Navigation – Plan du site
Colloque de la S.F.E.V.E. à l'université de Strasbourg

À quel(s) public(s) s’adresse Darwin ? L’Origine des Espèces, entre ouvrage scientifique, œuvre littéraire, et texte de vulgarisation

Who is Darwin’s Origin of Species Destined to ? A Rhetorical Approach to a Scientific, Literary and Popularizing Work
Camille Debras
p. 419-436

Résumé

The aim of this paper is to analyse some of the rhetorical strategies used by Darwin to persuade his reader of the validity of evolution theory in The Origin of Species. The links between science, religion, moral and politics are so intricate in Victorian England that Darwin needs to convince public opinion as well as the scientific community. There are many sides to the reader whose reaction Darwin is anticipating when writing : scientist, humanist or not learned, religious or agnostic ? Darwin uses a conversational style to create a special closeness with his reader, as well as popular language and images to convince as wide an audience as possible while flattering his reader’s humanist appetencies thanks to various literary devices. As the literary dimension of the book blurs the limit between the popular and the learned, Darwin tries to reconcile the core dichotomy between the religious and the agnostic reader by an ambiguous reference to the agency of natural selection : is it merely a random natural process, or literally a transcending agent, another version of God’s action in the theory of evolution ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 S’il existe six éditions de L’Origine des Espèces entre 1859 et 1872, nous suivons le choix éditori (...)

1L’Origine des Espèces voit le jour en 18591 dans des circonstances bien singulières : alors que Darwin travaille depuis plusieurs années à un ouvrage monumental, un grand-œuvre rassemblant des milliers de données pour corroborer la théorie de l’évolution par sélection naturelle, la primauté de la découverte risque soudain de lui échapper, lorsqu’en 1858 le naturaliste Alfred R. Wallace propose les mêmes hypothèses que lui. Il faut faire vite, pour déjouer cette concurrence : Darwin abandonne son grand-œuvre pour en écrire un « abstract » présentant l’étendue de ses travaux... mais à qui exactement s’adresse cet abstract ? C’est la prise en compte anticipée du destinataire, ou co-énonciation, dans le processus même de l’écriture que je souhaite explorer dans cet article.

2Le fait que ce destinataire potentiel soit voué à revêtir de multiples facettes tient au contexte d’écriture de l’Angleterre victorienne, où science, religion, morale et politique sont étroitement intriquées. La théorie dominante en sciences naturelles aux xviiie et début du xixe siècle est la théologie naturelle : les êtres vivants sont parfaits et parfaitement adaptés à leur environnement parce que Dieu les a créés ainsi, et le travail de l’homme de sciences est de retrouver la perfection de l’ordre divin en classifiant les espèces naturelles. L’ordre politique est ainsi à l’image de la nature : la place de chaque classe sociale ou individu est immuable, et les lois de la morale empêchent le chaos social comme les lois divines font régner l’ordre naturel. Ainsi, à cause des liens étroits entre la science et l’ordre sociétal, la légitimation de la théorie de l’évolution passe autant par l’aval de la communauté scientifique que par la caution du grand public. Darwin devra démontrer la pertinence de sa nouvelle théorie aux spécialistes de la communauté scientifique, sans oublier un public de néophytes, pour s’assurer d’une diffusion la plus large possible de l’œuvre et se rallier l’opinion publique.

3À ces enjeux contextuels s’ajoutent deux difficultés liées à la révolution épistémologique que constitue l’évolution : elles trouvent leur contrepartie dans les facettes du lectorat de l’œuvre. La première est théologique : puisque la théorie de l’évolution rend l’hypothèse de la création divine caduque pour rendre compte des faits naturels, Darwin risque de s’attirer les foudres d’un lectorat religieux, qu’il soit scientifique ou non-spécialiste. La seconde est d’ordre politique : parce qu’elle remet en question l’ordre naturel, l’évolution questionne aussi la légitimité de l’ordre politique et social construit à son image, ouvrant la voie au chaos et au relativisme au grand dam d’un lecteur conservateur.

4On l’aura compris, l’approche de L’Origine des Espèces proposée ici n’est pas celle de l’historien, qui à l’appui des archives tente de déterminer la nature du public de l’œuvre à sa publication, mais bien celle de la rhétorique du discours scientifique : à l’appui d’une anticipation des multiples facettes du public potentiel de l’œuvre, quelles sont les stratégies mises en place par Darwin pour convaincre un public le plus vaste possible de la pertinence de sa théorie ?

