Navigation – Plan du site
XLIXe Congrès de la S.A.E.S. à l'Université de Bordeaux III

Port Sunlight, essai architectural et social

Neither Factory Town, nor Garden City : The Curious Case of Port Sunlight
Laurence Machet
p. 495-506

Résumé

The purpose of this article is to examine the city of Port Sunlight, its history, design and originality. Created by William Lever in 1888 in order to house his newly-built soap factory, Port Sunlight is part of the numerous “factory villages” built in the wake of the industrial revolution according to philanthropic and utilitarian principles. But this article intends to show that Port Sunlight differs from other factory towns. Its careful design, elaborate architecture and public facilities epitomize the aesthetic and philosophical trends of the period and reveal a strongly ambivalent attitude towards industry and the type of landscapes it had created. Announcing Ebenezer Howard’s garden cities, Port Sunlight endeavours to solve the material problem of working class housing while also addressing other more spiritual needs.

Haut de page

Texte intégral

1Du dernier tiers du xviiie siècle au début du xxe siècle, la Grande-Bretagne s’industrialise à un rythme qui va crescendo. Les progrès scientifiques et techniques se manifestent dans tous les secteurs d’activité et contribuent à façonner une société moderne et industrielle. Conséquence de cette industrialisation rapide, l’exode rural s’accélère et entraîne dans les centres urbains l’afflux massif de populations attirées par la perspective d’un travail en usine. Le problème du logement de ces ouvriers se pose alors avec une acuité sans précédent. Les villes anciennes ont en effet du mal à absorber cette nouvelle population, à lui fournir des conditions de vie décente. Les équipements publics d’alimentation en eau, de collecte des déchets ou d’évacuation des eaux usées ne sont pas adaptés à cette croissance exponentielle de la population et font du xixe siècle le siècle du paradoxe, au cours duquel les progrès scientifiques et les innovations techniques les plus spectaculaires coexistent avec les taudis insalubres et les épidémies de choléra. Le logement, intrinsèquement lié aux questions de santé publique, devient donc rapidement un problème d’intérêt général car « sweated labour and slum dwellings were not invented by the men who made the Industrial Revolution, they were discovered by them, discussed by them and in the end partially remedied by them » (Thomson 19). S’y expriment conjointement l’action de l’État et les initiatives privées. Ainsi, le Public Health Act de 1848, qui faisait suite au Sanitary Report de Chadwick en 1842, apparaît comme une mesure de compromis destinée à rassurer à un moment où la grande épidémie de choléra sévit. Mais les pouvoirs et les moyens réellement conférés au Central Board of Health nouvellement créé sont trop limités pour que l’organisme soit efficace. La responsabilité d’améliorer les conditions de vie de la classe ouvrière est donc pour une grande part laissée à l’initiative privée.

2Dès le début de la révolution industrielle, des individus ont en effet cherché à proposer des solutions, que l’on peut scinder en deux catégories. Les premières relèvent, dans la veine de l’Utopia de Thomas More, des projets utopiques de sociétés ou du moins de communautés débarrassées des méfaits du capitalisme et de l’industrie. Comme l’indique leur étymologie, ces communautés n’ont pas de lieu, u-topia, n’existent nulle part. C’est le cas de la ville imaginée par James Silk Buckingham, mais jamais construite. Le plan de cette ville idéale, opportunément baptisée Victoria, se trouve en appendice de son ouvrage National Evils and Practical Remedies, publié en 1849. Aux maux nationaux que constituaient la pauvreté, l’alcoolisme ou encore la surpopulation urbaine, Buckingham répondit par la création d’une ville au tracé rectiligne se développant depuis une place centrale en carrés concentriques de plus en plus grands et d’où alcool, tabac et prêteurs sur gages étaient bannis :

The objects chiefly kept in view have been to unite the greatest degree of order, symmetry, space, and healthfulness, in the largest supply of air and light, and in the most perfect system of drainage, with the comfort and convenience of all classes ; the due proportion of accommodation to the probable numbers and circumstances of various ranks ; ready accessibility to all parts of the town, under continuous shelter from sun and rain, when necessary ; with the disposition of the public buildings in such localities as to make them easy of approach from all quarters, and surrounded with space for numerous avenues of entrance and exit. And, in addition to all these, a large intermixture of grass lawn, garden ground, and flowers, and an abundant supply of water — the whole to be united with as much elegance and economy as may be found practicable. (Buckingham 183)

3Il était prévu que dans chacun des carrés vive une classe sociale différente, les riches près du centre, les pauvres plus loin, en bordure de la ceinture verte de la ville. Novatrice dans son organisation, proposant le retour des classes aisées en centre ville et le rejet en périphérie des industries polluantes, Victoria resta à l’état de projet et ne fut jamais construite.

