Navigation – Plan du site
Actes du colloque de la S.F.E.V.E. à l'université de Provence, les 18 et 19 janvier 2008. Thème : « Représentations victoriennes et édouardiennes des quatre éléments »

Représentations victoriennes et édouardiennes des quatre éléments

Nathalie Vanfasse et Gilles Teulié
p. 31-36

Texte intégral

  • 1 Les organisateurs de ce colloque remercient vivement toutes les personnes qui ont contribué à sa ré (...)

1Le colloque 2008 de la SFEVE à Aix-en-Provence, organisé et soutenu par le LERMA (Laboratoire d’Étude et de Recherche sur le Monde Anglophone de l’Université d’Aix-Marseille) avait pour thème les « Représentations victoriennes et édouardiennes des quatre éléments1 ». Il s’est attaché à examiner les transformations que subit la représentation des quatre éléments dans l’imaginaire littéraire, le discours historique et les arts visuels sous l’effet des bouleversements scientifiques et sociaux des périodes victoriennes et édouardiennes, bouleversements esquissés pendant la période romantique. Brouillard londonien, fours à coke, air vicié des villes industrielles, nostalgie d’une Angleterre préindustrielle et mythes des origines à l’œuvre dans la pensée conservatrice et le socialisme naissant, ou découvertes révolutionnaires en géologie consignées entre autres par Charles Lyell, dans Principles of Geology (1830-33), par Gideon Mantell dans The Wonders of Geology (1838) ou par Robert Chambers dans Vestiges of the Natural History of Creation (1844), les représentations victoriennes et édouardiennes associaient fréquemment science et approche poétique dans des combinaisons d’images particulièrement évocatrices. L’industrie ou la course au progrès étaient souvent dépeintes à travers des mythes fondateurs comme celui de Prométhée, ou à travers des références bibliques comme le Déluge, l’Enfer ou l’Apocalypse, ainsi qu’en atteste la vision du monde d’H. G. Wells dans The Time Machine (1895), inspirée des théories de Lord Kelvin qui, en pronostiquant la fin de la lumière et de la chaleur dans sa deuxième loi de thermodynamique, bouleversa la perception du feu. L’association d’éléments comme le feu et la vapeur d’eau trouva une représentation magistrale dans le tableau de William Turner Rain, Steam and Speed (1844) montrant une locomotive lancée à pleine vitesse le long d’un viaduc dans un nuage de fumée et de vapeur d’eau. Par ailleurs, alors que la foi était mise à l’épreuve par la science, les éléments permirent aux Victoriens de formuler les doutes qui les taraudaient, et des poèmes comme celui d’Alfred Tennyson, In Memoriam (1850), ou celui de Matthew Arnold, Dover Beach (1867), expriment leurs inquiétudes et leurs interrogations.

2Alliant point de vue rationnel et/ou analyse symbolique, et s’inspirant parfois des travaux de Gaston Bachelard dans La Psychanalyse du feu (1938), L’Eau et les rêves (1942), L’Air et les songes (1943), ou La Terre et les rêveries de la volonté (1948), les articles de ce numéro mettent l’accent sur le travail de l’imagination ou de l’esprit des artistes et des théoriciens victoriens et édouardiens à travers l’analyse de la rhétorique, de la composition, des formes, des lignes et des couleurs utilisées dans leurs représentations des quatre éléments.

  • 2 Roland Marx, Jack l’éventreur ou les fantasmes victoriens, Éditions Complexe, 1987.

