Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sherry Ackerman, Behind the Looking-Glass

Jean-Jacques Lecercle
p. 266-267
Référence(s) :

Sherry Ackerman, Behind the Looking-Glass, Cambridge: Cambridge Scholars Publishing, 2008, viii+169 p. ISBN (10): 1-4718-486-3, ISBN (13): 978-1-8471-8486-3.

Texte intégral

1Au fond, Lewis Carroll n’a que ce qu’il mérite. Quand on contribue à fonder un genre littéraire qui prétend se passer du sens, et qu’on le fait non en écrivant de courts poèmes puérils, comme les limericks de Lear, mais des narrations dont l’héroïne est devenue une icône de la littérature enfantine, on s’expose aux interprétations les plus extrêmes. Le vide de sens du texte est une provocation et une incitation pour ceux ou celles qui sont en possession d’un sens trop certain ou trop fort. Il existe donc des lectures d’Alice au terme desquelles il apparaît que Carroll était a) juif, b) homosexuel, c) Jack l’Éventreur, d) la reine Victoria. Cette dernière interprétation est la plus réjouissante, car ses auteurs, qui étaient d’aimables plaisantins, ne se prenaient pas au sérieux. Sur le gradient qui va des interprétations d’Alice qui sont justes à celles qui sont fausses, des convaincantes aux folles, l’interprétation de Sherry Ackerman, qui voit en Carroll un néo-platonicien spiritualiste, gnostique et théosophe n’est pas la plus extrême, mais elle est du mauvais côté de la ligne médiane. Non que l’hypothèse de lecture soit par principe condamnable: elle n’est ni invraisemblable, comme les cas a) et b), ni grotesque comme le cas c). Carroll avait des convictions religieuses aussi profondes que compliquées, il s’intéressait à tous les « phénomènes de société » de son temps, comme on dirait aujourd’hui, et donc au spiritualisme ou la théosophie. Qu’il aurait pu être l’un et/ou l’autre ne doit pas nous surprendre. Le problème est dans l’administration de la preuve. Et ici, malheureusement, l’argumentation de Sherry Ackerman a en gros la même structure que celle des fous littéraires plus haut évoqués. Cela commence par une thèse axiomatique: Carroll était x, où x = juif, homosexuel ou néo-platonicien. Cette thèse étant l’objet d’une certitude préalable absolue, on forcera les phénomènes à la conforter, selon deux stratégies (et Sherry Ackerman pratique les deux). Ou bien on décidera que les idées ou orientations que l’on prête à Carroll étaient peu recevables et donc ont dû être cryptées (pour Ackerman, le théosophe avance toujours masqué), et l’on se contentera des preuves les plus indirectes et les plus contournées, et l’on tirera même argument du fait que rien dans la vie ou l’œuvre de Carroll ne donne à première vue à penser qu’il était x; ou bien, on forcera le texte, de la façon la plus cavalière, tel Humpty-Dumpty interprétant le poème Jabberwocky, pour lui faire dire à tout prix ce qu’on avait décidé qu’il devait dire. Un exemple entre cent. Ackerman prétend trouver dans les Alice des thèmes gnostiques. Elle commente ainsi les deux entrées dans le Pays des Merveilles: « Both “underneath” points of arrival, Wonderland and Looking-Glass House, were the scenes of chaos. This is one of the fundamental symbols of Gnosticism. A pre-cosmic fall of part of the divine principle underlies the genesis of human existence » (p. 66). Vous aurez noté la précision et la force de conviction de l’argument. Et comme les autres preuves sont du même acabit, on ne peut pas dire qu’elles aient un effet cumulatif. Avec une telle structure argumentative, je me fais fort de démontrer que Carroll n’était pas seulement néo-platonicien, mais nationaliste corse. En réalité, Sherry Ackerman est plus intéressée par l’exposé des thèses néo-platoniciennes et la réfutation de l’empirisme et du matérialisme que par le texte de Carroll, qui n’est qu’un faire valoir. Pourtant, les positions religieuses et philosophiques de Carroll sont un champ d’études dans lequel il reste encore beaucoup à explorer, et une étude sérieuse d’histoire des idées sur l’influence réelle du platonisme dans l’Oxford du temps de Carroll eut été la bienvenue, tout comme une étude historique précise des convictions religieuses de Carroll et de ses relations avec la religion établie de ses pères. Le problème n’est pas non plus celui que pourrait poser une lecture philosophique des Alice, qui est la bienvenue: de telles lectures ont toujours existé, et elles sont innombrables. Si la lecture d’Ackerman était cela, elle viendrait s’ajouter à la liste glorieuse des interprétations existantes, les infléchirait et les compléterait. Mais elle procède à l’envers: le texte de Carroll n’est pas l’objet de l’interprétation philosophique, il est le produit d’une interprétation philosophique, qu’elle prête à Carroll lui-même. Elle prétend donc avoir enfin découvert sinon le seul, du moins le principal sens des Alice. Le problème est que, si Carroll a quelque chose à nous apprendre en matière de lecture et de sens d’un texte, c’est justement exactement l’inverse: que de vrai sens, ou de sens premier ou principal, il n’y a pas. C’est là que réside l’intuition philosophique majeure du nonsense. Quel dommage que tout cela: ce qui aurait pu être une intuition philosophique brillante est gâché par la superficialité de la recherche historique, par l’imposition d’interprétations fantaisistes à un texte qui n’en peut mais et par la désinvolture de l’argumentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Lecercle, « Sherry Ackerman, Behind the Looking-Glass », Cahiers victoriens et édouardiens, 72 Automne | 2010, 266-267.

Référence électronique

Jean-Jacques Lecercle, « Sherry Ackerman, Behind the Looking-Glass », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 72 Automne | 2010, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/2801

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Lecercle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org