4À l’inverse, d’autres projets sont véritablement des essais de constructions de communautés. La ville de Port Sunlight, non loin de Liverpool, s’inscrit dans ce deuxième courant et fait partie de cette catégorie apparemment antinomique des real utopias. Elle constitue à la fois une réponse empirique à un problème pratique, tout en intégrant les grands courants de pensée de la fin du xixe siècle.

  • 1 On pense bien sûr entre autres à Snow et sa découverte du mode de propagation du choléra en 1854.
  • 2 En 1895, la production de savon était de 1600 tonnes par semaine. Elle atteignit 2400 tonnes hebdom (...)

5Port Sunlight est maintenant située dans le Merseyside, comté de l’estuaire de la Mersey mais jusqu’en 1974, la ville a fait partie du Cheshire voisin. Elle est le fruit de la vision d’un homme, l’industriel William Hesketh Lever, issu d’une famille de la classe moyenne qui possédait une épicerie en gros. Né à Bolton, dans le Lancashire, en 1851, Lever est une illustration parfaite de la notion de self-help chère à Samuel Smiles et incarne à merveille les idées victoriennes de progression par le travail et de respectabilité. À la tête d’une prospère petite affaire familiale, il rachète en 1886 avec son frère James une fabrique de savon basée à Warrington. Il y développe des savons à base d’huile végétale et y réorganise la production et la commercialisation des produits afin d’accroître l’efficacité et la rentabilité de l’usine. À une époque où l’hygiène individuelle est en plein essor à la suite des découvertes scientifiques sur les modes de transmissions des épidémies1, une de ses idées phares est par exemple de faire du savon un produit attrayant en le vendant pré-emballé au lieu de le proposer comme ses concurrents à la coupe, et de le doter d’un nom séduisant, le savon Sunlight. L’entreprise prend le nom de Lever Brothers, et deviendra dans les années 1930 la multinationale Unilever, suite à la fusion du britannique Lever et du néerlandais Unie. Devant le succès de son entreprise de Warrington, Lever cherche en 1887 à déménager et à acheter un terrain vierge sur lequel il pourrait à la fois construire une usine plus moderne et plus grande mais aussi un village pour loger les ouvriers de cette nouvelle usine. Son choix se porte sur un terrain marécageux et plat de près de 23 hectares qui offre le gros avantage d’être situé entre le fleuve Mersey et la ligne de chemin de fer reliant Birkenhead à Londres. Sur ces 23 hectares, 9 étaient initialement destinés à la construction de l’usine, le reste étant réservé aux maisons des ouvriers. Le site fut au fil du temps agrandi grâce à l’achat de terres supplémentaires et couvre actuellement environ 52 hectares. L’usine commença à produire du savon en 18892 et les maisons accueillirent leurs premiers occupants en 1890. De son propre aveu, Lever souhaitait construire « houses in which workpeople will be able to live and be comfortable ; houses in which they will be able to know more about the science of life than they can in the back slum and in which they will learn that there is more enjoyment to life than in the mere going to and returning from work » (Lever 2). L’ambition de Port Sunlight de fournir aux ouvriers de l’entreprise Lever un cadre de vie décent fait de ce village l’héritier des différentes communautés industrielles de la fin du xviiie et du xixe siècles. Mais les paroles mêmes de Lever placent Port Sunlight également sur un autre plan, celui de l’épanouissement non matériel de l’individu. Après avoir montré de quel type de communauté Port Sunlight est l’héritière, cet article examinera ce qui fait son originalité, avant de dresser un bilan de ses forces et ses faiblesses.

  • 3 « Etruria is a long street of about 120 houses ; for whose advantage are erected, at the northern e (...)

