Navigation – Plan du site
XLVIIIe congrès de la S.A.E.S. à l'université d'Orléans

Résurgence des premiers parcs victoriens : l’exemple de l’arboretum de Derby

The Revival of the First Victorian Parks: the Example of Derby Arboretum
Catherine-Emilie Corvisy
p. 339-352

Résumé

It was in the 1830s that the need for parks available for public use in the main towns and cities of Britain was identified in order to face an uncontrolled urbanisation. At the same time, the concept of physical health expanded to include moral and social health. The parks, like Derby Arboretum, were seen as a counter attraction to the temptations of the new urban evils. Pastimes in the public parks were considered as “rational” recreation, that is to say activities that were approved of. Like other places, Derby Arboretum provided the visitors with notions of botany. From the 1940s, urban parks were progressively neglected and deserted by the population. It was only in 1995, with the new government of John Major, that parks like Derby Arboretum were renovated. The revival of public parks reveals two main attitudes towards the urban phenomenon: on the one hand, they express the same values as the Victorian parks and, on the other hand, they show how they have adapted themselves to provide for old and new types of urban leisure.

Haut de page

Texte intégral

1L’époque victorienne est celle des déracinés et des transplantés. Elle connaît au début du siècle des ascensions éclatantes au sein des classes supérieures et de pénibles mutations dans les classes laborieuses et moyennes. C’est parce que ce tissu social paraît fragile que nombre d’Anglais rêvent de bâtir un lieu où l’on pourrait tisser ces liens qui préserveraient l’unité nationale. Les premiers grands parcs publics, parcs botaniques ou arboretums, dont l’exemple emblématique de l’arboretum de Derby, participent de ce processus de préservation de la société d’une chute menaçante. Derby, comme de nombreuses villes du Nord de l’Angleterre, connaît dans les années 1830, une rapide expansion industrielle et sociale. Cette industrialisation, si elle engendre une augmentation des richesses pour certains, crée également, de graves problèmes sociaux et sociétaux liés au système usinier. Ce dernier engendre, en effet, un important afflux de main-d’œuvre. Ainsi, dans le Derbyshire, « the rise in manufacturing was accompanied by a rise in population : nine million in 1801 to nearly fourteen million by 1831 » (Lasdun, 137). Dans les années 1820, la ville de Derby compte une population d’environ 220 000 habitants et les problèmes sanitaires, liés au rapide accroissement de cette population, font l’objet d’une étude commanditée par Joseph Strutt, maire de la ville et également riche propriétaire terrien. Le rapport est sans appel et décrit avec force détails tous les méfaits de l’industrialisation sur la santé de la population urbaine. La vie est en effet pénible pour les nouveaux arrivants dans la ville. Les conditions de travail sont horribles, l’air et l’eau sont pollués et les ouvriers vivent à quatre ou six par pièce, dans des logements insalubres dépourvus de tout système d’aération ou d’hygiène. Dans leur conclusion, les rédacteurs du rapport incitent les responsables locaux à améliorer, si ce n’est à créer, des infrastructures liées à une meilleure distribution de l’eau potable, à l’évacuation des eaux usées, au nettoiement des rues, ainsi qu’à œuvrer pour une amélioration de la qualité de l’air dans les villes. Parmi les suggestions, les municipalités sont encouragées à bâtir des promenades publiques et des parcs dans les centres urbains. En 1833, l’étude réalisée par le Select Committee on Public Walks insiste sur la nécessité de créer des promenades publiques pour améliorer la santé, le bien-être et l’éducation des populations. Ce rapport suggère également que ces parcs devraient éloigner les masses laborieuses des nombreux lieux de perdition qu’offre la ville et qu’un côtoiement des différentes classes sociales dans ces espaces communs permettrait aux membres des classes ouvrières de s’élever moralement et intellectuellement. La création de parcs publics dans la ville semble bien répondre au souhait des classes moyennes et supérieures d’offrir des divertissements « sains » aux ouvriers. Sensible à ce discours hygiéniste et moralisateur des nouveaux réformateurs du mouvement anti-urbaniste, le maire de Derby fait don à la ville d’une de ses propriétés terriennes pour la réalisation d’un parc public qui deviendra ensuite l’arboretum de Derby.