5L’analyse proposée tiendra en trois points principaux : Darwin s’attache d’abord à gagner la confiance de son lecteur grâce à la proximité amicale construite par un style conversationnel tout au long de l’œuvre. S’il s’adresse à la communauté scientifique comme on pouvait s’y attendre, il n’oublie pas de valoriser aussi l’aspect non-spécialiste de son texte : entre appétences humanistes et stratégies de vulgarisation, la réconciliation entre culture savante et populaire s’opère dans la dimension littéraire de l’œuvre. Enfin, Darwin tente de rassembler agnostiques et croyants autour d’une référence ambiguë à l’agentivité de la sélection naturelle, entre processus naturel aléatoire et avatar de l’action divine.

6On s’en tiendra donc ici à quelques remarques générales sur la réception effective de l’œuvre avant d’entrer dans le vif de l’analyse : L’Origine des Espèces connut globalement un immense succès dès sa publication en 1859. Ne serait-ce que du vivant de Darwin : 6 éditions différentes et 11 traductions (en 23 ans, Darwin meurt en 1882). Sa publication eut de plus un impact politique, social, et culturel considérable (voir les controverses et débats, notamment à Oxford en 1860, opposant Huxley à l’évêque Wilberforce, ou les célèbres caricatures des années 1860-1880). Enfin, il faut évidemment souligner la postérité de Darwin comme père de la théorie de l’évolution de nos jours encore, doublement célébré cette année (bicentenaire de Darwin et 150 ans de L’Origine), et plus que jamais d’actualité à l’époque des résurgences créationnistes de l’Intelligent Design américain.

7L’aspect le plus immédiatement frappant du texte de L’Origine des Espèces est son style conversationnel. Si ce choix peut paraître inattendu au premier abord, il permet à Darwin de se rallier le lecteur en établissant un lien de complicité amicale avec lui. À l’opposé des attentes du lecteur face au discours scientifique traditionnel (visée d’objectivité, style descriptif, minimisation de l’intervention de l’énonciateur dans son discours) Darwin surprend en étant constamment présent à la première personne, revendiquant ainsi la subjectivité irréductiblement à l’origine de tout discours (Benveniste 263). Le lien entre deux subjectivités est scellé dès l’orée de l’œuvre par une sorte de pacte de lecture ou de confiance entre énonciateur et destinataire :

This Abstract, which I now publish, must necessarily be imperfect. I cannot here give references and authorities for my several statements ; and I must trust to the reader reposing some confidence in my accuracy. No doubt errors will have crept in, though I hope I have always been cautious in trusting to good authorities alone. I can here give only the general conclusions at which I have arrived, with a few facts in illustration, but which, I hope, in most cases will suffice. (Origin, Introduction, 3-4)

8Pourtant, si « I » est omniprésent, ce n’est pourtant presque jamais à « you » que Darwin s’adresse pour interpeller son lecteur. On ne trouve que quatre occurrences de « you » dans les 400 pages de l’œuvre, dont celle-ci est emblématique :

but it must not be supposed that bees would thus produce a multitude of hybrids between distinct species ; for if you bring on the same brush a plant’s own pollen and pollen from another species, the former will have such a prepotent effect, that it will invariably and completely destroy, as has been shown by Gärtner, any influence from the foreign pollen. (Origin 81)

9« You » revêt ici une valeur générique, proche de « one », pour montrer que l’expérience proposée par Darwin pourrait être aussi bien réalisée par le lecteur lui-même (la reproductibilité de l’expérimentation scientifique, un des critères de scientificité retenus plus tard par K. Popper, renforçant ici la crédibilité scientifique de l’auteur).

10En revanche, Darwin inclut son interlocuteur dans un « we », pour habilement le ranger de son côté :

In a state of nature almost every plant produces seed, and amongst animals there are very few which do not annually pair. Hence we may confidently assert, that all plants and animals are tending to increase at a geometrical ratio, that all would most rapidly stock every station in which they could any how exist, and that the geometrical tendency to increase must be checked by destruction at some period of life. Our familiarity with the larger domestic animals tends, I think, to mislead us : we see no great destruction falling on them, and we forget that thousands are annually slaughtered for food. (Origin 55, ch. 3)

11Le premier « we » de majesté ou plus formel, réfère à Darwin lui-même celui qui présente les déductions « hence » pour « affirmer avec assurance ». Cependant ce « we » garde de sa valeur « I and you », ce qui permet à Darwin de modérer le ton catégorique de l’affirmation, tout en rangeant le lecteur à ses côtés. Enfin, dans la continuité du paragraphe, « we » est contrasté avec « I », dans des observations d’ordre général, où la communauté humaine tout entière est prise en compte, ce qui a pour effet de rapprocher auteur et lecteur dans cette masse humaine. Il y a toujours une part irréductible du destinataire dans « we », de par son sémantisme, ce dernier étant pris en compte quelque part dans le consensus ralliant I à everyone.

12Le lien entre auteur et lecteur créé par « we » est alors renforcé par leur alliance face à un common other, l’opposant à la théorie darwinienne devenant cet autre commun à l’énonciateur et son destinataire.

