Navigation – Plan du site
XLVIIIe congrès de la S.A.E.S. à l'université d'Orléans

De la petite chanson aux rafales du vent : le parcours de la ritournelle dans l’œuvre poétique d’Emily Brontë

From the Little Song to the Gusty Wind : the Trip of the Ritornello in Emily Brontë’s Poetry
Charlotte Borie
p. 255-264

Résumé

According to Gilles Deleuze and Félix Guattari, the ritornello’s first formulation is the little song a child sings to himself to find comfort when alone in the dark. It is a sound that repeats itself, forms a centre, becomes a motif, ends up coming in a rhythmic contact with what surrounds the territory it has created, until it vibrates in harmony with the Cosmos. This little song is to be found in Emily Brontë’s poetry, repeating itself, evolving, up until its essence is finally endorsed by the voice of the wind which woos the poet into a poetic transe. The incantatory resurgence of the ritornello punctuates the poetic mind’s trip from fancy to imagination, along which the idea of return applies less to the memory than to the repressed.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Edward Chitham soutient ce portrait de la jeune Emily, toujours grâce aux rapports de comportement (...)

1Parmi les biographes d’Emily Brontë, il en est un, Edward Chitham, qui semble avoir décelé une caractéristique importante chez la poétesse, une qualité majeure qui influence de façon notable son art : son exceptionnelle faculté auditive. Edward Chitham fonde sa théorie sur l’excellente capacité d’Emily à lire à haute voix, capacité consignée par une de ses enseignantes, pourtant avare en compliments, dans le registre de l’école qu’elle fréquenta entre 1824 et 1825, alors qu’elle n’était âgée que de 6 ou 7 ans. Chitham explique comment la lecture à voix haute, si elle est fluide et agréable, requiert une faculté auditive très développée, d’autant plus chez une personne aussi jeune. Il estime que c’est cette exceptionnelle faculté qui, chez Emily, est à l’origine de certains faits poétiques, et notamment, de la vision auditive — selon ses propres termes, « aural “vision” » (Chitham, 44) — dans « Come Hither Child », un des poèmes dont j’ai choisi de vous parler aujourd’hui. Ce poème, nous le verrons plus en détail, formule l’émergence d’une ritournelle, dont la naissance a lieu, selon Deleuze et Guattari, lorsqu’« un enfant dans le noir, saisi par la peur, se rassure en chantonnant » (Deleuze & Guattari, 382). Pour Deleuze et Guattari, la ritournelle est alors comme un point qui se crée dans le chaos, devenant centre de stabilité pour l’être angoissé par l’altérité qui l’entoure. Puis, l’élément sonore qui constitue la ritournelle se répète, resurgit, fait centre, devient motif, repère, territoire ; il permet la constitution d’un chez-soi. Et enfin, à force de répétition, la ritournelle finit par s’engager dans un contact rythmique avec ce qui entoure le territoire qu’elle a généré jusqu’à entrer en résonance avec le Cosmos. Au cœur de la poésie d’Emily Brontë, il est une période révélatrice de la présence de cette ritournelle et de ses implications poétiques. Le parcours de la ritournelle, tel qu’il est annoncé par Deleuze et Guattari — point dans le chaos, centre territorial, tension hors du territoire — se trouve condensé autour d’un épisode d’exil. Entre 1837 et 1839, Emily enseigne à l’école de Law Hill, près de Halifax. C’est la troisième fois qu’elle quitte le presbytère de Haworth, mais c’est la première et la seule fois qu’elle n’a pas à ses côtés au moins une de ses sœurs. Après cette difficile période, Emily rentre au presbytère, mais elle s’est encore éloignée de la petite fille qu’elle était, enjouée et engageante1. La course de la ritournelle peut être retracée dans les poèmes de cette époque, et notamment six d’entre eux qui révèlent les jalons de ce parcours, trois composés pendant l’exil, et trois après le retour d’Emily. Dans ces poèmes, le chant est une donnée récurrente, codifiée, et étroitement liée à l’émergence de visions, images fulgurantes du territoire d’Emily, facilement résumable à la lande. Tant que le chant est distinct et reconnaissable comme tel, le territoire se constitue autour d’un passé et d’un ailleurs qui reviennent sur le mode de la mémoire ; la ritournelle joue son rôle de « cristal d’espace-temps » (Deleuze & Guattari, 430), et la poétesse est en mesure de se réfugier dans son fancy, recréant et ré-agençant ainsi les sensations et les lieux familiers. Mais à mesure que la ritournelle envahit la vie de la poétesse, c’est l’imagination qui entre en action, faisant émerger, via un chant métaphorique, celui du vent, un rapport à la nature et une vision qui s’affranchissent du passé, du vécu, des sentiments. Emily sort alors du territoire bien délimité de son enfance, le presbytère entouré par la lande, la famille, le foyer, pour entrer en résonance avec le cosmos, fusionner avec la nature, payant au passage le tribut de l’intégrité, en révélant une identité scindée, un discours multiple, une existence faite de luttes.

