Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anthony Trollope, Le docteur Thorne

Jacqueline Fromonot
p. 156-159
Référence(s) :

Trollope, Anthony, Le docteur Thorne, traduit de l’anglais, préfacé et annoté par Alain Jumeau, Paris, Fayard, 2012, 522 p.

Texte intégral

1Écrivain prolixe, Antony Trollope (1815-1882) a publié non seulement une quarantaine de romans qui mettent en scène l’Angleterre victorienne, mais encore des nouvelles, des essais et une autobiographie. Paru en 1858, Dr Thorne est le troisième roman des Barsetshire Novels, cycle romanesque qui évoque les mœurs d’une province imaginaire. Il se lit toutefois de façon autonome par rapport aux autres volumes de la série, tout en se fondant sur une intrigue où dominent des thématiques récurrentes chez l’auteur : amours contrariées, rapport entre naissance et mérite personnel, pouvoir de l’argent, fidélité à une parole et à un idéal, être et paraître en société. Ce roman d’inspiration réaliste où pointe la satire dépeint une société inégalitaire et hiérarchique, mais où le système de castes connaît des évolutions spectaculaires. Devant sa fortune à un père négociant en baumes exotiques, une jeune roturière évolue désormais dans le milieu de l’aristocratie, tandis qu’un entrepreneur se voit anobli grâce à la construction d’un réseau de chemins de fer. Un trait saillant apporte au roman un intérêt supplémentaire original, la présence d’un héros médecin de son état, profession dont c’est une des premières apparitions dans le roman anglais : il s’agit ici de Thorne, personnage éponyme qu’un profond sens moral rend typiquement trollopien.

2Dr Thorne est aujourd’hui encore l’un des romans les plus connus de Trollope ; il a valu à l’auteur un grand succès de son vivant, comme l’auteur le rappelle au chapitre 6 de son autobiographie, n’hésitant pas, d’ailleurs, à révéler que son propre frère lui en aurait suggéré l’intrigue principale.

3C’est ce texte qu’Alain Jumeau a sélectionné pour faire connaître et apprécier un écrivain encore peu lu en France. Alain Jumeau a déjà publié chez Fayard en 2010 une traduction d’un autre roman du même auteur, The Way We Live Now (1875), pour lequel il avait choisi le titre à l’exclamation percutante de Quelle époque ! Tableau satirique de la société des années 1870, où dominent les dérives du capitalisme, encore étrangement d’actualité, Quelle Epoque ! a connu un beau succès auprès du lectorat français. Dans Le docteur Thorne, c’est sans doute l’arrière-plan d’une campagne électorale haute en couleurs et en rebondissements qui parlera tout particulièrement au lectorat de 2012... L’atmosphère certes bucolique n’y n’empêche nullement la multiplication des intrigues et les trahisons, qui donnent lieu à des analyses psychologiques fouillées, menées par un narrateur fin connaisseur de l’âme humaine mais aussi ironiste talentueux. C’est à ce titre un roman dont le succès non démenti en Grande-Bretagne est pleinement justifié.

4On a souvent reproché à Trollope une écriture lisse, et il est vrai qu’elle apparaît singulièrement dépourvue de la verve colorée propre à ses deux contemporains les plus célèbres, Charles Dickens et William Makepeace Thackeray. Il s’agit pourtant d’une langue que les Anglais qualifieraient volontiers de deceptively simple, qui requiert du traducteur une vigilance de tous les instants. En évitant de traduire le raccourci récurrent « Frank must marry money » par « Frank doit faire un mariage d’argent » mais par « Frank doit épouser une fortune », Alain Jumeau met en relief un énoncé qui constitue un leitmotiv obsessionnel rappelant au jeune premier l’obligation de contracter un mariage d’intérêt pour sauver de la ruine la famille de Courcy. Les jeux de mots peuvent conférer au texte une tonalité facétieuse, comme dans cette réflexion sur l’humilité : « [...] Perhaps there are four degrees ; humble, umble, stumble, tumble » traduite astucieusement par « [...] Peut-être existe-t-il quatre degrés de comparaison : humble, bien numble, tout-humble, très-zumble » (chapitre 4). Le traducteur rend aussi avec bonheur le style oralisé du conteur trollopien qui, sur-présent dans le récit, y livre ses commentaires. Ainsi, « To do him justice it must be admitted that he would not have been incapable of a decent career had he stumbled upon some girl who could have loved him before he stumbled upon his maraschino bottle » devient « Rendons [à Sir Louis] cette justice : il faut reconnaître qu’il n’aurait pas été incapable de mener une vie décente, si, avant de tomber sur une bouteille de marasquin, il était tombé sur une fille qui l’aurait aimé » (chapitre 28). La dimension bakhtinienne du roman permet la confrontation d’une grande variété des registres, comme dans une scène d’anthologie où un jeune orateur en campagne électorale voit son discours de bonne facture constamment interrompu par l’auditoire au parler populaire, prompt à en dénoncer la langue de bois (chapitre 17) :

