Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Beth Palmer et Adelene Bucland (éd.), A Return to the Common Reader

Print Culture and the Novel, 1850-1900
Marie-Françoise Cachin
p. 175-177
Référence(s) :

Palmer, Beth & Adelene Bucland (éd.), A Return to the Common Reader. Print Culture and the Novel, 1850-1900, Farnham, Ashgate, 2011, xv + 188 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif rassemble dix articles issus du colloque organisé à Oxford en janvier 2007 pour célébrer le cinquantième anniversaire de la publication de l’ouvrage fondamental de Richard D. Altick The English Common Reader. A Social History of the Mass Reading Public, 1800-1900 (1957). À cette occasion, R. D. Altick qui devait mourir un peu plus d’un an après le colloque, rappela qu’il avait sans le savoir fait œuvre de pionnier : « When I wrote The English Common Reader more than half a century ago, I hadn’t the slightest notion that I was helping found what has proved a prosperous field of scholarly inquiry. But so it has proved », propos cités dans l’avant-propos (xiii).

2Après une introduction qui rappelle le travail d’Altick sur l’histoire culturelle de l’époque victorienne, Beth Palmer et Adelene Buckland indiquent leur objectif de départ : interroger la notion de « common reader », voire la remettre en question et/ou la compléter, au cours de deux parties de cinq chapitres chacune, la première intitulée « Publishers, Authors, Critics, Readers », la seconde « Scenes of Reading ».

3Dans le premier article intitulé « The Advantage of Fiction : The Novel and the “Success” of the Victorian Periodical », Laurel Brake rappelle que l’inclusion de textes de fiction dans la presse a contribué au succès de romanciers comme Margaret Oliphant ou Geraldine Jewsbury, tout à la fois auteurs et critiques, mais aussi à la réussite commerciale des éditeurs. Le chapitre 2, écrit par Kate Macdonald et intitulé « Dorothy’s Literature Class : Late-Victorian Women Autodidacts and Penny Fiction Weeklies », est consacré à l’hebdomadaire à un penny Dorothy, publié à Londres entre 1889 et 1899, et analyse le rôle joué par ce genre de périodiques en matière d’éducation et de progrès personnel des lectrices. Selon Kate Macdonald, la présence de concours de poésie témoigne de l’intérêt de ce lectorat féminin pour la création littéraire. La « Literature Class » lancée en 1892, qui recommandait un certain nombre d’ouvrages de littérature comme Westward Ho ! de Charles Kingsley ou Hamlet de Shakespeare, et l’encouragement à lire les livres prônés par la National Home Reading Union, association éducative qui agissait en faveur de la lecture et de l’instruction de la population la moins instruite, allaient dans le même sens. La romancière Ouida est au cœur de l’excellente étude de Jane Jordan : « Ouida : How Conceptions of the Popular Reader Contributed to the Making of a Popular Novelist ». Retraçant la carrière de cette auteure populaire et ses relations avec ses différents éditeurs, Jane Jordan démontre que les formats et collections dans lesquels elle a été publiée reflètent l’objectif d’Ouida de délibérément chercher à écrire des ouvrages « cast in the form of a story to interest the general reader » (51). Elle conclut avec cette remarque : « Her novels were marketed, priced and packaged like popular fiction for a popular reader, and the literary establishment judged her accordingly » (54). Le chapitre suivant, dû à Debra Gettelman et intitulé « “Those Who Idle over Novels” : Victorian Critics and Post-Romantic Readers », tente de comprendre les expériences subjectives des lecteurs de romans à partir des remarques faites par certains critiques sur la lecture active par opposition à la lecture passive. Debra Gettelman souligne l’importance accordée alors aux diverses façons de lire, et dans ce contexte elle consacre la dernière partie — fort intéressante — de son essai à ce qu’elle qualifie d’« interrupted reading ». Selon elle, il s’agit là d’une pratique courante, ne serait-ce que parce que la publication en feuilletons ou en fascicules imposait des interruptions de la lecture susceptibles de permettre le réflexion et la méditation à propos de ce qui venait d’être lu. Mettant en jeu l’imagination du lecteur, la lecture interrompue, que ce soit en raison du mode de publication ou à cause des pauses que le lecteur s’accorde nécessairement (« ruminating as one reads », 66), s’avère donc finalement bénéfique. Revenant sur la notion qualifiée de problématique de « common reader », le dernier article de la première partie, signé par Katie Hasley, « “Gossip” and “Twaddle” : Nineteenth-century Common Readers Make Sense of Jane Austen », s’intéresse aux lecteurs de Jane Austen et à leurs réactions face aux personnages de ses romans. souvent considérés comme des « Familiar Old Friends » (79). Il arrivait même que ces lecteurs trouvent en Austen un guide moral et réconfortant.