6Le concept de village-modèle destiné à recevoir les ouvriers d’une usine n’était en cette fin de xixe siècle pas nouveau. Il s’inscrivait au contraire dans une double tradition de philanthropie et d’utilitarisme. Dès le début de la révolution industrielle, certains entrepreneurs eux-mêmes avaient pris la responsabilité de créer ce type de communautés. Ainsi, dès 1771, Arkwright construisit des habitations pour ses ouvriers dans le village de Cromford, dans le Derbyshire. Il ne s’agissait pas ici véritablement de construire un village ex nihilo, mais plutôt de développer l’existant en fournissant maisons et école aux ouvriers d’Arkwright et leurs familles. Le céramiste Josiah Wedgwood suivit un raisonnement identique lorsqu’il construisit son usine modèle d’Etruria en 1769. Les six premières maisons du village furent construites en même temps que l’usine elle-même. En 1770, quarante deux maisons étaient bâties sur le côté nord de l’axe central, Lord Street. Lors du transfert total de la production vers Etruria en 1772, on bâtit d’autres habitations au nord et au sud de Lord Street. En 1795, à la mort de Josiah Wedgwood, le village d’Etruria comptait près de 100 maisons et il continua à se développer au xixe siècle3. L’architecture linéaire simple du village d’Etruria, qui s’est développé le long de Lord Street, s’explique par le fait qu’il ne s’agissait pas de loger différentes classes sociales dans des maisons de tailles variées situées dans des zones plus ou moins huppées du village, en fonction du statut social de leurs occupants. Contrairement à Port Sunlight, tous les ouvriers étaient logés de la même manière car ils appartenaient tous à la même classe. La fonction principale de ce type de villages était donc de fournir des conditions de logement décentes à une main d’œuvre captive qui ne pouvait pas être logée ailleurs en raison de la présence de l’usine.

7Elle mettait également en œuvre l’idée qui allait trouver toute sa force chez Robert Owen dans son village de New Lanark : cela payait de traiter ses ouvriers correctement. Financer la construction d’un village était certes un investissement lourd, mais la main d’œuvre y gagnait en efficacité, en santé et donc en fiabilité. Ce constat pragmatique se doublait, chez les employeurs philanthropes, d’un sentiment de responsabilité morale et sociale vis-à-vis des employés. En organisant un village industriel, en fournissant des logements propres et sains, même modestes et dénués de toute recherche architecturale comme à Etruria, l’employeur, tel un père vis-à-vis de ses enfants, s’acquittait de son devoir et se dédouanait au moins partiellement d’une situation (l’usine, les conditions de travail ou de vie médiocres) qu’il avait lui-même créée. Cette influence paternaliste est très nette à Port Sunlight. Les loyers consentis aux employés de Lever y étaient raisonnables compte tenu de la qualité et de la taille des maisons qui leur étaient proposées. Ils allaient d’environ 5 shillings par semaine pour les habitations les plus petites, qui comptaient trois chambres, à environ 7 shillings hebdomadaires pour une maison de 4 chambres et salon. Ces loyers représentaient entre un cinquième et un quart du salaire hebdomadaire des ouvriers et étaient prélevés directement par l’entreprise. Parmi les autres avantages offerts, les salariés bénéficiaient d’un intéressement aux bénéfices, ainsi que d’un système d’assurance-maladie. En ce qui concerne la participation aux bénéfices, Lever n’envisageait pas de verser directement l’argent aux ouvriers. Mais pour leur bien, en patron paternaliste qu’il était, il réinvestissait une partie des bénéfices générés par l’usine, et donc par le travail de ses ouvriers, dans l’amélioration constante du village et de ses infrastructures. Il justifiait cette décision autoritaire en expliquant qu’il se devait de guider ses employés car « It would not do you much good if you send it (the money) down your throats in the form of bottles of whisky, bags of sweets, or fat geese at Christmas. On the other hand, if you leave the money with me, I shall use it to provide everything that makes life pleasant — nice houses, comfortable homes and healthy recreation » (Bradley 187). Le prix à payer pour cette bienveillance patronale était donc une perte de liberté alliée à une surveillance étroite exercée par Lever lui-même au sein de son usine. Ces caractéristiques rapprochent donc Port Sunlight des autres villages-modèles bâtis en cette période par des philanthropes : logements décents, loyers modiques, avantages annexes tels qu’assurance-maladie. Mais l’idée de responsabilité sociale s’y allie de manière originale et nouvelle à un intérêt émergent pour l’esthétique dans ce type de réalisation, tout particulièrement l’esthétique « Arts and Crafts », à son apogée pendant la période de construction de Port Sunlight.