He must be a dull man who can examine the exquisite structure of a comb, so beautifully adapted to its end, without enthusiastic admiration. (Origin 183, ch.7)
He who rejects these views on the nature of the geological record, will rightly reject my whole theory. For he may ask in vain where are the numberless transitional links which must formerly have connected the closely allied or representative species, found in the several stages of the same great formation. He may disbelieve in the enormous intervals of time which have elapsed between our consecutive formations ; he may overlook how important a part migration must have played, when the formations of any one great region alone, as that of Europe, are considered ; he may urge the apparent, but often falsely apparent, sudden coming in of whole groups of species. He may ask where are the remains of those infinitely numerous organisms which must have existed long before the first bed of the Silurian system was deposited : I can answer this latter question only hypothetically, by saying that as far as we can see, where our oceans now extend they have for an enormous period extended, and where our oscillating continents now stand they have stood ever since the Silurian epoch ; but that long before that period, the world may have presented a wholly different aspect ; and that the older continents, formed of formations older than any known to us, may now all be in a metamorphosed condition, or may lie buried under the ocean. (Origin 277, ch.10)

13La définition de la troisième personne proposée par Benveniste comme la « non-personne » (Benveniste 256) du discours prend tout son sens dans ces deux passages. « He » est littéralement autant qu’idéologiquement hors du lieu du discours ; étranger au point d’avoir perdu sa fonction initiale de reprise anaphorique d’un référent défini précédemment, il est dépersonnifié pour être défini seulement cataphoriquement par son statut d’opposant dans une relative (5). L’indignation de Darwin face à cet archétype d’adversaire imaginaire s’illustre par l’anaphore de la structure « he who... », et contraste avec le lien entre auteur et lecteur scellé par « we » dans la seconde partie de l’extrait.

14Enfin, le lien de complicité que Darwin construit avec son lecteur s’établit grâce à la convivialité du ton de la conversation, qui repose tant sur les apartés (6) que sur l’implication de Darwin, non seulement comme énonciateur, mais aussi en tant que personne, notamment lorsqu’il mentionne sa maison, sa famille.

Nothing is easier than to admit in words the truth of the universal struggle for life, or more difficult — at least I have found it so — than constantly to bear this conclusion in mind. (Origin 52, ch.3)
Climate plays an important part in determining the average numbers of a species, and periodical seasons of extreme cold or drought, I believe to be the most effective of all checks. I estimated that the winter of 1854-55 destroyed four-fifths of the birds in my own grounds ; and this is a tremendous destruction, when we remember that ten per cent. is an extraordinarily severe mortality from epidemics with man. (Origin 57-58, ch.3)
With respect to the horse, I have collected cases in England of the spinal stripe in horses of the most distinct breeds, and of all colours ; transverse bars on the legs are not rare in duns, mouse-duns, and in one instance in a chestnut : a faint shoulder-stripe may sometimes be seen in duns, and I have seen a trace in a bay horse. My son made a careful examination and sketch for me of a dun Belgian cart-horse with a double stripe on each shoulder and with leg-stripes ; and a man, whom I can implicitly trust, has examined for me a small dun Welsh pony with three short parallel stripes on each shoulder. (Origin 134, ch.5)

15Ces anecdotes personnelles renforcent l’authenticité du discours ; Darwin joue sur la corde sensible, en s’appuyant sur les valeurs traditionnelles de la confiance et de la famille (8), dans lesquelles le lecteur de l’époque se reconnaît aisément, et assoit sa crédibilité sociale en mentionnant sa propriété (7).

16Passons au deuxième point de l’analyse : quelles sont les stratégies rhétoriques utilisées par Darwin pour valoriser ses lecteurs non spécialistes en sciences ? Si les ressorts de la vulgarisation jouent un rôle essentiel dans l’œuvre, la culture savante apparaît sous une forme que l’on n’attendait pas, au fil des références humanistes utilisées par Darwin.

  • 2 Ce procédé d’explication, vulgarisateur et didactique, sera systématisé dans la cinquième édition, (...)

17Darwin éclaire tout d’abord son lecteur grâce à de nombreuses reformulations de termes techniques2.

