Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laurent Bury, L’Orientalisme victorien dans les arts visuels et la littérature

Laïli Dor
Référence(s) :

Bury, Laurent, L’Orientalisme victorien dans les arts visuels et la littérature, Grenoble, ELLUG, 2010, 243 p.

Texte intégral

1Avec L’Orientalisme victorien dans les arts visuels et la littérature, Laurent Bury propose un parcours de la découverte et de l’appropriation de l’Orient par les artistes britanniques, scandé en quatre étapes (« Un Orient connu... et fantasmé », « Réactiver les mythes », « Appropriations de l’Orient », « Le grand désenchantement »). Tout d’abord terra incognita réservée aux explorateurs, l’Orient devient un lieu de périple ou de pèlerinage, puis un territoire conquis, dont la visite peut être source de désillusion pour qui s’y rend l’esprit plein des fantasmes liés aux préconceptions acquises en métropole.

2Tout au long de ce parcours, Laurent Bury fait jouer les multiples niveaux de tensions qui animent le discours : tension entre l’Orient du harem, terre de violence et de désir, et celui de la crèche où les artistes s’aventurent sur les pas des principales figures bibliques, tension entre cet Orient fantasmé et l’aspiration à la vérité documentaire pour les premiers peintres/écrivains, ou, pour les plus tardifs, avec la réalité parfois décevante du terrain.

3Par-delà ces contrastes, l’auteur montre l’évolution d’un Orient exotique vers un Orient colonial dont la représentation se trouve investie des enjeux idéologiques d’une domination politique — situation habilement résumée par le titre du chapitre 3, « Appropriations de l’Orient », qui joue sur la double dimension intellectuelle et territoriale du processus.

4La solide érudition de Laurent Bury nous donne aussi bien l’occasion de retrouver certains artistes très connus (William Holman Hunt) que d’en découvrir d’autres qui le sont moins, comme le pré-raphaélite Thomas Seddon, ou Val Prinsep, auteur de The Imperial Assemblage Held at Delhi, 1 January 1877, une toile monumentale destinée à commémorer le Grand Assemblage célébrant l’accession de Victoria au titre d’Impératrice des Indes. Le chapitre 7 nous fait alors entrer dans le quotidien du peintre, ses vicissitudes, ses prises de position idéologiques ainsi que celles de ses commanditaires.

5Le chapitre 6, consacré à Julia Margaret Cameron, révèle un visage caché de la photographe : loin de ses célèbres portraits londoniens, Laurent Bury nous présente ici les clichés qu’elle prit sur la fin de sa vie à Ceylan où elle avait suivi son mari. L’auteur court certes le risque de désamorcer lui-même l’intérêt de son sujet en démontrant que les photographies prises par Cameron à Ceylan (dont le lecteur ne se voit offrir qu’une seule reproduction) sont moins dignes d’intérêt que celles de sa période anglaise, mais il offre un aperçu saisissant à la fois sur la représentation des indigènes, et sur les problèmes matériels posés par la prise de vue dans des conditions climatiques si différentes de celles de l’Europe.

6Cet intérêt accordé à la photographie témoigne d’une volonté de prendre l’orientalisme au sens large : la peinture se taille certes la part du lion, mais Laurent Bury élargit le propos à d’autres domaines comme celui, trop souvent négligé, de l’architecture.

7On pourrait peut-être déplorer que l’auteur n’exploite pas dès le début les perspectives de mise en miroir qu’offre le double cadre qu’il s’est choisi. Les deux premières parties sont presque exclusivement consacrées aux arts visuels, la dimension littéraire se bornant à une référence au Don Juan de Byron (47) et une à Jude the Obscure (80). Mais dans le chapitre 10, consacré à la description de livres illustrés comme le « Moxon Tennyson » illustré par Holman Hunt (158), l’articulation littérature/arts visuels prend toute son ampleur : le rapport texte/image y est analysé avec beaucoup de finesse, servi par l’insertion dans le texte des illustrations.

8Il reste, pour conclure, à saluer l’intérêt et l’esprit encyclopédique de cette synthèse sur l’orientalisme à l’époque victorienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laïli Dor, « Laurent Bury, L’Orientalisme victorien dans les arts visuels et la littérature », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 77 Printemps | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://cve.revues.org/379

Haut de page

Auteur

Laïli Dor

Université du Mans

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org