2Après avoir subi de nombreuses dégradations durant la seconde guerre mondiale (à cause de l’effort de guerre qui impliquait le démantèlement de toute installation en métal), l’arboretum va tomber en désuétude par manque d’entretien. Dans les années 1960 et 1970, les parcs urbains, dont celui de Derby, continuent à être délaissés par la population au profit de nouvelles installations construites en périphérie des villes (parcs à thème, aires sportives, etc...). C’est en 1995 que les pouvoirs publics prennent conscience de la nécessité de retrouver des lieux de réconciliation sociale. Le Parlement vote divers textes de lois visant à réhabiliter certains sites, dont l’arboretum de Derby, afin de leur restituer leur valeur initiale de lien social et de lieu d’éducation. Des organismes publics mais aussi privés vont ainsi participer, à la restauration des parcs victoriens, et à celle de l’Arboretum de Derby, pour faire resurgir le passé en imitant, ou bien en modifiant, les agencements de leurs créateurs. Nous allons ainsi nous interroger sur la valeur de cette reconstruction du passé, de son affleurement ou de son effacement et étudier les moyens de résurgence et de réactualisation du passé mis en œuvre.

3Au xixe siècle, le souhait premier de Joseph Strutt est de créer un jardin botanique dans la ville. Après une évaluation précise des coûts de création et d’entretien d’un tel site, il comprend que ce projet ne pourra être financé, car il est trop onéreux. C’est avec John Claudius Loudon, paysagiste en vogue à l’époque, qu’il décide de créer un espace à moindre coût, à savoir un arboretum qui puisse offrir à la population des aires de repos et d’éducation pour tous. John Claudius Loudon est sensible à la théorie picturesque qui allie le choix esthétique du paysagiste (par exemple : la variété) avec l’effet de celui-ci sur le promeneur (par exemple : la surprise). La structure visuelle du picturesque est telle qu’elle propose aux spectateurs des représentations d’un monde rural naturel et harmonieux dans une période de changement radical. Le picturesque est une mise en scène et surtout une technique de mise en scène de la nature et les premiers architectes paysagistes, comme J. C. Loudon, vont l’appliquer dans les jardins des villes. Les contraintes de conception de ces lieux sont différentes de celles liées à la création de parcs privés, mais J. C. Loudon va respecter les principes définis par Repton : beauté picturesque, variété, nouveauté, contraste et appropriation de l’espace. J. C. Loudon pense que pour conserver l’unité d’un parc, celui-ci doit être conçu en respectant à la fois la forme géométrique des plantations, tout en mettant en valeur les caractéristiques individuelles de chaque plante. L’idée défendue par J. C. Loudon est que toute création doit être reconnue comme une œuvre d’art et qu’elle ne doit pas être confondue avec l’œuvre de la nature. Il dépasse ainsi, avec sa nouvelle théorie, le gardenesque, l’opposition si souvent faite au siècle précédent entre formes régulières, dites artificielles, et formes irrégulières réputées naturelles.