4Les cinq chapitres de la seconde partie ciblent différentes catégories de lecteurs dont l’étude est fondée sur diverses archives éclairantes. Jenny Hartley s’intéresse aux prisonniers (« Reading in Gaol »), et dans ce contexte au rôle joué par la S.P.C.K. (Society for Promoting Christian Knowledge) et son périodique The Leisure Hour. Elle signale l’existence de bibliothèques dont on ne s’étonnera pas qu’en étaient exclus de nombreux romans et pièces de théâtre. Rosalind Crone commente la lecture de la Bible sur les bateaux convoyant les bagnards en Australie, utilisée comme facteur de progrès moral et religieux, mais aussi dans le cadre de l’alphabétisation des bagnards. Puis Sharon Murphy évoque les bibliothèques installées dans les casernes à partir de 1838 et analyse les genres préférés des soldats où, de manière prévisible, le roman et plus particulièrement la « light fiction » vient en tête. Dans le chapitre 9, « “A Journey Round the Bookshelves” : Reading in the Colonial Institute », Beth Palmer entreprend une étude approfondie de la bibliothèque créée au sein de cet institut. Elle en retrace la fondation, la constitution du fonds (livres et périodiques), l’établissement du catalogue dont elle dégage les grandes lignes en matière de fiction et de non-fiction. Dans sa conclusion, « The RCI and the Common Reader », elle montre comment le souci éducatif du RCI se double d’une stratégie de propagande auprès des lecteurs des colonies britanniques. Seul bémol à ce passionnant article : l’absence de prise en compte des fameuses « colonial libraries » lancées par les éditeurs et constituées le plus souvent d’ouvrages de qualité médiocre à destination précisément de ces lecteurs. Le recueil se termine avec l’analyse de Tim Dolin intitulée « Fiction and the Australian Reading Public, 1888-1914 ». Commençant par rappeler que l’identité culturelle australienne s’est constituée à partir de la consommation d’une culture venant principalement de l’étranger, Dolin rappelle que ce pays a été un excellent marché pour la fiction. Plusieurs tableaux statistiques, venant de diverses bibliothèques de Mechanics’ Institutes, portant sur les romanciers les plus populaires, sur les lecteurs, et sur le nombre de prêts par auteur, étayent son propos. Faisant référence à plusieurs historiens de la lecture comme Roger Chartier, Martyn Lyons ou Jonathan Rose, Dolin s’interroge sur la possibilité de définir clairement une culture de la lecture comme culture nationale.

5A Return to the Common Reader s’avère donc un livre très riche pour qui s’intéresse à l’histoire culturelle et plus particulièrement à l’histoire de la lecture dans l’Angleterre victorienne dont il fait apparaître des aspects peu connus et peu étudiés. Plusieurs des auteurs s’appuient sur cet outil de recherche essentiel en la matière qu’est la « Reading Experience Database » (www.open.ac.uk/Arts/reading/UK/) dont l’objectif, défini dans la brochure de présentation, est de capter « the reading tastes and habits of the famous and the ordinary, the young and the old, men and women ». C’est là un vaste champ de recherche à défricher ou à exploiter pour tenter de cerner ce que recouvre l’expression « common reader ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Françoise Cachin, « Beth Palmer et Adelene Bucland (éd.), A Return to the Common Reader », Cahiers victoriens et édouardiens, 76 Automne | 2012, 175-177.

Référence électronique

Marie-Françoise Cachin, « Beth Palmer et Adelene Bucland (éd.), A Return to the Common Reader », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 76 Automne | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/554

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise Cachin

Université Paris-Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org