Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marilyn Pemberton, Enchanted Ideologies. A Collection of Rediscovered Nineteenth-Century Moral Fairy Tales

Anne Chassagnol
p. 254-256
Référence(s) :

Marilyn Pemberton, Enchanted Ideologies. A Collection of Rediscovered Nineteenth-Century Moral Fairy Tales Lambertville, NJ : True Bill Press, 2010.

Texte intégral

1Enchanted Ideologies est un projet ambitieux qui se propose de rassembler, sous forme d’anthologie, des contes victoriens inédits, rares, oubliés, ou publiés de manière confidentielle et dont la problématique commune reposerait sur la morale. L’ouvrage se compose de vingt-et-un contes, précédés d’une introduction et accompagnés de deux annexes, puis d’un index.

2L’introduction, comme l’indique son sous-titre, « Nineteenth-Century Fairy Tales as Indicators, Instigators and Inhibitors of Social Change », se propose d’examiner en trois temps les multiples changements sociaux apparus au cours du xixe siècle. La première partie (« The Nineteenth Century and its Social Change »), d’une intrigante brièveté, évoque sans pour autant les définir les bouleversements majeurs de l’époque victorienne.

3La seconde partie (« What is a Fairy Tale ? »), tout aussi laconique, reprend les meilleures définitions de Maria Nikolajeva, Rosemary Jackson, Angela Carter, Steven Swann Jones, J.R.R.Tolkien, et Maria Tatar sur ce sujet. Considérant que les analyses proposées par ces spécialistes reconnus sont insatisfaisantes, Marilyn Pemberton souligne l’importance des travaux de Vladimir Propp et surtout l’approche freudienne des recherches de Bruno Bettelheim qui fait du « happy ending » l’une des marques de fabrique du conte de fées. C’est finalement la définition de Steven Swann Jones présentant le conte comme un texte empreint d’éléments magiques et merveilleux qui sera retenue pour fédérer le présent recueil.

4La troisième partie (« The Evolution of the Family Unit »), la plus approfondie, analyse l’évolution de la cellule familiale à travers les différentes publications qui ont pu l’enrichir, la structurer ou la réfréner. Marilyn Pemberton évoque notamment les travaux de Locke (Some Thoughts Concerning Education, 1693) qui fait l’éloge des fables d’Esope. Puis, elle rend hommage aux premiers auteurs et éditeurs pour enfants comme Thomas Boreman ou John Newbery qui ont contribué à faire de la littérature de jeunesse un marché particulièrement lucratif. L’analyse passe ensuite de l’autre côté de la Manche, s’invite chez les salonnières (Madame d’Aulnoy, la comtesse de Murat, Madame Leprince de Beaumont) ainsi que chez Charles Perrault dont elle salue au passage l’excellente version du célèbre Petit Chapeau en Rouge [sic] datée de 1697.

5Marilyn Pemberton précise qu’il existait déjà des récits moraux à la même époque en Angleterre sous la plume de Thomas Gisborne, Hannah More, Maria Edgeworth ou Mary Wollstonecraft. Écrits principalement pour les femmes, ces contes étaient supposés inculquer la bonne ligne de conduite à tenir en société. Parallèlement, alors que l’opinion selon laquelle l’enfant serait fondamentalement mauvais perd du terrain et, grâce à l’influence des évangélistes, les textes didactiques pour enfants se multiplient sous la plume de Sarah Trimmer, Anna Laetitia Barbauld, Hannah More et Maria Edgeworth. L’élément magique n’est pas convoqué pour attiser l’imagination des jeunes lecteurs mais plutôt pour insister sur le passage de la damnation à la rédemption. Marilyn Pemberton note ensuite l’influence romantique sur le conte de fées et précise au passage que trois des contes qui figurent dans son anthologie s’articulent sur le motif de la rose, métaphore de la femme vertueuse (« The Rose : A Fairy Tale » (1818), « Elmina : A Tale for Young Ladies » (1834) et « Zerinda : A Fairy Tale » (1848). Elle ne manque pas de souligner le lien entre la popularité du conte dans la première moitié du xixe siècle et la circulation du recueil des frères Grimm.

