Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Eithne Henson, Landscape and Gender in the Novels of Charlotte Brontë, George Eliot, and Thomas Hardy

The Body of Nature
Claire Bazin
p. 170-171
Référence(s) :

Henson, Eithne, Landscape and Gender in the Novels of Charlotte Brontë, George Eliot, and Thomas Hardy. The Body of Nature, Farnham, Ashgate, 2011, 248 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Henson propose d’abord, dans une introduction fournie, de définir le but de son étude où elle va se pencher sur les représentations physiques et mentales des paysages, pris tant dans leur dimension « réelle » qu’imaginaire, au travers d’œuvres choisies de trois romanciers du xixe siècle. C’est à partir d’une définition où elle établit les différences entre « Nature » et « Paysage » que Henson va explorer le genre par rapport à ces deux concepts. Henson se livre ensuite à un bilan de la recherche dans le domaine, montrant de manière éclatante une connaissance approfondie et méticuleuse de son champ d’investigation, ce dont viennent témoigner les notes en bas de page. Henson revendique l’éclectisme théorique, refusant l’asservissement à une seule grille de lecture. Seront convoquées les théories esthétiques, les approches féministes et psychanalytiques. Les auteurs et leurs textes apparaissent dans l’ordre chronologique.

2L’ouvrage est très équilibré, réparti en trois grands chapitres sur les auteurs, pour se terminer sur une longue conclusion, une bibliographie de 14 pages et un index double — ad nominem et ad rerum. Henson ne « se contente » pas de traiter des trois auteurs qui figurent dans le titre de l’ouvrage, mais elle en appelle également à d’autres auteurs contemporains, comme Elizabeth Gaskell ou Elizabeth Barrett Browning, par exemple, ce qui vient confirmer, si besoin en était, sa connaissance impressionnante du xixe siècle et de sa littérature. Les chapitres ne sont pas étanches : l’auteur circule entre les textes, soulignant différences et échos dans un travail fécond de dialogue. Les études sont servies par des micro analyses d’une finesse et d’une densité remarquables, portant sur des moments « forts » des œuvres, et témoignant d’une attention au texte servie par la théorie qui ne vient jamais s’y substituer.

3Le premier chapitre, consacré à Charlotte Brontë, porte sur Jane Eyre et Shirley, deux des romans les plus connus de leur auteur. Henson insiste sur l’importance de la peinture dans Jane Eyre, où se manifestent, dans les tableaux, les influences conjuguées de Gilpin, de Turner, et, comme de John Martin dans Shirley. Elle voit aussi, dans le roman, la dimension coloniale qui a fait l’objet de plusieurs analyses ces dernières années : l’Angleterre est synonyme de pureté, qui vient sauver Rochester des flammes de l’Enfer de la Jamaïque. Même le personnage d’Hortense, dans Shirley, de par son origine française, incarne une altérité, sinon dangereuse, du moins dérangeante.

4Viennent ensuite George Eliot et cinq de ses romans : Scenes of Clerical Life, Adam Bede, The Mill on the Floss, Middlemarch et Daniel Deronda. Les romans sont habités par la nostalgie du passé : les paysages de l’enfance sont toujours associés aux valeurs morales. Mais l’idéalisation du passé ne s’oppose pas au réalisme : les travailleurs sont saisis dans leur labeur (Scenes of Clerical Life), la difficulté des relations sociales n’est nullement évacuée (Adam Bede, Middlemarch).

5L’ouvrage se termine sur l’analyse de quatre romans de Thomas Hardy : Far From the Madding Crowd, The Return of the Native, The Woodlanders et Tess. Les paysages de Hardy sont anthropomorphisés. Chez Hardy, la représentation du paysage devient ouvertement sexuelle (la progression de l’ouvrage n’est donc pas seulement chronologique). Henson donne l’exemple des Red Deeps ou du « Hollow amid the ferns » où Troy séduit Bathsheba. Comme Brontë ou Eliot, Hardy met en regard les personnages féminins et leur association à la nature : la vulnérable Fanny Robin s’oppose à Bathsheba, à la fois très féminine (que l’on songe à la scène du miroir en début de roman) ou au contraire masculine, lorsqu’elle dirige la ferme de main de maître.

6La conclusion, de 22 pages, récapitule l’ensemble, vient apporter de nouvelles précisions, avant d’établir un bilan et de terminer sur l’espoir que le paysage, quel qu’il soit, apportera au lecteur un véritable plaisir esthétique. Il s’agit d’un ouvrage remarquable et fascinant, indispensable pour tout spécialiste du xixe siècle ou pour qui, plus généralement, s’intéresse à la littérature et aux textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Bazin, « Eithne Henson, Landscape and Gender in the Novels of Charlotte Brontë, George Eliot, and Thomas Hardy », Cahiers victoriens et édouardiens, 76 Automne | 2012, 170-171.

Référence électronique

Claire Bazin, « Eithne Henson, Landscape and Gender in the Novels of Charlotte Brontë, George Eliot, and Thomas Hardy », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 76 Automne | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cve.revues.org/549

Haut de page

Auteur

Claire Bazin

Université Paris-Ouest

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org