Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Isabelle Guillaume, Regards croisés de la France, de l’Angleterre et des États-Unis dans les romans pour la jeunesse (1860-1914)

De la construction identitaire à la représentation d’une communauté internationale
Sabine Requier-Ulrich
Référence(s) :

Guillaume, Isabelle, Regards croisés de la France, de l’Angleterre et des États-Unis dans les romans pour la jeunesse (1860-1914) : De la construction identitaire à la représentation d’une communauté internationale, coll. « Bibliothèque de littérature générale et comparée », n° 78, Paris, Honoré Champion, 2009, 456 p.

Texte intégral

1La seconde moitié du xixe siècle, considérée comme l’âge d’or de la littérature pour la jeunesse, voit aussi le développement du nationalisme à la fois dans les pays européens et aux États-Unis, l'esprit de revanche, le développement de la puissance coloniale de la Grande-Bretagne et le risque de déclin afférent, la guerre d’Indépendance puis celle de Sécession aux États-Unis, idéologie qui fut, par la suite, à l’origine de la première guerre mondiale. Alors qu’à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle, la littérature pour la jeunesse perd peu à peu son didactisme originel, grâce à des auteurs tels que Lewis Carroll en Angleterre et Jules Verne en France par exemple, le contexte politique et social influence fortement, à partir de 1860, cette catégorie littéraire, lieu privilégié d’éducation pour les générations futures. L’évolution de la littérature pour la jeunesse et celle du contexte sociopolitique présentent, selon Isabelle Guillaume, des convergences frappantes : elle montre dans Regards croisés de la France, de l’Angleterre et des États-Unis dans les romans pour la jeunesse (1860-1914) que la littérature pour la jeunesse véhicule, à cette période, un message patriotique, voire, parfois, nationaliste.

  • 1 Paul Hazard, Les livres, les enfants et les hommes (1932 ; Paris : Hatier, 1967) 178.

2Dans chacun de ces pays, la littérature se fait le miroir des bouleversements nationaux tout en se penchant, et c’est l’apparente contradiction qu’étudie Isabelle Guillaume, sur la situation des deux autres : les trois pays s’observent, se prennent pour modèle, se critiquent les uns les autres dans leurs œuvres pour la jeunesse qui, de fait, s’ouvrent sur le monde. Ces regards croisés vont d’ailleurs de pair avec l’essor et la banalisation du tourisme qui caractérisent cette période. À travers la catégorie littéraire étudiée, les trois pays célèbrent leur identité tout en essayant de la conforter. La littérature pour la jeunesse devient alors un vecteur privilégié pour développer le sentiment d’appartenance nationale et implanter chez les jeunes lecteurs une fierté patriotique. Simultanément, les auteurs témoignent d’un certain intérêt pour l’étranger qui se manifeste à travers des influences explicites. Paul Hazard décrit, quelques années plus tard, cette dialectique en expliquant qu’elle concourt à la naissance de « la première république universelle de l’enfance1 » ; c’est sur cette apparente contradiction entre émergence et montée en puissance des patriotismes et des nationalismes d’une part et attrait pour l’étranger et la mode des voyages d’autre part, qu’Isabelle Guillaume bâtit son ouvrage.

3Elle s’appuie sur l’analyse d’œuvres majeures de littérature pour la jeunesse ou pour les adolescents qui révèlent les relations très particulières entre les États-Unis, l’Angleterre et la France. Dans les trois premiers chapitres, l’auteure axe son propos sur la construction identitaire du lecteur véhiculée par la comparaison entre sa propre culture et celle d’un pays étranger. Elle se penche sur les concepts d’altérité, d’identification et de modèle identificatoire, mais également sur les stéréotypes sous-jacents et sur les procédés qui font se rejoindre ipséité et mêmeté et qui permettent le passage de l’une à l’autre. Les deux derniers chapitres illustrent le mouvement qui provoque un élargissement de perspective et témoignent du passage du patriotisme à la construction d’une communauté internationale personnifiée par la figure, assez courante dans les œuvres de la fin du xixe siècle, de l’enfant métis.

4Tout au long de son ouvrage, Isabelle Guillaume mêle soigneusement et habilement éléments de civilisation, faits historiques marquants et analyse d’œuvres dont elle propose une analyse sociologique, historique et axiologique intéressante. Son étude, très ambitieuse et de lecture aisée et agréable, porte sur un corpus très étendu de plus de 150 œuvres. Si elle fait la part belle à des auteurs renommés comme Louisa May Alcott, Frances Hodgson Burnett, Edith Nesbit, Mme de Stael et, bien évidemment Jules Verne, elle n’en oublie pas, pour autant, d’autres auteurs peut-être moins connus du grand public tels André Laurie, Elizabeth Williams Champney ou encore Frederic William Farrar… mais dont les œuvres sont néanmoins des miroirs de leur époque.

Haut de page

Notes

1 Paul Hazard, Les livres, les enfants et les hommes (1932 ; Paris : Hatier, 1967) 178.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Requier-Ulrich, « Isabelle Guillaume, Regards croisés de la France, de l’Angleterre et des États-Unis dans les romans pour la jeunesse (1860-1914) », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 77 Printemps | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/385

Haut de page

Auteur

Sabine Requier-Ulrich

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org