4C’est ainsi que lorsque l’on offre à J. C. Loudon la possibilité de mettre en pratique ces principes de conception d’espaces publics à Derby, il crée un arboretum planté d’arbres et d’arbustes de la région parmi lesquels il introduit des végétaux exotiques de tailles similaires. L’arboretum présente « a collection of trees and shrubs from around the world » (Loudon, 71-72) et les visiteurs peuvent ainsi admirer chaque arbre individuellement et apprécier aussi la mise en valeur de celui-ci par rapport aux arbres d’essences différentes qui l’entourent. Joseph Strutt exige du jardinier paysagiste qu’aucune variété d’arbre ne se répète dans l’arboretum, pour encourager le visiteur à découvrir l’ensemble du lieu. Chaque spécimen (étiqueté en latin) est mis en valeur pour souligner sa beauté, ses particularités, ses qualités à chaque saison de l’année. J. C. Loudon, fidèle aux principes picturesque, dessine dans le parc une large allée centrale qui divise l’espace en deux parties symétriques. Cette allée rejoint en son centre le sentier principal (recouvert de graviers) où se trouve une statue sur son piédestal. J. C. Loudon estime en effet que « a straight walk without a terminating object is felt to be deficient in meaning » (Loudon, 72). Les autres allées se dirigent à la périphérie du site. Le propriétaire terrien impose également deux contraintes à J. C. Loudon : l’arboretum doit demeurer attrayant pour les visiteurs, même après plusieurs visites, et les coûts d’entretien de l’espace doivent être aussi réduits que possible. Fort de ces directives, l’architecte bâtit de nombreuses petites buttes et collines, pour préserver à la fois des effets de surprise et des moments d’intimité. Les bouquets d’arbres créés font que le visiteur qui se promène sous leurs frondaisons ne voit jamais, même lorsqu’il lève les yeux vers le ciel, les fumées des usines alentour. La végétation, comme les reliefs artificiellement aménagés, contribue ainsi à mettre à distance les limites de ce parc d’une superficie de quatre hectares et demi. Pour ce premier parc, J. C. Loudon construit peu de commodités dans le site. Il bâtit toutefois deux pavillons à l’entrée, l’un de style élisabéthain, l’autre dans le style tudor, et Joseph Strutt demande au paysagiste qu’à l’intérieur de chacun d’entre eux une pièce soit ouverte au public pour que les visiteurs puissent apporter leur pique-nique. Il fait également figurer très précisément sur le plan de l’arboretum 350 bancs. Son double souhait est que les personnes assises ne puissent ni voir les deux pavillons à l’entrée du parc, ni apercevoir les limites du parc. Le positionnement des sièges par rapport aux points cardinaux, aux arbres, au revêtement du sol reflète la préoccupation de J. C. Loudon d’apporter confort et sécurité aux promeneurs. Pour répondre à la seconde directive de J. Strutt, J. C. Loudon donne, dans son projet, une estimation précise du nombre de jardiniers nécessaires à l’entretien de l’arboretum. Il considère qu’en hiver un chef jardinier et un ouvrier peuvent non seulement entretenir l’arboretum mais aussi veiller à la sécurité des promeneurs et qu’en été, un ouvrier supplémentaire est nécessaire pour nettoyer les bancs, désherber et entretenir les plates-bandes florales. Un ouvrier non qualifié, employé à temps plein toute l’année doit être également embauché pour entretenir les pelouses (M.B.C., 223). J. C. Loudon, en homme engagé, partage les idées de Jeremy Bentham, James et John Stuart Mill : son but est aussi d’instruire et d’éduquer à la botanique les populations laborieuses. Ainsi, il indique que chaque végétal doit être accompagné d’une fiche descriptive avec son nom, son origine et ses particularités : « The Derby Arboretum would not only serve as a source of recreation and instruction to the inhabitants of Derby, and its neighbourhood, but as a standard of nomenclature to that part of the country generally ; the collection of trees and shrubs being one of the most extensive ever planted, and the whole having been named with a degree of correctness scarcely to be found in any other garden » (71). Ces plantes, après avoir été étiquetées, sont ensuite répertoriées dans un catalogue général disponible à la vente pour le public.

5L’inauguration du parc par le conseil municipal, le 16 septembre 1840, est suivie de trois jours de festivités. Comme il avait été déclaré que la ville octroyait une demi-journée de congé pour célébrer l’évènement, près de 25 000 personnes se pressèrent pour assister aux divertissements organisés et visiter l’arboretum (West. Rev, 422-30). Lors de cette journée d’inauguration, J. Strutt déclare : « that the Arboretum shall be open to all classes of the public without payment, and subject only to such restrictions and regulations as may become necessary for the observance of order and decorum, on every Sunday, and also on at least one other day in every week, from sunrise to sunset ; except that it shall never be open earlier than six o’clock in the morning, or later than nine o’clock in the evening, and that it shall be closed between ten and one o’clock on Sunday » (Strutt,16/09/1840). Malgré les souhaits initiaux du donateur, le parc n’est accessible, dans un premier temps, qu’aux membres des classes supérieures de la ville, généralement des membres bienfaiteurs qui, en échange d’une cotisation annuelle de dix shillings, ont un accès libre au parc. Celui-ci est ainsi, dès sa création, un arboretum semi-public sans libre accès pour tous. Au cours des années suivantes, le conseil gestionnaire du parc décide, pour respecter la volonté initiale du donateur, de progressivement admettre gratuitement les ouvriers le mercredi et le dimanche car ces derniers ont, au début du siècle, peu de temps libre. Le parc demeure néanmoins fermé le dimanche matin, de 10 heures à 13 heures, pour encourager les ouvriers à se rendre à la messe. En revanche, le parc est ouvert toute la journée au public le mercredi. L’arboretum représente ainsi une nouvelle possibilité pour les membres des différentes classes de la société de se rencontrer. Le développement urbain caractéristique de la période victorienne a créé, plus encore, une ségrégation des classes. Les pauvres et les ouvriers vivent dans les quartiers surpeuplés généralement proches des usines alors que les membres des classes moyennes et supérieures s’éloignent du centre des villes. Les parcs vont ainsi représenter un moyen de promouvoir le contrôle social des populations ouvrières. En effet, les activités proposées dans l’arboretum sont extrêmement moralistes comparées à celles offertes dans la ville. Dans les années trente, la notion de divertissement pour les classes moyennes est toujours associée à l’amélioration des qualités morales et intellectuelles de l’individu. Certaines activités sont considérées « appropriées » : elles représentent alors une forme subtile de contrôle social des classes ouvrières par les classes moyennes. L’arboretum, dans les trois décennies qui suivent son ouverture, propose ainsi au visiteur : une initiation à la botanique, une possibilité de déambuler en famille et de respirer de l’air pur dans un cadre sain, de pique-niquer et de jouer aux boules sur le boulodrome tant désiré par le donateur, Joseph Strutt. Jusque dans les années 1870, l’arboretum est géré comme un lieu privé. En 1882, l’entrée devient gratuite pour tous et en 1890 l’arboretum se transforme en un réel lieu de divertissement. En effet, dès 1881, la pratique des jeux de balles et de ballons est autorisée dans certaines aires de l’arboretum puis, avec l’apparition de la bicyclette, des associations cyclistes se forment où des jeunes gens des deux sexes sont autorisés à circuler dans le parc. De même, les familles ont, à partir de ces dates, le droit de pique-niquer sur l’herbe le dimanche. Un kiosque à musique est ensuite inauguré le 12 juillet 1899 et propose tout au long de la semaine des concerts l’après-midi.

