Navigation – Plan du site
Actes du colloque de la S.F.E.V.E. à l'université de Provence, les 18 et 19 janvier 2008. Thème : « Représentations victoriennes et édouardiennes des quatre éléments »

Entre air et terre : les éléments dans Aurora Leigh d’Elizabeth Barrett Browning

Between Air and Earth : The Elements in Elizabeth Barrett Browning’s Aurora Leigh
Marianne Camus
p. 37-48

Résumé

Surprisingly enough, despite the fact that it is strongly associated with femininity, Elizabeth Barrett Browning has no use for water as an element in her narrative of Aurora Leigh’s progress as a poet in the eponymous poem. Fire is only used in its usual purifying function, for the male protagonist. But she does construct a complex architecture from the elements of earth and air. She starts with the generally accepted duality of earth, both nurturing and a symbol of death. She multiplies the associations with air : angels and squirrels, wind and mountains, to cite only a few. She then examines and redefines the relationships between these two elements in life and in poetry and finally reaches a mystical union anchored in the body.

Haut de page

Texte intégral

1Le succès d’Aurora Leigh, Künstlerinroman en vers, à sa parution ne dut sans doute pas grand-chose au traitement des éléments, mais une lecture du poème à partir de cet angle révèle la capacité d’Elizabeth Barrett Browning à utiliser et à manipuler des concepts anciens pour les intégrer à une vision très personnelle de l’art poétique au féminin. Ce qui frappe au premier abord est l’absence de l’eau comme élément structurant du poème. Généralement perçue comme l’élément du féminin par excellence, l’eau est dans ce texte systématiquement associée à la souffrance et à la destruction. Dès le livre I, l’héroïne compare l’éducation de jeune fille anglaise respectable qu’elle reçoit chez sa tante à « the water torture » (Bk. I, 468). Plus tard Marian, l’amie, sœur ou double de l’héroïne, réutilise l’image quand elle raconte les épreuves qu’elle a traversées :

... that world of yours has dealt with me
As when the hard sea bites and chews a stone
And changes the first form of it. I’ve marked
A shore of pebbles bitten to one shape
From all the various life of madrepores. (Bk. VI, 804-8)

2Le sentiment, bien qu’il n’y ait aucune déclaration ouverte, est d’un refus quasi instinctif de cet élément dit féminin, en fait imposé aux femmes, et qui, s’il ne les noie pas, les brise et les use.

3Le feu quant à lui est présent de manière aussi ponctuelle que spectaculaire dans l’incendie qui rase la maison ancestrale de Romney, cousin et amoureux de l’héroïne éponyme. La fonction purificatrice qui lui est attribuée est assez convenue. Il est surtout en fait présenté comme un des chemins ou des passages entre les deux autres éléments, terre et air qui structurent et articulent le long poème narratif d’Elizabeth Barrett Browning. La première remarque qu’on peut faire est que terre et air sont organisés autour de la notion de mouvement, mouvement qui, s’il va de manière attendue de la terre vers l’air, présente la spécificité d’être double ou dédoublé. De plus, ce dédoublement se construit sur un traitement des éléments qui les montre eux aussi non seulement différents en soi mais aussi différents chacun dans son ambivalence et sa complexité interne.

4Déjà les galets et les coraux de la citation ci-dessus indiquaient l’ancrage du poème dans l’élément terre. Mais très vite se dégage une suite d’oppositions et de contrastes. Le premier livre se clôt sur la tendresse qu’éprouve la jeune Italienne exilée en Angleterre et poétesse future, pour la douceur du paysage qui l’entoure, et cela dans la grande tradition de la pastorale anglaise :

... nothing too much or too down,
A ripple of land ; such little hills, the sky
Can stoop so tenderly and the wheat fields climb ;
Such nooks of valley lined with orchises,
...
And open pastures where you can scarcely tell
White daisies from white dew, — at intervals
The mythic oak and elm. Trees standing out
Self-poised upon their prodigy of shade. (Bk. I, 1082-90)

