Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anthony Trollope, The Duke’s Children

Alain Jumeau
p. 172-174
Référence(s) :

Trollope, Anthony, The Duke’s Children, edited with an Introduction and Notes by Katherine Mullin and Francis O’ Gorman, Oxford World’s Classics, Oxford, Oxford UP, 2011, 542 p.

Texte intégral

1Ce roman publié en 1880 n’est pas seulement le sixième et dernier du cycle des Palliser Novels ; c’est aussi l’un des derniers de Trollope, qui meurt en 1882. Le personnage principal, Plantagenet Palliser, grande figure du parti libéral, est devenu par héritage duc d’Omnium. Dès le début de la diégèse, il connaît un grand malheur puisqu’il perd sa femme, Lady Glencora, emportée brutalement par une maladie. Celle qui avait fait un mariage de raison avec lui, mais qui l’avait accompagné loyalement pendant toute sa prestigieuse carrière politique couronnée par un poste de Premier ministre, n’est plus là pour le seconder, pour introduire plus d’affection et de diplomatie dans sa vie. Il se retrouve seul pour affronter plusieurs difficultés sérieuses avec ses trois enfants. L’aîné, Lord Silverbridge, se fait renvoyer d’Oxford, et sa passion pour les courses de chevaux inquiète son père. À son tour, son cadet, Lord Gerald, se fait renvoyer de Cambridge et perd une grosse somme d’argent aux cartes. Lady Mary, sa fille, s’est liée bien imprudemment (c’est du moins l’avis de son père) avec Frank Tregear, un ami de Silverbridge. Tregear est un beau jeune homme intelligent et doué, mais sans fortune, qui appartient seulement à une famille de la gentry, et le duc craint une mésalliance. Il conçoit cependant des doutes lorsqu’il découvre que sa femme approuvait le choix de sa fille. Silverbridge se fait élire au Parlement — mais sous les couleurs des conservateurs, que son père a combattus pendant toute sa carrière. Il est victime d’une énorme escroquerie aux courses, ce qui le guérit définitivement de sa passion mal inspirée pour ce genre de divertissement. Il se range en décidant de se marier — non pas avec une jeune fille de bonne naissance et désargentée, qui avait l’aval de son père, mais avec une jeune héritière américaine, Isabel Boncassen, qui, bien que jolie, charmante et vive, suscite les réserves du duc, victime de ses préjugés à l’égard des Américains. Le jeune Frank Tregear, tenu à distance de l’objet de son amour, se fait élire au Parlement sous les couleurs conservatrices, lui aussi, et finit par obtenir le consentement du duc à son mariage avec Lady Mary. Quant au duc, il reprend du service, avec le poste honorifique de Président du Conseil de la reine.

2Le roman est hanté par le personnage de Lady Glencora qui, bien que morte dès le début, continue de faire sentir son influence sur tous, et d’abord sur son mari. Trollope avait conscience d’avoir réussi un très beau portrait avec son héros âgé. Cette évocation (par un romancier lui aussi âgé) de l’automne d’un patriarche constitue en effet un sommet particulièrement émouvant du cycle Palliser et de toute son œuvre.

3Dans la collection des Oxford World’s Classics, il existait déjà une édition de ce roman depuis 1983, avec une introduction et des notes d’Hermione Lee, reprise en 1999 puis en 2008. Nous disposons désormais d’une édition nouvelle, datée de 2011, avec une introduction et des notes entièrement revues, due à deux victorianistes de l’université de Leeds, Katherine Mullin et Francis O’ Gorman. On peut se demander ce qui a pu pousser les Presses universitaires d’Oxford à opérer ce changement, alors que le produit précédent connaissait un réel succès et se vendait bien. Désir de renouvellement ? Certes, puisque l’introduction critique aborde différemment les qualités essentielles du roman. On note en outre la présence liminaire d’une Biographical Preface qui constitue un résumé clair et bien rédigé de la vie de Trollope, s’ajoutant à la traditionnelle Chronology of Anthony Trollope, plus schématique et présente dans les différents volumes de l’auteur, sans compter une autre nouveauté utile, en appendice, The Chronology and Political Contexts of the Palliser Novels.

4On ne peut pas exclure, cependant, pour justifier ce renouvellement, la volonté de concurrencer l’édition Penguin de 1995, due à Dinah Birch. Pour un prix de vente rigoureusement identique (£9.99), les Presses d’Oxford, qui publient les romans de Trollope depuis de nombreuses décennies, ont l’ambition d’offrir un meilleur produit, plus riche en préfaces et en appendices, mais surtout en notes, puisque, dans une typographie tout à fait comparable, on trouve ici 24 pages de notes explicatives pour seulement 16 pages dans l’édition Penguin. Ces notes sont plus nombreuses, plus riches et souvent plus éclairantes. À ces différences importantes, il faut en ajouter deux autres qui, pour être mineures, n’en sont pas moins appréciables : Oxford a choisi une police de caractères plus confortable pour la lecture et elle signale la division en trois volumes de 1880, ce qui n’est pas sans intérêt. On voit donc que tout est fait pour séduire le lecteur et lutter un peu plus contre la concurrence. Mais, que l’on opte pour Oxford ou pour Penguin, une chose est sûre : ce renouvellement rapide des bonnes éditions de poche de Trollope est bien la preuve qu’il jouit d’une très grande faveur dans les pays anglophones et que ses talents de romancier assurent une demande constante. Quand pourrons-nous faire le même constat, de notre côté de la Manche ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Jumeau, « Anthony Trollope, The Duke’s Children », Cahiers victoriens et édouardiens, 76 Automne | 2012, 172-174.

Référence électronique

Alain Jumeau, « Anthony Trollope, The Duke’s Children », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 76 Automne | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cve.revues.org/552

Haut de page

Auteur

Alain Jumeau

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org