Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christine Huguet (éd.), Charles Dickens l’Inimitable (Charles Dickens the Inimitable)

Luc Bouvard
p. 152-155
Référence(s) :

Huguet, Christine (éd.), Charles Dickens l’Inimitable (Charles Dickens the Inimitable), Paris, Democratic Books, 2011, 192 p.

Texte intégral

1L’ouvrage réalisé pour l’exposition au château d’Hardelot à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Dickens (né en 1812) a été dirigé par Christine Huguet et a permis de rassembler certains des plus grands spécialistes de celui qui s’autoproclamait « l’Inimitable » : Michael Hollington, John Bowen, Robert L. Patten, David Paroissien et Christine Huguet elle-même.

2Michael Hollington évoque dans son article « La traversée de la Manche » trois aspects différents et complémentaires. Les personnages dans l’œuvre de Dickens sont souvent dans l’obligation, comme ce fut le cas pour son grand-père maternel Charles Barrow, de traverser les océans, fuyant la police de leur pays d’origine. Dans ses romans comme La Petite Dorrit, L’Ami Commun, Les Temps difficiles, Boulogne ou Calais apparaissent ainsi peuplées « d’ombres humaines au passé peu glorieux », dont la transformation ne manque jamais d’humour ou d’ironie (celle de Flintwinch par exemple). La réalité des diverses traversées transmanches ou transatlantiques du romancier est souvent évoquée dans ses lettres et révèle à quel point l’homme souffrait du mal de mer soulagé seulement lorsqu’il prenait les quinze gouttes de laudanum que son amie la philanthrope Mlle Couts lui avait conseillé de prendre. Dans son œuvre, Dickens associe souvent l’exil à une mort et une résurrection symboliques (le cousin Feenix dans Dombey et Fils, Jarvis Lorry dans Un Conte de deux villes), une résurrection que l’auteur aurait peut-être souhaité à son père emprisonné pour dettes.

3John Bowen introduit son article intitulé « L’hospitalité chez Dickens » par une remarque sur l’hospitalité du roman en tant que genre propre à assimiler « tout ce qui existe en matière d’action, de personnages ou de mode d’écriture » ainsi qu’une certaine culture visuelle par le biais des illustrations. Puis il s’attarde sur deux romans très différents Les Papiers posthumes du Pickwick Club et La Petite Dorrit. Les scènes d’hospitalité du premier sont si nombreuses qu’elles forment l’essentiel du texte et le roman illustre les deux sens du terme : « recevoir ou divertir des invités » et « être réceptif aux nouvelles idées ». Avant de porter les noms que Dickens leur donne, Jingle et Wardle sont appelés l’étranger ou l’hôte. « Ce sont des noms archétypaux dans des scénarios archétypaux », conclut Bowen avant d’aborder, après le roman le plus anglais de Dickens, son roman le plus européen. « La Petite Dorrit est un roman qui teste constamment les limites de l’hospitalité et les contraintes qui lui sont imposées. » À l’inverse de Pickwick, les scènes de festin baignent dans une grande incompréhension culturelle. Bowen s’attarde ensuite sur deux personnages complémentaires : Cavaletto, un marchand de contrebande et Amy Dorrit elle-même, qui partage avec Cavaletto l’épithète « petit(e) ». La contrebande est l’apanage de plusieurs personnages (Flintwinch, Mlle Wade, Tattycoram et Rigaud) qui font passer clandestinement des documents permettant de révéler l’identité de la vraie mère d’Arthur Clennam. Mais c’est avec Amy, l’Anglaise qui part en Italie, que l’Italien d’Angleterre a les points communs les plus intéressants. Bowen termine l’article sur le terme « altro » qui définit Cavaletto ainsi que tout le roman, « le mot le plus doué du sens de l’hospitalité, celui qui peut accueillir bien des significations ».

4Dans « Dickens à l’échelle planétaire : Première phase », Robert L. Patten s’intéresse à la façon dont l’auteur victorien était perçu internationalement, surtout en début de carrière. En Grande-Bretagne, on le vit comme un grand réformateur apportant certainement une grande contribution au bien-être social en Angleterre. Mais qu’en fut-il ailleurs ?

5Aux États-Unis notamment où un Washington Irving écrivait dans des registres similaires ? Cette similarité explique en partie pourquoi les journaux new-yorkais aient très rapidement republié quelques-unes des esquisses de Boz. Les relations entre les deux pays s’améliorant nettement après la guerre de 1812, les éditeurs américains travaillaient volontiers avec leurs homologues londoniens et Boz profita pleinement de cette embellie. Patten poursuit ainsi son enquête sur la réception en Inde, en Australie, en France et en Allemagne, offrant des explications fournies pour chaque cas. L’édition de Launceston, port de Tasmanie comptant deux mille habitants tout au plus, précisait fièrement qu’elle était « entièrement le produit de l’industrie coloniale : l’impression, les gravures et la reliure ». Comment ne pas comprendre que Dickens ait pu déclarer à 27 ans seulement se sentir comme chez lui partout dans le monde depuis sa plus tendre enfance ? Patten termine par la question essentielle du juste équilibre entre appropriation et fidélité, la culture de chaque pays influençant la réception des œuvres. Sylvère Monod rappelait les trois options offertes au traducteur : « traduction littérale », « lecture plus libre » et « effet à l’identique », solution qu’il préférait. Mais l’appropriation découle naturellement du choix de traduction et des limites imposées par le contexte. « Il y a fort à parier, conclut Patten, que la description qu’offre Dickens de toutes les formes de relations en ressortira quelque peu modifiée dans des environnements non britanniques spécifiques, au point de faire surgir un Dickens presque méconnaissable » et les œuvres après traduction ne sont guère plus uniformes que les contes de fées d’un bout à l’autre de la planète.

