Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Isabelle Enaud-Lechien et Joëlle Prungnaud (dir.), Postérité de John Ruskin

L’héritage ruskinien dans les textes littéraires et les écrits esthétiques
Isabelle Cases
Référence(s) :

Enaud-Lechien, Isabelle et Prungnaud, Joëlle (dir.), Postérité de John Ruskin : L’héritage ruskinien dans les textes littéraires et les écrits esthétiques, Paris, Classiques Garnier, 2011.

Texte intégral

1Postérité de John Ruskin : L’héritage ruskinien dans les textes littéraires et les écrits esthétiques rassemble les contributions présentées en 2009 à l’université Charles-de-Gaulle Lille 3 à l’occasion du colloque éponyme. L’ouvrage examine l’héritage ruskinien comme annoncé dans le titre en inversant le programme, puisque ce sont d’abord les écrits esthétiques qui sont explorés en neuf chapitres avant de laisser place à une deuxième partie déclinant les correspondances entre le travail de John Ruskin et divers écrivains ou poètes. Le tout se trouve enrichi d’une bibliographie qui ne se prétend pas exhaustive mais regroupe les références, au demeurant très riches, des auteurs participant à l’ouvrage, en séparant les sources primaires et les sources secondaires et en classant ces dernières de manière fort utile.

2Après quelques mots d’avant-propos de Stephen Wildman, directeur du Centre de recherche Ruskin à l’université de Lancaster, les directrices de la publication exposent en introduction les origines de l’ouvrage et ses objectifs. Il s’agit d’abord d’explorer les significations de l’adjectif « ruskinien », en revenant à John Ruskin par les « voies détournées » (12) que constituent d’autres critiques, écrivains ou artistes. Si la critique a abordé l’œuvre de John Ruskin différemment et plus ou moins sévèrement selon les périodes, la modernité et l’actualité des idées de ce dernier semblent aujourd’hui largement reconnues, malgré des réticences vis à vis de son style. Il semble donc tout à fait pertinent d’envisager le « devenir » (15) de la pensée de Ruskin et la « réception créatrice » (expression empruntée à Anne-Rachel Hermetet (15)) qu’elle a pu susciter, en utilisant notamment le concept de dialogisme développé par Bakhtine. Concernant Ruskin et son œuvre, Isabelle Enaud-Lechien et Joëlle Prungnaud partent du constat que « les publications scientifiques abondent dans le domaine anglo-saxon mais accusent un net déficit dans la recherche d’expression française » (14). L’idée est que leur ouvrage doit permettre à un public francophone de (re)découvrir Ruskin. Les articles sont donc tous écrits en français et les citations intégralement traduites, parfois par les auteurs eux-mêmes. Si ce choix peut sembler alourdir quelque peu le texte, il n’en possède pas moins l’avantage de permettre au lecteur maîtrisant l’anglais de se pencher aussi souvent qu’il le souhaite sur la question de la traduction des écrits de Ruskin. Apparaît alors toute la difficulté de rendre justice à la richesse de sa prose et au foisonnement de ses images et références, de même que surgissent de manière plus évidente des ambiguïtés, voire des contradictions, dans certains extraits ruskiniens. Ces contradictions, évoquées plus largement en 2008 dans l’ouvrage de Rachel Dickinson et Keith Hanley, Ruskin’s Struggle for Coherence : Self-Representation through Art, Place and Society prennent une importance toute particulière dans un recueil dédié à la réception, la transmission et l’interprétation.

3La postérité de Ruskin est ici exclusivement envisagée à travers des écrits, bien que certains d’entre eux aient été suscités par des œuvres d’art et leur expérience. Les quatre premières présentations de la première partie, « Ruskin et les écrits théoriques sur l’Art (Peinture et architecture) », mettent en lumière des influences ou correspondances dans le domaine pictural. Isabelle Enaud-Lechien montre, en partant d’une interview de Claude Monet par le journaliste Wynford Dewhurst, comment des liens ont pu être établis entre The Elements of Drawing (1857) et le mouvement impressionniste, bien que la dimension morale des écrits de Ruskin distingue les deux approches. Si le critique d’art Focillon, auteur de Pierres de France en 1919, évoqué par Pascale Cugy et François-René Martin s’est fortement inspiré de Ruskin dans sa pensée socialiste, il a également trouvé chez Gauguin un aboutissement des principes préraphaélites chers à Ruskin. Emma Sdegno montre quant à elle comment Kenneth Clark poursuit, dans Landscape into Art (1949), l’analyse de la peinture de William Turner en se tournant vers des tableaux assez peu connus, et rapproche Turner et Ruskin de van Gogh. La postérité de Ruskin dans les écrits sur la peinture trouve un point culminant original dans le rapprochement établi par Laurence Roussillon-Constanty entre Ruskin et le critique contemporain Daniel Arasse. En matière d’architecture, l’approche ruskinienne du gothique est étudiée en relation avec la définition de ce style que donne à son tour Worringer dans L’Art gothique en 1912. Odile Boucher Rivalain montre comment les deux propos peuvent être rapprochés en dépit de la posture novatrice revendiquée par Worringer. De même, l’engagement de Ruskin contre les dégâts produits par la restauration se fait par le biais d’une confrontation avec la vision de l’architecte Achille Carlier (Céline Pouyat) et du développement de la restauration philologique en Italie, décrite par Antonella Mastrorilli comme une troisième voie dans l’opposition entre Ruskin et Viollet-le-Duc. Dans ces deux cas, comme dans l’étude de Giulia Mezzalam de l’influence ruskinienne sur le règlement de voirie de Venise introduit en 1901, la contribution de John Ruskin aux réflexions ultérieures sur la préservation des monuments historiques et la prise en considération du développement urbain est rappelée. Comme pour la partie sur la peinture, la dernière mise en perspective s’avère stimulante, lorsque Daniel Treiber met en évidence dans les écrits de Frank Lloyd Wright des « échos(s) aux thèmes développés par Ruskin » (169) dans les principes de vérité, de travail, et dans l’évocation de la beauté, de l’ornement ou de la nature, en soulignant des différences notables comme la revendication par Wright des avantages de la machine.