6L’enthousiasme des Victoriens pour ces rôles éducatif et hygiéniste des parcs publics perdure lors de la période édouardienne. Dorénavant, le lien entre santé publique et le nombre de parcs présents dans les villes est évalué : l’efficacité des municipalités en matière de politique sanitaire et culturelle est en effet mesurée par comparaison des taux de mortalité, des densités de population et des superficies allouées aux parcs urbains. Cette nouvelle préoccupation quant à la qualité de l’air, de la santé physique est renforcée par une nouvelle prise en compte de l’état de la jeunesse du pays. En effet, en 1904, le Report on Physical Deterioration et les rapports médicaux de l’armée sur les jeunes recrues pour la guerre des Boers, puis pour la première guerre mondiale démontrent le mauvais état de santé de la jeunesse du pays. L’une des recommandations du rapport est qu’il faut créer des aires d’activité sportive. C’est en 1909, que la Town Planning Act donne, pour la première fois, le pouvoir aux institutions locales de planifier des infrastructures pour la ville. À la même époque, le mouvement pour la promotion des parcs est absorbé par les services locaux d’urbanisme. À Derby, comme dans les autres villes industrielles anglaises, l’espace urbain est désormais contrôlé par les autorités municipales et les services d’ordre : les rues ne peuvent plus être le terrain de jeu privilégié des enfants pauvres, la pratique du football devant les maisons devient un délit qui est sévèrement sanctionné. Les parcs, les arboretums sont alors les seuls lieux publics autorisés pour des moments de détente et d’activités physiques. Pendant la première guerre mondiale, la situation des parcs et des arboretums change peu car l’Angleterre est peu atteinte sur son sol par le conflit. C’est plutôt lors de la seconde guerre mondiale que les parcs sont dépecés de tous les matériaux pouvant servir à l’armement. À Derby, les habitants concernés par l’effort de guerre, arrachent toutes les barrières et bordures en fer forgé présentes dans l’arboretum. Les deux canons de bronze, généreusement donnés par Lord Palmerston, après sa victoire à Sébastopol en 1857, sont ôtés du parc pour être fondus. Dépourvu de toute protection contre le vandalisme et autres actions de destruction, l’arboretum se transforme progressivement en terrain vague où la population locale ne se sent plus en sécurité. Quelques bandes de terre (allotments) sont néanmoins cultivées par la population pour survivre. Mais la fréquentation de l’arboretum par des visiteurs diminue et l’entretien de ce dernier est peu à peu abandonné par les pouvoirs publics. La fin de la guerre signe également la fin du rôle social des parcs car, dans les années 1950, les nombreuses villes anglaises détruites par la guerre doivent être reconstruites et les urbanistes encouragent surtout le développement de zones urbaines plus étendues. La population est invitée à quitter le centre des villes pour habiter à la périphérie de celles-ci. C’est le début du règne de la maison individuelle, où chaque habitant dispose de son propre petit jardin. La baisse de fréquentation des parcs publics se poursuit. À partir des années 1960, une société de loisirs liée au développement du pouvoir d’achat des membres des classes moyennes, offre de nouvelles possibilités de divertissement : à la campagne, à l’étranger... C’est paradoxalement ce nouvel intérêt pour la nature et la campagne qui va engendrer la fin de la fréquentation des parcs publics (Coalter, 2). En effet, les pouvoirs publics sont sollicités par différents urbanistes pour créer de nouveaux sites. Ces nouveaux espaces proposent à la population des activités de découverte de la flore et de la faune indigène ainsi que la possibilité de pratiquer de nombreux exercices physiques. En 1970 les premières dotations de l’État apparaissent pour aider les municipalités à créer ce nouveau type d’espace en périphérie des villes. À la recherche de financements publics, les pouvoirs locaux délaissent progressivement l’entretien des parcs des centres des villes pour développer ces nouveaux espaces périurbains (Conway, 39).

