Navigation – Plan du site
Actes du colloque de la S.F.E.V.E. à l'université de Provence, les 18 et 19 janvier 2008. Thème : « Représentations victoriennes et édouardiennes des quatre éléments »

La terre, dernier élément de Charles Darwin

Earth — Charles Darwin’s Last Element
Michel Prum
p. 229-236

Résumé

Charles Darwin published The Formation of Vegetable Mould through the Action of Worms, with Observations on their Habits in October 1881, four months before his death. This article aims at understanding the reasons for the unexpectedly immense success the book immediately met with. Darwin was at the height of his fame and the Victorians were attracted to anything that stirred up their nostalgia for land and earth. Yet Darwin’s last opus was also a brilliant plea for the theory of the accumulation of small variations (drawing upon Lyellian uniformitarism) and for a new positioning of Man in the animal kingdom that departed from the old Judaeo-Christian tradition. It could be argued that the worm became Darwin’s efficient advocate who championed his views on evolution and anti-Creationism.

Haut de page

Texte intégral

Le ver, qui pourrait faire l’objet d’une monographie littéraire... Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, Paris, Corti, 1948, p. 288.

1Il peut paraître pour le moins saugrenu de s’intéresser non seulement à la terre, mais à ses habitants, les vers de terre. Pourtant le petit ouvrage que Charles Darwin consacra en 1881 à la terre végétale et à ses habitants mérite qu’on s’y arrête quelques instants, ne serait-ce qu’en raison de son succès de librairie, qui en fait en soi un phénomène digne d’être étudié.

2Le livre n’a pourtant pas un titre qui aurait vocation à soulever les foules : The Formation of Vegetable Mould through the Action of Worms, with Observations on their Habits, que nous avons traduit par : La Formation de la terre végétale par l’action des vers, avec des observations sur leurs habitudes (traduction publiée en 2001 chez Syllepse). Le livre sort à Londres, chez John Murray, le 10 octobre 1881. Dès le premier jour, on s’arrache les deux mille exemplaires. Lors de la première année de la carrière de l’ouvrage, non moins de six tirages sont effectués, de mille exemplaires chacun. Si l’on compare les périodes des trois premières années de publication, La Formation de la terre végétale se vend plus que L’Origine des espèces.

  • 1 The Autobiography of Charles Darwin [1881], in The Works of Charles Darwin, edited by Paul H. Barre (...)
  • 2 Edward B. Aveling, The Religious Views of Charles Darwin, Londres, Freethought Publishing, 1883, p. (...)
  • 3 Cité et traduit par Patrick Tort, « Un regard sur la terre », in Charles Darwin, La Formation de la (...)

3Darwin lui-même est surpris par un tel succès, pour un livre au sujet si pointu. Quelques mois avant sa parution, le 1er mai 1881, il écrit : « J’ai à présent envoyé aux imprimeurs le ms. d’un petit livre sur La Formation de la terre végétale par l’action des vers. Ce n’est qu’un sujet d’une mince importance ; et je ne sais s’il intéressera ou non quelques lecteurs, mais il m’a intéressé1. » Cet intérêt, Edward Aveling, le gendre de Karl Marx, le note lorsqu’il rend visite à Down House, la demeure de Darwin, quelques jours avant la publication de l’ouvrage, et que le naturaliste lui fait part de son intérêt, vieux de quarante ans, pour les lombrics2. Le 8 novembre de la même année, moins d’un mois après la publication, Darwin s’étonne : « Mon livre a été accueilli avec un enthousiasme presque risible » et plus tard, quelques jours avant sa mort, il note encore : « J’ai été persécuté par une véritable avalanche de lettres sur ce sujet [la formation de la terre végétale], la plupart très stupides et enthousiastes ; mais quelques commentaires contenaient de bons faits, dont je me suis servi en corrigeant le “sixième mille3” ».

  • 4 Un comble pour un agnostique, attaqué violemment depuis 1859 par toutes les Églises du Royaume !