If we (...) look at any small isolated area, such as an oceanic island, although the total number of the species inhabiting it, will be found to be small, as we shall see in our chapter on geographical distribution ; yet of these species a very large proportion are endemic, that is, have been produced there, and nowhere else. (Origin 87, ch.4)
Kirby has remarked (...) that the anterior tarsi, or feet, of many male dung-feeding beetles are very often broken off ; (Origin 111, ch.5)
natural selection will often have effected other changes, such as an increase in the length of the [animal’s] antennae or palpi, as a compensation for blindness. (Origin 114, ch.5)
With respect to this latter case of correlation, I think it can hardly be accidental, that if we pick out the two orders of mammalia which are most abnormal in their dermal coverings, viz. Cetacea (whales) and Edentata (armadilloes, scaly ant-eaters, &c.), that these are likewise the most abnormal in their teeth. (Origin 118, ch.5)
Although in oceanic islands the number of kinds of inhabitants is scanty, the proportion of endemic species (i.e. those found nowhere else in the world) is often extremely large. (Origin 315, ch.12)
Most physiologists believe that the bones of the skull are homologous with — that is correspond in number and in relative connexion with — the elemental parts of a certain number of vertebrae. (Origin 353, ch.12)

18L’insistance sur la notion d’endémicité, reformulée deux fois par Darwin dans l’œuvre, montre combien il a à cœur de convaincre le public néophyte : en effet, l’existence d’espèces endémiques sur certaines îles, et leur vulnérabilité face à l’introduction de nouvelles espèces continentales par l’homme, est un argument majeur en faveur de la théorie de l’évolution.

19Au-delà des simples reformulations vulgarisantes pour rendre la science accessible au plus grand nombre, Darwin va un cran plus loin en légitimant une sorte de folk-épistémologie dans le discours scientifique, par l’adoption de définitions empiriques fondées sur le bon sens, le savoir populaire et l’observation :

I will not attempt any definition of instinct. It would be easy to show that several distinct mental actions are commonly embraced by this term ; but every one understands what is meant, when it is said that instinct impels the cuckoo to migrate and to lay her eggs in other birds’ nests. An action, which we ourselves should require experience to enable us to perform, when performed by an animal, more especially by a very young one, without any experience, and when performed by many individuals in the same way, without their knowing for what purpose it is performed, is usually said to be instinctive. (Origin 167, ch.7)
The embryo in the course of development generally rises in organisation : I use this expression, though I am aware that it is hardly possible to define clearly what is meant by the organisation being higher or lower. But no one probably will dispute that the butterfly is higher than the caterpillar. (Origin 356, ch.13)

20À chaque fois, la définition proposée (instinct, ou niveaux de complexité biologique) repose en premier lieu non pas sur une généralisation abstraite, comme on l’attendrait d’une définition scientifique canonique, mais sur un exemple précis et concret. Dans les deux occurrences, le connecteur discursif « but » implique l’évidence de la pertinence de telles définitions, admises par tous. Dans le cas précis de ces définitions, le discours de Darwin confine à la démagogie, puisqu’il en dévalue la dimension scientifique (trop complexe, trop longue, en 20) en valorisant la définition de bon sens. On voit pourtant bien qu’il ne s’agit que d’une stratégie pour séduire un public qui se défie des discours techniques et confus, puisque dans le premier exemple, il revient très rapidement à une définition plus générale, transformant son rejet initial des définitions abstraites en prétérition.

21La dernière stratégie majeure de vulgarisation dans L’Origine des Espèces est l’emploi d’analogies explicatives.

The insects in Madeira which are not ground-feeders, and which, as the flower-feeding coleoptera and lepidoptera, must habitually use their wings to gain their subsistence, have, as Mr. Wollaston suspects, their wings not at all reduced, but even enlarged. This is quite compatible with the action of natural selection. For when a new insect first arrived on the island, the tendency of natural selection to enlarge or to reduce the wings, would depend on whether a greater number of individuals were saved by successfully battling with the winds, or by giving up the attempt and rarely or never flying. As with mariners ship-wrecked near a coast, it would have been better for the good swimmers if they had been able to swim still further, whereas it would have been better for the bad swimmers if they had not been able to swim at all and had stuck to the wreck. (Origin 112, ch.5)
It is well known that several animals, belonging to the most different classes, which inhabit the caves of Styria and of Kentucky, are blind. In some of the crabs the foot-stalk for the eye remains, though the eye is gone ; the stand for the telescope is there, though the telescope with its glasses has been lost. (Origin 113, ch.5)
I presume that lowness in this case means that the several parts of the organisation have been but little specialised for particular functions ; and as long as the same part has to perform diversified work, we can perhaps see why it should remain variable, that is, why natural selection should have preserved or rejected each little deviation of form less carefully than when the part has to serve for one special purpose alone. In the same way that a knife which has to cut all sorts of things may be of almost any shape ; whilst a tool for some particular object had better be of some particular shape. (Origin 122, ch.5)
The crust of the earth is a vast museum ; but the natural collections have been made only at intervals of time immensely remote. (Origin 141, ch.6)
I may repeat what I published in 1845, namely, that to admit that species generally become rare before they become extinct to feel no surprise at the rarity of a species, and yet to marvel greatly when it ceases to exist, is much the same as to admit that sickness in the individual is the forerunner of death to feel no surprise at sickness, but when the sick man dies, to wonder and to suspect that he died by some unknown deed of violence. (Origin 258, ch.10)
From the first dawn of life, all organic beings are found to resemble each other in descending degrees, so that they can be classed in groups under groups. This classification is evidently not arbitrary like the grouping of the stars in constellations. (Origin 333, ch.13)