7Les changements idéologiques et sociaux des années 1960 et 1970, liés à un pouvoir d’achat en hausse, créent de nouvelles attitudes envers le temps libre. Une société des loisirs émerge, tournée, plus qu’avant, vers la consommation. Des espaces de loisirs se développent, des parcs à thème sont construits, ils offrent à la population de multiples façons de se distraire. Ces années sont aussi marquées par la reconnaissance d’un nouveau groupe social : la jeunesse. Une « culture des jeunes » apparaît et ces valeurs entrent souvent en conflit avec celles des générations précédentes ou avec l’ordre établi. Les parcs botaniques et urbains des décennies précédentes pâtissent de cette image. Cette inadéquation entre le rôle social et éducatif des parcs du siècle précédent et les nouvelles attentes du public transforme les promenades, les jardins publics et les arboretums en lieux désuets qu’il se révèle urgent de transformer (Thrift, 19). La Garden History Society, fondée en 1960, est la première association à sensibiliser le public à l’importance de préserver ces lieux qui témoignent du passé. Elle alerte les pouvoirs locaux sur le manque de moyens attribués à l’entretien de ces espaces urbains. Délaissés par le public et les municipalités, ces lieux se transforment, au mieux, en immenses pelouses dépourvues de tout agencement esthétique ou floral, au pire en terrains vagues. Par ailleurs, la demande du public envers des parcs où la pratique de sports est possible ne cesse de croître. La situation devient plus préoccupante encore lorsque Madame Thatcher est au pouvoir (1979-1991), et que le gouvernement réduit les dotations de l’État attribuées aux pouvoirs locaux pour l’entretien des espaces urbains. Dans les années 1980, comme le souligne les rapports des Environnement, Transport and Regional Affairs, l’introduction du Compulsory Competition Tendering, dont les objectifs sont de rendre plus efficace les collectivités locales en soumettant tous les marchés publics à la concurrence, renforce la situation d’abandon dans laquelle se trouvent les parcs. Les jardiniers et horticulteurs municipaux sont alors progressivement remplacés par des ouvriers non qualifiés dont les entreprises ont remporté les marchés. L’état des parcs se détériore et les villes, dont Derby, voient l’entretien de leurs espaces verts réduit au strict minimum. Le désintérêt des municipalités qui s’ensuit transforme la plupart de ces lieux, de plus en plus désertés, en terrains où les actes de déviance sociale et de vandalisme se généralisent (4). Comme le souligne Ian Eggington, membre de la commission sur l’environnement au parlement anglais : « dedicated staff in parks are rare and maintenance — generally only grass-cutting — is carried out by peripatetic gangs who have little ownership or pride in any one site » (1). À Derby, les parterres floraux disparaissent, les aires de jeux pour enfants sont sales et abandonnées et le boulodrome, tant désiré par J. Strutt, est englouti sous les herbes folles ! La situation perdure jusqu’au milieu des années 1990.

