Navigation – Plan du site
Comptes rendus

James Matthew Barrie, Portrait de Margaret Ogilvy par son fils

Sabine Requier-Ulrich
Référence(s) :

Barrie, James Matthew, Portrait de Margaret Ogilvy par son fils, trad. Céline Albin Faivre, coll. « Un endroit où aller », Arles, Actes Sud, 2010, 187 p.

Texte intégral

1James Matthew Barrie, auteur célébré et adulé en Grande-Bretagne, n’est connu en France qu’à travers le mythe qu’il a forgé, celui d’un petit garçon qui ne peut pas grandir, Peter Pan, et bien souvent, ce nom évoque exclusivement l’œuvre cinématographique de Disney ou d’autres adaptations ; peu ont lu l’œuvre originale et ont pu percevoir le génie créatif de Barrie qui se manifeste autant dans la langue qu’il utilise que dans les personnages et les situations qu’il crée. Barrie est, en France, un auteur ignoré et la traduction d’un de ses plus beaux romans va peut-être participer à sa découverte.

2Auteur très fécond, Barrie écrivit plus de soixante-dix œuvres, des romans, des œuvres autobiographiques et, bien sûr, des pièces de théâtre. Portrait de Margaret Ogilvy par son fils, publié en 1896, occupe une place à part dans sa bibliographie : il s’agit d’un magnifique portrait de mère, mais également celui du personnage qui porta en germe tous les personnages féminins qui hantent l’œuvre de l’auteur écossais. La relation que Barrie entretint avec Margaret Ogilvy fut très particulière : si celle-ci eut dix enfants, elle accorda immédiatement une préférence marquée et évidente à un de ces fils, David, et à la mort accidentelle de celui-ci, elle fut accablée. Le jeune James décida alors de remplacer ce frère, au sens propre comme au sens figuré, auprès de sa mère, n’hésitant pas à endosser la personnalité de l’enfant mort en allant jusqu’à revêtir ses habits. Toute la vie de James fut, par la suite, dévorée par le frère décédé : on soupçonne que son apparence physique (il fut, pense-t-on, victime d’une forme de nanisme psychogène qui le condamna à garder l’apparence d’un petit garçon), son absence de sexualité à l’âge adulte, mais aussi le choix d’études que ses parents lui imposèrent (il dut étudier la théologie pour devenir pasteur conformément à ce que son frère David aurait fait) furent directement liés à cette schizophrénie choisie qui naquit dans cette relation mère-enfant et dont des échos sont présents dans toute l’œuvre barrienne.

3Le personnage du tailleur évoqué par Barrie dans Portrait de Margaret Ogilvy par son fils symbolise parfaitement la stratégie d’écriture et de composition choisie pour ce roman. Il se décrit comme le frère « de [son] ami le tailleur. Et, de même qu’à la fin il fut trouvé [mort] à son établi, de même [il] espère être trouvé à [son] métier à tisser des histoires, accomplissant honnêtement le travail qui [lui] convient le mieux » (61). Tel l’artisan, Barrie part d’un matériau initial de qualité mais brut, puis il le coupe, lui donne forme, le réassemble, le coud, en veillant aux jointures. Ce matériau de départ, c’est son enfance et son adolescence, les éléments qui composent la trame de sa vie ; son métier d’artisan consiste à les travailler, les assembler autrement, les remodeler et les modifier afin d’obtenir une réécriture. Céline Albin Faivre, traductrice du roman, souligne d’ailleurs ce parallèle dans une note de bas de page qui explique la transformation, dans toute son œuvre, de Kirriemuir, ville natale de Barrie en Thrums qui « désigne les fils de départ qu’on laisse sur le métier à tisser lorsque la pièce, entièrement confectionnée, est retirée » (61). Car il s’agit bien de fils dans cet ouvrage : la lecture n’y suit pas chronologiquement la vie de Margaret Ogilvy ou de son fils (il ne s’agit pas d’une autobiographie) ; l’approche choisie est davantage impressionniste, par petites touches qui, isolées n’ont qu’un sens restreint, mais qui, rassemblées, prennent toute leur signification et leur force. Barrie choisit plusieurs fils parmi ceux qui composent sa relation avec sa mère et les entremêle sur dix chapitres pour obtenir une tapisserie des plus brillantes et des plus précises.

4Mais toute la brillance et la beauté de ce roman n’auraient pu être accessibles au lecteur français sans l’admirable traduction de Céline Albin Faivre. Docteur en philosophie, traductrice, auteure et biographe, elle est une fervente admiratrice de Barrie dont elle connaît parfaitement l’œuvre. Autodidacte dans le champ de la traduction, elle réussit le tour de force de s’effacer totalement ; lorsqu’il lit Portrait de Margaret Ogilvy par son fils, le lecteur familier de l’œuvre non traduite de Barrie, a l’impression de lire l’auteur lui-même : la langue barrienne saute aux yeux et envahit l’oreille et c’est dans cette discrétion que réside tout le talent de Céline Albin Faivre qui a fait ses armes en traduisant précédemment le roman de Barrie Le petit oiseau blanc ou aventures dans les jardins de Kensington (2006) dont un extrait fut publié sous le titre de Peter Pan dans les jardins de Kensington (2010). Elle avoue mener un combat pour que Barrie jouisse enfin en France de la reconnaissance qu’il mérite et la qualité de cette traduction ne peut que l’aider à atteindre son but.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Requier-Ulrich, « James Matthew Barrie, Portrait de Margaret Ogilvy par son fils », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 77 Printemps | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://cve.revues.org/389

Haut de page

Auteur

Sabine Requier-Ulrich

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org