2Avant toute chose, la ritournelle est l’émergence d’un point dans le chaos, d’un élément sonore qui contraste avec l’environnement dans lequel il a lieu. Ce surgissement, dans le contexte que Deleuze et Guattari ont imaginé pour lui, est dramatisé dans un poème d’Emily. Celle-ci utilise le versant fictionnel de sa poésie, le monde de Gondal, créé et exploré à quatre mains avec sa sœur Anne, pour donner une formulation à un thème qui a vu le jour quelques mois plus tôt dans sa poésie personnelle. Dans « Come Hither Child », une dame de la cour entend le chant angélique d’un enfant et s’en trouve bouleversée. Lorsqu’elle interroge l’enfant sur ce qui lui inspire un tel chant, celui-ci évoque un événement au cours duquel cette ritournelle est née. Plusieurs années auparavant, l’enfant, âgé seulement de six ans, s’éloigna d’une foule enjouée. Empreint d’un sentiment de solitude immense, privé de réconfort et d’amitié, l’enfant quitta la compagnie et le faste de la fête pour se plonger dans la sombre mélancolie d’une pièce froide et isolée. C’est alors qu’un chant angélique, sortant peut-être des cieux eux-mêmes, se fit entendre, et mit fin à l’humeur autodestructrice de l’enfant. Ce récit constitue la genèse de la ritournelle : un son mélodieux identifié comme positif dans un environnement négatif, et que l’enfant associe de façon définitive à l’émotion qu’il a causée et au contexte dans lequel il a émergé. C’est ainsi qu’à la fin du poème, l’enfant explique que dans un espace et un état d’esprit semblables, la chanson revient systématiquement le ravir comme elle le fit jadis : « But still the words and still the tone / Swell round my heart when all alone. » C’est en effet son cœur, siège poétique de l’émotion, que la mélodie enveloppe majestueusement. Le retour opéré par la ritournelle est celui de la sensation, comme on peut le lire au vers 25 : « And then a note ; I hear it yet ». C’est la mémoire sensorielle bien plus que la mémoire symbolique qui est sollicitée par la ritournelle, et c’est là un des éléments de sa puissance, car elle fait fi des distances et du temps, et fait resurgir les conditions sensibles du réconfort. L’autre marque de la puissance de la ritournelle, c’est sa capacité à provoquer chez la nouvelle auditrice, une émotion très forte, une émotion qui touche au cœur de son intimité, et peut-être aussi de son inconscient. La dame déplore d’entendre ce chant car il réveille en elle des pensées douloureuses, des pensées contre lesquelles elle ne peut pas lutter. Le terme « quell » au vers 4, est assez révélateur du refoulement, vain, que cette dame espère accomplir. En étant tout deux sensibles à la même mélodie, mais sur deux modalités différentes, l’enfant et la dame se ressemblent, sont peut-être même deux époques, deux facettes, d’une même identité : l’une, jeune, qui maîtrise encore l’agencement de sa vie en ayant à sa disposition cette ritournelle, centre de stabilité qu’il lui est possible de convoquer si elle se trouve apeurée et seule dans le noir ; l’autre, adulte, et qui porte en elle comme une fêlure qu’une ritournelle peut trahir.

  • 2 Linda M. Austin propose une lecture très intéressante de la nosatlgie d’Emily Brontë dans un groupe (...)