8En 1995, le gouvernement de John Major change la politique environnementale de l’Angleterre. Il supprime toute aide à la création de nouveaux parcs en périphérie des villes pour allouer des fonds pour la reconstruction et la restauration des jardins existants au centre des villes (Harriet, 18). Deux principales organisations sont sollicitées pour la mise en place de ces nouvelles directives : la Heritage Lottery Funding et le English Heritage Register. En 1996, le Green Flag Award est également créé pour récompenser les municipalités qui rénovent leurs parcs publics et proposent à la population des aires de jeux et de détente adaptées aux besoins de la population locale. D’autres concours, tel que « Britain in Bloom », sont organisés par la Royal Horticultural Society : ils récompensent les pouvoirs publics pour la qualité et l’entretien des espaces fleuris des villes. Pour sensibiliser le public à l’intérêt horticole des parcs publics, la RHS propose également des concours de plantation de plates-bandes. D’autres associations participent à la restauration des parcs historiques en sensibilisant les institutions aux besoins spécifiques de leurs communautés. C’est le commencement d’une réelle collaboration entre les pouvoirs locaux et le public pour sauver les parcs urbains. Un rapport sur l’état des parcs en Angleterre souligne qu’ils sont : « an informal open setting (a place to walk the dog, have picnics, ...) and the sense of freedom this generates, is not genuinely replaceable by more formal provision (the theme park, gym...) » (Greenhalgh, 48). D’autres, nombreux, insistent sur leur valeur historique et le lien qu’ils créent entre passé et présent mais aussi entre générations. Une enquête de la BBC à Derby révèle que si les habitants ne fréquentent plus l’arboretum, ils en demeurent néanmoins fiers et sont prêts à s’investir pour le réhabiliter (Greenhalgh, 52). Ce même questionnaire révèle aussi que le manque de sécurité est une préoccupation majeure du public. C’est pourquoi, en 2002, la Heritage Lottery Funding subventionne les frais d’installation d’éclairage de deux allées dans l’arboretum ainsi que ceux d’un emploi de gardien pour assurer les heures d’ouverture et de fermeture du parc. Si la question du coût de la rénovation est posée, nombreux sont ceux qui pensent, comme Harriet Jordan, spécialiste de la question, que l’arboretum est « flexible and highly adaptable, and has the potential to meet the changing dimensions of modern society » (Harriet, 18). La question soulevée est bien de savoir si ces parcs, dont l’arboretum, peuvent retrouver, de la part du public, l’engouement qu’ils suscitaient à l’époque victorienne, si la discontinuité temporelle dans l’espace de l’arboretum peut s’articuler autour des notions de perte et de restitution des usages.

9La difficulté de la renaissance des parcs publics victoriens dans les villes est liée au fait que ces derniers doivent répondre aux besoins multiples et pas toujours identifiés de la population. Les pouvoirs locaux, conscients de ce problème, ont dès le début du xxie siècle, impliqué les communautés locales dans la restauration des parcs urbains. Dès 2001, le gouvernement britannique crée the Urban Green Space Task Force pour sensibiliser les populations à l’usage des parcs nouvellement restaurés. Ce service gouvernemental souligne que l’espace, comme à la période victorienne, doit proposer une politique événementielle et un ensemble d’activités adaptées aux besoins de la population (Barnard, 3). De fait, le rôle de ces espaces est en constante évolution et le public semble exiger de plus en plus d’activités spécialisées. Le rapport sur les parcs du Derbyshire, réalisé en 2000, rappelle que, bien entretenus, ces espaces verts améliorent la qualité de la vie urbaine et que, pour cela, il n’existe que deux possibilités : réhabiliter ces parcs en amplifiant leurs fonctions symboliques ou en réactualisant leurs usages originels. De nos jours, l’arboretum de Derby s’est modifié : les bâtiments historiques tels que les pavillons de l’entrée, le kiosque à musique et la fontaine, les équipements liés à des activités et des divertissements autorisés au xixe siècle, ont tous subi d’importantes dégradations. Le patrimoine végétal s’est également détérioré. De nouvelles plantations ont remplacé les arbres et arbustes morts et deux nouvelles constructions ont été ajoutées à l’arboretum. L’un des bâtiments « Heart of the Park » abrite un foyer et une salle de sport. Un café, des toilettes publiques ont été créés et les pavillons à l’entrée restaurés en conservant leurs caractéristiques architecturales. Malgré ces changements, l’arboretum demeure dans l’esprit des pouvoirs publics, mais aussi dans celui des visiteurs, un lieu historique.

