Navigation – Plan du site
Actes du colloque de la S.F.E.V.E. à l'université de Provence, les 18 et 19 janvier 2008. Thème : « Représentations victoriennes et édouardiennes des quatre éléments »

Brumes, brouillards et incertitudes dans John Marchmont’s Legacy (1863) de Mary Elizabeth Braddon

Mist, Fog and Uncertainty in Mary Elizabeth Braddon’s John Marchmont’s Legacy (1863)
Marion Charret-Del Bove
p. 49-60

Résumé

Among the several sensation novels that M.E. Braddon (1835-1915) wrote in the early 1860s, there is one that is particularly striking for its repetitive use of mist and fog. This is John Marchmont’s Legacy, serialized from December 1862 to January 1864. Surprisingly enough, this is not London that is clouded in a wreath of mist, but the English countryside in Lincolnshire, continuously wrapped in fog. Indeed, those two atmospheric elements appear simultaneously with strange events and mysterious characters, thus embodying Victorian notions of secrecy, uncertainty and doubt. Besides, fog is also a textual device used by the author to symbolize the blurring literary process at the heart of sensational fiction that aimed at shattering the traditional barriers between types of narratives (gothic tales, melodrama...). Eventually, one has to look at Braddon’s use of mist and fog as an attempt at visualizing a part of the Victorian mid-century world with its share of hidden social uncertainties, particularly regarding women’s restricted lives and lack of opportunities.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque l’on évoque l’époque victorienne, brumes et brouillards sont très souvent associés à la peinture par le biais d’artistes tels que William Turner. Cependant la création picturale n’avait pas l’apanage de ces phénomènes atmosphériques ; le roman sut, lui aussi, largement utiliser ces clichés et, tout particulièrement le roman à sensation, genre littéraire que l’on retrouvait un peu partout sur les rayons des bibliothèques de prêt au début des années 1860. Il est intéressant de noter que les liens entre Turner et ce type de récit sont d’autant plus étroits que le peintre est cité dans un grand nombre de romans, écrits par Mary Elizabeth Braddon, où le brouillard apparaît justement de manière récurrente. Ainsi, le narrateur de John Marchmont’s Legacy décrit avec minutie les tableaux que Paul Marchmont a achetés pour décorer un des salons de Marchmont Towers, parmi lesquels une toile réalisée par Turner décrite en ces termes : « Turner’s Grecian temples glimmered through sultry summer mists ; while glimpses of oceans sparkled here and there, and were as beautiful as if the artist’s brush had been dipped in melted opals » (397).

2Un petit rappel scientifique de ce qu’est le brouillard est nécessaire avant de se lancer dans une analyse plus littéraire de ses occurrences dans le texte sensationnaliste. Cet hydrométéore se caractérise par une certaine dualité : objet d’étude, d’une part, il possède une réalité physique et objective qui se caractérise par un mélange d’air et d’eau ; composé d’une « concentration de fines gouttelettes d’eau [qui restent] en suspension dans la couche atmosphérique voisine du sol » (Brouillard, brumes et nuées 52), il se forme lorsque l’atmosphère subit soit un refroidissement marqué de la surface terrestre, soit une augmentation de son humidité, soit les deux à la fois. D’autre part, à cette approche scientifique se greffe une approche plus symbolique. Il s’agit alors d’un « […] phénomène atmosphérique fugace et pourtant dangereux, intermédiaire entre eau et air » (Brouillard, brumes et nuées, Joëlle Ducos 37). De par sa nature temporaire et vaporeuse, le brouillard est donc ce qui échappe à la détermination ; c’est un objet indéfinissable, insaisissable et éphémère. Mélange de deux éléments, il se trouve donc lié aux notions d’incertitude et d’hybridité qui ne sont pas sans rappeler certaines caractéristiques diégétiques et extradiégétiques du roman à sensation. Il est pertinent de rappeler l’expression employée par Patrick Brantlinger lorsqu’il souligne l’aspect hybride du genre littéraire qui émergea au début des années 1860 :

The sensation fiction of the 1860s is thus an odd hybrid, neither modern, nor exactly Victorian, neither realistic nor romantic, neither high cultural nor clearly low, a sub genre whose uncertain, liminal status posed and still poses reading problems, while also posing, according to its critics, various moral and cultural dangers to its readers. (Brantlinger 146)

