Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Maureen M. Martin, The Mighty Scot, Nation, Gender and the Nineteenth-Century Mystique of Scottish Masculinity

Christian Auer
p. 272-275
Référence(s) :

Maureen M. Martin, The Mighty Scot, Nation, Gender and the Nineteenth-Century Mystique of Scottish Masculinity, New York, SUNY Press, 2009. 220 p. ISBN : 978-0-7914-7663-5.

Texte intégral

1L’ouvrage de Maureen M. Martin, The Mighty Scot, Nation, Gender and the Nineteenth-Century Mystique of Scottish Masculinity, paru dans la collection Studies in the Long Nineteenth-Century en 2009, présente une approche intéressante et originale se situant clairement dans le champ des gender studies. L’introduction bien structurée, qui prend appui sur certains des textes importants de l’historiographie de l’Écosse (on citera notamment les références aux ouvrages de Michael Hechter, Tom Nairn, Peter Womack ou encore Murray Pittock), présente avec clarté les grandes lignes de l’argumentation de l’auteur. Au cœur de la réflexion de Maureen M. Martin se situent les interrogations suivantes : comment peut-on expliquer que l’Écosse, au cours du dix-neuvième siècle, en vint à être perçue comme une source de masculinité « féroce » ? Quelles furent les caractéristiques de la « nature inquiète et instable de la masculinité britannique » (5) ? Quelle fut la fonction que jouèrent les images de la masculinité écossaise dans l’imaginaire anglais ? Pour ce faire Maureen M. Martin se propose d’analyser des représentations de la scotticité dans la littérature, les arts et les récits de chasse, d’étudier comment la mystique de la masculinité écossaise s’est développée, d’identifier le rôle qu’elle a joué dans les conceptions de l’identité nationale anglaise et d’évaluer son impact sur la construction d’une identité nationale écossaise spécifique.

2Le premier chapitre, The Jacobite, the Marriage Plot and the End of Scottish History, est en grande partie consacré à l’analyse du tableau de John Everett Millais, The Order of Release (1853), qui figure d’ailleurs en couverture de l’ouvrage, et du roman historique de Walter Scott, Redgauntlet (1824). Pour Martin ces deux œuvres présentent la défaite du jacobitisme et l’inclusion de la nationalité écossaise dans une Angleterre élargie comme des moments inévitables de l’histoire écossaise, ce qu’elle appelle une « téléologie de l’union » (12). Ces deux œuvres sondent la dynamique homoérotique du mariage imaginaire entre l’Écosse et l’Angleterre, une dynamique qui soutiendrait et menacerait la masculinité anglaise, que l’auteur qualifie d’instable et d’inquiète.

3Le deuxième chapitre, Stags and Sassenachs, Stalking Manhood in the Highland Deer Forest, se propose, à partir d’une analyse du tableau d’Edwin Landseer, The Monarch of the Glen (1851) et de l’ouvrage de William Scrope, The Art of Deer-Stalking (1838), d’étudier la chasse au cerf, une activité qui connut un engouement croissant dans les Highlands au dix-neuvième siècle. Elle estime que ces textes permettaient au lecteur d’avoir accès à une masculinité guerrière et féroce, à la fois primitive et aristocratique. Martin indique également que les Highlands furent transformées en « a sort of virility theme park » (13), formulation particulièrement intéressante. Les pages que l’auteur consacre à la chasse au cerf figurent parmi les plus réussies de l’ouvrage : l’analyse qui assimile la chasse au cerf à un désir de re-jouer ou de re-vivre la victoire de l’Angleterre sur l’Écosse et à une volonté d’absorption de l’essentielle masculinité écossaise par l’Angleterre est particulièrement convaincante.

4Les troisième et quatrième chapitres, The Lad with the Siver Button et Crimes of Authorship, prennent pour appui deux œuvres de Stevenson, Kidnapped et The Master of Ballantrae. Pour Martin, Stevenson assimile le dilemme de l’identité écossaise à un dilemme de la masculinité des Lowlands. Stevenson suggèrerait que le mythe de la masculinité écossaise, profondément enraciné dans les Highlands, contribua à affaiblir la masculinité des Lowlands.

5Le dernier chapitre, Into the Hands of Women, s’attache à décrire quelques-unes des visions de la scotticité qui émergèrent à la fin du dix-neuvième siècle. Y sont étudiés notamment un roman de Margaret Oliphant, The Wizard’s Son, et les œuvres de deux des représentants les plus éminents du Glasgow Style, Charles Rennie Mackintosh et Margaret Macdonald. Martin estime que dans The Wizard’s Son Margaret Oliphant s’attaqua au mythe de la masculinité et proposa une vision féminine de l’identité écossaise contemporaine. De même, des œuvres des artistes du Glasgow Style se dégagerait une vision d’une scotticité féminine qui, en fait, ne serait qu’une illustration de la modernisation de l’Écosse.