10Il nous paraît maintenant intéressant de comparer les usages des parcs victoriens et de ceux nouvellement réhabilités. L’arboretum, lors de sa création, permettait à une population défavorisée de pratiquer un sport passif et de respirer un air sain — ou moins pollué ; il offrait aussi à la société le lieu d’une possible harmonie sociale grâce au côtoiement des différentes classes et à l’intérêt qu’il suscitait par l’éducation à la botanique. En 1835, lorsque J. C. Loudon rédige un manuel sur la conception des jardins publics, il considère qu’il est effectivement important de créer des terrains de cricket, de golf et de boules pour améliorer la santé des citoyens dont les occupations journalières sont trop sédentaires. Lorsque la Recreation Ground Act est votée en 1859, la construction puis la fréquentation des aires de jeux pour enfants, des stades (où se pratiquent des sports institutionnalisés) sont encouragées au détriment de la pratique des promenades familiales. À partir des années 1860, des sports tels que le cricket, le croquet, parfois le tir à l’arc et la baignade y sont facilement praticables. Le football n’y est autorisé qu’à partir des années 1870. Certains parcs, après quelques années d’existence, obtiennent même une certaine renommée pour la pratique de l’une ou l’autre de ces activités : la baignade à Victoria Park (Londres), le cricket au parc de Birkenhead... Au début de l’époque victorienne, les femmes en revanche ne sont autorisées qu’à pratiquer le croquet et le tir à l’arc. En 1870, la commission Taunton recommande, pour la première fois dans l’histoire du pays, que soient inclus des cours d’exercice physique dans les programmes d’éducation féminine. Au xxe siècle les activités sportives proposées dans ces espaces se multiplient, elles favorisent en particulier des activités plus physiques. Comme en 1859, l’une des priorités de l’État et des institutions locales, est centrée sur l’éducation de la jeunesse. Comme l’affirme, en 1960, Philip Kolvin : « understanding the outdoor play needs of children and young people can lead to better provision for everyone and more harmonious communities relation » (82). À l’arboretum de Derby, on a ainsi ajouté aux équipements existants des aires de jeux pour enfants et des installations sportives, axées sur le développement physique, intellectuel et social des jeunes. Comme au xixe siècle, les pelouses de l’arboretum de Derby sont souvent des lieux où peuvent se dérouler les pique-niques, la pratique de la gymnastique et plus généralement de l’exercice physique. Ainsi les centres sportifs qui actuellement se multiplient dans les centres urbains, ne semblent pas avoir une influence réelle sur la fréquentation et les activités qui se déroulent dans les parcs ou les arboretums municipaux (Chambre des communes, 2).

11Par ailleurs, l’entrée, gratuite depuis la fin du xixe siècle, à l’arboretum de Derby, permet à tout un chacun de s’approprier le lieu, ce qui, comme à l’époque victorienne, semble renforcer les liens sociaux de la communauté. Nous pouvons en déduire que les espaces communs d’hier et d’aujourd’hui améliorent la cohésion sociale urbaine et le développement des réseaux de proximité (Kolvin, 82). Les parcs publics semblent continuer à représenter l’une des meilleures façons de rassembler en une même communauté des individus de classes, de races et de sexes différents. C’est pourquoi en 2001, la Urban Park Act est votée par le Parlement pour renforcer le financement et le développement d’espaces communs dans des quartiers dits difficiles. Cette loi encourage également les habitants à s’approprier les lieux nouvellement créés pour renforcer leur sens de la vie communautaire (40). Le rapport, en 2004, du Urban Institute souligne que : « parks help build and strengthen ties among community residence by bringing people together, including those who are otherwise divided by race or class, and by helping them to work together on common projects » (3).

12Comme à l’époque victorienne, ces lieux municipaux contemporains offrent à la population un réel contact avec la nature et leur donnent la possibilité de respirer un air de bonne qualité. Cette préoccupation de santé publique est à nouveau essentielle pour les pouvoirs publics et comme le rappelle la commission de la Chambre des communes en 1999 : « the general health of urban population was one of the motives of Victorian parks creation. It is interesting that today the health benefits of parks and open spaces are again being promoted ». Les parcs proposent donc aux visiteurs, depuis le xixe siècle, cette même possibilité d’échapper aux pollutions sonores, atmosphériques de la ville. Ils demeurent des lieux protégés, en dehors du temps, où le promeneur a la possibilité de se détendre (Dunnet, 82). Cette possibilité de se « déstresser » est offerte à tous les groupes sociaux et ethniques de la population. Les parcs et arboretums urbains renforcent les liens du public avec l’histoire locale et aident à l’intégration des individus dans la communauté quels que soient leur âge, leur classe sociale ou leur appartenance ethnique. Ces lieux publics sont donc, comme à l’époque victorienne, des espaces socio-culturels fréquentés par tous (Coalter, 18). L’arboretum de Derby propose toujours au public des activités calmes et sereines, pour les plus jeunes et les plus âgés. Concernant l’initiation à la botanique et le contact entre les visiteurs et la nature, les arbres et les arbustes de l’arboretum sont toujours soigneusement étiquetés pour informer le public et éduquer l’amateur à la science botanique ou horticole.