3Mary Elizabeth Braddon (1835-1915) est considérée comme une figure de proue du roman à sensation, en particulier dès la parution, en 1861, de son premier grand succès de librairie Lady Audley’s Secret. Dès lors, dans chacun de ses récits, à raison d’un par an, l’auteur sensationnaliste usa et abusa d’éléments évoquant le vague et le mystère tels que le brouillard et les brumes. Il semble cependant judicieux de se pencher sur un roman en particulier : John Marchmont’s Legacy, publié en roman-feuilleton de décembre 1862 à janvier 1864. L’intrigue principale repose sur le mystère de la disparition d’une riche héritière, Mary Marchmont, dont le mari Edward Arundel, qui l’a épousée en secret, erre dans la campagne anglaise pour tenter de la retrouver. Il convient, dans un premier temps, d’étudier les occurrences des brumes et du brouillard tout au long du roman pour en distinguer les effets. Ces phénomènes atmosphériques ne sont-ils pas en fait symptomatiques d’une esthétique du brouillage ? Finalement, au-delà d’un simple cliché romanesque, ne sont-ils pas employés comme des figures symboliques permettant de mettre au jour les inquiétudes et les processus de transformation à l’œuvre dans la société victorienne du milieu du xixe siècle ?

4Une première remarque s’impose : le brouillard n’apparaît pas au début du roman. L’action débute à Londres en décembre 1838 ; la capitale anglaise n’était alors pas plongée dans les fumées industrielles liées aux usines ou au trafic ferroviaire. Le narrateur fait même remarquer que le terminus de Waterloo n’existait pas encore à cette époque : « The South-Western Terminus had not been built in the year ’38, and the bridge was about the quietest thoroughfare any two companions confidentially inclined could have chosen » (27). Ainsi, les premiers chapitres se déroulent sans aucune trace de brume et sans véritable mystère. Le brouillard, s’il ne caractérise pas l’espace urbain, n’en demeure pas moins un élément constitutif de l’univers diégétique braddonien. Il joue le rôle d’un acteur essentiel au paysage rural, celui de la campagne anglaise du comté de Lincolnshire à la fin des années 1840 et au début des années 1850. La première apparition de la brume est à noter au chapitre VI, en juillet 1843, lorsque le narrateur décrit l’atmosphère brumeuse qui enveloppe la demeure de Marchmont Towers, brume dont la présence est accentuée par une pluie battante (55). Dans cette contrée, le brouillard n’est pas un facteur de protection : une partie de l’intrigue se déroule dans un village au nom révélateur de Swampington, la ville des marais. Cet espace marécageux, perpétuellement décrit par des adjectifs tels que « swampy » ou « marshy » (61, 62, 68, 110), évoque un endroit insalubre, constamment entouré d’un épais brouillard, lieu de mystère que l’on évite comme la peste, car l’on peut facilement s’y noyer. Seule l’ouïe peut pallier la perte de repères visuels, évitant, par exemple, au cavalier Edward Arundel de tomber accidentellement dans l’eau de la rivière (348).

5En outre, il semble que l’arrivée du brouillard ne soit pas une coïncidence. Elle correspond tout d’abord au surgissement d’un mystère. En tant que véritable composante du paysage, le brouillard contribue à faire naître une atmosphère étrange. En effet, l’action du roman est semblable aux gouttelettes d’eau en suspension qui composent ce brouillard ; elle se caractérise par une mise en suspension, un procédé de retardement constant de la révélation des secrets. Cette thématique du secret, chère au roman à sensation, semble donc façonnée par un emploi constant du brouillard et des brumes. Une telle affirmation semble plausible si l’on analyse la concomitance qui existe entre l’apparition du brouillard et celle d’une incertitude ou d’une interrogation. Ainsi, au début du chapitre XX, après une ellipse temporelle de trois mois, l’action reprend dans un train qui traverse la campagne du Lincolnshire entre Londres et Lincoln, train par ailleurs décrit comme un météore dans le brouillard gris (226). Voyageant dans un compartiment, se trouve allongé et très faible, Edward Arundel, qui a été victime d’un terrible accident de chemin de fer et qui, depuis qu’il est sorti du coma, s’est lancé à la recherche de son épouse disparue, Mary. Le brouillard qui entoure le train est avant tout symptomatique de l’incertitude dans laquelle le personnage est plongé, sentiment évoqué à de multiples reprises par les expressions suivantes : « some horrible uncertainty [...] this horrible suspense [...] the torture of suspense [...] racking anguish of suspense, the intolerable agony of anxiety » (226, 232, 234). On constate donc que toutes les fois où le narrateur insiste sur les angoisses et les doutes du personnage, la narration glisse d’une focalisation interne à une focalisation externe pour souligner la présence extérieure de ce brouillard opaque :

