre d’un débat où dialoguent Bain, Spencer, et Lewes dont elle rejette les thèses pour expliquer les aberrations de son héros en soutenant le caractère nécessairement subjectif de la connaissance et en montrant la férocité induite par la connaissance intégrale d’autrui naissant sur fond d’envie et d’antipathie. Confronté à l’horreur de cette expérience, Latimer montre que la compassion est reliée à la capacité de réguler l’affect.

9Dans Daniel Deronda, Eliot reprend les conjectures sur la localisation physiologique du choc psychique pour en examiner les conséquences à travers les effets de la noyade de Grandcourt sur Gwendolen. Ses troubles de la conscience et de la mémoire, ses hallucinations s’inscrivent dans un discours qui permettra ultérieurement l’élaboration de la théorie du trauma mais qui consonne avec Bain (Emotions and the Will) et les thèses de Lewes pour lequel la conscience et l’inconscient sont déjà de simples positions sur le spectre de l’activité nerveuse envisagée d’un point de vue subjectif. C’est dans ce cadre que se situent la peur, le choc et la culpabilité de Gwendolen devant un acte qu’elle a peut-être inconsciemment souhaité après avoir trahi sa promesse à Lydia. Or, à l’inverse de certaines critiques qui la présentent comme folle, Eliot rationalise sa conduite en s’aidant paradoxalement du gothique et de la ghost story pour explorer sa hantise psychique sous la forme d’un affrontement entre la tentation et la crainte (« Temptation » et « Dread ») et lui donner en guise de coach, Daniel qui l’exhorte à exprimer ses fantasmes et ses émotions de façon à les dompter. Ce véritable proto-analyste pratiquant la « chimney-sweeping cure » la laissera assumer le poids de cette révélation. Eliot pose la question des liens entre la conscience et la conscience morale (la Gewissen freudienne). Son exploration du trauma s’inscrit dans le cadre d’une éthique de la responsabilité personnelle.

10Le chapitre consacré à R. L. Stevenson et aux découvertes de la Society for Psychical Research à partir du cas de Louis Vivet sur les personnalités multiples et la dissociation mémorielle montre une communauté d’esprit soulignant le caractère illusoire de l’unité subjective et identitaire, la scission entre volonté et savoir sous l’effet d’un choc et posant la question de la responsabilité avec une intensité accrue. J. Matus retrace la courte généalogie (1885-6) de la théorisation de la personnalité multiple à travers les écrits d’A. T. et de F. Myers, avant de proposer une synthèse des activités de la S.P.R. qui fait clairement apparaître son sérieux et les avancées théoriques de Myers, acteur de la remise en cause de la distinction du pathologique et du normal parachevée par Freud. Stevenson refuse les modifications qu’il suggère pour rendre The Strange Case of Doctor Jekyll and Mister Hyde compatible avec les thèses de la S.P.R., et représente la dissociation psychique à travers un dualisme lui-même subverti par la multiplicité des personnages et des récits, des images de fracture, de reflet, de répétition et de multiplication. Lacanien avant la lettre dans l’essai « A Chapter of Dreams » (1888) destiné à expliquer son roman, Stevenson ira jusqu’à évoquer un savoir extérieur à la conscience et à reconnaître le travail continu du rêve, avant de faire apparaître un désir d’abdiquer toute responsabilité au profit d’une désintégration du moi.

11J. Matus peut alors logiquement conclure que l’émergence d’une théorie du trauma relève moins de développements scientifiques que d’attitudes culturelles envers la responsabilité individuelle et collective. Basée sur la faute, la culture victorienne diffère radicalement de la victimisation occidentale contemporaine, ce qui expliquerait, selon J. Matus, l’inachèvement d’une théorie du trauma que les victoriens avaient les moyens intellectuels d’élaborer, en posant par exemple et par le biais littéraire, la question d’une instance psychique qui n’est déjà plus consciente, stable et localisable. Or c’est le statut d’instance de l’inconscient et le double statut du savoir inconscient chez Freud (refoulé donnant lieu aux formations de l’inconscient et savoir traumatique inassimilable) qui nous sépare de la culture victorienne de la responsabilité individuelle dont l’au-delà serait marqué par l’absence de culpabilité. Et qui, à notre sens, pose en retour la question du statut contemporain du trauma : quelle est sa valeur dans notre société de déresponsabilisation et de psychiatrisation accélérée ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Coste, « Jill L. Matus, Shock, Memory and the Unconscious in Victorian Fiction », Cahiers victoriens et édouardiens, 72 Automne | 2010, 240-244.

Référence électronique

Bénédicte Coste, « Jill L. Matus, Shock, Memory and the Unconscious in Victorian Fiction », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 72 Automne | 2010, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/2777

Haut de page

Auteur

Bénédicte Coste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org