4Pourquoi un tel succès ? On sait que Darwin devait s’éteindre quatre mois après cette parution, le 19 février 1882, et qu’il sera enterré en grandes pompes à l’Abbaye de Westminster4, non loin de Sir Isaac Newton. L’ouvrage arrive donc à la fin de sa carrière scientifique, quand le naturaliste est au sommet de sa gloire. Mais ceci n’explique pas tout. L’accueil exceptionnel que reçoit l’ouvrage n’est pas dû qu’à la notoriété de son auteur et le livre intéresse un lectorat plus large que le cercle des naturalistes. Il touche la société victorienne pour plusieurs raisons.

  • 5 Voir François Bédarida, A Social History of England, 1801-1990, Londres, Routledge, 1990, p. 27. Vo (...)

5D’abord le public victorien est fortement attiré par la terre. Au début du xixe siècle, deux tiers des Britanniques sont des ruraux. En 1871, deux tiers des Britanniques sont des urbains5. Les urbains de première ou de seconde génération ont la nostalgie de la terre et lisent volontiers des livres qui en parlent. Jamais les Britanniques n’ont tant aimé leur jardin qu’en cette fin de Révolution industrielle. La terre qu’on cultive, qu’on retourne avec la bêche est bien sûr liée aux fameux lombrics.

  • 6 Voir Peter John Perry (dir.), British Agriculture, 1874-1914, Londres, Mathuen, 1973, introduction, (...)
  • 7 Ibid., p. xviii.

6Ensuite l’agriculture elle-même a changé. On connaît l’impact sur le paysage de l’abrogation des Lois sur le grain (Corn Laws) par le gouvernement de Robert Peel en 1846. On pensait que l’effet de cette abrogation serait immédiat. En fait la chute des cours du blé intervient avec un retard d’un quart de siècle, en 1873, pour des raisons historiques complexes. L’effondrement des cours des céréales est dû non seulement à la chute des barrières tarifaires mais aussi aux progrès des transports. À la fin des années 1860, transporter un quarter de froment de Chicago à Liverpool coûtait 15 shillings et 11 pence ; au tournant du siècle ce coût tombe à seulement 3 shillings et 11 pence6. Les céréales affluent donc d’Amérique du Nord et d’Argentine et les céréaliers britanniques ne peuvent tenir le choc de cette concurrence. Enfin une série d’étés pluvieux, culminant avec l’été pourri de 1879, finit de mettre l’agriculture britannique à genoux7. Le dernier quart du xixe siècle est une période de crise agricole sans précédent.

  • 8 Voir Mancur Olson Jr et Curtis C. Harris Jr, « Free Trade in « Corn » : A Statistical Study of the (...)
  • 9 Voir P.J. Perry, op. cit., p. 175 : « Britain’s persistence in laissez faire policies at the price (...)

7Du coup, les agriculteurs abandonnent les céréales dépréciées pour se convertir à l’élevage ou à la production horticole. Entre 1873 et 1894, la superficie des surfaces consacrées au blé tombe de 3,63 à 1,42 millions d’acres8. Entre les grandes exploitations céréalières et les plus petites parcelles horticoles, la différence est notable et modifie le regard porté sur la terre. On est dans une relation plus intime avec le sol. Relation d’autant plus forte que l’agriculture britannique est dévastée. Les victoriens, qui laissent mourir leur agriculture9, vouent en même temps un véritable culte à la nature et à la campagne.

8Ce rapport très fort avec la terre explique en partie l’intérêt du public victorien pour ce livre. Mais d’où vient l’intérêt de Darwin lui-même pour ce sujet ? En fait, cette étude va lui permettre de conforter certaines de ses thèses, en particulier son approche du règne animal et sa conception de la géologie.

  • 10 L’actualisme, comme son nom ne l’indique pas, n’oppose pas présent et passé, mais insiste sur l’inf (...)
  • 11 Patrick Tort, op. cit., p. 18-19.
  • 12 Edward Aveling, op. cit., p. 4.
  • 13 Charles Darwin, La Formation de la terre végétale par l’action des vers, avec des observations sur (...)