[...] to stare fiercely into the dismal fog outside the carriage window ; [...] He sat with his face turned towards the open window of the carriage, looking steadily into the night. There was nothing before him but a blank darkness and thick fog, and a flat country blotted out by the falling rain ; (226, 234)

6Ainsi, l’évocation du brouillard est bien un élément qui engendre cette atmosphère mystérieuse où certains protagonistes disparaissent, comme Mary Marchmont, vue pour la dernière fois le 17 octobre 1848, tandis que d’autres se lancent à leur recherche.

7De plus, le brouillard surgit lorsque certains personnages mystérieux entrent en scène ; c’est le cas de Paul Marchmont. Juste avant que celui-ci n’apparaisse, le narrateur fait cette remarque : « The misty October morning had heralded a wet day » (119). En fait, la brume annonce non plus simplement une journée pluvieuse, mais bien l’arrivée de l’individu dont on parle beaucoup depuis le début du roman et que personne n’a encore vu en chair et en os. Le texte est revenu à plusieurs reprises sur les craintes de John Marchmont face à son cousin artiste, en particulier, lors de la lecture du testament : l’avocat de Mary Marchmont se rappelle que si celle-ci venait à mourir sans descendance, Paul Marchmont serait le prochain sur la liste de la succession (123). Cependant, dans un premier temps, la voix narrative refuse de partager ces craintes : « [...] for it was impossible to take objection to either his [Paul’s] manners and his actions » (121). Malgré tout, par la suite, Paul Marchmont est décrit comme un homme dangereux :

But it had been better, I think, for any helpless wretch to be in the bull-dog hold of the sturdiest Bill Sykes (sic) ever loosed upon society by right of his ticket-to-leave, than in the power of Paul Marchmont, artist and teacher of drawing, of Charlotte Street, Fitzroy Square. (126-127)

8La référence à Dickens n’est ici pas anodine car, en rapprochant Paul Marchmont de Bill Sikes (de Oliver Twist) qui restait l’icône d’un être cruel, sans pitié, dangereux et prêt à tout pour arriver à ses fins, le narrateur fait entrer le scélérat braddonnien dans la catégorie des individus à éviter absolument.

9Impalpable et insaisissable, le brouillard est alors logiquement un élément-clé qui crée l’incertitude. Protéiforme, il est à l’image de ce personnage (Paul Marchmont) qui adopte plusieurs masques et joue différents rôles. La phrase précédemment citée, qui parle de la brume et annonce une journée pluvieuse, est immédiatement suivie d’un long paragraphe, environ douze lignes, entièrement consacré à la description physique du protagoniste tant attendu. Toute une série d’éléments viennent troubler le portrait précis qui est livré au lecteur : le visage n’est pas simplement élégant, mais intéressant, « [...] handsome [...] interesting » (119) ; les traits sont aussi particuliers car très délicats et raffinés, « very delicate and refined » (119), ce qui donne un aspect efféminé au personnage dont la bouche est elle-même petite et assez féminine ; son regard, à la couleur incertaine, entre gris et bleu, est comme caché par de longs cils marron ; enfin, élément tout particulièrement insolite, sa chevelure est blanche alors que Paul ne semble pas plus âgé que de trente-sept ans. Si le brouillard est ce qui cache, ce qui empêche de distinguer les objets qu’il recouvre, ce qui permet de soustraire à la vue les malfrats et les voleurs, son surgissement, en même temps que l’entrée en scène de Paul Marchmont, ne peut pas être une simple coïncidence. Par conséquent, il est nécessaire de voir dans l’intervention du brouillard ou de la brume autre chose qu’un simple phénomène atmosphérique. Ce sont des facteurs de mystère et d’incertitude, des déclencheurs de questionnements qui ne seront pas élucidés avant la fin du roman.