  • 4 Idéalisée, même, car les taudis existaient également bel et bien dans le monde rural

8Le mouvement « Arts and Crafts » se faisait l’écho de l’inquiétude face à l’industrialisation galopante de cette fin de siècle et cherchait à lutter, en privilégiant l’artisanat, contre la laideur des productions industrielles standardisées. Au-delà de ces inquiétudes esthétiques, le mouvement était une véritable révolte contre la société industrielle dans laquelle l’individu se noyait et perdait son identité. On peut bien sûr trouver incongru que ce soit justement le style « Arts and Crafts », avec ce qu’il sous-entendait de rejet de l’industrie, qui ait été choisi pour la construction des maisons de Port Sunlight, village construit pour loger les ouvriers d’une usine. Cependant, on remarque nombre de convergences entre le projet de Lever et l’utopie décrite par William Morris dans News from Nowhere en 1890. En effet, loin de vouloir seulement construire des logements pour ses ouvriers, Lever souhaitait « socialise and Christianize business relations and get back to that close family brotherhood that existed in the good old days of hand labour » (Lever 188). Lui dont la fortune provenait de l’industrie regardait pourtant le passé avec nostalgie et voyait dans le travail manuel et artisanal un facteur d’épanouissement, de cohésion et de fraternité que l’organisation industrielle ne fournissait plus. Cette idée rappelle les paroles de Hammond dans News from Nowhere, pour qui le travail était non pas nécessité, mais plaisir : « [...] all the work that we do is an exercise of the mind and body more or less pleasant to be done : so instead of avoiding work everybody seeks it » (Morris 1936, 113). L’idée de Lever, en créant Port Sunlight, était donc certes de loger ses ouvriers, mais allait également bien au-delà de cela. Il souhaitait en effet véritablement recréer une communauté où l’argent ne serait pas seul à régir les relations humaines, une communauté d’où les bâtiments « hideous in design and grieving in aspect » (Wilson 144) seraient absents. En cohérence avec William Morris et sa vision de retour à la vie dans une campagne idéale4 et non polluée (Morris 1915, 29-30), Lever voulait construire un environnement qui serait urbain sans l’être vraiment, une ville qui ressemblerait à un village médiéval, où la densité de population serait faible, où les constructions seraient aérées, séparées par des espaces verts donnant à l’ensemble un caractère champêtre. Voici ce qu’imaginait Lever : « Ten to twelve houses to the acre is the maximum that ought to be allowed [...] houses should be built a minimum of 15 feet from the roadway [...] every house should have space available in the rear for a vegetable garden [...] open spaces for recreation should be laid out at frequent and convenient centres » (Lever 4).

9Et en effet, la densité à Port Sunlight est faible, puisqu’elle fut limitée à 8 maisons pour une acre (environ 4000 m2), c’est-à-dire un ratio d’une maison pour 500m2 de terrain. Lever insiste aussi, dans sa description, sur une autre caractéristique importante : les maisons, dans une démarche d’autosuffisance, devaient toutes être pourvues d’un jardin potager. Les constructions elles-mêmes, loin des alignements typiques des villes ouvrières, sont peu élevées et leur agencement donne une impression d’espace et de liberté. Elles témoignent en outre d’une recherche d’individualisation qui va, entre autres, faire l’originalité de Port Sunlight.