5Cette douce Angleterre qu’Aurora a appris à aimer ne fait cependant pas disparaître en elle le sentiment plus ancien et plus profond pour l’Italie natale et ses paysages grandioses : « ... my chestnut woods of Vallombrosa, cleaving by the spurs to precipices ». (Bk. I, 615-17)

6Ce parallèle entre l’Italie, terre natale et l’Angleterre, terre du père, entre l’identification à la terre maternelle et la tendresse pour la terre d’adoption est au cœur du traitement de l’élément terre dans Aurora Leigh. Le parallèle se transforme cependant vite en opposition : la terre donnante et généreuse est aussi la terre dévoratrice et destructrice. Le concept n’a certes rien de neuf, mais Barrett Browning s’en sert, nous le verrons, de manière particulière. La terre donnante est assimilée, ce n’est pas une surprise, à l’Italie, terre maternelle/féminine. Le personnage de Marian est la représentante de cette féminité fondamentale au sens victorien du terme, celle de la maternité. Le passage décrivant son bébé est une sorte d’hymne à la fertilité et à la beauté mais aussi à la sensualité aussi innocente que naturelle de l’amour maternel, sensualité évidente dans l’accumulation d’images telles que « A [rosy] flush/ Pomegranate », « The yearling creature, warm and moist with life/ To the bottom of his dimples », « ... both his cheeks/ Were hot and scarlet as the first live rose », « The little naked feet, drawn up the way/ Of nested birdlings » (Bk. VI, 565-78). La relation de la mère à son enfant confirme cette impression à travers la manière dont elle le découvre : « You could not peel a fruit you fear to bruise/ More calmly, more carefully than so » (Bk. VI, 563) ou quand elle retient ses larmes devant lui car « It is not wholesome for these pleasure-platts/ To be so early watered by our brine » (Bk. VI, 698-9) et finalement par la déclaration d’Aurora à propos de cet enfant illégitime né du viol d’une jeune femme de la classe ouvrière : « We are all born princes » (Bk. VIII, 15).

  • 1 Fiancée à Romney qui voyait en elle la compagne idéale dans son entreprise de réforme, elle est man (...)

7Il faut cependant remarquer que la représentation positive et féminine de l’élément terre n’inclut pas la poétesse narratrice. Bien que femme, elle demeure observatrice ; parce qu’elle est poète et a épousé une vocation qui la tire vers l’élément air ? Probablement, mais sans doute aussi, et nous y reviendrons, à cause de la spécificité de sa conception initiale du poète. Sans oublier le fait que les deux représentantes de l’élément terre, Marian mentionnée ci-dessus et la mère d’Aurora, sont caractérisées d’abord par l’absence d’existence propre, puis par la mort. La mère d’Aurora, dont on ne connaît même pas le nom (au contraire, par exemple, de la servante, Assunta) n’est qu’objet d’amour, apparemment écrasée par celui qu’elle inspire à l’Anglais austère (Bk. I, 65), père de la narratrice. Elle meurt quand Aurora a quatre ans. Marian quant à elle n’existe qu’en tant qu’objet du désir des hommes, désir de faire le bien de Romney Leigh, désir de sexe des autres. Si elle ne meurt pas physiquement elle dit à Aurora quand elles se retrouvent et redit à Romney venu en Italie pour tenir sa promesse de mariage que les épreuves qu’elle a subies l’ont tuée au monde1.

I told your cousin, sir, that I was dead
And now she thinks I’ll get up from my grave,
And wear my chin-cloth for a wedding veil,
And glide along the churchyard like a bride (Bk. IX, 391-4).

8Cette dernière remarque indique déjà que les deux aspects de la terre mentionnés ci-dessus ne sont pas concomitants mais antagonistes ; l’Angleterre n’est donc pas un autre endroit de la terre, mais, poétiquement parlant, une autre terre, terre de la boue où l’on s’enfonce et de toute une vie ou survie de créatures engluées dans l’argile dont elles sont faites. Créatures parmi lesquelles, paradoxalement, on compte aussi Marian, dont la naissance est associée aux mots « mud » et « anthill » (Bk. III, 334-6) et pour qui « earth... felt unstable ground » (Bk. III, 879). Cette conscience de vivre à ras de terre la suit jusqu’au moment où elle rencontre Romney et où elle est décrite, « moveless as a worm beneath a stone » (Bk. III, 1181). Le résumé de son sort, le viol et la folie qui s’ensuit, après s’être enfuie de Londres pour ne pas compromettre par une mésalliance le nom de Romney Leigh, utilise le même registre, « beaten down... into a ditch » (Bk. VI, 675-6).