10En s’appuyant sur les diverses occurrences repérées dans JML, quels sont alors les effets de ces éléments atmosphériques ? Le premier effet de la brume est la réduction, voire l’oblitération, de la visibilité. Ainsi, la vision floue inhérente à l’apparition du brouillard dans un espace géographique restreint en fait l’instrument de prédilection du roman à sensation. On assiste à une valorisation du vague et de l’indistinct par le biais de ce processus d’estompement des formes. Le second effet découle du premier : le gommage de tout relief entraîne une perte de repères, une confusion, un sentiment d’égarement. Par exemple, le soir où Edward se rend près de la rivière pour rendre un dernier hommage à sa défunte épouse avant de quitter le Lincolnshire, le décor est brumeux : « Tonight the river was hidden by a mist, — a white fog — that obscured land and water » (348). S’ensuit une perte de repères pour ce personnage errant : « [...] groping his way along the narrow pathway [...] Wandering ignorantly and helplessly through his autumnal fog » (348). Le brouillard est alors « [...] ce qui crée l’indétermination des formes et provoque la confusion de la perception » (Brouillard, brumes et nuées, George Zaragoza 230). C’est lorsque l’on est plongé en plein brouillard qu’il est difficile de prendre de la distance pour cerner les choses et découvrir la vérité, à l’image d’Edward qui passe près du pavillon où Mary est séquestrée pendant près d’un an sans jamais rien soupçonner.

11Le surgissement du brouillard révèle tout autant l’atmosphère diégétique que la confusion des personnages. Le passage du roman le plus révélateur se situe lorsque John Marchmont, le père de Mary, demande en mariage Olivia Arundel, la cousine d’Edward. Elle décide d’accepter ce marché, non pas par amour, mais pour tenter d’oublier sa passion pour Edward : « Do I commit a sin in marrying one man, while my heart is racked by a mad passion for another ? » (91). Son esprit est alors très confus et le paysage environnant plongé dans le brouillard est comme une métaphore de ses sentiments, indicatif du chaos qui règne chez Olivia. En effet, l’acceptation de cette demande en mariage brise tous ses principes de moralité, de rectitude et de devoir. Le lecteur la retrouve en train d’errer : « She wandered across the dreary marshes, down by the lonely seashore, in the grey November fog » (92). De même, l’adjectif « misty » qui est employé pour évoquer le jour des funérailles de John Marchmont, ne fait pas seulement référence à la réalité climatologique de cette région anglaise, mais reflète également un état d’esprit : la profonde détresse de Mary à la mort de son père et le fait qu’elle perde tous ses repères, pensant même que la mort est proche et qu’elle devient folle (111). Par conséquent, brumes et brouillard sont des sortes d’écrans de fumée qui montrent aussi bien qu’ils ne dissimulent. Ils constituent des signaux révélateurs du trouble qui régnait parfois dans les foyers victoriens.

12Finalement, le troisième effet du brouillard est la peur. C’est un facteur d’étrangeté qui engendre un malaise plus au moins profond, en renforçant l’attente et en suscitant l’imagination. En effet, tous les personnages ne peuvent s’empêcher d’évoquer le pire, tel le suicide de Mary, en pensant au brouillard qui rend les abords de la rivière très dangereux. Signe d’une menace invisible, d’un possible danger, ce brouillard permet aux formes familières de revêtir des aspects inquiétants. Son apparition n’est donc plus fortuite, mais bien la conséquence d’une volonté délibérée de l’auteur. De l’esthétique du secret qui favorise brumes et brouillard pour évoquer une atmosphère particulièrement propice au mystère et au secret, on semble glisser progressivement vers une esthétique du brouillage fondée sur un mode de représentation romanesque qui refuse le clair et le distinct et qui privilégie le mélange et l’hybridité.