9Elle lui permet d’étayer sa théorie de l’histoire de la formation de la terre. On sait que les géologues victoriens se divisaient sur ce sujet. La jeune géologie, représentée par Charles Lyell (1797-1875), s’opposait au catastrophisme hérité du Français Georges Cuvier. Cuvier pensait que c’étaient des cataclysmes anciens qui expliquaient la configuration actuelle de la surface des sols, des plaines et des montagnes. Sa théorie ne remettait pas en cause le temps court de la géologie inféré par une lecture rigide de la Bible (ce qu’on appellera le créationnisme). Lyell, contre Cuvier, explique l’importance des phénomènes actuels (théorie de l’« actualisme10 ») et de l’homogénéité des facteurs de modification (théorie de l’uniformitarisme). On sait que Darwin s’embarqua sur le Beagle en 1831 avec le premier volume des Principles of Geology de Lyell, qui venait d’être publié, et qu’il reçut à Montevideo le second volume. Toute la théorie darwinienne se nourrit de l’approche actualiste de Lyell. Or l’étude des vers de terre est une excellente illustration de la théorie darwinienne de l’accumulation des petites variations, qui s’appuie sur les thèses lyelliennes, selon lesquelles « des causes apparemment infimes [...] mais accumulées à l’échelle des temps géologiques, produisent dans la durée des effets constatables au niveau des plus vastes configurations11 ». Le ver représente bien la cause infime, aux effets gigantesques. Edward Aveling, lorsqu’il discute avec Darwin de La Formation de la terre végétale, retient, entre toutes, cette idée que « dans la Nature, aucun agent ne peut être considéré comme insignifiant, et les effets les plus stupéfiants ont été produits par l’action infiniment répétée de petites forces12. » Darwin fait le calcul suivant : « Sur chaque acre de terrain un poids de dix tonnes de terre passe annuellement par leur corps [celui des vers] et se trouve remonté à la surface. Le résultat sur un pays comme la Grande-Bretagne, sur une période qui n’est pas longue à l’échelle géologique, telle qu’un million d’années, ne saurait être insignifiant13 ». Darwin évalue le poids de cette terre déplacée à 320 millions de millions de tonnes de terre. Donc le ver est ici un bon avocat de l’anti-créationnisme car il montre l’impact cumulé d’un travail discret et presque imperceptible sur le temps long de la géologie.

  • 14 Ibid., p. 177.
  • 15 Ibid., p. 178.

10Ce déplacement de la terre a bien entendu un effet très positif pour l’agriculture. Bien avant l’invention de la charrue, les vers ont labouré le sol de nos champs. Darwin les compare à un « jardinier [...] qui prépare un sol de qualité pour ses plantes les plus choisies14 », exposant la terre à l’air, la tamisant, la mélangeant. Le sentiment de plaisir esthétique qu’inspire un beau paysage ne serait sans doute pas le même sans l’action des lombrics. « Lorsque nous contemplons une vaste étendue couverte de gazon, nous devrions nous rappeler que son aspect uni, dont dépend une si grande part de sa beauté, est principalement dû à ce que toutes les inégalités ont été lentement nivelées par les vers15. »

  • 16 Patrick Tort, op. cit., p. 27.
  • 17 Charles Darwin, La Formation de la terre végétale, op. cit., p. 177.

11De façon plus inattendue, Darwin souligne aussi l’apport du travail des vers à l’archéologie. On sait l’intérêt des victoriens pour l’archéologie et la protection des monuments historiques. C’est l’époque où William Morris fonde la Society for the Protection of Ancient Buildings, ou Anti-Scrape (1877), dans un contexte hautement polémique. Le débat, qui oppose les partisans de la conservation du patrimoine, derrière John Ruskin et son livre The Seven Lamps of Architecture (1849), et les tenants de la restauration, qui reprennent les thèses de Viollet-le-Duc (1814-1879), montre l’intérêt que soulève la question. Or Darwin explique que les meilleurs conservateurs du patrimoine sont les vers de terre, qui ont protégé de véritables trésors archéologiques en les enfouissant sous terre, à l’abri des détériorations qu’ils auraient subies à la surface. Ces trésors auraient peut-être disparu sans ces organismes « capables durant des siècles de s’attabler à un festin de pierre16 ». Darwin conclut : « Les archéologues devraient être pleins de gratitude pour les vers, car ceux-ci protègent et conservent pendant une période indéfinie tout objet, non passible de décomposition, abandonné à la surface du terrain17 ». Et Darwin de citer les pointes de flèche en fer, restes de la bataille de Shrewsbury de 1403, les vestiges de l’Abbaye de Beaulieu dans le Hampshire, détruite par Henry VIII, ou les villas romaines du Gloucestershire ou de l’île de Wight, ainsi que l’atrium découvert en 1876 dans le Surrey.