10Premier facteur d’originalité, le choix d’un site vierge et surtout délimité par des frontières « naturelles » telles que la voie ferrée d’un côté et le fleuve de l’autre a permis la création d’une communauté indépendante et qui a donc pu développer, puis conserver, son identité propre. En outre, le village était exclusivement réservé aux employés de l’entreprise Lever et ce n’est que très récemment, en 1980, soit près d’un siècle après leur construction, que les maisons ont été vendues à des particuliers. Autre point extrêmement important aux yeux de Lever : il s’agissait d’offrir non seulement des logements, mais tous les services annexes que l’on trouvait dans une ville. Les bâtiments publics et équipements collectifs sont ainsi particulièrement nombreux, tout comme à Saltaire, mais construits dans un style très différent, plus ornementé. L’idée était, là encore du propre aveu de Lever, de fournir aux employés ce que Jean-Baptiste Godin, le créateur du Familistère de Guise, appelait « les équivalents de la richesse », c’est-à-dire « des avantages analogues à ceux que la fortune s’accorde ». Pour Godin, il s’agissait de « placer la famille du pauvre dans un logement commode ; Entourer ce logement de toutes les ressources et de tous les avantages dont le logement du riche est pourvu ; Faire que le logement soit un lieu de tranquillité, d’agrément et de repos » (Roncayolo et Paquot 86). À Port Sunlight, outre les indispensables poste et écoles (destinées aux 500 enfants que comptait le village au début du xxe siècle) de nombreux édifices destinés à favoriser le développement d’une communauté furent donc construits. Élément extrêmement novateur, des équipements sportifs, notamment un gymnase et une piscine en plein air, furent mis à la disposition des habitants. L’un des plus importants architectes de Port Sunlight, William Owen, qui avait également construit la nouvelle usine, fut à l’origine de nombre de ces bâtiments publics et eut systématiquement recours à l’ardoise et aux colombages, ce qui leur confère, malgré des caractéristiques individuelles très marquées, une unité de style qui a souvent été qualifiée de « Old English ». On doit notamment à Owen Gladstone Hall, qui fut tour à tour auditorium, réfectoire des hommes et théâtre, et son homologue, Hulme Hall, qui servit de réfectoire pour les dames et abrita également la collection d’œuvres d’art de Lever, maintenant à la Lady Lever Gallery. Ce musée, dont la construction fut commencée également par Owen en 1913, ne fut inauguré qu’en 1922 en raison des retards dus à la guerre de 1914-1918. Il s’inscrit dans la même démarche d’amélioration individuelle qui guidait Lever lorsqu’il entreprit la construction de Port Sunlight. Fournir à ses ouvriers l’accès à des œuvres d’art que ces derniers n’auraient sans cela jamais pu connaître lui semblait faire partie de l’arsenal des moyens à sa disposition pour les éduquer et les élever au-dessus de leur condition. Lors de l’inauguration du musée en 1922 en présence de la princesse Béatrice, il expliqua en effet que « Art has always been to me a stimulating influence ; it has always taught me without upbraiding me ; elevated me without humbling me ; and appealed to me because of the fact that only the best and truest in art survives... Art can be to everyone an inspiration. It is within the reach of all of us... » (discours du 16 décembre 1922).

11La sobriété de Hulme Hall met en valeur The Bridge Inn, l’auberge voisine, qui était initialement un « hôtel de tempérance », où on ne servait pas d’alcool, conformément à la religion de Lever, qui était Congrégationaliste. À la suite d’un référendum en 1903, la règle fut modifiée et la vente et la consommation d’alcool autorisées. Si l’on examine la totalité des bâtiments publics on remarque tout comme à Thornton Hough, hameau voisin construit à la même époque par Lever, la récurrence d’éléments typiques de l’architecture des xvie et xviie siècles tels que les fenêtres en encorbellement, les pignons ou les cheminées torsadées, dans le style privilégié au début de sa carrière par l’architecte Richard Norman Shaw. Ces éléments typiques de l’architecture vernaculaire, c’est-à-dire utilisant des ressources disponibles localement et adaptée aux besoins locaux, comme la brique ou l’ardoise, ancrent Port Sunlight dans sa région. L’utilisation de matériaux de qualité et d’éléments anciens tels par exemple que les cheminées de style Tudor offrent en outre la caution du passé au présent industriel tout en offrant un refuge où oublier ce présent.

