Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cynthia Gamble et Matthieu Pinette, L’Œil de Ruskin

L’exemple de la Bourgogne
Odile Boucher-Rivalain
p. 167-169
Référence(s) :

Gamble, Cynthia & Matthieu Pinette, L’Œil de Ruskin. L’exemple de la Bourgogne, Dijon, Presses du réel, 2011, 209 p.

Texte intégral

1Au cours des cinq dernières décennies, relancée par l’anthologie de Kenneth Clark Ruskin Today (1963), les études ruskiniennes n’ont cessé de se pencher sur le regard porté par cette éminente figure de la vie intellectuelle et artistique de l’ère victorienne sur les deux entités irréversiblement conjointes qu’étaient pour lui la nature et la société. Son regard, toujours nostalgique, porté sur le passé, vers une époque éloignée où la nature était le berceau où reposait la société, où l’artisan s’inspirait du modèle qu’offrait la nature pour créer, tout en la copiant au plus près, ce regard passéiste lui a valu bien des détracteurs, mais aussi des admirateurs et des disciples dont Proust, traducteur de The Bible of Amiens (La Bible d’Amiens, 1904). L’évocation de cet illustre disciple, qui contribua largement à faire connaître Ruskin au public français après sa mort, nous amène à évoquer entre les deux auteurs de L’Œil de Ruskin le même regard complice et complémentaire que celui de Proust et de Ruskin. Cynthia Gamble, auteur de Proust as Interpreter of Ruskin, the Seven Lamps of Translation (2002) et Matthieu Pinette, Conservateur en chef du Patrimoine en Bourgogne, ont conjointement étudié le regard porté par Ruskin sur la Bourgogne. Ce faisant, ils font œuvre à la fois utile et novatrice puisque cette région française, si souvent traversée par Ruskin lors de ses voyages sur le Continent, n’avait pas encore fait l’objet d’une étude spécifique. Les auteurs se sont donc attachés à élargir et enrichir le champ des études ruskiniennes en France à travers une publication qui fera date, dans le sillage de l’ouvrage édité par Isabelle Enaud-Lechien et Joëlle Prungnaud, Postérité de Ruskin : L’héritage victorien dans les textes littéraires et les écrits esthétiques (Classiques Garnier, 2011)

2C. Gamble et M. Pinette retracent les expériences de Ruskin en Bourgogne depuis sa première visite en 1833 à l’âge de 14 ans jusqu’en 1888, couvrant donc cinquante-cinq années durant lesquelles Ruskin fut un voyageur infatigable, amoureux de la France et de l’Italie, de leurs paysages autant que de leur architecture, puis privé de tout déplacement que son état de santé rendit impossible durant les douze dernières années de sa vie. Le lecteur appréciera en premier lieu la synthèse magistralement présentée et annoncée fort modestement « Introduction. John Ruskin : une tentative de synthèse ». Le néophyte, comme le spécialiste, y trouvera, clairement énoncées, les clés de la pensée et de l’œuvre de Ruskin, indispensables pour ne pas céder à « une schématisation qui confine parfois à la caricature et ne rend pas justice à la subtilité de l’homme et de son œuvre » (11). Le pari de « disséquer la complexité de l’univers de Ruskin et sa méthode » est lancé dès l’introduction qui, en soi, concrétise déjà la réalisation du projet. On verra dans les dix chapitres qui suivent que l’œil nourrit la pensée, mais avant de suivre Ruskin dans ses pérégrinations bourguignonnes, il convenait de suivre « les méandres et contorsions » de la réflexion ruskinienne, d’où cette substantielle introduction. La personnalité de Ruskin y est présentée comme celle d’un homme aux multiples facettes : de l’enfant choyé et surprotégé qu’il fut, il ne parvint jamais à s’affranchir de la présence parentale et adopta à l’instar de ses parents le style de vie de la bourgeoisie victorienne lors de ses déplacements et ses voyages sur le Continent. Il passa sa vie écartelé entre devoir (moral et social) et passion (amoureuse et esthétique), d’où ses nombreuses contradictions et l’étonnant foisonnement d’idées renfermées dans les trente-neuf volumes de ses œuvres complètes, éditées par Cook et Wedderburn entre 1903 et 1912, édition faisant encore autorité puisqu’elle n’a jamais été révisée depuis. Dans la section consacrée à Ruskin penseur et philosophe, les auteurs font apparaître la même multiplicité de facettes : le sentiment religieux, la valeur accordée au travail et l’engagement social, l’admiration pour une certaine modernité, sont autant de points essentiels qui permettent de comprendre la fécondité de son œuvre. Lorsque les auteurs en viennent au cœur de l’œuvre critique artistique de Ruskin, son militantisme pour la conservation du patrimoine et son sentiment de la nature, on comprend que le portrait qui a précédé ces analyses clés était essentiel. Ruskin grandit durant la période du Romantisme et fut imprégné de ses valeurs humanistes. Les effets de l’industrialisation et de l’urbanisation ont été source de combat pour Ruskin tout au long de sa vie et c’est ce militantisme qui imprègne son œuvre. La mission dont il se sent investi, d’écrire, de transmettre et de réformer ne lui est pas propre et d’autres Victoriens partagent avec Ruskin cet objectif. Les auteurs du présent ouvrage semblent en faire une caractéristique propre à Ruskin, apôtre du gothique autant que « prophète des temps modernes » (20), alors que bien d’autres Victoriens ont partagé cette volonté de ne pas laisser la modernité envahir l’espace et les esprits sans tenter de sauver l’héritage du passé. Le socle des idées ruskiniennes étant la vision de la nature comme « don divin » (23), on ne s’étonne pas des multitudes de descriptions détaillées qui figurent dans les cahiers de voyage et le journal de Ruskin comme dans les nombreux dessins et esquisses qu’il réalise lui-même ou qu’il charge un assistant de réaliser pour lui lorsqu’il est à court de temps. Les innombrables évocations de la nature, tant dans les descriptions des paysages que dans les détails architecturaux du patrimoine bourguignon, témoignent de la méthode d’observation, voire de contemplation, d’analyse, suivie d’une réflexion globalisante, du détail vers la totalité, qui est celle de Ruskin. Le nombre de reproductions qui illustrent l’ouvrage témoignent autant de l’œil scrutateur de Ruskin que de son coup de crayon fidèle au détail.

  • 1 Marcel Proust, « Journées de pélerinage » et « John Ruskin », Pastiches et mélanges, Paris, Gallima (...)

3L’ouvrage de Cynthia Gamble et Matthieu Pinette, qui couronne une succession d’ouvrages critiques sur Ruskin en France au cours des quinze dernières années, invite donc à découvrir ou à redécouvrir celui auquel Proust avait rendu un hommage passionné dans son évocation de Ruskin à Amiens et Rouen en préface à sa traduction de la Bible d’Amiens et dans les pages du Mercure de France1.

Haut de page

Notes

1 Marcel Proust, « Journées de pélerinage » et « John Ruskin », Pastiches et mélanges, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1971, 69-104 et 105-141.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Boucher-Rivalain, « Cynthia Gamble et Matthieu Pinette, L’Œil de Ruskin », Cahiers victoriens et édouardiens, 76 Automne | 2012, 167-169.

Référence électronique

Odile Boucher-Rivalain, « Cynthia Gamble et Matthieu Pinette, L’Œil de Ruskin », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 76 Automne | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/544

Haut de page

Auteur

Odile Boucher-Rivalain

Université de Cergy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org