6L’analyse se poursuit par un examen des différents facteurs sociaux, politiques, religieux et économiques qui ont profondément modifié la cellule familiale, comme l’industrialisation, l’urbanisation, ou encore l’évolution des classes sociales. C’est précisément à cette époque que se développent de nombreux magazines féminins, comme La Belle Assemblée, The World of Fashion ou The Ladies’ Cabinet of Fashion, qui publient des contes de fées véhiculant une image de l’épouse idéale. Plusieurs textes figurant dans cette anthologie sont d’ailleurs issus de ces magazines. Si l’image de la femme parfaite et pieuse, « The Angel in the House » pour reprendre l’expression de Coventry Patmore, s’est construite en grande partie dans ces textes, l’auteur suggère que la figure masculine du pro-tecteur/procréateur est également née de cette même littérature, comme en témoigne le conte « The Ivory Harp » (1875), p. 125-143.

7Marilyn Pemberton considère que la montée des classes moyennes de plus en plus fortunées et le matérialisme ambiant ont également influencé la littérature de cette période. Ainsi trois contes du présent recueil traitent de la richesse et de ses travers : « Humpty Dumpty » (1877), « Leila’s Gold » (1880) et « The Dwarfs’ Hill » (1881). Tout en retraçant l’essor considérable de la littérature de jeunesse et plus généralement de la fantasy dans la seconde moitié du xixe siècle, Marilyn Pemberton note que le conte de fées fait encore débat et que nombre de ses détracteurs mettent régulièrement en cause sa légitimité. Parallèlement, plus le siècle avance et plus le conte se fait l’écho des revendications féminines.

8L’introduction se clôt par un tableau qui reprend l’ensemble des contes présentés dans le recueil en les classant selon différents paramètres : sexe de l’auteur, titre, nom du magazine ou du recueil dans lequel ils ont été publiés, date de publication, thème principal, sexe du protagoniste, présence ou non d’un souhait, mariage ou non à la fin.

9Il existe plusieurs anthologies de référence sur le conte de fées victorien, indispensables à tout chercheur désireux de s’aventurer dans ce domaine, comme celle de Nina Auerbach et U.C Knœpflmacher (Forbidden Journeys. Fairy Tales and Fantasies by Victorian Women Writers), celle de Jonathan Cott (Beyond the Looking Glass : Extraordinary Works of Fairy Tale & Fantasy) sans oublier celle de Jack Zipes (Victorian Fairy Tales. The Revolt of the Fairies and Elves). Ce sont là de véritables outils de recherche, parfaitement documentés, qui ne se contentent pas de juxtaposer des textes mais les éclairent, les décryptent, les font dialoguer pour mieux les ressusciter, offrant ainsi des pistes d’analyses solides. Marilyn Pemberton les mentionne dans sa bibliographie (Appendix 2, p. 299-300) sans pour autant s’inscrire dans cette tradition, même si le choix des textes est d’une grande richesse.

10Si l’introduction permet une contextualisation de l’émergence du conte victorien, elle ne définit jamais véritablement ce qui s’annonce comme le point fort, voire l’originalité de son anthologie, à savoir la notion de « moral fairy tales ». Le mot « fairy tale » semble même parfois poser problème puisque Marilyn Pemberton sélectionne un texte (« The Wishing-Cap » 1824 de Mary Sherwood) dont elle précise qu’il ne relève pas du conte à proprement parler. Par ailleurs, les récits choisis — dont on ne sait pas toujours pourquoi ils figurent dans cette sélection, l’introduction ne relevant que quelques pistes à ce sujet — ne sont présentés ni de manière alphabétique, ni de façon chronologique. Le classement thématique ne semble pas non plus s’appliquer ici. La circulation dans l’anthologie n’est pas aisée, d’autant que la table des matières ne mentionne pas le nom des auteurs, mais uniquement les titres des contes. Par ailleurs, le tableau proposé à la fin de l’introduction dont on nous précise qu’il est supposé éclairer la façon dont le conte a changé de format et de fonction au cours du siècle, repose sur des paramètres qui ne sont jamais explicités. Le premier conte (« A Cinderella » 1893), plus exactement un poème, figure bien dans la table des matières, mais n’apparaît pas dans le tableau et vient perturber le mode de classement par sa date plus tardive. Il est dommage que l’absence de table d’illustrations ne permette pas d’exploiter les images fort intéressantes au demeurant.