3Sous forme de liquide, de vapeur ou de glace, l’eau inspira les peintres et les écrivains victoriens. William Turner recréa les subtils effets de lumière et de sfumato produits par la fumée des usines et des locomotives et par le smog londonien, effets que la pluie venait parfois accentuer. Les conditions atmosphériques nouvelles issues de l’industrialisation et de l’urbanisation de l’Angleterre se traduisirent dans les œuvres de Charles Dickens par la représentation de scènes noyées dans le brouillard, tandis que chez l’écrivain Thomas Hardy l’éternelle brume des campagnes londoniennes au petit matin ou en hiver alimenta des intrigues sombres et tourmentées. La perte de repères spatiaux et temporels causée par ces voiles vaporeux servit parfois à traduire métaphoriquement l’impression de désorientation ressentie par les Anglais face aux transformations rapides du paysage, de la société, de la technique et des sciences durant l’ère victorienne. Les « fantasmes victoriens2 » se focalisèrent sur les lieux sordides, les bas fonds, dans lesquels la brume et la nuit pouvaient cacher toutes les turpitudes (celles de Dorian Gray, Mr Hyde ou encore du Comte Dracula) et en particulier les avortons scientifiques à qui des savants « irresponsables » avaient donné le jour (les docteurs Frankenstein, Moreau et autres Jekyll). Exutoires à leurs angoisses (peurs de la maladie, de la révolution sociale etc.), les éléments pouvaient traduire métaphoriquement l’agitation intérieure des individus. Les séjours dans les bas fonds des grandes villes des personnages de fiction comme Gray et Hyde étaient des introspections cathartiques pour les Victoriens afin de gérer la part d’ombre de l’être humain révélé du côté de Whitechapel par Jack l’éventreur. À l’époque édouardienne, la brume en vint à représenter le désarroi ressenti par les individus face à une crise épistémologique qui les dépassait, et dont les romans de Joseph Conrad se firent l’écho.

4L’eau douce changea de nature à l’époque victorienne. Les cours d’eau des villes, transformés en masses nauséabondes, devinrent des lieux de suicide et des sources d’épidémies de choléra. Tandis que la gestion des eaux usées devenait une priorité des politiques publiques, des artistes comme Charles Dickens dans Our Mutual Friend ou Augustus Egg dans Past and Present no3 inscrivirent leurs représentations iconographiques et littéraires dans le cadre sombre et sordide de ces rivières fétides et de ces fleuves saumâtres aux berges mal famées et confortèrent ou remirent en question la déchéance présumée des détrousseurs de cadavres, prostituées, femmes déchues et autres êtres associés à ces lieux. L’eau contaminée prit aussi des connotations morales et sociales, et elle fut associée au crime par les romans à sensation de la fin du dix-neuvième siècle. Avec la montée de l’impérialisme et des politiques d’immigration, la mer devint durant les périodes victoriennes et édouardiennes, une autre source d’inspiration qui mettait en avant l’élément liquide. Les tempêtes en mer avec le déchaînement des éléments qu’elles impliquaient firent l’objet de multiples représentations littéraires et iconographiques. Les Victoriens étaient fascinés par l’image de masses d’eau qui submergeaient tout, au sens propre comme au sens figuré. William Turner s’en servit pour peindre des scènes sublimes de naufrages, George Eliot fit de la crue de la rivière Floss le moment le plus émouvant de son roman The Mill on the Floss, et Charles Dickens compara la foule des révolutionnaires français à une marée montante prête à tout engloutir dans A Tale of Two Cities. Mais les éléments pouvaient aussi avoir de nouveaux attraits. Les explorateurs britanniques du xixe siècle firent rêver et passionnèrent les Victoriens désireux de connaître les merveilles du monde. Ainsi les tableaux de Thomas Baines exprimèrent la magnificence des chutes Victoria, faisant écho à la description qu’en avait faite David Livingstone lorsqu’il les « découvrit » en 1855, alors que la compétition entre Speke et Grant pour la découverte des sources du Nil tenait en haleine les sociétaires de la National Geographic Society.

5L’eau participa aussi pendant les périodes victorienne et édouardienne d’une polarisation croissante des genres, les femmes étant associées plus nettement à l’élément liquide et les hommes à la matière solide, mais la dichotomie était complexe, la femme pouvant être associée à d’autres éléments, par exemple à la terre, au ciel ou au feu, telle la célèbre reine Ayesha de Henry Rider Haggard (She, 1887). Envisagée à l’état de glace, l’eau conserva ses connotations traditionnelles de pureté et de dureté, mais elle fit aussi l’objet d’études minéralogiques et géographiques visant à déterminer l’âge des glaciers et à mieux connaître le Grand Nord. Science et imagination se combinèrent pour donner lieu à des images complexes mêlant exactitude et fantasmagorie.