  • 1 Olga Voronina, The Tale of Enchanted Hunter : Lolita in Victorian Context, Nabokov Studies, 10 (Jun (...)

4Si les articles du second chapitre sont regroupés sous le titre « Ruskin et la littérature », la frontière mouvante entre les deux parties est clairement établie par un rappel de la réception et de la transmission des écrits de Ruskin chez les écrivains d’art de la fin du xixe (Morris, Pater, Vernon Lee et Wilde) à travers lesquels s’effectue la « transition vers la modernité » (205). Écrits sur l’art et littérature sont de même très liés dans les réminiscences moins connues que l’on trouve, entre autres, chez le poète Arnold Goffin et le décorateur Henry van de Velde dans la Belgique de la fin du xixe et du début du xxe siècle. Laurence Brogniez et Bibiane Fréché montrent aussi comment des artistes et les écrivains belges de l’époque ont pu trouver dans le mouvement préraphaélite une dimension identitaire à appliquer à leur pays. L’expérience de Venise par l’écrivain et poète Henri de Régnier (1864-1936) est selon Silvia Rovera à rapprocher de celle de Ruskin, notamment par les liens établis entre les deux auteurs entre poésie et peinture. Et c’est d'un autre poète et peintre, le libanais Gibran Khalil Gibran, et de son riche héritage spirituel, que nous parle Daniel Sébastien Larangé. La grande place accordée à Marcel Proust et John Ruskin ne surprend pas, mais les quatre articles de Diane Ruth Leonard, Yves-Michel Ergal (peut-être aurait-on gagné à inverser ces deux contributions dans l’ordre de leur apparition), Nathalie Aubert et Maria Cherly, qui y sont consacrés, sont en fin de compte encadrés par des contributions qui remettent le sujet en perspective. Les thèmes de la mémoire, de la fragmentation, de l’imperfection, de la foi, de la vision et de l’écriture, de même que les rapports entre le moral et l’esthétique, essentiels pour une compréhension de la découverte et la transmission de Ruskin par Proust, se trouvent par là-même répercutés et éclairés dans l’ensemble de ce recueil. Ainsi André Hélard se propose-t-il de relire Ruskin pour retrouver les poètes Paul Claudel, Francis Ponge et Yves Bonnefoy en prenant comme point de départ la notion de « réminiscences anticipées » introduite par Proust lui-même (322). Enfin, si on peut rappeler l’article d’Olga Voronina à propos des allusions à la vie privée de Ruskin dans le Lolita de Nabokov1, les trois auteures anglo-saxonnes évoquées par Laurent Bury portent un regard sans complaisance sur la vie personnelle et le rapport à la chair très trouble de Ruskin, qui devient un personnage grotesque dont elle font le sujet de leur fiction ; on a là une conclusion quelque peu abrupte, mais qui a le mérite de rappeler la grande complexité de l’homme dissimulé derrière le critique prestigieux, une « approche désacralisée » (25) que les directrices de cette publication jugent de fait nécessaire pour rendre compte pleinement de la postérité de John Ruskin.

5Ces contributions variées rappellent à propos comment Ruskin a parfois été appréhendé à travers ses divers disciples, traducteurs ou commentateurs, autant que par ses écrits. On retrouve dans cet ouvrage les grands traits de sa pensée, à travers des extraits de ses textes, des écrits sur ses écrits, et une analyse fine par les auteurs des articles de liens qui transcendent la simple filiation et qui font parfois apparaître un Ruskin plus moderne et une approche plus sensuelle. Si Ruskin lui-même pensait qu’aucun de ses disciples ne pouvait être véritablement « ruskinien », le lecteur prend ici pleinement conscience que l’on peut être, à l’image de Kenneth Clark « plus ruskinien que Ruskin » (Sdegno 83) tout en se distanciant de ses propos, ou s’en différencier sensiblement alors même qu’on en fait l’éloge.

Haut de page

Notes

1 Olga Voronina, The Tale of Enchanted Hunter : Lolita in Victorian Context, Nabokov Studies, 10 (June 2006), 147-174.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Cases, « Isabelle Enaud-Lechien et Joëlle Prungnaud (dir.), Postérité de John Ruskin », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 77 Printemps | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://cve.revues.org/377

Haut de page

Auteur

Isabelle Cases

Université de Perpignan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org