12L’empreinte de Lever se fait également sentir dans le plan de Port Sunlight. Contrairement à la plupart des villages-modèles, Port Sunlight n’est pas un village rectiligne. Au contraire, les rues y sont larges et courbes, plantées d’ormes et de châtaigniers. Les maisons ne disposent de jardin que sur l’arrière, dans la mesure où des espaces verts publics furent créés devant les habitations, ce qui donne une impression d’ensemble très aérée. Ces espaces verts publics avaient pour fonction, comme Lever l’expliqua lui-même (voir plus haut), de favoriser les échanges entre les habitants du village en leur fournissant des lieux de détente communs et on retrouve cette idée de jardin commun dans la description des maisons près de la Tamise au début de News from Nowhere : « Both shores had a line of very pretty houses, low and not large [...] ; they were mostly built of red brick and roofed with tiles [...].There was a continuous garden in front of them [...] in which the flowers were now blooming luxuriantly [...] » (Morris 1936, 8-9).

13Les habitations quant à elles furent bâties essentiellement selon deux plans différents, justifiant leur différence de standing et de loyer. Les plus modestes répondaient au nom de kitchen cottages car elles étaient constituées de trois chambres, d’une cuisine et d’une arrière-cuisine. Les autres, baptisées parlour cottages disposaient de quatre chambres et d’un salon. Détail extrêmement important pour le roi du savon, chaque maison était équipée d’une salle de bains privée. En 1909, on dénombrait 700 maisons et à l’aube de la Première Guerre Mondiale, on atteignit le chiffre d’un millier. L’arrangement interne des maisons était donc prédéterminé. Par contre, leur style extérieur exprima, tout comme celui des bâtiments publics, la sensibilité de chacun des trente architectes qui contribuèrent à la construction de Port Sunlight. Là encore, on remarque la constante du style « Old English », malgré quelques influences françaises ou hollandaises. Les maisons étaient accolées par groupes de deux minimum jusqu’à 18 maximum, les ensembles les plus nombreux étant constitués de 3 à 10 maisons. Les premières maisons furent achevées en 1890 et sont situées dans Bolton Road, nommé ainsi en hommage au lieu de naissance de Lever qui se trouve donc, symboliquement, à l’origine du village. La plupart des premières maisons furent construites par l’architecte William Owen, ami de Lever. Mais Port Sunlight n’est pas l’œuvre d’un seul architecte. Grayson and Ould, James Lomax-Simpson ou encore le Professeur Charles Reilly furent aussi employés par Lever. La diversité des architectes explique donc que chaque pâté de maisons est différent, en cohérence avec le rejet de l’uniformité et la recherche d’individuation chers au mouvement « Arts and Crafts ».

14Si l’on dresse un bilan, on constate tout d’abord que Port Sunlight a rempli la mission première pour laquelle elle avait été construite, c’est-à-dire fournir un hébergement de qualité aux employés de l’entreprise. Mais la réussite et l’impact de Port Sunlight ne se limitent pas à cela. En effet, la création de ce village, tout comme celle à peu près à la même époque de Bournville, ville-modèle de l’entreprise Cadbury, a modifié la manière d’appréhender le problème du logement. Tout d’abord, de manière très concrète, l’engagement de Lever dans la création de cette communauté l’ayant conduit à s’intéresser au problème plus vaste de l’aménagement des villes, il finança la création d’un département urbanisme à l’université de Liverpool. L’un des architectes de Port Sunlight, Charles Reilly, devint le premier titulaire de la chaire d’urbanisme nouvellement créée.

15Sur un plan plus théorique, en mettant l’accent sur l’idée d’une communauté, dont la cohésion était rendue possible par la présence de services et commerces locaux, en privilégiant une architecture diversifiée, en évitant le piège de l’uniformité des cités-dortoirs, et enfin en ménageant des espaces verts accessibles à tous, Lever a montré qu’il était possible, voire souhaitable, de lier intérêt social et souci esthétique. Il a ainsi créé une ville qui préfigure les cités-jardins d’Ebenezer Howard au début du xxe siècle. Port Sunlight évite en effet le piège du simple « retour à la campagne ». Édifiée sur un territoire vierge, elle est exempte des maux qu’Howard associe à l’environnement urbain traditionnel : taudis, alcoolisme, épidémies, densité de population trop élevée etc. Mais ville malgré tout, elle échappe aux inconvénients de la campagne énoncés par Howard, tels que solitude, absence de solidarité, de distractions, de vie sociale ou même d’instruction. Les principes généraux selon lesquels Port Sunlight fut édifiée sont très proches de ceux qu’Howard édictera en 1898 dans son ouvrage Tomorrow — A peaceful path to real reform et qu’il représente par l’aimant ville-campagne : beauté de la nature, densité faible, présence d’équipements publics au centre de la ville, vie sociale, maîtrise du foncier. Sur ce dernier point cependant, on note une différence de taille : en effet, dans la cité-jardin, le foncier appartient à la municipalité, afin d’éviter toute spéculation financière sur la terre. À Port Sunlight, la terre appartient au patron philanthrope qui reste seul maître à bord et qui est seul garant de la survie de la communauté.