9Il est facile d’interpréter tout cela comme une métaphore du sort des femmes. Elles s’inscrivent en tant que femmes donneuses de vie et d’amour dans une terre/nature toute de générosité. Mais elles sont de par ce même état de femme réifiées, simples composantes sans voix d’un domaine terrestre que les hommes ont défini comme leur et qu’ils se sont approprié. Ce qu’exprime Aurora quand elle déclare à son cousin :

... She, at least,
Was not built up as walls are, brick by brick,
Each fancy squared, each feeling ranged by line,
... excellent bricks,
A well-built wall, — which stops you on the road,
And into which, you cannot see an inch
Although you beat your head on it — (Bk. IV, 352-359)

10L’élément terre se divise donc dans Aurora Leigh le long de la faille qui sépare le masculin du féminin, ou plutôt les influences contradictoires du masculin et du féminin. L’exemple de Marian n’est que l’archétype d’une division qui devient en fait plus mortifère à mesure qu’elle se complexifie avec le désir de la poétesse elle-même, dans son ambition, d’entrer dans le cercle (masculin) des grands poètes. Son projet initial en effet est clairement de dire son âge dans sa totalité et cela inclut les hommes qui le font et la terre sur laquelle ils agissent :

Their [poets’] sole work is to represent the age,
Their age, not Charlemagne’s, — this live, throbbing age,
That brawls, cheats, maddens, calculates, aspires,
And spends more passion, more heroic heat,
Betwixt the mirrors of its drawing rooms,
Than Roland with his knights at Ronscevalles. (Bk. V, 202-7)

11Ce faisant, elle se démarque de la condition d’objet de nature qui est celle assignée aux femmes. On pourrait objecter que la conséquence en est la disparition de l’élément terre et que le poème traite alors d’autre chose, la condition humaine. Or il n’en est rien. Car le projet d’Aurora se transforme rapidement en une dénonciation ; elle revient sans cesse au type de comparaison et de parallèle dont elle s’était servie à propos de Marian. La lectrice attentive ne peut en être surprise ; elle était prévenue dès le livre II : « The civiliser’s spade, grinds horribly/ On dead men’s bones, and cannot turn up soil/ That’s otherwise than fetid » (265-7). La description du quartier populaire de Londres où vivait Marian, et de ses habitants reprend les mêmes images : « These hideous streets, these graves, where men live/ Packed close with earthworms » (Bk. IV, 386-7), « The very women pelt their souls in mud » (390). Tout comme celle, dans le livre IV, de la foule qui vient assister au mariage de Marian et Romney : « bruised snakes crawl[ing] and hiss[ing] out of a hole » (566-7), « they hide in cellars » (573), « draggling in the dirt » (585), « swirls of slime » (589), et, en portrait de groupe :

...You’d suppose
A finished generation, dead of the plague,
Swept outward from their graves into the sun,
The moil of death upon them. (547-50)

12Cette association de l’humanité à une vision des plus négative de l’élément terre, concentrée sur la boue, le souterrain, la tombe et la corruption qui les accompagne va de pair avec une critique fondamentale de l’action des hommes sur cette terre. La vocation des deux personnages masculins est marquée, de manière significative, du sceau de la corruption souterraine. Il n’est pas innocent que le père anglais d’Aurora ait été un spécialiste des égouts, qu’il soit venu en Italie « [to] note the secret of Da Vinci’s drains » (Bk. I, 72). Sous l’humour pointe le parallèle avec l’entreprise réformatrice de Romney, « The burrowing, groping effort, whence the arm/ And heart come torn » (Bk. IV, 1135-6). Ne peut-on suggérer que l’obsession du père d’Aurora avec le souterrain mène sa femme dans sa tombe dans la mesure où cette vision de la terre la nie et l’exclut ? Certainement, de manière ironique et en une sorte de rétribution poétique, elle entre alors dans une dimension de l’élément terre effrayant et corrupteur au-delà du pouvoir des hommes :

Ghost, fiend and angel, fairy, witch, and sprite,
...
A still Medusa with mild milky brows
All curdled and all clothed upon with snakes
Whose slime falls fast as sweat will ; ...
...
... or Lamia in her first
Moonlight pallor, ere she shrunk and blinked
And shuddering wriggled down to the unclean (Bk. I, 154-168).