11D’autre part, les documents proposés en annexe posent un problème méthodologique. L’Appendix 1 offre une série d’indications biographiques qui peine à convaincre — une grande partie des auteurs sélectionnés sont anonymes — rendant de fait leur traitement particulièrement acrobatique. Aucune tentative ou presque n’est avancée pour émettre d’éventuelles hypothèses sur leur véritable identité, ce qui aurait été possible dans plusieurs cas. On peut ainsi regretter que l’auteur ne s’interroge pas davantage sur le conte « Aglaë : A Fairy Tale » (1821). S’agit-il d’un texte français ? Dans la mesure où l’on ne dispose que des initiales de l’auteur (S.G.), pourrait-on envisager d’établir un rapprochement avec Madame Stéphanie de Genlis (1746-1830), auteur de contes moraux traduits en Angleterre sous le nom de Tales of the Castle (1785) ? Il en va de même pour « The Christmas Fairy (1878) », conte présenté comme étant l’œuvre d’un certain Ponson du Terrail et dont la note p. 175 semble faire porter un doute sur l’identité de l’auteur : « It is unclear whether this is the prolific French novelist Pierre Alexis, vicomte de Ponson du Terrail (1829-1871), or someone else’s adoption of his name as a pseudonym. » Une simple recherche aurait permis d’établir que Ponson du Terrail, auteur français très prolifique, maître du roman-feuilleton, à qui l’on doit Rocambole, a publié en 1854 un conte intitulé « La fée de Noël ».

12Par ailleurs, les notices biographiques des auteurs connus sont très irrégulières dans leur traitement. Ainsi se pose la question de la légitimité de cette annexe, les informations n’apportant pas d’éléments véritablement nouveaux : les recueils édités par Jack Zipes (The Oxford Companion to Fairy Tales) ainsi que celui de Humphrey Carpenter et de Mari Prichard (The Oxford Companion to Children’s Literature) font office de référence en la matière.

13On peut également s’étonner du fait que l’Appendix 2 ne propose en tout et pour tout que dix références composées des trois anthologies les plus célèbres sur le sujet et des trois ouvrages de Zipes, en effet indispensables, mais bien connus des spécialistes. Certes, ces références sont incontournables, mais le lecteur cherche en vain, dans le travail de Marilyn Pemberton, la référence récente, l’article nouveau qui rendrait essentielle cette anthologie.

14Enchanted Ideologies a certes le mérite de proposer un choix de contes de fées moraux du xixe siècle, méconnus, qui ne manquera pas d’intéresser les spécialistes du conte de fées victorien. Plus de rigueur dans la présentation des textes et dans les annexes, la présence d’un authentique appareil critique, auraient permis d’apprécier cette sélection à sa juste valeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Chassagnol, « Marilyn Pemberton, Enchanted Ideologies. A Collection of Rediscovered Nineteenth-Century Moral Fairy Tales », Cahiers victoriens et édouardiens, 72 Automne | 2010, 254-256.

Référence électronique

Anne Chassagnol, « Marilyn Pemberton, Enchanted Ideologies. A Collection of Rediscovered Nineteenth-Century Moral Fairy Tales », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 72 Automne | 2010, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://cve.revues.org/2794

Haut de page

Auteur

Anne Chassagnol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org