Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christopher Pittard, Purity and Contamination in Late Victorian Detective Fiction

Jean-Jacques Lecercle
Référence(s) :

Pittard, Christopher, Purity and Contamination in Late Victorian Detective Fiction, Farnham, Ashgate, 2011, x + 259 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage a les avantages et les inconvénients d’un recueil d’articles transformé en livre. Côté cour, il nous offre l’exploration d’une période importante de l’histoire du roman policier britannique, avant l’âge d’or et après la préhistoire de Dickens et Collins. Période à vrai dire cruciale, incarnée par le personnage de Sherlock Holmes (tout comme l’âge d’or sera incarné par Hercule Poirot), mais l’intérêt de ces essais est qu’ils ne se limitent pas à une énième relecture des aventures du célèbre détective, mais nous rappellent qu’il eut des rivaux, qui parfois jouirent d’une éclatante notoriété, même s’ils sont aujourd’hui bien oubliés. On trouvera donc un chapitre, ou plutôt un essai, sur le best-seller de l’année 1887, le roman australien de Fergus Hume, The Mystery of a Hansom Cab ; un chapitre sur le Strand Magazine, où furent publiés un grand nombre de ces textes, autour d’une étude non des aventures de Sherlock Holmes mais des illustrations de Paget ; un chapitre sur la série policière de Grant Allen, An African Millionaire ; un chapitre sur le lien entre médecine et détection, centré sur le personnage de la femme médecin dans la fiction de L. T. Meade, et sur celui de l’infirmière détective, dans une autre série de Grant Allen, Hilda Wade ; enfin, un chapitre sur le roman de Marie Belloc Lowndes, The Lodger, communément décrit comme une version romanesque des aventures de Jack l’Eventreur. Et il ne s’agit pas d’une simple redécouverte de ces textes ni d’une simple histoire littéraire : ils sont chaque fois remis dans leur contexte intellectuel et scientifique. Ainsi, Pittard suggère que le roman de Fergus Hume est une forme tardive de roman à sensation mâtinée d’investigations sociologiques dans les bas-fonds de Melbourne, qui font écho aux investigations londoniennes ; ainsi, la lutte du millionnaire africain contre une sorte d’Arsène Lupin véritablement criminel est replacée dans le contexte de l’anthropologie criminelle, de Lombroso, Bertillon et Galton, tout comme celles de l’infirmière détective dans le contexte des campagnes contre la vivisection et contre la loi sur les maladies infectieuses. Ces chapitres regorgent d’informations et les analyses qui y sont menées sont toujours convaincantes.

2Il y a aussi un côté jardin. Cela commence par une longue introduction, qui formule une problématique du plus haut intérêt, celle que résume le titre de l’ouvrage et qui s’appuie sur une lecture de Mary Douglas (Purity and Danger) et de Kristeva (le concept d’abject dans Pouvoirs de l’horreur). En partant d’une lecture d’image (une publicité pour Hudson’s Soap), Pittard soutient que le roman policier fin de siècle dramatise une angoisse de la contamination matérielle (la souillure de Douglas) et de l’impureté, par le biais d’une identification métaphorique entre crime et saleté. Le problème est que la suite des chapitres ne tient pas, ou pas entièrement, les promesses de cette introduction. Certains chapitres, comme celui sur le lien entre médecine et détection, correspondent effectivement à cette problématique. D’autres semblent l’oublier, ou ne s’y raccrochent que par acrobatie, en passant par exemple de la pureté et de l’impureté matérielles à la pureté (ou l’impureté) de la fiction : ainsi en est-il du chapitre consacré à George Newnes et à la communauté de lecture qu’il cherche à constituer autour du Strand Magazine. Mais l’intérêt de chacun de ces chapitres est suffisant pour que le lecteur considère qu’il s’agit là d’un péché véniel.

3Nous avons donc affaire à un fort beau livre, bien écrit, très bien informé, théoriquement solide, et qui offre des vues originales sur un sujet certes déjà traité (l’abondante bibliographie de Pittard en témoigne), mais à propos de textes injustement (ou parfois justement) négligés. Le lecteur que je suis est particulièrement reconnaissant à Christopher Pittard d’avoir consacré un chapitre entier à The Lodger, qu’il analyse comme une forme primitive de légende urbaine et comme une réécriture du roman policier victorien (c’est effectivement cette distance prise avec les topoi du genre qui fait l’intérêt littéraire de ce roman, dans lequel on peut voir un roman proto-moderniste).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Lecercle, « Christopher Pittard, Purity and Contamination in Late Victorian Detective Fiction », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 77 Printemps | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/383

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Lecercle

Université Paris-Ouest

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org