3La thématisation de la ritournelle génératrice d’un point dans le chaos mise en œuvre dans « Come Hither Child » peut être lue comme le résultat de l’expérience de la ritournelle par la poétesse, et transcrite dans sa poésie personnelle à travers deux poèmes nostalgiques2, « Loud Without the Wind Was Roaring » et « A Little While ». Dans les deux cas, la ritournelle surgit dans une situation d’altérité, l’exil de Law Hill, et offre à la poétesse une recréation d’un centre de stabilité puis, de loin en loin, d’un territoire tout entier. Dans « Loud Without the Wind Was Roaring », une chanson très ancienne se rappelle au souvenir de la poétesse en exil, alors qu’elle se promène sur une terre qui n’est pas la sienne, sous le climat peu hospitalier de novembre. Cette résurgence des paroles de la chanson échappe à son contrôle ; elle n’est même pas en mesure de retracer l’origine de cette chanson. La sensation de douceur précède de beaucoup ce qui la cause (« how softly sweet it came ! ») et tout tend à noyer ce chant dans l’indéfinition. La ritournelle agit sur la mémoire de la poétesse sans que celle-ci soit capable de s’expliquer le retour de cet élément d’un passé enfoui. Le bouleversement de cet enfouissement rappelle celui que la dame du premier poème subit en entendant la chanson angélique de l’enfant, trahissant ainsi la profondeur du labyrinthe de l’inconscient. Au retour des paroles, les vers passent d’un rythme binaire à un rythme ternaire : l’incantation commence. L’action de la ritournelle est menée sur le mode du martèlement et sature le poème de répétitions : elle semble se mettre en abyme, revenant à l’esprit de la poétesse, comme un appel, puis en revenant encore au cœur de son voyage mémoriel, comme une ponctuation insistante, pour approfondir les effets de la résurrection du lieu et de l’époque perdus. En effet, les paroles de la chanson reviennent en deux temps (aux vers 11 et 35). Le premier vers de la chanson vient à bout de la distance géographique en ramenant la poétesse sur la lande. Mais à l’évidence, elle n’accomplit que partiellement la réactivation du passé puisque si le lieu réel est transfiguré en lieu rêvé, le passage de novembre à mai n’est que métaphorique, comme l’éclaire la quatrième strophe : mai est l’emblème du bonheur, et novembre de la mélancolie. Ainsi la neige de la vision n’est pas mortifère et la froide monochromie de ce paysage figé n’a rien à envier au chatoiement vert, pourpre et or des champs de maïs. À la neuvième strophe, un deuxième vers de la chanson se prononce dans l’oreille intérieure de la poétesse et parachève la résurgence de l’environnement aimé. S’ajoute à la réactivation du lieu celle du temps perdu, de la complicité désormais incertaine, du confort et de la sérénité. Cette deuxième citation rappelle un jour idyllique où la poétesse, incluse dans un « we » fusionnel dont l’autre membre est souvent identifié comme étant Anne, traverse la lande au point du jour. La réminiscence de cette course est mythifiée par l’allusion aux ailes à leurs pieds qui les soulèvent de terre et accélèrent leur trajectoire. Les guillemets convoquent la vision fulgurante en même temps que les paroles de la chanson, créant un cadre pour les images de la grande galerie de la mémoire. La ritournelle renverse l’image du palimpseste, que l’on attribue habituellement à la mémoire qui subit les transformations du temps. Ici, c’est le réel qui devient un palimpseste, s’effaçant par deux fois pour laisser place à une image idéale, inaltérée, du passé. La magie de la superposition fait apparaître dans le réel, aux pieds de la poétesse, un brin de bruyère desséché qui la conforte dans sa complaisance nostalgique.

