Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Walter Scott, Ivanhoe

Christian Auer
p. 149-151
Référence(s) :

Scott, Walter, Ivanhoe, annoté et préfacé par Alain Jumeau, Paris, Le Livre de Poche, collection « Les Classiques de Poche », 2011. 734 p.

Texte intégral

1On saluera tout d’abord la démarche de contextualisation, résolument didactique, adoptée par l’auteur, qui permet au lecteur d’avoir une bonne compréhension de l’arrière-plan historique de l’œuvre et de bénéficier des informations essentielles sur le contexte dans lequel a évolué Walter Scott. Le lecteur appréciera également les explications sur le contexte linguistique du xiie siècle (11), les précisions sur la dynastie des Plantagenêt d’Anjou et celle des Saxons (12), les réflexions sur l’Épître dédicatoire qui précède le roman (15-16), les commentaires plus théoriques sur « la tension qui existe entre deux entreprises difficilement compatibles » (17) — celles du projet fictionnel et de l’ambition de l’historien — ou encore les éclaircissements sur le contexte religieux de l’époque (19). On notera aussi le souci de précision de l’auteur, comme en attestent les explications lexicales qui permettent au lecteur de bien comprendre certains termes ayant quelque peu changé de signification depuis le xixe siècle (on pense ici notamment au terme « antiquaire » [8], ou encore à celui de « romance » [17]). Sont également bienvenus, les commentaires rassemblés dans la partie consacrée à l’intertextualité (23-7), qui proposent des éclairages très pertinents.

2Alain Jumeau indique, dans sa préface, que son idée de départ était de reprendre la traduction de Jean-Baptiste Defauconpret et de la moderniser, de la « toiletter » (30). Il précise, toutefois, qu’il lui a fallu effectuer des modifications importantes et qu’il est intervenu plus souvent qu’il ne l’aurait souhaité. Même si la présente édition du texte ne s’adresse pas prioritairement à un public de lecteurs férus de traductologie, quelques exemples de ces modifications de traduction auraient pu être proposés, peut-être en annexes, ce qui aurait permis au lecteur de se rendre compte de la démarche et des choix opérés par l’auteur. Reconnaissons, cependant, qu’Alain Jumeau donne, ici et là, des indications quant à certains de ses choix de traduction: il explique ainsi pourquoi il a préféré traduire le terme cnicht par « garde » (note 1, 102) ou les raisons qui l’ont poussé à proposer « leur battre les flancs et les cuisses » plutôt que « les battre à plate couture » (note 1, 304). De même, il recense les différentes traductions qui sont généralement proposées pour « cor meum eructavit », début du premier verset du Psaume 45 (note 3, 389).

3Alain Jumeau démontre de façon pleinement convaincante qu’en dépit des différences géographiques et temporelles entre Ivanhoe et les romans écossais de Walter Scott, il existe des analogies ou des réseaux de convergence entre les deux.

4Les notes de bas de page, nombreuses et variées (comme le reconnaît lui-même l’auteur, 30), sans être trop abondantes, témoignent d’une érudition remarquable. Une multitude d’informations et d’explications sont ainsi proposées au lecteur, qu’elles soient de nature lexicale, étymologique, culturelle, littéraire, biographique, politique, historique, géographique ou encore biblique. Ces notes, toutes bienvenues, apportent les précisions indispensables à une meilleure compréhension du texte.

5On saura gré à l’auteur de ne pas hésiter à émettre des hypothèses ou des suppositions quand les données disponibles ne lui permettent pas de se prononcer de façon définitive (note 1, 253, 1, 254, 1, 314 ou encore note 2, 387). Il en est de même de certaines citations que l’auteur n’a pas réussi à identifier et qu’il attribue donc logiquement à Scott lui-même (un exemple parmi d’autres, avec la note 1, 423: « Cette citation, difficile à attribuer malgré la référence, semble être une composition de Scott lui-même »).

6La passion de l’auteur pour Scott se manifeste notamment par la mansuétude dont il fait preuve à l’encontre des différents anachronismes qu’il relève dans le texte, souvent qualifiés de « petit » (309, 463, 624) ou de « léger » (388, 448 ou 533), alors que certains de ces anachronismes semblent réels (voir la note 3, 463 par exemple).

7Seront appréciées à leur juste valeur certaines formulations particulièrement heureuses, comme lorsqu’Alain Jumeau qualifie Samuel Johnson de « pape des lettres anglaises au xviiie siècle » (note 1, 35), ou pour le moins originales, voire audacieuses, comme lorsqu’il qualifie Cédric et Athelstane, de « paire comique typique qui semble à bien des égards préfigurer celle que nous retrouvons à notre époque dans les aventures d’Astérix et d’Obélix » (19).

8Une chronologie qui donne les informations essentielles sur la vie et l’œuvre de l’auteur d’Ivanhoe et une bibliographie sélective viennent fort utilement compléter cette édition.

9En somme, on saluera cette remarquable édition, fruit d’un solide travail de recherche, qui fait honneur à l’une des plus grandes œuvres de la littérature britannique et qui, sans nul doute, saura satisfaire tous ceux qui prennent plaisir à la lecture des romans historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Auer, « Walter Scott, Ivanhoe », Cahiers victoriens et édouardiens, 76 Automne | 2012, 149-151.

Référence électronique

Christian Auer, « Walter Scott, Ivanhoe », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 76 Automne | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cve.revues.org/532

Haut de page

Auteur

Christian Auer

Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org