13Dans le cas de Romney, on peut dire qu’il sera lui-même réduit ou ramené à l’élément qu’il avait voulu (re)modeler et élever à son idéal, et cela dans un raccourci aussi saisissant que paradoxal entre l’élément terre nourricière et l’élément terre/tombe. Il finit en effet par décrire son action en ces termes :

... eating clay
...
... clay by handfuls, clay by lumps,
Until we’re filled up to the throat with clay,
And grow the grimy colour of the ground
On which we are feeding. (Bk. VIII, 630-5)

14Il finit en fait par dire de lui-même qu’il n’est que « a mere bare blind stone... as dark as ten feet under, in the grave » (Bk. IX, 570-2).

15La force même de cette vision noire de l’élément terre appelle en quelque sorte l’élément air comme une réponse ou une alternative nécessaire. Il souffle en effet sur tout le poème, mais de nouveau de manière ambiguë, à l’instar du vent qui en est une des représentations. À l’évocation un peu forcée du « whirlwind on Valdarno » (Bk. II, 1165) qui la libère de la fortune terrestre et par conséquent pesante que lui offre son cousin, répond l’image plus convaincante du souvenir de Marian « moan[ing] on in me like the wind/ Through ill-shut casements » (Bk. V, 1095). Mais le vent demeure imprévisible et incontrôlable, comme le prouve la question que se pose l’héroïne : « Which way is the wind tonight ? South-East ? due East ? » (Bk. IV, 407). Ce qui explique sans doute son utilisation assez limitée dans le poème.

16Au contraire du souffle des humains, récurrent, soit dans sa forme simple, « breath » ou « breathe », soit dans le son qu’il produit en passant dans des instruments — pipeaux, flûtes ou trompettes — dont la variété et les variations reflètent celles de la poésie telle qu’Aurora la conçoit. Il faut cependant noter ici que si le vent est détaché de l’élément terre, tel n’est pas le cas du souffle de la musique et de la poésie. Le sentiment apparaît donc très vite d’un élément terre indissociable de l’élément air et il va se confirmer comme une des caractéristiques d’Aurora Leigh. Il résume en quelque sorte la dynamique du poème, dynamique où la dualité réapparaît ou se poursuit, mais différente tant quant à son parcours qu’à sa finalité.

  • 2 L’ange dans Revelation 10. 1: « and a rainbow was upon his head ».

17Le lien entre les deux éléments se fait de nouveau à travers Marian dont nous avons déjà vu qu’elle était définie par l’élément terre dans ses deux acceptions. Elle est en effet également comparée à un oiseau, à une biche ou à un écureuil, animaux qui par leur légèreté et leur rapidité sont plus proches de l’air que de la terre, sans pourtant s’en détacher tout à fait. La progression du personnage, d’enfant, « A-hungering forward outward from the barren earth » (Bk. III, 885) vers des anges dont elle n’a pas encore entendu parler au fantôme, être d’air issu de (sous) la terre, qu’elle devient (Bk. V, 1100), ainsi que la description à forte connotation biblique que la narratrice en donne, « self-crowned in rainbow » (Bk. IV, 1852), donne un aperçu de la complexité du traitement.