6La terre garda pour les Victoriens et les Édouardiens ses connotations traditionnelles de mère nourricière comme en attestent les tableaux idéalisés de la campagne anglaise achetés par les riches industriels anglais pour décorer leur intérieur. Ces représentations masquaient la dureté des conditions de vie des travailleurs agricoles, une pénibilité dont témoignent les archives historiques sur les dépressions qui marquèrent la période, mais aussi certaines représentations littéraires comme celles de Thomas Hardy. Comme l’eau, la terre devint un objet de curiosité scientifique dont les découvertes de Charles Darwin sont l’exemple le plus parlant. Connaître l’âge de la terre, par les fossiles, et l’âge de l’humanité par les fouilles archéologiques qui se multiplièrent durant les périodes victorienne et édouardienne devint une préoccupation majeure, et un sujet d’autant plus sensible qu’il remettait en question les croyances religieuses. Les nouvelles sciences qu’étaient la géologie, la paléontologie et l’invention de la « pré » histoire amenèrent les écrivains et les artistes à voir le monde d’un regard neuf et à tenter d’élaborer de nouveaux récits sur la création du monde pour pallier les contradictions de la Bible face aux découvertes scientifiques. On pense à ce sujet au roman d’Arthur Conan Doyle The Lost World (1912) dans lequel les éléments se télescopent sur le mystérieux plateau amazonien hors du temps où les héros font d’étranges rencontres.

7L’air des villes était pollué par la combustion de charbon dans les cheminées des habitations et des usines. Cette fumée noire, qui laissait des traces partout, fit surgir dans l’imaginaire de l’époque des visions sombres et parfois fantasmagoriques qui, malgré leur dimension outrée et cataclysmique, tentaient de prendre la mesure du phénomène pour le circonscrire et le comprendre. Dans ces représentations, l’air devenait à l’occasion tempête et son souffle, qui menaçait de tout emporter sur son passage, pouvait être synonyme de passions incontrôlées, contraires à la mesure préconisée par l’orthodoxie de l’époque, telles celles dépeintes par Emily Brontë dans Wuthering Heights ou encore par Charles Dickens dans A Tale of Two Cities. L’air chaud et humide des zones tropicales de l’Empire britannique, était perçu quant à lui comme la cause de séductions dangereuses et de moments d’égarement, que dépeignirent Charlotte Brontë dans Jane Eyre ou E. M. Forster dans A Passage to India.

8Le feu remplissait la même fonction que l’air comme métaphore de passions excessives, une démesure contraire aux codes de conduite victoriens et édouardiens. Il s’incarna dans les luxuriantes chevelures rousses des modèles féminins idéalisés peints par les préraphaélites, ou dans les passions réprimées de certaines héroïnes dickensiennes. Le feu permettait aussi de représenter la peur d’une explosion sociale qu’entretenaient les souvenirs encore vivaces de la Révolution française, des Gordon Riots de 1780 et que les pétitions chartistes de la fin des années 1830 avaient fait renaître. Il était également présent dans les images des fours à coke rougeoyants des industries métallurgiques de Birmingham ou encore dans le spectacle très prisé de l’ éruption du Vésuve projeté devant le public des dioramas londoniens. Associé au soleil brûlant d’Europe du Sud où séjournaient de plus en plus souvent les voyageurs victoriens et édouardiens, il fut aussi associé à des spéculations scientifiques sur l’âge du système solaire.

9En fin de compte, les quatre éléments traduisaient par l’évolution même de leur apparence et de leur utilisation, les transformations industrielles et urbanistiques des époques victoriennes et édouardiennes, et leur représentation permit aux écrivains, aux artistes, aux hommes de science et à leur public de mieux comprendre et d’assimiler le monde nouveau et déroutant qui naissait autour d’eux.

Haut de page

Notes

1 Les organisateurs de ce colloque remercient vivement toutes les personnes qui ont contribué à sa réussite, en particulier Valérie André, Sara Greaves, Michel Monteil, Alain Jumeau, Claire Pégon, Jean-Christophe Murat et Jean Viviès.

2 Roland Marx, Jack l’éventreur ou les fantasmes victoriens, Éditions Complexe, 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Vanfasse et Gilles Teulié, « Représentations victoriennes et édouardiennes des quatre éléments », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 31-36.

Référence électronique

Nathalie Vanfasse et Gilles Teulié, « Représentations victoriennes et édouardiennes des quatre éléments », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://cve.revues.org/2820 ; DOI : 10.4000/cve.2820

Haut de page

Auteurs

Nathalie Vanfasse

LERMA, Aix-Marseille université

Articles du même auteur

Gilles Teulié

LERMA, Aix-Marseille université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org