22W. Empson définit l’analogie comme une équation de rapport : a : b = c : d (Empson 336) ; en d’autres termes, l’analogie dévoile une similarité relative et non absolue, et met toujours en jeu quatre termes. La visée explicative et didactique des analogies relevées est d’abord marquée par un parallèle entre un aspect de la théorie de l’évolution et un élément du quotidien, connu de tous, pour rendre le méconnu familier en le comparant au connu. Elles prennent ainsi appui sur le corps humain, ses capacités et ses perceptions (la maladie, chanter des chansons, regarder les étoiles), sur des corps de métier (les marins, les ouvriers), sur les objets manufacturés (un couteau, un télescope), ou les lieux de civilisation (un musée).

23Ensuite, ces analogies utilisées sont très explicites : les quatre termes sont tous présents la plupart du temps (bons et mauvais nageurs ou insectes à ailes longues ou courtes face à la survie, un crabe sans yeux comme un télescope sans sa lentille, la polyvalence ou la spécificité d’un organe ou d’un couteau, etc.), ainsi qu’un marqueur de comparaison, comme « like », « as », ou « much the same as », ce qui vise à clarifier le propos au maximum. Même l’analogie la plus métaphorique (24), pourtant sans mot de comparaison, est très facilement comprise ; on infère aisément le quatrième terme manquant, « fossiles », du contexte d’un chapitre consacré à la géologie.

24Enfin, la dimension littéraire et humaniste de l’œuvre constitue le lieu d’une réconciliation entre culture populaire et une certaine culture savante. En effet, il est une analogie particulière de l’œuvre qui ne s’adresse pas vraiment à un public populaire, mais à un public lettré et cultivé, bien que non-scientifique : c’est la métaphore philologique, empruntée au géologue Charles Lyell, qui compare l’évolution géologique aux transformations diachroniques du langage. Darwin reprend l’image de son collègue pour l’appliquer à la théorie de l’évolution :

I think these views further explain what has sometimes been noticed namely that we know nothing about the origin or history of any of our domestic breeds. But, in fact, a breed, like a dialect of a language, can hardly be said to have had a definite origin. (Origin 34, ch.1)
For my part, following out Lyell’s metaphor, I look at the natural geological record, as a history of the world imperfectly kept, and written in a changing dialect ; of this history we possess the last volume alone, relating only to two or three countries. Of this volume, only here and there a short chapter has been preserved ; and of each page, only here and there a few lines. Each word of the slowly-changing language, in which the history is supposed to be written, being more or less different in the interrupted succession of chapters, may represent the apparently abruptly changed forms of life, entombed in our consecutive, but widely separated formations. On this view, the difficulties above discussed are greatly diminished, or even disappear. (Origin 251, ch.9)
Rudimentary organs may be compared with the letters in a word, still retained in the spelling, but become useless in the pronunciation, but which serve as a clue in seeking for its derivation. (Origin 369, ch.13)

25Les nombreuses similitudes entre évolution diachronique du langage et évolution naturelle permettent d’exploiter la métaphore philologique jusqu’au moindre détail : tous les éléments de « l’histoire du monde », chapitre, page, ligne, mot et lettre trouvent leur correspondant dans la nature. Au-delà de son puissant pouvoir explicatif, cette image présente Darwin comme un humaniste accompli, et ancre la théorie de l’évolution dans un contexte intellectuel et épistémologique élargi. Le parallèle entre philologie et sciences naturelles renforce la crédibilité de la théorie, car l’évolution devient une matrice épistémologique transdisciplinaire à vocation universelle, conséquence évidente et naturelle du temps qui passe.

26Cependant, la dimension littéraire et humaniste de L’Origine des Espèces ne délaisse pas non plus le public populaire, en s’appropriant habilement des références culturelles traditionnelles connues de tous, qui réconcilient tous les publics, tels que le symbole de l’arbre de vie, ou le mythe de « mère nature ».

  • 3 « Darwin replaced the ancient imagery of the tree of knowledge, the tree of life, with something si (...)

27Darwin récupère le symbole immémorial de l’arbre, comme le souligne J. Browne3.