4Quelques jours après avoir écrit « Loud Without the Wind was Roaring », Emily Brontë compose un nouveau poème nostalgique, « A Little While », dans lequel elle semble tirer le bénéfice de l’expérience dépeinte dans « Loud Without ». Puisque la ritournelle offre un réconfort à l’exilée, la poétesse, en stratège nostalgique, n’attend pas le retour de la musique, mais le provoque. À la faveur d’un moment de calme, d’une absence de son, la poétesse isolée se donne la liberté de chanter : « A little while, a little while, / The noisy crowd are barred away ; / And I can sing and I can smile / A little while I’ve holyday ! » Le chant de la poétesse n’est pas la ritournelle, mais il constitue l’environnement favorable à sa résurgence, une sorte de rêverie mélodieuse. Cinq strophes sont d’abord consacrées aux choix qui s’offrent à l’esprit pour le court voyage mental qu’il peut se permettre. Il peut partir à la découverte de mondes inconnus, ou bien choisir de revenir en pensée pour quelques minutes sur sa lande natale. À la septième strophe, une rupture s’opère dans les réflexions de la poétesse. Elle passe de la rêverie à la vision : « Yet, as I mused, the naked room, / The flickering firelight died away / And from the midst of cheerless gloom / I passed to bright, unclouded day. » Il est alors intéressant de remarquer que dans la strophe précédente, l’une de celles consacrées à l’évocation de la terre natale, la poétesse fait référence aux voix du Yorkshire : elle se projette dans le lieu où : « tongues familiar music speak / In accents dear to memory » (vers 23 et 24). La poétesse retombe instantanément sous le charme de la ritournelle. Le chant qu’elle a entrepris au début du poème a retrouvé le thème de la mélodie familière et aimée, et le territoire se recrée alors avec toute la prégnance d’une vision. Cette fois, fancy ne rappelle pas au souvenir de la poétesse une sœur ou une maison aimée, seulement la nature environnante au-dessus du presbytère. La scène est pastorale, peinte aux couleurs primaires de l’impression — lignes, points, brume onirique. Les sonorités en /l/ et en /d/ tour à tour bercent la poétesse et aiguisent ses sens. Alerte, elle est replongée, par le jeu auditif, dans l’environnement aimé, et se réjouit d’une telle récréation / recréation. Toute la vision repose sur le silence ambiant, condition nécessaire à l’émergence de la ritournelle. Dès lors qu’un bruit parasite le silence, fancy perd son pouvoir : « truth has banished fancy’s power » (v. 43). La ritournelle se tait, le territoire rêvé s’efface pour laisser sa place au réel subi, celui des hordes d’élèves bruyantes. Un vers pourtant jette le trouble, à la fin de l’avant dernière strophe : « But truth has banished fancy’s power / I hear my dungeon bars recoil. » Le retour au réel est associé à l’ouverture des portes qui protégeaient la poétesse de l’intrusion de ses élèves, mais ces portes ne sont autres que les barreaux d’une prison. Cette métaphore paradoxale de la prison comme havre de paix soulève le problème de la double nature de la ritournelle, véritable pharmakon de l’exil, tout à la fois remède et poison pour le cœur malade de la poétesse.