18À cela s’ajoute le fait qu’il ne s’agit plus ici de principe poétique mais de spiritualité chrétienne. L’exemple assez simple de Marian permet d’appréhender le fait que cette dimension spirituelle est également intimement mêlée au parcours poétique d’Aurora. En effet, les images d’oiseaux la concernent tout autant que Marian. Et si elle compare son art et sa vie de poète au vol de l’aigle (Bk. I, 198-9) ou du faucon (Bk. III, 158), elle mentionne aussi à au moins deux reprises l’alouette (Bk. I, 1055 et Bk. III, 158), alouette dont les connotations avec l’âme humaine s’élevant vers son créateur sont bien connues. La toute jeune poétesse écrivant encore dans le secret dit d’elle-même :

... I sat and teased
The patient needle till it spilt the thread ...
...
My soul was singing at a work apart
As sings the lark when sucked out of sight
In vortices of glory and blue air. (Bk. I, 1049-56)

19Le résumé du mariage d’amour de la poésie et de la spiritualité est exprimé ici dans toute sa splendeur, ainsi que dans ce qu’il a de transgressif en ce qu’il demeure soigneusement caché derrière les occupations féminines acceptées.

  • 3 Bk. III, 373 et Bk. IX, 288. La référence indique l’absence de réelle dimension spirituelle du pers (...)

20Il est vrai qu’Aurora donne souvent l’impression d’être déjà dans ou de l’élément air. Son monde de poésie est décrit à deux reprises comme l’Olympe par Lady Waldemar3. Aurora quant à elle, fidèle à l’opposition qu’elle fait entre l’Angleterre et l’Italie, préfère se représenter dans la maison où elle s’installe de retour au pays, maison posée « [in] illimitable space and pause of sky,/ Intense as angels’ garments blanched with God,/ less blue than radiant » (Bk. VII, 1230). L’Italie terre féminine/maternelle devient alors paradis perdu et retrouvé, à la fois sur et au-delà, au-dessus de l’élément terre. Cette féminisation de la supériorité de l’élément air est également perceptible dans des remarques faites lors de confrontations avec Romney : « Always Romney Leigh/ Was looking for the worms, I for the gods » (Bk. I, 551-2), et « Meseemed I floated in a sudden light/ Above his stature. » (Bk. II, 359-60). La supériorité intrinsèque du principe féminin atteint une dimension que d’aucuns appelleront blasphématoire quand, comme Pierre, elle en appelle à Jésus : « Sustain me, that with thee I walk these waves » (Bk. VII, 1034). Doublement blasphématoire en ce qu’elle met sur le même niveau le royaume de Dieu et la poésie et en ce que, femme, elle se considère digne de la position de premier, (première ?), disciple.

  • 4 Gaston Bachelard, L’Air et les songes (Paris: Librairie José Corti, 1943) 39.
  • 5 On peut noter en passant qu’ils ont évidemment été, par ce passage en altitude, débarrassés de la g (...)

21Mais si Aurora a une forte conscience de sa vocation et de son génie, si elle ne fait pas de concession artistique au genre, elle ne cache pas et elle ne se cache pas que la relation terre/air qui la sous-tend de son point de vue n’est pas une relation donnée (ou/ou). Elle la conçoit comme une relation de mouvement, ou plus exactement de progrès (de/vers). Ce qui caractérise en fin de compte l’élément air dans Aurora Leigh est qu’il est le but d’un mouvement ascensionnel, parallèle au désir d’Aurora de s’élever au-dessus de cette terre évidemment perçue comme pesante et mortifère. La tension et l’effort de cette aspiration sont traduits de manière tout à fait cohérente et à travers une variété de procédés. Mais il n’y a pas dans Aurora Leigh de vol, de cette impression légère qui part d’un coup de talon dont parle Bachelard4. S’il y a beaucoup de créatures ailées en arrière-plan, qu’elles soient anges ou oiseaux, l’être humain doit quant à lui, quant à elle, gravir avec difficulté des escaliers, preuves que la terre et sa force d’attraction sont bien là. Même si la poésie est un don divin, Aurora, pour retrouver les livres de son père (et trouver sa vocation), doit monter au grenier où ils ont été rangés ou oubliés (Bk. I, 8335). Plus tard elle dit son choix d’une chambre « up three flights of stairs » (Bk. III, 158) pour gravir la pente ardue de l’apprentissage poétique.