  • 18 Élisabeth de Fontenay, Le Silence des bêtes, La philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Faya (...)
  • 19 Voir Élisabeth de Fontenay, ibid., p. 272.
  • 20 Cité par Élisabeth de Fontenay, op. cit., p. 570.
  • 21 Charles Darwin, La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe [1871], traduction coordonnée (...)

12Mais tous ces arguments en faveur des lombrics, qu’il s’agisse de leur contribution à l’éco-système ou à la sauvegarde patrimoniale, ont pour but ultime de renforcer, par un cas extrême, ce qu’Élisabeth de Fontenay appelle « le zoocentrisme méthodologique et affectueux de Darwin18 ». Il faut se rappeler qu’une longue tradition judéo-chrétienne voyait dans l’homme une création séparée de l’animal, avec qui, comme disait Augustin, nous ne pouvons avoir de « société19 ». L’animal n’a rien à voir avec l’homme, il ne lui est pas seulement inférieur, il est autre. Certains, comme Descartes, voient en lui une machine, un automate, incapable de souffrance. Si l’on dépeçait vivant un chien, dit Descartes, ses hurlements ne seraient rien d’autre que le bruit d’un ressort qui se détend. Darwin, dans La Filiation de l’homme, s’insurge contre cette hubris anthropocentrée : la Filiation de l’homme, dit Georges Canguilhem, « peut être tenue pour le premier ouvrage d’anthropologie systématiquement purgé d’anthropocentrisme20 ». Darwin s’attache à détruire la prétendue prééminence de l’homme, sa « présomption », aurait dit Montaigne, et à redonner à l’animal toute sa dignité. Il replace l’animal et l’homme dans une même généalogie, dont l’homme n’a pas à rougir. La Filiation de l’homme se termine par un hymne au courage héroïque d’un petit singe et d’un vieux babouin21.

13Que vient faire le ver de terre dans cette profession de foi darwinienne ? Cet oligochète se situe au bas de l’échelle de l’évolution, considérablement plus bas que le chien de Descartes. Et pourtant, Darwin va démontrer non seulement que cet annélide est précieux écologiquement, mais aussi, et c’est plus étonnant, que c’est un être intelligent, doué de raison. Si Darwin peut convaincre son lecteur de l’existence d’une telle qualité chez un être vivant aussi méprisé, alors tout le règne animal sera, a fortiori, réhabilité. La démonstration sera expérimentale.

  • 22 Charles Darwin, La Formation de la terre végétale, op. cit., p. 75.
  • 23 Ibid., p. 75.

14Les vers sont des animaux douillets qui craignent le froid et l’humidité. Aussi ont-ils coutume d’obturer l’ouverture de leurs galeries ou de les tapisser avec des feuilles mortes, qu’ils tirent et entraînent, la nuit, dans leurs conduits souterrains. Mais comment appréhendent-ils ces feuilles ? Darwin découpe des centaines de feuilles en triangles, en leur donnant des côtés de trois pouces et une base d’un pouce pour 120 triangles, et d’un demi-pouce pour 183 triangles. Puis il les éparpille en de nombreux endroits et durant de nombreuses nuits successives, près des galeries de vers, après avoir retiré toutes les autres feuilles. Il étudie ensuite les 303 triangles entraînés par les vers et constate que la manière dont ces animaux se sont saisis des triangles ne répond pas au simple hasard mais à une réflexion de type géométrique, à un calcul visant à minimiser l’effort à produire en fonction de la nature des triangles. « Il nous est difficile, écrit-il, d’échapper à la conclusion que les vers montrent un certain degré d’intelligence dans leur manière d’obturer leurs galeries22 ». Il s’agit bien, ici, d’intelligence et non d’instinct, car Darwin met les vers en présence d’objets auxquels leurs ancêtres n’ont pas été habitués, et pose à chaque lombric un problème nouveau, auquel il est obligé de s’adapter. Darwin compare le lombricien à un homme aveugle. « [Les vers] agissent de la même manière que le ferait un homme dans des circonstances semblables ». L’étonnement que provoquent les conclusions de sa recherche est celui du naturaliste qui constate à quel point son hypothèse était féconde. « Il est surprenant qu’un animal situé si bas sur l’ échelle que l’est le ver puisse avoir la capacité d’agir de cette manière23 ».