13Mais, dans quelle mesure le brouillard de JML peut-il être symptomatique d’une stratégie d’écriture romanesque ? L’idée a déjà été avancée selon laquelle, sous l’effet du brouillard, les formes ne sont plus perçues distinctement. Il semblerait en fait que la technique romanesque de Miss Braddon dans ce récit repose également sur un phénomène de brouillage des limites. Un exemple frappant concerne la structure même du roman : d’une part, la séparation en trois volumes semble très claire pour le lecteur qui a le livre entre les mains ; d’autre part, cette distinction est considérablement malmenée par des remarques narratives formulées à l’intérieur d’un de ces volumes :

In that moment began the second volume of Edward Arundel’s life. The first volume had begun upon a Christmas night on which the boy of seventeen went to see the pantomime at Drury Lane Theatre. [...] The new story began tonight, in this fading western sunshine [...]. (311)

14Or cela ne correspond pas du tout au début effectif d’un nouveau volume puisqu’il s’agit de l’avant-dernier chapitre du volume II. En déstabilisant des découpages aussi évidents et visuels que la séparation en trois volumes, le narrateur affiche une tactique de brouillage qui vise à faire perdre ses repères au lecteur. Le brouillard serait alors l’élément diégétique qui permettrait une mise en abyme du texte sensationnaliste.

15De surcroît, il est nécessaire de rappeler la nature profondément hybride de cette littérature populaire que furent les romans à sensation. Écrits difficilement catégorisables, ils échappaient à la répartition traditionnelle entre « lowbrow literature » and « highbrow literature ». Se posa au début des années 1860 une question centrale à propos de ces récits : comment classer ce phénomène qui échappait à toute définition ? Il n’y a qu’à rappeler les propos de l’auteur du compte-rendu critique de John Marchmont’s Legacy en décembre 1863, qui posait le problème de la catégorisation d’un tel livre en ces termes : « It is difficult to say whether this novel belongs to sensational fiction » (Review of John Marchmont’s Legacy 792). En effet, JML est très représentatif de la littérature victorienne du milieu du xixe siècle dans la mesure où ce roman bouleversait les frontières entre les différents genres romanesques en ayant recours à une technique du collage, prenant des éléments par-ci par-là afin de composer une nouvelle histoire. C’est ce processus de création romanesque, fondé sur des « hybridations génériques » ou des « alliances génériques » (Aubry 4), fait de bric et de broc, que Miss Braddon avait à l’esprit lorsqu’elle écrivait à son éditeur :

I look round and find everything on this earth seems to have been done, and done and done again ! [...] I will give the kaleidoscope (which I cannot spell) another run, and will do my very best with the old bits of glass and pins and rubbish. (Edwards 22)

16Le roman braddonien est ainsi placé sous le signe du brouillage et de l’hybridité. L’analogie entre cette forme de création littéraire et la nature ambivalente du brouillard est donc évidente. Par exemple, le récit sensationnaliste comporte des traces gothiques par le biais de cette histoire de séquestration, celle d’une pauvre victime innocente, Mary, par son cousin avide et prêt à tout pour s’emparer de sa fortune. Le brouillard n’est alors qu’un facteur supplémentaire servant de décor à un récit inquiétant, effrayant parfois.

17Mais des aspects mélodramatiques sont également omniprésents. Le roman est constamment comparé à une pièce de théâtre, grâce à l’image récurrente du rideau qui se lève ou tombe pour marquer le déroulement du spectacle : « A curtain had fallen upon all the wreck and ruin of the past, and they could hear the soft, mysterious music that was to be the prelude of a new act in life’s drama » (434). Ce qui est particulièrement singulier ici, c’est le procédé de théâtralisation du brouillard. Cet élément atmosphérique apparaît ainsi à des moments bien précis, prenant part à toute une série d’effets dramatiques, à ce que Francis Berthelot appelle, à propos de Dracula, « un effet de mise en scène » (Brouillard, brumes et nuées 159). Par conséquent, le brouillard joue, à l’envers, le rôle du rideau de théâtre : c’est lorsqu’il tombe qu’il annonce l’arrivée d’un mystère ou d’un personnage lié à ce mystère, contrairement au rideau de théâtre qui, lui, se lève pour annoncer le début d’une pièce ou d’un acte. Cette stratégie de brouillage des frontières romanesques, ce refus d’une opposition manichéenne où la littérature populaire devait forcément être séparée de la littérature respectable, faisait partie d’une démarche non seulement artistique, mais aussi commerciale, entreprise par Miss Braddon. Tous ses romans à sensation, parmi lesquels JML, ont été, il faut le rappeler, d’immenses succès auprès du public. De ce fait, il est possible d’envisager le brouillard comme le signe textuel de cette double stratégie, littéraire et commerciale.