22Le plus bel exemple de cet escalier qu’il faut gravir vers un monde libéré de la pesanteur terrestre, un monde qu’on ne connaît pas plus que Marian ne connaissait les anges qu’elle cherchait instinctivement, est sans doute celui qui se dresse, seul vestige de la maison des Leigh après que les hordes terrestres que Romney voulait élever l’ont rasée

... a great charred circle, where
The patient earth was singed an acre around ;
With one stone-stair, symbolic of my life,
Ascending, winding, leading up to nought ! (Bk. VII, 1032-6).

23La terre martyrisée n’en continue pas moins d’indiquer, à qui sait lire, la voie à suivre pour à la fois la respecter et s’accomplir en tant qu’être humain (et poète). « To nought » suggère que Romney ne sait pas encore lire les signes malgré le feu purificateur qui l’a délivré de ses biens et de ses ambitions terrestres. Les signes se trouvent bien entendu — c’est dit de manière récurrente tout au long d’Aurora Leigh — dans la poésie, la route que le poète ouvre « betwixt the seen and the unseen » (Bk. II, 468-9). Il est vrai cependant que débarrassé de la poussière de Fourier, Romney est maintenant prêt à en aborder « the ascending gyres » (Bk. IV, 1151-4), prêt à faire le saut. Car c’est aussi ce que cet escalier montant dans le vide symbolise, l’acte de foi nécessaire pour accéder à cet inconnu généralement associé au supra terrestre et à l’air mais aussi à la poésie et à sa fonction de passeur de l’élément terre à l’élément air. Ce bond sur les ailes de la poésie est en effet pendant longtemps le but ultime d’Aurora la poétesse. « My soul’s in haste to leap into the sun » (Bk. VI, 217) et « Best have air, air, although it comes with fire » (Bk. VII, 697) sont deux des nombreuses instances où elle exprime ce sentiment. On notera que si l’effort disparaît, la notion d’épreuve ou de test est toujours bien présente à travers le feu purificateur. Et même quand les images de bond aérien et libérateur n’impliquent pas la traversée du feu, comme dans celle très frappante des cascades de la montagne italienne,

... headlong leaps
Of waters, that cry out for joy or fear
In leaping through the palpitating pines,
Like a white soul tossed out to eternity (Bk. I, 618-20),

24le défi à la pesanteur de ces cascades se lançant vers le ciel indique l’immense énergie nécessaire pour s’arracher de la terre. Mais n’indique-t-il pas également que ce mouvement, dans sa violence renversée, est contre nature ? Tout comme le feu qui détruit pour purifier, tout comme la terre qui devient la tombe de vivants qui ne le sont plus ou si peu.

25C’est peut-être pourquoi ce passage en force de l’élément terre à l’élément air n’est finalement pas le seul ou le meilleur, si l’on en croit Aurora Leigh. Le poème en offre en effet finalement un autre, en lien direct avec la terre maternelle et généreuse mentionnée au début de cet article et qui semblait vouée à la disparition. Ce passage, que la poétesse va finir par adopter, est celui d’une croissance naturelle de la terre vers l’air. Le symbole le plus immédiat en est sans doute les montagnes, mentionnées de manière systématique à propos de l’Italie :

My multitudinous mountains ...
Electric, panting from their full deep hearts
Beneath the influent heavens, and waiting for
Communion and commission. (Bk. I, 622-6)

26ou encore « ... Hills draw like Heaven,/ And stronger sometimes, holding out their hands/ To pull you from the vile flats up to them » (Bk. III, 654-6). La terre natale, la terre féminine tend donc, à travers sa configuration même, vers l’aérien. Au contraire de l’Angleterre, terre dominée par les principes masculins et qui est de manière significative privée de montagnes — « The hills are crumpled plains » (Bk. I, 631).

27La poétesse ne s’accomplira donc que quand elle aura abandonné le principe d’arrachement et adopté celui du mouvement lent et naturel de la végétation aux racines ancrées dans la terre et au feuillage aérien. Elle en avait très tôt eu le pressentiment, perceptible dans le choix qu’elle fait du lierre comme couronne de sa vocation : « I like such ivy, bold to leap a height » et « The Ivy on my forehead, light as air » (Bk. I, 50 et 89). Elle s’en rappelle plus tard quand elle parle de son progrès poétique comme du

... fiery sap, the touch from God,
Careering through a tree, dilates the bark
And roughs with scale and knob, before it strikes
The summer foliage out in a green flame (Bk. III, 330-4).