6David Paroissien dresse un parallèle entre La Maison d’Âpre-Vent et l’Histoire d’Angleterre à l’usage des enfants. Les deux œuvres, l’une se voulant historique et l’autre fictionnelle, furent écrites à la même période : mars 1852 à septembre 1853 pour la première, et janvier 1851 à décembre 1853 pour la seconde. Paroissien entend par cette comparaison s’opposer à l’affirmation péremptoire de G. K. Chesterton qui éprouvait un tel dédain pour ce livre qu’il le renomma une histoire d’Angleterre écrite par un enfant. Lorsque Bleak House paraît, Dickens est arrivé à l’épisode de la Glorieuse Révolution de 1688 dans son Histoire où l’on décèle une conception globale interprétant d’une façon très libérale (whig) l’histoire d’Angleterre, « vue comme un long cheminement laborieux vers la liberté économique, religieuse et politique », souligne David Paroissien. Il est clair que dans un système vertical tel que le principe de primogéniture masculine héréditaire le préconise, une seule chose compte : la lignée. On pourra voir un parallèle évident entre les problèmes de la monarchie anglaise et les descriptions de la famille Dedlock arrivée en bout de course. Enfin, l’évocation d’un épisode du passé, narrée au chapitre 7 du roman, offre un pendant à cette vision libérale de l’histoire : l’épouse de l’ancêtre Sir Morbury Dedlock s’était fermement opposée à son mari qui offrait son soutien à Charles Ier. Depuis, le fantôme de l’épouse, morte accidentellement à la suite d’une altercation avec son mari, a donné son nom à la terrasse située en contrebas de Chesney Wold. De toute évidence, « s’efforcer de dénoncer la fierté de l’élite dirigeante d’Angleterre : tel peut être, selon Paroissien, le fil conducteur de ces deux textes », où l’épouse devenue fantôme évoque l’héroïque Wat Tyler de l’histoire d’Angleterre, admiré par Dickens.

7Pour clore ce recueil d’articles, Christine Huguet offre un travail narratologique sur David Copperfield, le roman le plus autobiographique de l’auteur, son « enfant préféré ». Dans cet article intitulé : « David Copperfield, ou l’infini littéraire », elle s’interroge sur la définition narratologique d’un récit qui s’affiche, à l’instar des romans picaresques espagnols et anglais, comme une narration autodiégétique qui commence à la naissance du narrateur (et même avant) et s’affiche dans certaines tentatives pour trouver un titre comme une confession ou un testament anticipant la mort du héros. Bien sûr, un récit complet de la vie d’un personnage ne peut être servi que par un narrateur hétérodiégétique. Le titre du premier chapitre, à l’impossible présent « Je nais », joue sur les deux instances : « Je narrant » et « Je narré », et annonce que ce récit sera comme la « quête d’un soi dont le centre se dérobe ». Le dernier chapitre, qui tend vers l’épiphanie, est narré au présent et transforme la demeure de l’artiste en un lieu magique où passé, présent et futur confluent en une sorte d’Aleph borgésien. Une nouvelle conception du temps émerge ainsi, annonçant la recherche proustienne du temps car, dans la dernière rétrospective, comme le dit C. Huguet, « toutes les séquences semblent avoir lieu simultanément, sans exception aucune permettant aux personnages tour à tour convoqués de flotter dans l’éternité de l’allégorie ».

8Recueil d’articles d’éminents spécialistes autant que livre-souvenir d’une exposition rassemblant de nombreux documents et objets associés à l’Inimitable, on ne saurait trop recommander cet ouvrage qui, outre la qualité des articles, se distingue par un aspect agréable à l’œil et au toucher : papier de grande qualité, illustrations nombreuses et souvent en couleur alors que le Dickensien est habitué au monochrome. Cette grande qualité iconographique ne fait pas oublier l’intérêt des cinq articles, lesquels, autre originalité de l’ouvrage, s’offrent à nous à la fois en français et en anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Bouvard, « Christine Huguet (éd.), Charles Dickens l’Inimitable (Charles Dickens the Inimitable) », Cahiers victoriens et édouardiens, 76 Automne | 2012, 152-155.

Référence électronique

Luc Bouvard, « Christine Huguet (éd.), Charles Dickens l’Inimitable (Charles Dickens the Inimitable) », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 76 Automne | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cve.revues.org/535

Haut de page

Auteur

Luc Bouvard

Université Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org