  • 5 Congress of the International Garden Cities and Town Planning Association, 5 juillet 1914.

16Port Sunlight synthétise malgré tout de nombreux points présents dans le troisième aimant d’Ebenezer Howard, la ville-jardin. Howard se proposait en effet, dans l’introduction à son ouvrage de montrer que, dans la combinaison ville-campagne « on peut jouir des possibilités de vie sociale égales — que dis-je ! Supérieures — à celles qu’offre une ville populeuse, tandis que les beautés de la nature environneront, baigneront chacun de ses habitants » (Howard 8-9). À ce titre elle semble donc bien être une mise à l’essai grandeur nature d’une théorie qui n’était pas encore formulée au début de sa construction. Il n’est donc pas étonnant qu’en juillet 1914, Port Sunlight ait justement accueilli le Congrès des Cités Jardins Internationales5.

Haut de page

Bibliographie

Bradley Ian Campbell, Enlightened Entrepreneurs : Business Ethics in Victorian Britain. London : Weidenfeld and Nicolson, 1987.

Buckingham James Silk, National Evils and Practical Remedies, with The Plan of a Model town. London : Peter Jackson, Late Fisher, Son, & Co., 1849.

Howard Ebenezer, Les Cités-jardins de demain. Tr. T. Elzière et J. Engelmann. Paris : Dunod, 1969.

Lever William Hesketh, Port Sunlight Village. Unilever Merseyside Ltd, n.d.

Morris William, News from Nowhere. London : Longmans, Green and Co, 1936.

Morris William, Signs of Change. London : Longmans, Green and Co, 1915.

Roncayolo Marcel et Thierry Paquot, « JB Godin : L’Habitation, un besoin élémentaire », in Villes et civilisation urbaine, xviiie-xxe siècle. Paris : Larousse, 1992.

Shaw Simon, History of the Staffordshire Potteries. Newton Abbot, David and Charles Ltd, 1970.

Thomson David, England in the Nineteenth Century, The First Phase (1815-1850). Harmondsworth : Penguin, 1951.

Wilson Charles, The History of Unilever. London : Cassel, 1954.

Haut de page

Notes

1 On pense bien sûr entre autres à Snow et sa découverte du mode de propagation du choléra en 1854.

2 En 1895, la production de savon était de 1600 tonnes par semaine. Elle atteignit 2400 tonnes hebdomadaires en 1897.

3 « Etruria is a long street of about 120 houses ; for whose advantage are erected, at the northern extremity, a capacious School Room [...] ; in the centre is another School Room, used also as a Preaching Room, for Methodists of the New Connection ; and at the lower end is a neat Chapel, for the Wesleyan Methodists » (Shaw 49-50).

4 Idéalisée, même, car les taudis existaient également bel et bien dans le monde rural

5 Congress of the International Garden Cities and Town Planning Association, 5 juillet 1914.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Machet, « Port Sunlight, essai architectural et social », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 495-506.

Référence électronique

Laurence Machet, « Port Sunlight, essai architectural et social », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cve.revues.org/3106 ; DOI : 10.4000/cve.3106

Haut de page

Auteur

Laurence Machet

Université de Bordeaux 3.
Laurence Machet est agrégée d’anglais et enseigne comme maître de conférences à l’université de Bordeaux III. Membre de l’équipe de recherche CLIMAS (Cultures et Littératures des Mondes Anglophones), ses recherches portent entre autres sur l’industrialisation de la Grande-Bretagne, ainsi que sur l’esthétique au xviiie siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org