Skip to navigation – Site map
COMPTES RENDUS

Jacques Carré, La Prison des pauvres. L’Expérience des workhouses en Angleterre

Paris : Editions Vendémiaire, 2016, 537 p. ISBN: 978-2-36358-202-7
Tri Tran
Bibliographical reference

Jacques Carré, La Prison des pauvres. L’Expérience des workhouses en Angleterre, Paris : Editions Vendémiaire, 2016, 537 p. ISBN: 978-2-36358-202-7

Index terms

Mots-clés :

pauvreté, workhouse

Keywords :

poverty, workhouse
Top of page

Full text

  • 1 Jacques Carré et Jean-Paul Révauger, dirs., Écrire la pauvreté : les enquêtes sociales britanniques (...)

1Jacques Carré, professeur émérite de civilisation britannique à l’université Paris-Sorbonne, s’intéresse depuis plus d’une vingtaine d’années à la question du traitement de la pauvreté et aux politiques mises en place en Grande-Bretagne depuis les prémices de l’ère industrielle puisqu’il a déjà dirigé ou codirigé deux études1 sur cette thématique. La Prison des pauvres se présente comme une histoire de la workhouse en Angleterre, et l’ouvrage est, il faut le saluer, la première monographie parue sur la question en France. Le livre se propose, selon les propres mots de l’auteur, « d’éclairer, à travers les arguments et les débats, les logiques à l’œuvre dans le fonctionnement de l’institution » (11). L’étude, basée à la fois sur des sources primaires et secondaires, veut montrer que la workhouse fut une institution emblématique en Angleterre, qui refléta les structures de pouvoir de la société britannique entre le xvie siècle et la première moitié du xxe siècle. En effet la vie encadrée des pauvres et des indigents dans ces asiles, une vie de travail forcé, fut grandement influencée par les idéologies et les valeurs dominantes des siècles successifs, comme la tradition charitable chrétienne, l’utilitarisme ou le libéralisme de l’ère victorienne. De même, sa disparition, dans l’entre-deux guerres, s’explique par le développement des politiques sociales collectivistes du gouvernement libéral au début du xxe siècle inspirées par l’économiste J.A. Hobson et le sociologue L.T. Hobhouse, en faveur des enfants, des personnes âgées, des travailleurs, avec l’idée proprement révolutionnaire que l’Etat devait intervenir pour réduire la pauvreté.

2L’auteur parvient aisément à remplir cet objectif, au moyen d’un plan chronologique en quatre parties analysant les principales approches adoptées par les élites locales et les instances administratives à l’égard des indigents dans plusieurs villes rurales et industrielles, en Angleterre. Cependant les études de cas portent sur une période un peu plus restreinte, entre le début du xviiie siècle et la fin du xixe siècle, englobant donc la période de la révolution agraire et celle de la révolution industrielle. Jacques Carré veut montrer comment l’idéologie dominante d’une certaine époque a pu influencer les approches locales concernant la workhouse. En outre, ce sur quoi insiste Jacques Carré est la permanence chez les élites sociales et politiques d’un discours moralisateur et accusateur à l’égard des mendiants et des vagabonds, mais aussi d’une attitude charitable envers les indigents les plus vulnérables comme les jeunes enfants, comme par exemple à la paroisse de St Giles-in-the-Fields au début du xviiie siècle. Aux xviie et xviiie siècles, le mercantilisme gouverne le commerce britannique, et selon l’auteur, explique l’approche adoptée à la fin du xviie siècle à la workhouse centrale de Bristol, port de commerce majeur du sud-ouest de l’Angleterre, où les pauvres devaient travailler la laine, le coton et le chanvre, et participaient donc au processus de production de richesses. Jacques Carré, grâce à une documentation abondante et variée, fait revivre les dissensions locales autour des prérogatives des différentes instances et du niveau d’imposition acceptable par les contribuables, mais aussi tous les aspects de la vie quotidienne des indigents, comme l’organisation de leurs journées, les sanctions et les réprimandes graduées, les menus des repas, ainsi que des aspects organisationnels comme les aménagements sanitaires, la fonction des différents bâtiments formant la workhouse. C’est précisément cette variété documentaire qui permet le recul nécessaire à l’historien s’il veut mettre en évidence le décalage entre les discours officiels et la réalité historique, par exemple le succès relatif d’un projet de workhouse.