5Dans les poèmes nostalgiques, la ritournelle remplit son rôle créateur de territoire, tel que le décrivent Deleuze et Guattari : « elle est territoriale, c’est un agencement territorial » (Deleuze & Guattari, 383). Déjà, on peut voir sa puissance, son pouvoir de résurrection d’un passé dans lequel il est irrésistible de retourner, mais dont il devient de plus en plus difficile de revenir. En mars/avril 1839, l’exil d’Emily prend fin. De retour à Haworth, Emily règne en maître sur la maison, la cuisine, et sa propre existence. Elle a tout loisir de s’étourdir de lande, de nature, de nuits solitaires au presbytère. Le réel auquel elle aspirait tant durant son exil l’entoure à nouveau. On pourrait dès lors penser que la ritournelle qui ressuscitait l’espace aimé n’a plus lieu de figurer dans la poésie d’Emily, et que les accents tristes de la poétesse déracinée ne sont plus censés colorer ses vers. Il en va tout autrement. La ritournelle persiste, comme si le cœur de la poétesse ne pouvait plus cesser de soupirer. Elle continue d’aspirer au réconfort du lieu, alors même qu’elle se trouve sur sa lande bien-aimée. Les poèmes de l’époque ne glorifient pas simplement la nature environnante. Ils l’évoquent avec des accents de culpabilité, comme si la poétesse réalisait qu’elle ne se satisfait pas d’être de retour à la maison, et qu’elle désire ardemment se fondre dans la nature qu’elle idolâtre. La ritournelle ne repose plus sur la mémoire mais sur le désir. Le martèlement de l’obsession demeure, mais sa nature change. La résurgence n’est plus celle d’un passé et d’un ailleurs idéalisés dans lesquels la poétesse aimerait se transporter, mais celle d’un ici et d’un maintenant obsédants dans lesquels la poétesse voudrait se dissoudre. Les poèmes nostalgiques, nous l’avons constaté, activaient les pouvoirs de fancy, faisant revivre et ré-agençant des éléments vécus. Dans les poèmes du retour, il semblerait que imagination ait supplanté fancy, qu’il ne s’agisse plus de puiser dans le vécu et dans le réel, mais de laisser libre cours aux pouvoirs inattendus (et déstabilisants) du fantasme, de l’invention, d’une liberté folle et effrénée. La course de la ritournelle se poursuit, ainsi que la décrivent Deleuze et Guattari. Maintenant que le territoire n’a plus besoin d’être reconstitué, que la poétesse y est physiquement présente, la ritournelle, son rythme, sa pulsation, n’ont plus qu’à entrer en vibration avec le monde, et permettre une sortie du territoire à proprement parler, une transcendance. Dans trois poèmes, on retrouve le motif de la chanson incantatoire. À chaque fois, la chanson appelle la poétesse ; elle est une exhortation à l’extase, littéralement, à sortir de soi. La poétesse, qui tente de se confiner à des activités domestiques normales, subit les assauts de la ritournelle, et alors même qu’elle est censée pouvoir goûter au calme du foyer, elle ne trouve jamais vraiment le repos. Dans « The Night-Wind », la poétesse s’adonne à une rêverie nocturne à la fenêtre ouverte du salon. Soudain, la voix du vent vient interrompre les calmes méditations de la jeune femme. Le vent l’exhorte à entendre l’appel de la nature nocturne et à communier avec elle. Le vent reprend bien le schéma de la ritournelle. Sa voix apporte un réconfort, son soupir est un doux baiser, et son chant est marqué au sceau de la répétition. Le vent, « gentle singer », chante la sérénade à son âme sœur dans l’espoir de la conquérir. On associe assez couramment la sérénade et la rengaine, et l’on peut dès lors supposer que le vent serine ses arguments chaque nuit à sa belle, puisque c’est la nuit, quotidiennement attendue par la poétesse depuis son enfance, qui occasionne le chant du vent. La ritournelle, dont les paroles sont citées entre guillemets comme dans « Loud Without », s’étoffe dans ce poème, et devient un concerto, un chant pour deux voix, celle du vent et celle de la poétesse, comme si une négociation entre le pouvoir de la musique éolienne et le contre-pouvoir du surmoi de la poétesse trouvait un terrain d’affrontement dans ce poème. À l’appel séducteur du vent, la poétesse répond qu’elle se doit de rester humaine, et que la différence de nature qui existe entre elle et le vent doit être maintenue. Le vent rétorque que seule la mort, le sceau de la pierre tombale, peuvent vraiment empêcher leur rapprochement. C’est lui qui a le dernier mot, préfigurant ainsi le pouvoir grandissant de la ritournelle. Son intensité enfle, prend de plus en plus de place dans les vers et dans l’esprit de la poétesse. La ritournelle n’est plus une simple amorce qui s’efface devant la vision qu’elle occasionne, elle n’enveloppe plus le cœur comme dans « Come Hither Child », mais le pénètre et l’appelle au-dehors de lui-même vers ce qu’il peut imaginer de plus fou. La voix de la poétesse est consumée par la voix du vent.

6Le chant de la nature n’est bientôt plus inclus dans la poésie d’Emily : les guillemets disparaissent, et c’est la nature qui devient poétesse, s’appropriant l’espace du poème, comme dans « Shall Earth No More Inspire Thee. » Dans ce poème, la nature prend la parole, déploie l’éventail de ses charmes magiques — vent caressant, soleil enjôleur, nuit mystique — et scande sur un rythme ternaire les vers d’une incantation qui vise à ramener la poétesse vers elle. Par deux fois, on peut lire cet appel :« Come back and dwell with me », « Return and dwell with me ». La poétesse semble s’être éloignée de la terre, source de son inspiration, et a perdu son instinct créateur dans ce confinement. D’ailleurs, ce n’est pas sa voix que l’on entend mais celle de la nature, comme si Emily Brontë avait besoin de dramatiser son retrait mental des choses de l’art. La terre tente de la convaincre, comme dans « The Night-Wind », de revenir vers elle pour retrouver le bonheur généré jadis par les visions, pour faire sauter le verrou d’un réel asphyxiant et se livrer enfin aux joies de l’imagination, dont la nature sauvage et la lande ventée sont, chez Emily, les seules muses. La poétesse ne proteste plus, peut-être hypnotisée par la voix de la nature, par son chant cosmique. Elle laisse le chant dire sur elle des vérités qu’elle ne peut pas elle-même prononcer. Elle se laisse aspirer vers cet ailleurs intime.

