Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Margaret Markwick, Deborah Denenholz Morse and Regenia Gagnier, eds, The Politics of Gender in Anthony Trollope’s Novels. New Readings for the Twenty-First Century

Laurent Bury
p. 534-535
Référence(s) :

Margaret Markwick, Deborah Denenholz Morse and Regenia Gagnier, eds, The Politics of Gender in Anthony Trollope’s Novels. New Readings for the Twenty-First Century. Farnham : Ashgate, 2009, xiv + 259 pp. , 20 ill.

Texte intégral

1En juillet 2006, une cinquantaine de Trollopiens venus du monde entier s’étaient rassemblés à l’Université d’Exeter sur le thème : « Trollope and Gender ». Trois ans après, l’organisatrice et deux des principales intervenantes proposent dans ce volume une sélection d’une quinzaine de communications. Ce choix illustre des points de vue divers, émanant aussi bien de Trollopiens confirmés comme Robert Polhemus ou David Skilton, que de jeunes chercheurs formant « the next generation of Trollopians » (7). Presque tous, cependant, envisagent l’œuvre de Trollope « as source material for scholars working in diverse fields of cultural study » (6). Très rares sont donc ici les articles strictement « littéraires ». Signalons pourtant dans cette catégorie le fascinant travail de Steven Amarnick sur le manuscrit de The Duke’s Children (« Trollope at Fuller Length », 193-206) : à la demande de Charles Dickens Jr, en vue de la parution en feuilleton dans All The Year Round en 1879-1880, le texte fut réduit d’un quart ! Avec « “Depth of Portraiture” : What Should Distinguish a Victorian Man from a Victorian Woman ? » (207-220), David Skilton revient sur les attentes de la critique victorienne pour mieux souligner l’originalité du réalisme trollopien, qui décrit la vie intérieure des personnages féminins de la même manière que celle des hommes.

2Comme l’indique sans ambiguïté l’introduction, qui retrace très clairement l’évolution de la critique trollopienne au cours des trente dernières années, ce sont les cultural studies qui se taillent ici la part du lion, comme on pourrait d’ailleurs s’en douter en voyant la jaquette du volume, qui s’orne d’une superbe caricature dessinée en 1887 par Linley Sambourne pour Punch : on y voit la reine Victoria à la tête d’un empire colonial, mais Trollope n’y figure évidemment pas. Les chapitres sont répartis en quatre grands thèmes : « Sex, Power and Subversion », « Imperial Gender », « Genderized Economics » et « The Gender of Narrative Construction ». Certains textes trollopiens ont plus particulièrement retenu l’attention des auteurs : He Knew He Was Right intéresse autant Kathy Alexis Psomiades, pour « The Sensational Tyranny of the Sexual Contract and the Problem of Liberal Progress » (31-44), que Deborah Denenholz Morse pour « “Some Girls Who Come From the Tropics” : Gender, Race and Imperialism » (77-98). La nouvelle « Mary Gresley », tirée du recueil An Editor’s Tales, suscite les commentaries de Robert Polhemus dans « (A)genda Trouble and the Lot Complex : Older Men-Younger Women Relationships » (11-29) et ceux d’Anca Vlasopolos dans « The Weight of Religion and History : Women Dying of Virtue in Trollope’s Later Short Fiction » (221-233). « A Ride Across Palestine » inspire Polhemus, dans l’article déjà cité, et Margaret Markwick pour « Out of the Closet : Homoerotics in Trollope’s Novels » (61-74). Remarquons au passage que le titre de ce chapitre — comme celui du volume tout entier — ne mentionne que « Trollope’s Novels », alors que les nouvelles y sont également très présentes.

3De gender il est forcément beaucoup question, mais pas seulement, comme cherche peut-être à l’annoncer le terme Politics introduit dans le titre du volume. L’impérialisme est au cœur de plusieurs communications où la problématique du masculin/féminin passe un peu au second plan. Face à certains chapitres, on a l’impression que les auteurs se donnent beaucoup de mal pour tirer Trollope du côté de leurs préoccupations civilisationnistes, ou montent en épingle d’infimes détails pour en déduire des conclusions disproportionnées. Echappent néanmoins à ce reproche des articles qui se situent au cœur du sujet, comme celui de Mary Jean Corbett, « “Two Identities” : Gender, Ethnicity, and Phineas Finn » (117-130) : à travers une étude minutieuse des deux romans qui ont « the Irish Member » pour héros, il y est montré que Trollope échappe aux stéréotypes liés à la féminité et à l’identité irlandaise, en relation avec le souci de définir ce qui fait l’authentique gentleman. Enfin, une relecture plus attentive des épreuves aurait sans doute permis d’éviter que soit annoncé comme « forthcoming » l’ouvrage de Christopher Herbert, War of No Pity : The Indian Mutiny and Victorian Trauma, paru en 2008, après le colloque d’Exeter, certes, mais bien avant la publication du volume Ashgate...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Bury, « Margaret Markwick, Deborah Denenholz Morse and Regenia Gagnier, eds, The Politics of Gender in Anthony Trollope’s Novels. New Readings for the Twenty-First Century », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 534-535.

Référence électronique

Laurent Bury, « Margaret Markwick, Deborah Denenholz Morse and Regenia Gagnier, eds, The Politics of Gender in Anthony Trollope’s Novels. New Readings for the Twenty-First Century », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://cve.revues.org/3119

Haut de page

Auteur

Laurent Bury

Université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org