« Men of Barchester — electors and non-electors — »
« We is hall electors ; hall of us, my young kiddy. »
« Electors and non-electors, I now ask your suffrages, not for the first time — »
« Oh ! We’ve tried you. We know what you’re made on. Go on, Snip, don’t you let ‘em put you down. »

Traduction d’Alain Jumeau :

— Habitants de Barchester... électeurs et non électeurs...
— On est tous des électeurs... tous, mon biquet.
— Électeurs et non-électeurs, je sollicite maintenant vos suffrages, et ce n’est pas la première fois...
— Oh ! On t’a déjà essayé. On sait de quoi t’es fait. Vas-y, p’tit tailleur, te laisse pas abattre.

5On pourrait objecter cependant certains parti-pris de traduction, lorsque la langue cible appartient à un registre plus familier que celle de la source (« mal fichu » rendant « out of sorts » au chapitre 28) ou apparaît plus moderne (« Ah merde alors » pour un plus pudique « Oh, d—me », au chapitre 34). Enfin, un phénomène de perte est inévitable, en raison par exemple de la motivation récurrente des anthroponymes dans le texte anglais : le nom du héros, Thorne, est perdu pour le lectorat non anglophone qui ne comprend pas l’allusion aux « épines », renvoyant au caractère christique de celui qui est prêt à sacrifier sa réputation et le bonheur de sa nièce plutôt que de renoncer à agir en conscience. Que faire, en outre, de « Frank », le prénom du jeune premier impétueux et vorace, qui signifie littéralement « franc », alors que l’équivalent français renvoie à cette qualité de manière plus lointaine ? Dans ce domaine, des notes du traducteur s’avèrent utiles pour expliciter certaines créations onomastiques, comme le choix ironique et potentiellement programmatique de « Fillgrave », qui signifie « Remplisseur de tombes » et désigne le médecin concurrent de Thorne (note de la page 35) ou encore celui de l’aubergiste Reddypalm « Toujours prêt à se faire graisser la patte » (note de la page 179). Ces explications placées en fin d’ouvrage sont également bienvenues lorsqu’elles fournissent des détails sur le contexte politique de l’époque (informations sur les réformes électorales du xixe siècle ou sur la guerre de Crimée) et sur les allusions littéraires multiples, plus accessibles pour le lectorat anglophone (Shakespeare, Pope ou Byron).

6On se réjouit que cette traduction puisse contribuer à faire plus largement connaître un grand auteur britannique qui gagne à être lu. Dans Le docteur Thorne, le lecteur sondera les mystères de la psychologie humaine, grâce à un écrivain qui sait, comme l’explique Alain Jumeau dans sa préface très utile, « respect[er] l’humanité de ses personnages, y compris les plus grotesques et les moins attachants » (7). Ce trait constitue peut-être « le secret de son succès, au-delà de la richesse psychologique de ses personnages, de l’intérêt de son étude de mœurs et de son inspiration aimablement satirique » (7).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Fromonot, « Anthony Trollope, Le docteur Thorne », Cahiers victoriens et édouardiens, 76 Automne | 2012, 156-159.

Référence électronique

Jacqueline Fromonot, « Anthony Trollope, Le docteur Thorne », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 76 Automne | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://cve.revues.org/538

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org