The affinities of all the beings of the same class have sometimes been represented by a great tree. I believe this simile largely speaks the truth. The green and budding twigs may represent existing species ; and those produced during each former year may represent the long succession of extinct species. At each period of growth all the growing twigs have tried to branch out on all sides, and to overtop and kill the surrounding twigs and branches, in the same manner as species and groups of species have tried to overmaster other species in the great battle for life. The limbs divided into great branches, and these into lesser and lesser branches, were themselves once, when the tree was small, budding twigs ; and this connexion of the former and present buds by ramifying branches may well represent the classification of all extinct and living species in groups subordinate to groups. Of the many twigs which flourished when the tree was a mere bush, only two or three, now grown into great branches, yet survive and bear all the other branches ; so with the species which lived during long-past geological periods, very few now have living and modified descendants. From the first growth of the tree, many a limb and branch has decayed and dropped off ; and these lost branches of various sizes may represent those whole orders, families, and genera which have now no living representatives, and which are known to us only from having been found in a fossil state. As we here and there see a thin straggling branch springing from a fork low down in a tree, and which by some chance has been favoured and is still alive on its summit, so we occasionally see an animal like the Ornithorhynchus or Lepidosiren, which in some small degree connects by its affinities two large branches of life, and which has apparently been saved from fatal competition by having inhabited a protected station. As buds give rise by growth to fresh buds, and these, if vigorous, branch out and overtop on all sides many a feebler branch, so by generation I believe it has been with the great Tree of Life, which fills with its dead and broken branches the crust of the earth, and covers the surface with its ever branching and beautiful ramifications (Origin 106-107, end of chapter 4).

28À l’arbre généalogique (symbole de l’ordre établi dans une société où la lignée a encore tant d’importance), à celui de la connaissance, Darwin ajoute une dimension nouvelle, celle de l’évolution des espèces, qui se confond ici avec le cycle de la vie. Nouvel avatar d’un symbole traditionnel, l’évolution devient un élément de continuité et non de rupture. Les moments poétiques du passage, « many a », la personnification et le lyrisme de la fin du texte (grandiloquence, emphase des majuscules) contribuent à l’entrée en mythe de ce nouvel avatar symbolique.

29Le style poétique de l’œuvre, surprenant par sa fréquence dans un texte scientifique, jette un pont de plus entre culture savante et culture populaire.

But why, because the reproductive system is disturbed, this or that part should vary more or less, we are profoundly ignorant. Nevertheless, we can here and there dimly catch a faint ray of light, and we may feel sure that there must be some cause for each deviation of structure, however slight. (Origin 109, ch.5)
Far from feeling any surprise that some of the cave-animals should be very anomalous, as Agassiz has remarked in regard to the blind fish, the Amblyopsis, and as is the case with the blind Proteus with reference to the reptiles of Europe, I am only surprised that more wrecks of ancient life have not been preserved, owing to the less severe competition to which the inhabitants of these dark abodes will probably have been exposed. (Origin 114, ch.5)
Throughout an enormously large proportion of the ocean, the bright blue tint of the water bespeaks its purity. (Origin 233, ch.9)
But we do not know what was the state of things in the intervals between the successive formations ; whether Europe and the United States during these intervals existed as dry land, or as a submarine surface near land, on which sediment was not deposited, or again as the bed of an open and unfathomable sea. (Origin 249, ch.9)

30Les passages poétiques soulignés sont immédiatement perçus comme poétiques ou lyriques, parce qu’ils contrastent avec le contexte du discours scientifique et sont fondés sur des images poétiques conventionnelles (knowledge as light, the purity and the sublime, the infinite depth of the sea), ou des mots vieillis et raffinés : « dark abode », « bespeak ». Le lyrisme de la métaphore des lumières de la connaissance est renforcée par des rimes internes, (« light/slight », et les rimes écrites « sure/structure »).

31Ces images inattendues produisent leur petit effet ; souvent situées en conclusion d’un paragraphe, elles permettent une dramatisation efficace et marquante de l’idée développée.

32Leur côté conventionnel n’est pas anodin, et témoigne d’une sorte de bienséance : elles montrent Darwin sous le jour d’un homme de sciences cultivé, qui maîtrise assez le langage pour se permettre quelques menus écarts de style. De deux choses l’une : face à un lectorat éduqué, il sait respecter certaines limites (le lieu du texte scientifique n’est pas celui de la création d’images poétiques complètement nouvelles) ; face à un lectorat moins éduqué, il se rallie un lecteur plus naïf, enthousiasmé par un élan poétique facile d’accès.

33Enfin, la deuxième récupération symbolique majeure est le mythe de mère Nature, ou natura naturans.

As man can produce and certainly has produced a great result by his methodical and unconscious means of selection, what may not Nature effect ? Man can act only on external and visible characters : Nature cares nothing for appearances, except in so far as they may be useful to any being. She can act on every internal organ, on every shade of constitutional difference, on the whole machinery of life. Man selects only for his own good ; Nature only for that of the being which she tends. Every selected character is fully exercised by her ; and the being is placed under well-suited conditions of life (Origin 69, ch.4)

34La personnification de la nature permet à Darwin de faire s’inscrire la théorie de l’évolution dans la continuité de la tradition. Si l’image éculée de la nature mère, de la terre nourricière construit un univers familier pour le lecteur, c’est surtout l’insistance sur la dimension agentive de cette personnification qui retient l’attention. Caractérisée sans cesse par des verbes d’action, elle semble être l’agent transcendant de la sélection naturelle, sorte de nouvelle version du Dieu de la théologie naturelle dans la théorie de l’évolution.