18Finalement, le brouillard « évoque ou symbolise l’indistinction, la période transitoire entre deux états » (Dictionnaire des symboles 150). De ce fait, la présence de cet élément de la transition, de la médiation et du passage souligne ses liens étroits avec le roman à sensation. Lorsque la brume domine, ce n’est pas simplement le mystère qui est évoqué, mais un phénomène d’évolution. Ainsi, quand Olivia surprend la conversation amoureuse entre Mary, sa belle-fille, et Edward, près de la rivière, l’atmosphère est froide et humide : « [...] but here all seemed cold and desolate. The damp mists were rising from the sodden ground beneath the tree » (145-146). Ce qu’Olivia entend, c’est-à-dire la déclaration d’amour faite par Edward à Mary, met fin à tous ses espoirs même les plus infimes. Très rapidement, la brume environnante est remplacée par les ténèbres et l’obscurité. Elle n’est en fait là que pour marquer un moment de transition vers les abîmes du désespoir pour Olivia. De plus, tout comme le brouillard symbolise une étape de transition entre l’opacité et la transparence, le roman à sensation se pose comme une littérature de l’entre-deux, de la transition pour reprendre les termes d’Elaine Showalter. Si l’environnement braddonien est structuré par le brouillard qui évoque la perte de repères géographiques, l’utilisation métaphorique de cet élément atmosphérique vise non plus à cacher les incertitudes victoriennes, mais à dévoiler les profonds changements qui touchèrent le milieu du xixe siècle face aux mouvements de modernisation et d’industrialisation.

19C’est pourquoi, au sein de cette forme de littérature populaire en apparence légère se dessine une esthétique du brouillage qui vise à représenter un monde bien incohérent en proie à de multiples incertitudes : « The world seemed out of joint » (351), tel que le voit Edward. La corrélation entre le brouillard et un état d’esprit confus est évidente : ne parle-t-on pas de « a foggy intellect » pour désigner un esprit embrouillé ? C’est pourquoi la tactique employée par le principal scélérat de JML, Paul Marchmont, consiste à déstabiliser ses ennemis : « To talk his antagonist into a state of intellectual fog was almost always his manner of commencing an argument » (371). Par conséquent, la prise de conscience des personnages (comme celle du lecteur) est évoquée par l’image d’un brouillard qui se lève : « All the mists that had obscured her brain melted slowly away, and showed her the past as it had really been in all its naked horror » (401).

20L’hypothèse pourrait donc être la suivante : le recours au brouillard et aux brumes serait un moyen narratif de laisser s’exprimer des interrogations jusque-là passées sous silence à propos du monde et de ses bouleversements. En effet, de par sa nature indéfinissable (entre le nuage et la vapeur, entre le liquide et le gazeux), le brouillard offre une vision symbolique du monde qui réfute désormais une opposition binaire. C’est effectivement une dichotomie trop manichéenne qui est battue en brèche dans JML par le biais du personnage d’Olivia : être en apparence vertueux qui se transforme progressivement en ange corrompu, elle permet de brouiller la limite ténue qui existait entre la femme pure et la femme déchue. Brumes et brouillards deviennent des prétextes à la métaphore en estompant les contours d’un univers (le début des années 1860) qui faisait face à de multiples processus de redéfinition : redéfinition des classes sociales, du rôle de chacun, du statut légal de la femme. Un exemple peut illustrer la timide évolution de la condition féminine au milieu du xixe siècle. Dans JML, les éléments atmosphériques semblent être des signaux utilisés par l’auteur pour symboliser une absence totale de perspectives pour Olivia, femme hors du commun mais condamnée à un rôle insignifiant et secondaire :

The waters before her and the land behind her were hidden by a dense veil of mist. It seemed as if she stood alone in the world, — utterly isolated, utterly forgotten. [...] If Olivia Marchmont could have gone to America, and entered herself among the feminine professors of law or medicine, — if she could have turned field-preacher, like simple Dinah Morris, or set up a printing-press in Bloomsbury, or even written a novel, — I think she might have been saved. (92, 136).

21Pour les personnages masculins, l’évocation du brouillard est liée à une vie pauvre et misérable : Paul associe spontanément sa vie passée à l’image du brouillard (470). Néanmoins, brumes et brouillard deviennent, pour les protagonistes féminines, des éléments symboliques qui bouchent la vue et empêchent de voir l’extérieur. Ce sont les indices d’une limitation juridique imposée à celles qui étaient enfermées dans un espace clos, sacrifiées à une vie monotone.