7La fusion est totalement accomplie dans le dernier poème, « Aye, there it is ! » Ces quelques mots concentrent l’ultime victoire du vent sur la poétesse. Son chant, revenu tant de fois, son appel martelé, redoublé, sa puissance d’évocation, ont eu raison des résistances de la poétesse. « Aye, There it is ! » sonne comme un point d’orgue, un ultime soupir de soulagement. Les verrous mentaux ont cédé, et la voix de la nature, qui cette fois encore monopolise l’espace sonore du poème, se réjouit d’être le témoin de sa victoire sur l’esprit bridé dont elle convoitait la libération. Tout le poème est un portrait du génie créateur d’Emily, libéré des contraintes de la vie physique, de la claustration corporelle. Emily, qui sent le pouvoir de l’imagination l’envahir, se réfugie dans la voix de la nature, n’osant qu’à demi-mots formuler sa vie intérieure. La nature se fait donc le relais vocal de ses sensations et de ses émotions, révèle les traits de l’imagination incarnée — le regard embrasé, la joue creusée. Les biographes d’Emily Brontë l’ont quelques fois présentée comme une anorexique, et ce poème ne semble pas dire autre chose. La poétesse, dont la présence corporelle s’amoindrit, semble vouloir parler à travers la voix de la nature, se dissoudre en elle, devenir pur esprit et générer des visions sans contrainte et sans limite. Le terme fancy est utilisé ici, mais il est avéré qu’Emily employait les termes fancy et imagination sans nécessairement les distinguer ni suivre scrupuleusement la terminologie de Coleridge. Ce poème met en lumière l’imagination d’Emily plus que son fancy, puisqu’il est clairement établi que l’ordre temporel a été balayé par le vent. Aucun recours au passé, au souvenir, n’est ici possible. Seul l’esprit éveillé, aiguisé, acquis à l’appel de ce qui l’inspire, peut générer des pensées immortelles et des sentiments flamboyants, se départir de ce qu’il a de plus physique et de plus concret pour se fondre dans le Cosmos :

And Thou art now a spirit pouring
Thy presence into all —
The essence of the Tempest’s roaring
And of the Tempest’s fall —
A universal influence

From thine influence free ;
A principle of life, intense
Lost to mortality.

8L’exil a vraisemblablement fêlé l’identité d’Emily Brontë, faisant basculer l’enfant joyeuse et charmante dans la mélancolie et à la misanthropie. Le seul élément de sa vie qui ne connut aucun désamour fut la lande. Autour de son expérience de la solitude totale à Law Hill, on voit cette nature aimée évoquée ou convoquée sur le mode auditif, comme si toute vision, au sens propre, devait être annoncée, appelée, par un élément sonore, un chant, tour à tour nostalgique et séducteur, toujours incantatoire. Ce chant est un poison suave qui accompagne la poétesse en permanence, la sauve de sa détresse tout en la maintenant dans un état de manque, de désir, auquel elle ne peut se soustraire, même une fois rentrée au bercail. Lorsque la ritournelle entre en vibration avec le territoire auquel elle est associée, elle appelle la poétesse hors d’elle-même vers une transcendance dangereuse mais prodigieuse, une dissolution d’elle-même dans ce qui fait son génie. Ainsi, à l’instar de Catherine qui tente d’expliquer ses sentiments par l’incroyable synthèse : « Nelly, I am Heathcliff », Emily Brontë semble clamer, lorsque le chant du vent l’entraîne vers la transe poétique : « I am Nature ».

Haut de page

Bibliographie

Austin Linda M., « Emily Brontë’s Homesickness ». Victorian Studies 44 : 4 (Summer 2002) : 573-596.

Chitham Edward, A Life of Emily Brontë. Oxford : Basil Blackwell, 1987.

Deleuze Gilles et Félix Guattari, Mille Plateaux. Paris : Les Éditions de Minuit, 1980.

Hatfield C.W., The Complete Poems of Emily Jane Brontë. 1941. New York : Columbia University Press, 1995.

Haut de page

Notes

1 Edward Chitham soutient ce portrait de la jeune Emily, toujours grâce aux rapports de comportement consignés dans les registres de l’école, et confirmés par d’autres témoignages.

2 Linda M. Austin propose une lecture très intéressante de la nosatlgie d’Emily Brontë dans un groupe de quatre poèmes, dont « Loud Without the Wind was Roaring » et « A Little While ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Borie, « De la petite chanson aux rafales du vent : le parcours de la ritournelle dans l’œuvre poétique d’Emily Brontë », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 255-264.

Référence électronique

Charlotte Borie, « De la petite chanson aux rafales du vent : le parcours de la ritournelle dans l’œuvre poétique d’Emily Brontë », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cve.revues.org/3073 ; DOI : 10.4000/cve.3073

Haut de page

Auteur

Charlotte Borie

Université de Toulouse II

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org