28C’est la raison pour laquelle elle part pour l’Italie, un exil du lieu où elle pratique son art, mais aussi un retour à la terre-mère et à des valeurs du féminin dont elle ressent confusément le besoin pour progresser dans son art :

And now I come, my Italy,
My own hills ! Are you ’ware of me, my hills,
How I burn toward you ? do you feel to-night
The urgency and yearning of my soul,
As sleeping mothers feel the sucking babe
And smile ? (Bk. V, 1267-1271)

29Le naturel et le végétal seront finalement et ouvertement définis comme féminins dans une affirmation du seul mouvement valide de la terre à l’air, comme du seul moyen d’atteindre les sommets de la poésie :

... Passioned to exalt
The artist’s instinct in me at the cost
Of putting down the Woman’s, I forgot
No perfect artist is developed here
From any imperfect woman. Flower from root,
And spiritual from natural, grade by grade
In all our life. (Bk. IX, 645-51)

30Et c’est alors et alors seulement qu’elle sera capable d’écrire le livre qui fera entrer Romney en poésie. Il la rejoint sur le chemin qui mène à l’élément air, élément où la musique de sa poésie à elle et son souci de la terre à lui se rejoignent eux aussi, ce qu’il décrit dans un raccourci qui inclut les différentes images utilisées auparavant : « Now press the clarion on thy woman’s lip/.../ And breathe thy fine keen breath along the brass,/ And blow all class-walls level as Jericho’s » (Bk. IX, 929-32).

Haut de page

Bibliographie

Barrett Browning Elizabeth, Aurora Leigh (1856). New York : Norton, 1995.

Bachelard Gaston, L’Air et les songes, Paris : Librairie José Corti, 1943.

Gelpi Barbara, « Aurora Leigh, the Vocation of the Woman Poet. » Victorian Poetry 19 (Spring 1981).

Moi Toril, Sexual/Textual Politics : Feminist Literary Theory. London : Routledge, 1985.

Woodford John, « Elizabeth Barrett Browning : The Natural and the Spiritual. » Browning Society Notes 8 (April 1978).

Haut de page

Notes

1 Fiancée à Romney qui voyait en elle la compagne idéale dans son entreprise de réforme, elle est manipulée par Lady Waldemar, aristocrate amoureuse de Romney, enlevée, emmenée en France et violée.

2 L’ange dans Revelation 10. 1: « and a rainbow was upon his head ».

3 Bk. III, 373 et Bk. IX, 288. La référence indique l’absence de réelle dimension spirituelle du personnage de l’aristocrate, mais elle souligne également l’abandon par Aurora de sa féminité en échange d’une place parmi les dieux. Il s’agit cependant de faux dieux, qu’Aurora dépasse très vite.

4 Gaston Bachelard, L’Air et les songes (Paris: Librairie José Corti, 1943) 39.

5 On peut noter en passant qu’ils ont évidemment été, par ce passage en altitude, débarrassés de la gangue du père spécialiste des égouts, une autre instance des fils multiples tirés entre terre et air dans Aurora Leigh.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Camus, « Entre air et terre : les éléments dans Aurora Leigh d’Elizabeth Barrett Browning », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 37-48.

Référence électronique

Marianne Camus, « Entre air et terre : les éléments dans Aurora Leigh d’Elizabeth Barrett Browning », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cve.revues.org/2825 ; DOI : 10.4000/cve.2825

Haut de page

Auteur

Marianne Camus

Université de Bourgogne, Dijon.
Marianne Camus is professor of English Literature at Dijon University. She works on the relationships between aesthetics and ideology (gender and class) in nineteenth-century fiction. She has published a number of articles on the subject and two books, Women’s Voices in the Fiction of Elizabeth Gaskell (Mellen, 2002) and Gender and Madness in the Novels of Charles Dickens (Mellen, 2003). She has edited three books on women and the creative process (Création au feminine I Littérature, Création au Féminin II Arts visuels, Dijon : EUD, 2006 and Création au Féminin III : Filiations, Dijon : EUD 2007)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org