22En conclusion, il est important de remarquer que si ce n’est pas le brouillard qui est en cause, c’est la fumée, sorte de simulacre du brouillard, qui prend le relais. Par exemple, celle qui s’échappe de la cheminée du pavillon où Paul se rend habituellement pour peindre (298) et qui s’avèrera, plus tard, être l’indice révélateur de la présence de Mary séquestrée dans cette habitation. Ironiquement, à la fin du roman, le scélérat qui n’a pas hésité à enfermer sa cousine pour s’emparer de sa fortune périt dans les fumées de l’incendie qu’il a lui-même déclenché pour mettre fin à ses jours et s’assurer que sa rivale ne pourra plus hériter de Marchmont Towers. Le brouillard est supplanté par un feu purgatoire qui incarne la notion de justice poétique. Tous ces éléments nous ont mené à envisager non plus la simple portée diégétique du brouillard, mais sa fonction « médiatrice » (Brouillard, brumes et nuées Christian Trottmann 9) et le fait qu’il participe, par son utilisation récurrente, à une esthétique du flou, du vague et de l’indécis. Il s’agit dans ce roman, comme dans beaucoup d’autres qualifiés de « sensation novel », de dissimuler derrière un écran de fumée certains mystères, tout en évoquant les ambiguïtés et les questionnements d’une époque. Toutefois, si le brouillard se dissipe pour les personnages du roman, ce n’était pas forcément le cas pour les lecteurs victoriens. Leurs interrogations demeuraient encore bien souvent sans réponses dans un univers en pleine mutation sociale et juridique où les doutes existentiels persistaient d’une manière peut-être d’autant plus aiguë qu’ils n’étaient plus tout à fait éclipsés par les mystères du dernier roman à la mode.

Haut de page

Bibliographie

Aubry Danielle, Du roman-feuilleton à la série télévisuelle. Pour une rhétorique du genre et de la sérialité. Bern, Berlin, Bruxelles : Peter Lang, 2006.

Braddon Mary Elizabeth, John Marchmont’s Legacy. 1861. Oxford : Oxford UP, 1999.

Brantlinger Patrick, The Reading Lesson : the Threat of Mass Literacy in the Nineteenth-Century British Fiction. Bloomington, Indianapolis : Indiana UP, 1998.

Brouillard, brumes et nuées. Centre de recherche sur l’image, le symbole et le mythe. Dijon : Éditions universitaires de Dijon, 2002. Figures, cahiers no26, 27, 28, année 2000-2001.

Chevalier Jean, Gheerbrant Alain. Dictionnaire des symboles. Paris : Robert Laffont, 1982.

Edwards P.D., Some mid-Victorian Thrillers : The Sensation Novel. St Lucia : University of Queensland Press, 1971.

Review of John Marchmont’s Legacy. The Athenaeum Journal of Literature, Science and the Fine Arts. Londres, 12 décembre 1863, no1885.

Showalter Elaine, A Literature of Their Own : British Women Novelists from Brontë to Lessing. Princeton, New Jersey : Princeton UP, 1977.

Tillotson Kathleen, « The Lighter Reading of the Eighteen-Sixties ». Introduction to The Woman in White. Boston, 1969.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Charret-Del Bove, « Brumes, brouillards et incertitudes dans John Marchmont’s Legacy (1863) de Mary Elizabeth Braddon », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 49-60.

Référence électronique

Marion Charret-Del Bove, « Brumes, brouillards et incertitudes dans John Marchmont’s Legacy (1863) de Mary Elizabeth Braddon », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cve.revues.org/2826 ; DOI : 10.4000/cve.2826

Haut de page

Auteur

Marion Charret-Del Bove

Université Jean Moulin Lyon 3.
Marion Charret-Del Bove : PRAG d’anglais à l’université Jean-Moulin Lyon III, faculté de droit. Docteur en Langues, spécialité littératures anglophones. Thèse soutenue en novembre 2007 : La stratégie du flou dans les romans à sensation de Mary Elizabeth Braddon. Domaines de recherche : Mary Elizabeth Braddon, sensation novels, Ghost Stories et littérature fantastique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org