35Notre troisième point d’analyse sera consacré à une dimension essentielle de la co-énonciation dans L’Origine des Espèces : la tentative de créer un consensus autour de la théorie de l’évolution en réconciliant lectorat croyant et agnostique semble dépasser la dichotomie entre culture savante et culture populaire. Le principal outil de cette réconciliation est un habile brouillage de la référence à l’agentivité de la nature dans le processus de sélection des espèces. Si Darwin procède bien à une « sécularisation du sens biologique », selon l’expression de D. Kohn, ce n’est pas sans ambiguïtés. À la lecture du chapitre quatre, intitulé « natural selection », « clé de voûte » de l’œuvre selon Darwin lui-même puisqu’il y expose le cœur de sa théorie, le lecteur-interprète d’aujourd’hui comme d’hier est perplexe : la sélection des espèces est-elle simplement un processus naturel aléatoire, ou bien la nature est-elle littéralement un agent transcendant, avatar du Dieu de la théologie naturelle, à l’origine de la sélection ? À partir du corpus rassemblant toutes les références à l’agentivité de la nature dans le chapitre quatre dont on reproduit ci-dessous des extraits, on peut montrer que cette ambiguïté réside dans l’utilisation de passifs à agent implicite.

36Dans un premier temps, l’interprétation figurée de l’agentivité de la nature va de soi lorsqu’elle est explicitement présentée comme un agent, c’est-à-dire qu’elle occupe le rôle thématique d’agent quand sa référence est sujet de verbes dynamiques :

p.72 : Natural selection may modify and adapt the larva of an insect (...). Natural selection will ensure that
p.72 : Natural selection will modify the structure of the young in relation to the parent (...). What natural selection cannot do is...
p.73 : if nature had to make the beak of a full-grown pigeon very short
p.73 : natural selection will be able to modify
p.79 : Natural selection can act only by the preservation and accumulation of infinitesimally small inherited modifications
p.85 : natural selection will always tend to preserve all the individuals varying in the right direction
p.86 : natural selection will tend to modify
p.89 : natural selection will always act with extreme slowness
p.90 : natural selection will always act very slowly
p.90 : Natural selection acts solely through the preservation of variations
p.93 : otherwise natural selection can do nothing
p.98 : natural selection will always act according to...

37Puis c’est l’utilisation de passifs à agents implicites qui provoque l’ambiguïté de cette agentivité : c’est paradoxalement quand l’agent disparaît de l’énoncé que l’interprétation littérale de l’agentivité de la nature se déclenche, pour deux raisons. Ces passifs mettent l’accent sur l’action pure, à laquelle se réduit le prédicat, tandis que l’implicite de l’énoncé déclenche un effort interprétatif accru qui fait pencher la balance vers l’interprétation littérale en renforçant l’aspect dynamique du prédicat :

p.68 : Every slight modification, (...) by better adapting them to their altered conditions, would tend to be preserved
p.68 : if some of the original inhabitants were in some manner modified
p.69 : No country can be named in which (...) none of them could anyhow be improved.
p.69 : Every selected character is fully exercised by [Nature] ; and the being is placed under well-suited conditions of life.
p.70 : the slightest difference of structure or constitution may well turn the nicely-balanced scale in the struggle for life, and so be preserved.
p.70 : characters and structures, (...) may thus be acted on.
p.76 : a new variety might be formed (...). Or, again, the wolves inhabiting a mountainous district, and those frequenting the lowlands, would naturally be forced to hunt different prey ; and from the continued preservation of the individuals best fitted for the two sites, two varieties might slowly be formed.
p.77 : Those flowers (...) would likewise be favoured or selected.
p.77 : When our plant, by this process of the continued preservation or natural selection of more and more attractive flowers, had been rendered highly attractive to insects
p.78 : individuals with this tendency more and more increased, would be continually favoured or selected, until at last a complete separation of the sexes would be effected.
p.86 : Intercrosses will be prevented
p.87 : isolation, (...) will give time for any new variety to be slowly improved
p.88 : these anomalous forms have endured to the present day (...) from having thus been exposed to less severe competition
p.89 : intercrossing (...) will thus be checked : (...) immigration will be prevented (...)and the relative proportional numbers of the various inhabitants of the renewed continent will again be changed
p.89 : Nothing can be effected, unless favourable variations occur
p.91 : rare species will be less quickly modified or improved within any given period
p.93 : As the differences slowly become greater, the inferior animals with intermediate characters, (...) will have been neglected
p.96 : Only those variations which are in some way profitable will be preserved or naturally selected.
p.99 : Thus, as I believe, species are multiplied and genera are formed.
p.101 : they have also been modified and improved in a diversified manner at each stage of descent