3Jacques Carré nous explique ensuite que le xviiie siècle voit aussi le développement d’une attitude réformatrice avec la création d’un nouveau type de workhouse appelé « maison d’industrie », grand établissement fermé, destiné à accueillir les indigents de tout un district ou d’un comté, et à les régénérer par le travail, comme à Nacton, dans le Suffolk. Le développement de villes moyennes dans la seconde moitié du xviiie siècle amène une centralisation des établissements, des innovations sanitaires et une réflexion concernant la disposition intérieure des bâtiments. Jacques Carré explique la pensée du réformateur John Howard, un philanthrope chrétien, fils d’un négociant calviniste, qui propose un nouveau type de maison de correction, bien organisée et aérée, qui va permettre de régénérer les délinquants. Le modèle du Panoptique de Jeremy Bentham est bien connu car il permet une « surveillance parfaite » (192) des internés, qu’ils soient des délinquants, des indigents, des chômeurs, des vieillards ou des enfants. On apprend que Bentham prépara aussi un projet pour une compagnie qui aurait géré 250 maisons d’industrie, chacune construite sur le modèle du Panoptique et pouvant héberger près de 2000 indigents (194). Leurs idées vont influencer le vote du County Asylums Act de 1808, qui recommande l’ouverture d’asiles publics d’aliénés.

4Mais ces efforts vont être remis en question au début du xixe siècle, explique Jacques Carré, lorsque le gouvernement central et les collectivités locales comprennent que les dépenses d’assistance sont appelées à croître énormément, du fait de l’inflation et de la poussée démographique. Le système d’assistance est vivement critiqué par Malthus notamment (222). L’auteur fait revivre le débat passionné autour de la supposée générosité de la loi des pauvres de 1601, défendue par Thomas Gilbert (225), et que veut améliorer William Pitt le Jeune (232). La Loi des pauvres de 1834, résultat des travaux de la commission Chadwick de 1832, est donc pour Jacques Carré « un tournant dans l’histoire de l’assistance » (239) car elle inaugure une approche plus centralisée, et plus dure à l’égard des indigents valides, l’auteur la qualifiant de « punitive ». Cette partie est d’autant plus importante qu’elle donne des exemples de résistance populaire à la nouvelle loi (286), susceptibles d’intéresser les historiens du mouvement ouvrier. Malgré la centralisation administrative de l’assistance, on apprend que l’application des nouvelles dispositions ne fut pas stricte car elle devait tenir compte des résistances populaires évoquées précédemment mais aussi des réticences des surveillants des pauvres (guardians) eux-mêmes.

5L’ouvrage se lit facilement, grâce au talent et au style de l’auteur mais aussi (et surtout) du fait des nombreux détails et exemples et des différentes études de cas qui jalonnent les quatre parties de l’ouvrage. Le lecteur est plongé dans la réalité des rapports quotidiens transversaux (entre les différentes catégories d’indigents elles-mêmes) et aussi verticaux (entre les indigents, le personnel et les administrateurs de ces asiles). Ces études de cas sont essentiellement basées sur des documents primaires (des ouvrages contemporains, des rapports de commissions parlementaires, des archives du gouvernement central, des archives de collectivités locales, la presse locale, des volumes de lettres), et vu l’intérêt de ces documents, dont beaucoup d’autres restent à explorer dans les archives locales et nationales, d’autres études de cas pourraient sans nul doute être réalisées et susciter des vocations chez les jeunes chercheurs désireux de se lancer dans un mémoire ou une thèse universitaire.

Top of page

Notes

1 Jacques Carré et Jean-Paul Révauger, dirs., Écrire la pauvreté : les enquêtes sociales britanniques aux xixe et xxe siècles, Paris : L’Harmattan, 1995, 319 p. ; Jacques Carré, dir., Les Visiteurs du pauvre : anthologie d’enquêtes britanniques sur la pauvreté urbaine : xixe-xxe siècle, Paris : Éditions Karthala, 2000, 259 p.

Top of page

References

Electronic reference

Tri Tran, « Jacques Carré, La Prison des pauvres. L’Expérience des workhouses en Angleterre », Cahiers victoriens et édouardiens [Online], 85 Printemps | 2017, Online since 21 March 2017, connection on 20 September 2017. URL : http://cve.revues.org/3233

Top of page

About the author

Tri Tran

Université F. Rabelais (Tours)

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org