Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marianne Van Remoortel, Lives of the Sonnet, 1787-1895 : Genre, Gender and Criticism

Fabienne Moine
Référence(s) :

Van Remoortel, Marianne, Lives of the Sonnet, 1787-1895 : Genre, Gender and Criticism, Farnham, Ashgate, 2011, 204 p.

Texte intégral

1Le livre de Marianne Van Remoortel apporte une contribution nouvelle à l’étude du genre poétique du sonnet puisque l’auteure choisit de conduire son analyse des « vies » du sonnet et des séries de sonnets à travers le prisme du genre, c’est-à-dire depuis une perspective à la fois masculine et féministe. Selon Van Remoortel, les précédentes études sur le sonnet ont largement insisté sur l’importance de la question du genre du poète, l’homme poète utilisant le sonnet pour mettre en évidence le génie poétique et la femme poète pour légitimer son entrée dans le Panthéon poétique. Pour Van Remoortel, il s’agit désormais de montrer comment le sonnet lui-même et non son auteur porte les marques du genre, en d’autres mots, comment le sonnet est devenu « a gendering genre » (1) au fil du long xixe siècle.

2Le chapitre 1 se concentre sur la prolifération de sonnets au cœur de la presse populaire à la fin du xviiie siècle. Le journal World est publié à Londres entre 1787 et 1794 par le véritable homme d’affaires John Bell qui n’hésite pas à éditer et à commenter des poèmes à la manière d’une revue littéraire de qualité tout en parvenant à utiliser les ressources du sonnet comme stratégie de vente. Hommes et femmes poètes se côtoient dans son journal tandis que certains périodiques littéraires choisissent de séparer les poètes selon leur sexe et en fonction de celui de leur lectorat. La popularité du sonnet auprès des hommes mais surtout des femmes (Charlotte Smith, Mary Robinson, Anna Seward…) est si grande à partir du milieu du xviiie siècle qu’il est choisi pour accompagner des publicités pour femmes. C’est le moyen pour John Bell de féminiser le poème en réduisant la distance entre esthétique et économie : « John Bell was among the first to turn poetry into a genuine commodity, an article of commerce available in various shapes, sizes and designs, to fit everyone’s taste and budget » (19). En prenant appui sur la lecture narratologique de Gérard Genette dans le cadre de l’analyse des signes sur la page, Van Remoortel considère que le journal devient le paratexte du sonnet lorsqu’il le met en évidence ou le décore. Par exemple, le sonnet « To the Countess of S_____y » rédigé par un certain J. B. (sans aucun doute John Bell lui-même) qui s’inscrit parfaitement dans la tradition du sonnet dédicatoire et apologétique de la fin du règne de George III, se détache nettement sur la page de journal. Précédé par une note concernant les actrices d’une représentation de Cymbeline et suivi par l’annonce d’un bal organisé par Lord Salisbury et l’ajout de potins mondains, le poème est littéralement inséré dans un contexte féminisé. La féminisation du sonnet ainsi que l’embellissement et le raffinement du cadre dans lequel il s’insère sont des atouts commerciaux majeurs : « The newspaper had transformed the precious sonnet into a commodity » (33).

3Le chapitre 2 illustre la manière dont le critique et satiriste William Gifford déconsidère les sonnets de l’éphémère école de poésie du groupe des Della Cruscans dans les années 1780-1790. Dans deux recueils satiriques, The Baviad (1791) et The Maeviad (1795), il s’attaque à leurs sonnets qu’il décrit comme efféminés et ultra-sentimentaux et fait porter ses critiques principalement sur les membres féminins des Della Cruscans: « Gifford takes advantage of the recent feminization of the genre to reinforce its marginalizing function in his satires » (44). Gifford considère le sonnet comme un simple exercice de style adapté à l’amateurisme féminin alors que d’autres formes poétiques plus nobles renforcent la marque du génie masculin.

