Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Joëlle Prungnaud (éd.), La « Littérature d’art » : entre critique et création

Laurent Bury
p. 178-179
Référence(s) :

Prungnaud, Joëlle (éd.), La « Littérature d’art » : entre critique et création, Éditions du Conseil scientifique de l’université Charles-de-Gaulle — Lille 3, Lille, Presses de l’université Charles-de-Gaulle, coll. « Travaux et Recherches », 2010, 219 p.

Texte intégral

1Fruit d’une journée d’études organisée à Lille le 21 mars 2008, consacrée à la « Littérature d’art », ce volume rassemble treize articles où l’anglistique tient à vrai dire une place fort limitée : il est ici question d’écrivains et d’artistes européens actifs entre 1850 et aujourd’hui, français, belges, allemands, espagnols ou polonais, mais les anglophones n’occupent que la portion congrue. Et cependant, c’est bien d’Angleterre que vient l’inspiration première de ce concept de « littérature d’art ». Comme le rappelle très clairement Joëlle Prungnaud dans son utile Introduction, Oscar Wilde conçut la formule art-literature dans son texte « Pen, Pencil and Poison », paru en 1889 dans la Fortnightly Review et repris deux plus tard dans le recueil Intentions. Wilde identifie Ruskin et Browning comme les deux principaux adeptes d’un type d’écriture remontant à un certain Thomas Griffiths Wainewright (1794-1852), dandy et esthète. Cette « littérature d’art » s’apparente à la critique (art criticism) mais prend elle-même l’aspect d’une œuvre d’art, seconde par rapport à celle qui l’inspire, mais œuvre d’art tout de même. C’est évidemment la théorie exposée dans « The Critic as Artist » ; comme le résume Joëlle Prungnaud, « écrire à partir d’une œuvre déjà créée, ne serait-ce pas une manière de contourner la mimesis entendue comme imitation de la vie, c’est-à-dire de l’objet naturel, qui, on le sait, était frappée d’interdit en cette fin de siècle, avec le violent rejet du naturalisme ? » (13). La littérature d’art comporte quatre opérations : description, évaluation, interprétation de l’œuvre, et expression des goûts du critique-littérateur. À Ruskin et Browning, Wilde aurait sans doute pu adjoindre le nom de son mentor Walter Pater, dont il était capable de déclamer des paragraphes entiers.

2Comme le montre Isabelle Enaud-Lechien, cette art-literature trouve son expression la plus contemporaine de Wilde dans les différents textes conçus par James McNeill Whistler pour assurer son auto-promotion dans la presse périodique. Pour le peintre américain, seuls les artistes étaient apparemment autorisés à parler de l’art. Yves Landeroun aborde pour sa part la notion de « critique créative » de Ruskin à Proust : « Tout — ou presque — commence en 1843 avec la publication [de] Modern Painters » (61). Ruskin tire de la contemplation de l’art un certain nombre d’idées poétiques que le créateur communique au public à travers ses œuvres. Pater, lui, considère que chaque forme d’expression artistique a sa spécificité : les beaux-arts ont un charme proprement pictural et, « face à une œuvre d’art, il ne s’agit pas pour le critique de traduire les idées qui s’y trouveraient représentées mais de saisir l’effet produit par telle ou telle caractéristique sensible » (64). Whistler et Wilde reprendront cette approche : un tableau n’est pas un roman, ce qu’il nous dit ne saurait être exprimé par les mots. Dans les textes de Ruskin sur Turner, c’est la beauté de la prose qu’il faut admirer, sans se soucier de savoir si le critique avait raison ! Les écrits de Ruskin sont même une œuvre plus grande que les toiles de Turner, « parce que la littérature, plus abstraite, parle davantage à l’esprit et à l’imagination que la peinture » (68).

3En fin de volume, les théories d’Oscar Wilde réapparaissent dans le texte de Timothée Picard sur la musique. Puis Joëlle Prungnaud, dans son article consacré à « L’architecture dans la littérature d’art », revient à Ruskin, véritable médiateur qui tenta de réhabiliter l’architecture aux yeux de ses compatriotes, rejoint ensuite par William Morris. Le Crystal Palace conçu par Joseph Paxton pour l’exposition universelle de 1851 est au cœur du débat : honni par Pugin et Ruskin, il fascina Thomas Hardy ou Gustave Flaubert. Un demi-siècle plus tard, Vernon Lee dénoncerait l’incohérence des bâtiments juxtaposés à Paris en 1900.

4On l’a dit, le reste du volume est à peu près sans rapport direct avec le domaine anglophone — un des articles porte sur Samuel Beckett, mais uniquement sur les textes en français que lui inspirèrent les toiles de Bram van Velde —, mais on pourra y lire avec profit des pages sur Barbey d’Aurevilly critique d’art, sur Rilke pratiquant l’ekphrasis imaginaire, ou sur le roman L’Origine du monde de Serge Rezvani (2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Bury, « Joëlle Prungnaud (éd.), La « Littérature d’art » : entre critique et création », Cahiers victoriens et édouardiens, 76 Automne | 2012, 178-179.

Référence électronique

Laurent Bury, « Joëlle Prungnaud (éd.), La « Littérature d’art » : entre critique et création », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 76 Automne | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cve.revues.org/558

Haut de page

Auteur

Laurent Bury

Université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org