6Parmi les réussites de l’ouvrage on relèvera la très bonne articulation entre histoire et critique littéraire. Les nombreux rappels historiques (ceux par exemple sur le développement du tourisme en Écosse (71), le schisme au sein de l’Église établie en 1843 (100) ou encore la croissance exponentielle de la ville de Glasgow (129-130)) sont particulièrement bienvenus et démontrent avec justesse que la critique littéraire ne peut que bénéficier de la présence d’un fort ancrage contextuel.

7Dans l’introduction, l’auteur semble vouloir utiliser le prisme des études postcoloniales, ce qui constituerait une approche pertinente dans le cadre d’une étude sur le regard que porte une communauté sur une autre. C’est ainsi que le lecteur accueille avec satisfaction le commentaire suivant : « the foundational texts of postcolonial discourse have little to say about the divided character of Britain itself » (2). Mais force est de reconnaître que cette grille de lecture potentielle disparaît au fur et à mesure des pages ; or il n’aurait peut-être pas été inopportun de faire référence aux travaux d’Homi Bhabha (son nom n’apparaît que dans une brève note de bas de page 94) et notamment à son concept de mimicry, qui auraient permis d’apporter un éclairage complémentaire sur la question débattue par l’auteur. Les concepts d’ambivalence et de mimicry se seraient révélés particulièrement utiles pour une étude de ce type, car ils expriment toute la tension qui caractérise les rapports complexes et ambigus de répulsion, d’exploitation et de célébration entre cultures colonisatrice et colonisée, d’autant plus que l’auteur reprend à son compte le concept de colonie interne tel que présenté par Michael Hechter (3) et insiste sur la menace contenue dans la symbolique écossaise défaite (« Even in defeat, the emphatic and Scottish ethnicity and brawny masculinity of Millais’s soldier inevitably suggest a lingering, if muted, potential for violence », 38) ou « The undercurrent of threat implicit in the figure of the stag survives even when the stag is venison », 77).

8Le lecteur peu familiarisé avec les études sur le genre sera sans doute quelque peu désorienté par certaines des formules qu’utilise l’auteur (comme par exemple « la testostérone idéologique de l’Écosse » (21), « l’influence émasculante » (60) de la présence des femmes dans la vie des chasseurs de cerfs ou encore « les deux rochers phalliques » (91) que mentionne l’auteur dans son analyse de Kidnapped). Autre exemple avec le commentaire suivant, extrait du chapitre que l’auteur consacre à l’étude de Kidnapped : « The Lowlander measuring himself in Highland terms can end up seeing himself as the self-effacing “wife”. This threat of emasculation . . . is implicit in Scott and in deer-stalking narratives » (94).

9Le lecteur aurait sans doute apprécié que l’auteur explique certaines de ses affirmations : on ne voit pas bien en effet en quoi le commerce serait « une activité essentiellement efféminée » (5), explication qui serait d’autant plus bienvenue que ce postulat constitue l’un des points de départ de la réflexion sur les parts respectives de féminité et de masculinité dans la construction de la nation écossaise.

10On notera également l’extrême brièveté de la conclusion (deux petits paragraphes, 162-163) qui s’explique sans doute par les conclusions intermédiaires que l’auteur propose à la fin de chaque chapitre.

11La bibliographie est intéressante ; il ne fait guère de doute que le lecteur intéressé par les thématiques de la masculinité et du genre trouvera aisément de quoi lui permettre de poursuivre sa réflexion. Mais pourquoi, pour ce qui est de la référence à Edward Said, ne mentionner que le seul Culture and Imperialism alors que Orientalism, l’ouvrage fondateur des études postcoloniales, est sans doute tout aussi important dans le cadre d’une étude qui porte sur la construction idéologique d’une nation ? Peut-être aurait-il également été judicieux de faire une distinction explicite entre les monographies, qu’elles soient primaires ou secondaires, et les articles de journaux ou de magazines, dont les références ne sont pas aisées à trouver. On regrettera enfin l’absence de références précises dans certaines des notes de bas de page (comme par exemple les notes 11 p. 168, 1 p. 171, 10 p. 172 ou encore 14 p. 173).

12En conclusion je dirai que la démonstration, sans être totalement convaincante, présente une thèse originale que ne manqueront pas de lire tous ceux qui s’intéressent aux rapports complexes entre l’Écosse et l’Angleterre au sein de l’Union, au thème de la masculinité et à l’interaction entre les notions de genre et de nation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Auer, « Maureen M. Martin, The Mighty Scot, Nation, Gender and the Nineteenth-Century Mystique of Scottish Masculinity », Cahiers victoriens et édouardiens, 72 Automne | 2010, 272-275.

Référence électronique

Christian Auer, « Maureen M. Martin, The Mighty Scot, Nation, Gender and the Nineteenth-Century Mystique of Scottish Masculinity », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 72 Automne | 2010, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://cve.revues.org/2808

Haut de page

Auteur

Christian Auer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org