4La relation ambiguë de Coleridge avec ses propres sonnets écrits entre 1789 et 1796 et leur réception par la critique constituent l’objet du chapitre 3. Craignant la comparaison avec le révérend Bowles dont les sonnets reçurent des appréciations élogieuses mais surtout avec les Della Cruscans, Coleridge choisit de publier ses sonnets en 1796 sous le titre « Effusions », tentant de voiler leur appartenance générique. Toutefois la critique n’épargne pas les sonnets de Coleridge, mettant en évidence le ridicule de certaines inventions lexicales. La relation de Coleridge avec le sonnet ne s’apaise pas avec le temps lorsqu’il publie en 1797 trois sonnets satiriques qu’il signe du nom de « Nehemiah Higginbottom ». La publication de ces sonnets qui parodient son propre style de jeunesse ainsi que les défauts et les excès des sonnets de ses contemporains mettent un terme au partenariat entretenu, entre autres, avec Lamb ou Southey qui se perçoivent comme les cibles de ces attaques satiriques. Le goût pour le deuil et la souffrance ainsi que la fascination pour un style « simple » sont les deux cibles de la trilogie de sonnets. Van Remoortel interprète l’écriture de ces sonnets comme une réflexion métatextuelle sur l’acte de création du sonnet : « Coleridge creates a momentary but highly effective mise en abyme through which the poems reflect upon their ambivalent status as both sonnets and parodies » (73). Van Remoortel conclut le chapitre en analysant les réponses parodiques des amis de Coleridge, notamment les quatre sonnets de Edward et Peter Strongi’th’arm, pseudonyme masquant probablement l’identité de Charles Lamb et Charles Lloyd.

5Dans le chapitre 4, van Remoortel commence par relativiser l’opinion des critiques féministes récentes qui considèrent que les femmes poètes ont investi et se sont attribué le territoire masculin du sonnet afin de modifier, voire de neutraliser, les positions de genre. Pour elle, le sonnet n’a jamais cessé de permettre aux hommes d’imposer leurs métaphores du pouvoir et aux femmes de trouver un espace d’intimité. Dans l’ensemble des sonnets féminins victoriens, ceux de Caroline Norton et de Mary Robinson par exemple, la beauté et la femme sont présentées comme des biens de consommation que l’on échange pour leur attribuer plus de valeur. Le corps féminin est démystifié dans le sonnet puisque cette forme littéraire est imprégnée par l’industrie esthétique et les découvertes scientifiques : « by turning physical beauty into a desirable commodity, they ironically also reveal its scarcity, if not unattainability, outside such idealizing rhetoric as amatory sonnet writing » (108). Elizabeth Barrett Browning, quant à elle, choisit d’échanger la maladie, l’invalidité et le deuil contre l’amour dans ses Sonnets from the Portuguese qui valorisent l’amour hétérosexuel. Elle s’inspire du commerce de nouveaux produits, cosmétiques ou remèdes miracles, pour mettre en place son économie du don, fondée sur les échanges de preuves et de mots d’amour, à la manière de denrées généreusement offertes. Selon van Remoortel, les sonnets de Barrett Browning n’effacent pas les limites du genre sexuel mais intègrent aussi bien les traditions littéraires masculines que féminines.

6Modern Love, séquence de 50 sonnets de 16 vers écrits par George Meredith, est l’objet du chapitre 5. Contrairement à la série barrettienne qui idéalise le couple amoureux, les sonnets de Meredith relatent la désintégration du couple victorien, depuis les doutes sur la fidélité de l’épouse, jusqu’à son suicide final, en passant par l’adultère du mari puis les tentatives avortées de réconciliation. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la série de sonnets ait fait scandale chez les contemporains de Meredith. Van Remoortel concentre son étude sur la réception critique de Modern Love dont la mission ne devrait aucunement être de rendre une image de la réalité, mais de l’embellir tout en apportant le réconfort à ceux qui seraient confrontés à une tragédie amoureuse. La forme peu commune du sonnet en 16 vers et le choix inhabituel des thèmes en font l’objet de critiques acerbes qui vont chercher à mettre en doute le genre même du sonnet en considérant la série comme une forme hybride qui transgresse les lois du genre. Van Remoortel souligne l’élasticité formelle et générique du sonnet qui permet au lecteur de saisir l’instant dans l’éternité et d’avoir toute latitude émotionnelle, « to admire and detest, to cherish and kick away, to scratch and repolish » (139).