15Pour arriver à sa découverte, Darwin a dû, c’est le cas de le dire, faire du travail de « terrain ». Un autre intérêt de cet opuscule, dont je n’ai pas encore parlé, est de nous présenter le célèbre naturaliste à la fin de sa vie, travaillant en étroite collaboration avec quatre de ses fils, William, George, Francis et Horace, à présent tous adultes (le plus jeune, Horace, a trente ans). En lisant La Formation de la terre végétale, on imagine l’activité inlassable de Charles, âgé de soixante-douze ans, se levant la nuit pour éclairer ses bocaux de vers de terre avec une chandelle et une grande lentille, ou arpentant, muni d’une lanterne, les jardins pour mener à bien ses protocoles de recherche. On le voit jouant du piano après avoir posé un de ces bocaux sur l’instrument, pour évaluer la sensibilité de ses hôtes terricoles, ou soufflant sur eux en chiquant du tabac, ou en gardant dans la bouche une boulette de coton imbibée de parfum de mille-fleurs, pour tester leur odorat, ou enfin enterrant des feuilles de chou pour déterminer leur goût. Cet opuscule est le dernier témoignage, émouvant, d’une vie de recherche débordante d’énergie.

  • 24 Voir Charles Darwin, Autobiography, op. cit., p. 120-125. Darwin ne se dit pas athée, mais agnostiq (...)
  • 25 Patrick Tort, op. cit., p. 27.
  • 26 Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries de la volonté, Paris, Corti, 1948, p. 127.

16On peut pour finir noter qu’au soir de sa vie Darwin, le matérialiste, qui a perdu la foi en découvrant qu’il n’avait pas besoin de Dieu pour expliquer le monde24, ne se tourne pas vers le ciel, mais vers la terre, la terre qui représente, comme le note Patrick Tort, « le registre de la dissolution organique, de la décomposition, de l’ensevelissement et de l’oubli », mais aussi le registre « de la fertilisation, du recyclage, de la remontée de la vie et de sa mémoire, voire de la régénération elle-même25. » C’est la terre-tombeau, celle de l’inhumation et des vers qui dévorent, mais c’est aussi la terre-matrice, la « matron Clay » dont parle William Blake cité par Bachelard26, la terre qui produit une nouvelle vie à partir de ce qui fut. Comme l’écrit encore Patrick Tort, Darwin rejoint « la pensée du grand continuisme matérialiste, qui sait que la vérité se loge au sein de la terre, et s’y inscrit. » S’il fallait choisir entre les quatre éléments, on peut dire sans hésiter que Darwin est avant tout un penseur de la terre.

Haut de page

Bibliographie

Aveling Edward B., The Religious Views of Charles Darwin, Londres, Freethought Publishing, 1883.

Bachelard Gaston, La Terre et les rêveries du repos, Paris, Corti, 1946.

Bédarida François, A Social History of England, 1801-1990, Londres, Routledge, 1990.

Darwin Charles, The Autobiography of Charles Darwin [1881], in The Works of Charles Darwin, edited by Paul H. Barrett & R.B. Freeman, vol. 29, New York, New York University Press, 1989.

Darwin Charles, La Formation de la terre végétale par l’action des vers, avec des observations sur leurs habitudes, traduction d’Aurélien Berra coordonnée par Michel Prum, Paris, Syllepse, 2001.

Fontenay Elisabeth de, Le Silence des bêtes, La philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard, 1998.

Keit W. J., The Rural Tradition, Toronto, Toronto University Press, 1975.

