Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Joseph Phelan, The Music of Verse : Metrical Experiment in Nineteenth-Century Poetry

Joanny Moulin
Référence(s) :

Phelan, Joseph, The Music of Verse : Metrical Experiment in Nineteenth-Century Poetry, Londres, Palgrave Macmillan, 2012, 225 p.

Texte intégral

1Ce bref et dense ouvrage, de 180 pages de texte, agrémenté d’une bibliographie abondante, de notes et d’un index, est impeccablement présenté dans un volume relié, dans la vénérable tradition des éditions Palgrave Macmillan. C’est le deuxième ouvrage de Joseph Phelan, « reader » à la De Monfort University de Leicester (U.K.), auteur de The Nineteenth-Century Sonnet (2005), à qui l’on doit également des éditions de poèmes choisis de Clough et de Browning. Reconnaissons tout d’abord à cet essai le mérite de s’être attaqué, non sans témérité, au problème monstrueusement difficile des rapports entre musique et poésie. Il y aurait mauvaise grâce à faire remarquer que ce vaillant assaut n’est pas tout à fait parvenu à terrasser le dragon, mais il peut à tout le moins s’enorgueillir d’avoir contribué à circonscrire sa tanière. Il faudrait sans doute un ouvrage beaucoup plus long pour prétendre venir à bout d’un tel sujet, mais là n’est pas l’ambition de Joseph Phelan, dont le sous-titre, l’introduction et la première partie « Music and Metre » montrent assez bien qu’il se limite ici à la question de la métrique, y compris certaines considérations sur le rythme. Il relève à juste titre deux « idées fixes » chez les divers auteurs britanniques du xixe siècle qui se sont efforcés de théoriser les rapports entre la musique et la métrique en poésie : (1) l’isochronie (égalité des intervalles de temps entre les accents), et (2) l’harmonie imitative (relation mimétique entre le sens des vers et leur structure métrique). Il choisit de n’évoquer la seconde que de façon très occasionnelle, en se concentrant résolument sur la première. Ce premier chapitre étant en réalité un prolongement de l’introduction, l’ouvrage se divise de fait en trois parties.

2La première est une étude des raisons pour lesquelles, selon Phelan, l’hexamètre ne s’est en pratique jamais véritablement acclimaté dans la poésie anglaise, en dépit de nombreuses tentatives théoriques. La mauvaise réception du poème de Southey, A Vision of Judgement (1821) aurait fait que les expériences hexamétriques qu’il y menait n’auraient pas reçu toute l’attention qu’elles méritaient. Le débat victorien sur la question de l’hexamètre est examiné principalement à travers les articles de John Blackie et William Whewell, puis les expériences de Henry Longfellow, A. H. Clough, M. Arnold… Mais ce passage en revue dérive vers les remarques d’un certain Francis Newman sur la traduction d’Homère en anglais, et dès lors on perd un peu de vue le propos, tant il est vrai que la traduction de la poésie pose d’autres problèmes, dont la complexité rivalise avec ceux de sa musicalité. Bref, il apparaît que ce débat sur l’importation de l’hexamètre classique dans la poésie anglaise est sous-tendu par des considérations relevant d’un certain nationalisme culturel, qui tendrait à lui préférer un tropisme germanique et scandinave.

3Cela se confirme dans la seconde partie : « Native Traditions : Anglo-Saxon and Alliterative Verse », consacrée à l’influence de la versification en vieil anglais, dont Phelan rappelle qu’elle n’a pas été théorisée de manière convaincante avant la dernière décennie du xxe siècle, longtemps après que le Danois Rerasmus Rask, dans son Illustrations of Anglo-Saxon Poetry (traduit en anglais en 1830), vint apporter la contradiction aux théories précédentes de Sharon Turner et John Josias Conybeare, en affirmant que la poésie en vieil anglais obéit aux règles d’une versification allitérative. Phelan digresse de nouveau vers des considérations relatives aux traductions du Niebelungenlied, à la réception de Chaucer, etc. avant d’en venir aux tentatives de certains poètes victoriens pour adapter la tradition allitérative à leur propre production. Il eût été intéressant de pousser plus avant l’étude de ce fait remarquable que ces innovations retiennent tout particulièrement l’attention des auteurs proches du Mouvement d’Oxford et des Préraphaélites, comme Coventry Patmore, et surtout Gerard Manley Hopkins, dont le « sprung rhythm », la pratique du contrepoint, la valeur secondaire et ornementale accordée à la rime, sont autant de caractéristiques dérivées de la poésie allitérative, d’une façon dont Phelan regrette, avec raison, qu’elle n’ait pas été jusqu’ici suffisamment étudiée.

4La troisième et dernière partie est consacrée à l’émergence progressive du vers libre, dont Phelan trouve les prémices dans certains textes de Milton et Blake, en passant par Elizabeth Barrett et Matthew Arnold, mais aussi dans les vers logaédiques (mélanges de rythmes ascendants et descendants, ou de vers et de prose) dont la pratique remonte pourtant à l’antiquité. Les pages les plus intéressantes de cette troisième partie sont sans aucun doute celles que Phelan consacre à la Proverbial Philosophy (1838) et autres productions de Martin Farquhar Tupper, et à l’hypothèse selon laquelle Tupper pourrait avoir exercé une influence décisive sur la versification de Walt Whitman. Il est permis de rester un peu sceptique devant l’affirmation selon laquelle Whitman et Swinburne, bien que de façons radicalement opposées, illustreraient tous deux la dissolution de la connexion entre musique et poésie, Phelan se rangeant en l’occurrence à l’avis de A. E. Housman, pour qui la musicalité de Swinburne ne parle qu’à « l’oreille externe », alors que celle des « vrais poètes » parlerait à « l’articulation entre l’oreille et le cerveau ». Toute aussi péremptoire est cette déclaration que le rapport de la poésie avec la musique est définitivement passé de l’analogie à la métaphore avec « The Music of Poetry » de T. S. Eliot en 1942.

5L’ouvrage est dépourvu de conclusion : cette absence ravive le regret que l’introduction n’ait ni suffisamment cerné l’objet de la recherche, ni assez bien défini ses concepts opératoires. Certes, la musique est insaisissable, surtout pour le profane, mais il paraît un peu étonnant de la prendre ainsi comme une sorte de synonyme de la métrique, sans d’ailleurs jamais envisager les évolutions de l’écriture musicale au cours du xixe siècle, annonciatrices des bouleversements radicaux qu’elle allait bientôt connaître. Certains lecteurs s’agaceront peut-être du manque de rigueur dans le raisonnement, du peu d’esprit de synthèse et de la sinuosité du style de Phelan, qui se promène beaucoup en donnant l’impression de ne pas avoir d’itinéraire bien défini. C’est une affaire de goût : on aime, ou on n’aime pas, ces excursions musardines sur des sentiers battus de théoriciens dépassés, dont on paraphrase en passant une idée après l’autre, sans jamais prendre le recul historique, ou la hauteur de vue théorique, indispensables à une maîtrise efficace de ce dont on voudrait parler. En fin de compte, chacune des trois parties de cet ouvrage, une fois son propos resserré, fournirait peut-être matière à un article honorable. L’ensemble n’est pas tout à fait abouti, mais la bibliographie et les notes érudites pourraient constituer une base utile pour tel chercheur qui entreprendrait d’étudier sérieusement le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joanny Moulin, « Joseph Phelan, The Music of Verse : Metrical Experiment in Nineteenth-Century Poetry », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 77 Printemps | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/381

Haut de page

Auteur

Joanny Moulin

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org