38Ce mécanisme atteint son paroxysme dans l’utilisation de formes marquées (c’est-à-dire pas les plus neutres possibles), encourageant clairement une interprétation littérale de l’agentivité de la nature :

p.69 : No country can be named in which all the native inhabitants are now so perfectly adapted (...) that none of them could anyhow be improved.
p.84 : if any one species does not become modified and improved in a corresponding degree with its competitors, it will soon be exterminated.
p.85 : a new and improved variety might be quickly formed on any one spot
p.87 : if some of these many species become modified and improved, others will have to be improved in a corresponding degree or they will be exterminated
p.89 : the most favoured or improved varieties will be enabled to spread
p.90 : new forms are continually and slowly being produced
p.93 : by so much will [the descendants from any one species] be better enabled to seize on many and widely diversified places in the polity of nature, and so be enabled to increase in numbers.
p.93 : some [animals], (...) being enabled to feed on new kinds of prey, either dead or alive (...) the more places they would be enabled to occupy
p.98 : the more diversified in structure the descendants from any one species can be rendered, the more places they will be enabled to seize on, and the more their modified progeny will be increased.
p.99 : the number of the descendants will not be increased ; although the amount of divergent modification may have been increased in the successive generations.

Alors qu’il aurait tout autant pu écrire, par exemple :

p.69 : ... that none of them could improve.
p.70 : if any one species does not change and improve, it will soon disappear/ become extinct.
p.85 : a new and improved variety might quickly form
p.89 : the most favoured variety will be able to spread
p.99 : the number of the descendants will not increase

39Le choix de ces formes marquées témoigne d’une ambiguïté délibérée du discours. Darwin s’adresse bien sûr à un lecteur agnostique, prêt à accepter la représentation d’un monde chaotique, sans ordre transcendant pour réguler des processus naturels aléatoires, pour qui ces prédicats agentifs sont autant d’images. Il n’oublie pas pour autant de ménager le lecteur religieux, en laissant une place à l’interprétation littérale de l’agentivité de la sélection naturelle devenue principe transcendant, minimisant ainsi la portée révolutionnaire de sa théorie pour en assurer la réception la plus favorable possible.

Haut de page

Bibliographie

Benveniste E., Problèmes de linguistique générale, vol. 1. Paris : Gallimard, 1996.

Browne J., Darwin’s Origin of Species, a Biography. London : Atlantic Books, 2006.

Darwin C., On the Origin of Species by means of Natural Selection, or the Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life [1860, 2nd ed.]. Ed. G. Beer. Oxford : Oxford University Press, 1996.

Empson W., The Structure of Complex Words. Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 1989.

Kohn D., « Darwin’s Ambiguity : The Secularization of Biological Meaning », The British Journal for the History of Science, vol. 22, No. 2 (July 1989), 215-239.

Haut de page

Notes

1 S’il existe six éditions de L’Origine des Espèces entre 1859 et 1872, nous suivons le choix éditorial de Gillian Beer chez OUP en nous référant à la seconde édition datant de 1860. Ces six éditions successives, au fil desquelles Darwin ajuste son texte aux réactions du public, constituent une sorte de dialogue entre Darwin et ses lecteurs, où la seconde édition représente « la réaction immédiate et urgente de Darwin à la réception publique et privée de L’Origine » (Darwin xxix) tandis que les éditions suivantes s’éloignent de l’argumentaire initial pour intégrer les critiques de la communauté scientifique.

2 Ce procédé d’explication, vulgarisateur et didactique, sera systématisé dans la cinquième édition, à laquelle s’ajoute un glossaire de termes scientifiques, compilé par W. S. Dallas.

3 « Darwin replaced the ancient imagery of the tree of knowledge, the tree of life, with something similar. His tree was time. It was history. It was knowledge. It was life. But it was not divine. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Debras, « À quel(s) public(s) s’adresse Darwin ? L’Origine des Espèces, entre ouvrage scientifique, œuvre littéraire, et texte de vulgarisation », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 419-436.

Référence électronique

Camille Debras, « À quel(s) public(s) s’adresse Darwin ? L’Origine des Espèces, entre ouvrage scientifique, œuvre littéraire, et texte de vulgarisation », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cve.revues.org/3099 ; DOI : 10.4000/cve.3099

Haut de page

Auteur

Camille Debras

Camille Debras est élève de l’ENS-LSH de Lyon, agrégée d’anglais en 2007 (spécialité linguistique) et titulaire d’un Master 2 d’anglais dont le mémoire s’intitule « Persuasion Strategies in Scientific Discourse : A Rhetorical Study of Darwin’s Origin of Species ».

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org