13Les parcs urbains britanniques d’aujourd’hui sont très souvent liés à un processus de réactualisation des parcs publics victoriens. Ces derniers ont été bâtis dans une période de changements économiques, sociaux et culturels. Les premiers parcs urbains ont été créés pour offrir aux habitants des villes des lieux de promenade et d’exercice destinés à améliorer leur santé et leur bien-être. Ils résultent souvent, comme à Derby, d’initiatives privées. Les classes dominantes se sont alors emparées des parcs publics pour éduquer moralement et intellectuellement les masses laborieuses (notamment dans l’activité de déambulation) et contrôler les loisirs des membres de la classe ouvrière. Progressivement, d’autres loisirs sont autorisés dans les parcs et les arboretums, mais ils continuent tous à relever de cet ordre moral. De nos jours, les activités pratiquées dans les parcs de l’époque victorienne sont toujours les mêmes et se divisent toujours en activités autorisées ou non. Si ces dernières apparaissent plus sportives, elles demeurent néanmoins, comme au xixe siècle, respectueuses de l’environnement naturel et social où elles s’y déroulent. Les parcs publics demeurent des lieux où les liens sociaux se font et se défont, où chacun, riche ou pauvre, jeune ou vieux côtoie l’autre. Les parcs publics victoriens sont des lieux de culture qui, après avoir disparu, ont resurgi dans un nouveau paysage social. La Seconde guerre mondiale a procédé à l’effacement de certaines traces du passé, mais celles-ci sont réapparues sous d’autres formes. La réhabilitation des parcs urbains ne semble pas être uniquement une reconstruction du passé mais plutôt une réactualisation des caractéristiques de ce vécu. L’arboretum de Derby, un des tout premiers parcs anglais à avoir été construit, est une intéressante illustration de ces relations d’imitation et de transformation du passé, du principe de résurgence qui suppose la disparition avant la réapparition. La réhabilitation de l’arboretum de Derby représente un symbole des mutations des formes culturelles des premiers parcs publics victoriens.

Haut de page

Bibliographie

Barnard Phil, Toby Evans, Phil Hyde and Sarah Perryman, Enhancing Urban Green Space, London : National Audit Office Report, 2006.

Coalter Fred and John Taylor, Realising the Potential of Cultural Services : the case for Urban Parks, Spaces and the Countryside, London : L.G.A. Publications, 2001.

Conway Hazel, Public Parks, Buckinghamshire : Shire Publications, 1996.

Dunnet Nigel, Swan Wick Carys and Helen Woolley, Improving Urban Parks, Play Areas and Green Spaces, Sheffield : University of Sheffield, 2002.

Eggington Ian, The Federation of City Farms and Community Gardens, London : Select Committee on Environment, Transport and Regional Affairs, 1999.

Greenhalgh Liz and Ken Worpole, Park Life : Urban Parks and Social Renewal, London : Comedia/Demos, 1995.

Harriet Jordan, Historic Public Parks : Improving a Vital Community Asset, London : 2002.

House of Commons, The Park in Decline, London : Select Committee on Environment, Transport and Regional Affairs, 1999.

Kolvin Philip, More Swings and Roundabouts, Planning for Outdoor Play, London : Children’s Play Council, 2002.

Lasdu Susan, The English Park : Royal, Private and Public, London : André Deutsch, 1991.

Loudon John Claudius, The Derby Arboretum, London : 1840.

Manchester Borough Council Proceedings, Manchester : 18/09/1846.

Strutt Joseph, Discours inaugural de l’arboretum de Derby, Derby : Derby Municipal Archives, 16/09/1840.

The Urban Institute, Beyond Recreation, London, 2004.

Thrift Julia, « Our Green and Pleasant Land : the Importance of Parks in Regeneration », Locum Destination Review, 2004.

Urban Park Act, Proposition 40. Resources Bond, London : 2002.

Westminster Review, London (vol. 35, no2) : January 1841.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine-Emilie Corvisy, « Résurgence des premiers parcs victoriens : l’exemple de l’arboretum de Derby », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 339-352.

Référence électronique

Catherine-Emilie Corvisy, « Résurgence des premiers parcs victoriens : l’exemple de l’arboretum de Derby », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cve.revues.org/3082 ; DOI : 10.4000/cve.3082

Haut de page

Auteur

Catherine-Emilie Corvisy

Université Stendhal-Grenoble III.
Catherine-Emilie Corvisy est maître de conférences en civilisation britannique à l’université Stendhal-Grenoble III. Elle est spécialiste de la période victorienne et édouardienne. Elle s’intéresse tout particulièrement à l’histoire des idées, aux théories esthétiques ainsi qu’à la place des femmes dans la société britannique de ces époques. Elle a publié de nombreux travaux sur ces sujets dont, en dernier lieu, Les Femmes dans l’Angleterre victorienne et édouardienne — Entre sphère privée et sphère publique. (L’Harmattan, 2008).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org