7Cet instant dans l’éternité, « a moment’s monument », c’est aussi ce que Dante Gabriel Rossetti cherche à appréhender dès le très célèbre vers introducteur de sa séquence A House of Life. Dans le dernier chapitre, Remoortel analyse les usages des métaphores de la maternité et de l’enfantement qui construisent toute la série poétique de Rossetti. Celui-ci conçoit l’activité du poète masculin comme une procréation qui s’exprime à travers la métaphore classique de la maternité dont il combine les usages médiévaux, romantiques et victoriens en mêlant la fascination pour la parthénogénèse et l’organicité de la naissance au goût pour l’esthétique morbide et macabre. Ainsi l’enfant mort-né qu’il aura avec Elizabeth Siddal façonnera ses sonnets dont l’esthétique s’élabore autour de la combinaison entre le corps maternel mortifère et la tombe. En s’appuyant sur les théories de Kristeva au sujet du lien pré-linguistique entre l’enfant et la mère, van Remoortel montre que la série de sonnets Mother and Daughter d’Augusta Webster remet en cause la métaphore de la maternité en la percevant comme une expérience féminine fondamentalement aliénante. Tout en se réappropriant les termes de cette maternité, la séquence met à distance la relation hétérosexuelle et valorise la symbiose mère/fille. Les métaphores sont écartées pour mettre en évidence l’immédiateté de l’union pré-linguistique. La rhétorique amoureuse classique du sonnet de type pétrarquien est adaptée à la relation maternelle qui protège du regard des hommes. L’analyse originale du thème du vampirisme maternel et des transfusions sanguines souligne la force du lien mère/fille que l’auteure de Lives of the Sonnet interprète dans les termes de donneur/receveur. Cette proximité créée par le sang ne s’exprime pas à travers les métaphores amoureuses mais se situe au niveau du langage préverbal du sémiotique : « Through repetition, words empty themselves of meaning, until only the pulsation of the iambic pentameters remains, like the beating of the heart » (159). Si la séquence de Rossetti s’achève sur la perte du langage, reflet de la disparition de l’amour et de la jeunesse, celle de Webster, marquée du sceau d’une féminité régénérée, se clôt sur le choix du silence, témoin du rapprochement linguistique total entre les deux femmes.

8La conclusion de l’ouvrage fait valoir la souplesse du sonnet qui sait, encore aujourd’hui, intégrer des contraintes formelles et des exigences culturelles nouvelles et jouer sur l’ambiguïté de sa capacité à disparaître et à se régénérer.

9L’analyse du sonnet du point de vue des études culturelles, de genre et de la réception ainsi que le choix de certaines séquences encore mal connues offrent une vision nouvelle d’une forme poétique classique. Les microanalyses des poèmes sont très pertinentes sur le plan littéraire et parviennent à intégrer de manière harmonieuse des éléments cruciaux du contexte social et culturel. Le refus assumé de ne pas proposer une approche féministe qui, trop souvent, valorise l’auteure mais laisse de côté le texte montre que les femmes poètes sont désormais légitimes et que leurs poèmes peuvent être analysés avec les mêmes outils critiques que ceux employés pour appréhender le sonnet masculin. Cependant, si le sous-titre annonçant une lecture combinant le genre poétique et le genre sexuel est très alléchant, Van Remoortel ne met pas suffisamment en évidence la construction du genre sexuel du poème surtout dans les deux chapitres sur Coleridge et sur Meredith. Certes fort bien documentées, illustrées de références pertinentes à la réception et éclairées par de nombreuses analyses contemporaines, la lecture de van Remoortel insiste surtout sur le rapport entre genre poétique et critique littéraire, en délaissant parfois l’implication de la construction du genre sexuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Moine, « Marianne Van Remoortel, Lives of the Sonnet, 1787-1895 : Genre, Gender and Criticism », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 77 Printemps | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/376

Haut de page

Auteur

Fabienne Moine

Université Paris-Ouest Nanterre la Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org