Perry Peter John, (dir.), British Agriculture, 1874-1914, Londres, Mathuen, 1973.

Haut de page

Notes

1 The Autobiography of Charles Darwin [1881], in The Works of Charles Darwin, edited by Paul H. Barrett & R.B. Freeman, vol. 29, New York, New York University Press, 1989, p. 156.

2 Edward B. Aveling, The Religious Views of Charles Darwin, Londres, Freethought Publishing, 1883, p. 4.

3 Cité et traduit par Patrick Tort, « Un regard sur la terre », in Charles Darwin, La Formation de la terre végétale par l’action des vers, avec des observations sur leurs habitudes, Paris, Syllepse, 2001, p. 16.

4 Un comble pour un agnostique, attaqué violemment depuis 1859 par toutes les Églises du Royaume !

5 Voir François Bédarida, A Social History of England, 1801-1990, Londres, Routledge, 1990, p. 27. Voir aussi W.J. Keith, The Rural Tradition, Toronto, Toronto University Press, 1975.

6 Voir Peter John Perry (dir.), British Agriculture, 1874-1914, Londres, Mathuen, 1973, introduction, p. xiv.

7 Ibid., p. xviii.

8 Voir Mancur Olson Jr et Curtis C. Harris Jr, « Free Trade in « Corn » : A Statistical Study of the Prices and Production of Wheat in Great Britain from 1873 to 1914 », in Peter John Perry (dir.), op. cit., p. 152.

9 Voir P.J. Perry, op. cit., p. 175 : « Britain’s persistence in laissez faire policies at the price of a devastated agriculture is unique in the history of nations ».

10 L’actualisme, comme son nom ne l’indique pas, n’oppose pas présent et passé, mais insiste sur l’influence des petits phénomènes géologiques au cours des siècles et jusqu’à aujourd’hui.

11 Patrick Tort, op. cit., p. 18-19.

12 Edward Aveling, op. cit., p. 4.

13 Charles Darwin, La Formation de la terre végétale par l’action des vers, avec des observations sur leurs habitudes, Paris, Syllepse, 2001, traduction d’Aurélien Berra coordonnée par Michel Prum, p. 151.

14 Ibid., p. 177.

15 Ibid., p. 178.

16 Patrick Tort, op. cit., p. 27.

17 Charles Darwin, La Formation de la terre végétale, op. cit., p. 177.

18 Élisabeth de Fontenay, Le Silence des bêtes, La philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard, 1998, p. 562.

19 Voir Élisabeth de Fontenay, ibid., p. 272.

20 Cité par Élisabeth de Fontenay, op. cit., p. 570.

21 Charles Darwin, La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe [1871], traduction coordonnée par Michel Prum sous la direction scientifique de Patrick Tort, Paris, Syllepse, 1999, p. 740.

22 Charles Darwin, La Formation de la terre végétale, op. cit., p. 75.

23 Ibid., p. 75.

24 Voir Charles Darwin, Autobiography, op. cit., p. 120-125. Darwin ne se dit pas athée, mais agnostique : « I for one must be content to remain an agnostic » (ibid., p. 124).

25 Patrick Tort, op. cit., p. 27.

26 Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries de la volonté, Paris, Corti, 1948, p. 127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Prum, « La terre, dernier élément de Charles Darwin », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 229-236.

Référence électronique

Michel Prum, « La terre, dernier élément de Charles Darwin », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://cve.revues.org/2857 ; DOI : 10.4000/cve.2857

Haut de page

Auteur

Michel Prum

Université Paris Diderot — Paris 7.
Michel Prum est professeur à l’université Paris-Diderot. Il coordonne la nouvelle traduction des œuvres complètes de Charles Darwin, publiées sous la direction scientifique de Patrick Tort chez Syllepse (Paris) puis Slatkine (Genève) et a coordonné, entre autres, La Filiation de l’Homme (1999), La Formation de la terre végétale (2001), la Variation (2008) et L’Origine des espèces (2009). Il a par ailleurs dirigé ou co-dirigé quatorze ouvrages sur le racisme et l’eugénisme chez Routledge, Ellipses, Syllepse et L’Harmattan, où il dirige une collection

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org