Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nancy Henry, The Life of George Eliot

A Critical Biography
Stéphanie Richet
p. 191-194
Référence(s) :

Henry, Nancy, The Life of George Eliot. A Critical Biography, Chichester, Wiley-Blackwell, 2012. 314 p.

Texte intégral

  • 1 The Life of George Eliot, 18. N. Henry respecte ainsi la ligne éditoriale de la collection : « An u (...)

1Dès les premières pages de cette nouvelle biographie de la romancière anglaise George Eliot, l’auteure Nancy Henry affiche clairement son ambition : « The following chapters will integrate critical with biographical revelations and insights, reconsider assumptions about the relationship of history to literature as encouraged by theoretical models, question biographies that have come before, and engage the fiction in fresh relation to the most pressing concerns of critics and readers1. » Le travail de Nancy Henry se veut novateur, insistant non tant sur la chronologie de la vie de l’auteure que sur les circonstances et les événements qui ont servi de contexte à l’écriture. En cela, elle revendique clairement son opposition au mouvement de la « nouvelle critique » qui, au vingtième siècle, choisit de séparer résolument la vie de l’auteur de ses écrits, ainsi qu’au post-structuralisme de Barthes et de Foucault qui perpétue ce parti-pris anti-biographique en isolant le texte de ses contextes biographiques.

2N. Henry souligne les débats et les attitudes contradictoires quant à la nature de la biographie depuis le xixe siècle jusqu’aux temps présents. George Eliot elle-même, bien qu’ayant débuté comme biographe de l’allemand Strauss dont elle traduisit La Vie de Jésus, évolue sur la question, rejetant finalement la biographie comme une maladie à combattre lorsque, romancière reconnue et femme adultère notoire, elle devient elle-même l’objet des convoitises des biographes. De son expérience personnelle naît l’idée que la vie et l’œuvre d’un artiste ne se superposent pas et que la fiction doit raconter l’histoire des gens humbles et ordinaires. Mais les romans de George Eliot attestent de son utilisation d’un contexte historique élargi (jusqu’aux confins de l’Europe dans Daniel Deronda). Les tensions entre individualité et contexte internes aux romans éclairent donc celles qui habitent la romancière à propos de la nature des biographies. Les ouvrages de George Eliot et les questions qu’ils posent sur la façon dont la vie de l’individu détermine ou est déterminée par l’environnement amènent à aborder sa propre vie selon cet angle résolument contextuel. Ne reste plus alors qu’à déterminer les éléments pertinents pour l’analyse.

3La tâche que N. Henry s’assigne est de reconsidérer les biographies déjà existantes et d’en détecter les zones d’ombres et les ellipses. Sans renier le travail de ses prédécesseurs (notons à cet égard la méticulosité du travail de recherche effectué par N. Henry, qui réexamine pas moins d’une quarantaine de travaux précédents), de Walter Cross (le second mari de George Eliot) et de Gordon Haight aux plus récents, la biographe pointe leurs carences ou leurs oublis, volontaires ou non, voire invalide certaines affirmations assénées de biographie en biographie sans preuves tangibles ni vérifications.

4C’est plus particulièrement la vie intime de la romancière, particulièrement négligée selon elle par Haight et par ses successeurs, qu’elle se propose de réévaluer en commençant par la réticence de l’écrivaine concernant sa relation avec sa mère. S’appuyant sur des travaux récents, N. Henry suggère que le mystère entourant l’absence de la mère de George Eliot (des lettres la concernant auraient disparu) pourrait s’expliquer par l’alcoolisme de cette dernière, sujet tabou pourtant abordé à travers plusieurs personnages féminins tels Janet dans Janet’s Repentance ou plus subrepticement Mrs Poyser dans Adam Bede.

5Le point central que N. Henry se propose de réexaminer sans complaisance est la délicate question des rapports complexes de la romancière avec George Henry Lewes et la gestion par ce dernier d’un divorce longtemps considéré par les critiques successives comme impossible. Trop peu d’attention a été accordée aux retentissements dans ses romans de l’implication de George Eliot dans la vie maritale complexe de Lewes. Les raisons pour lesquelles selon elle Lewes ne divorça pas de sa femme Agnes sont autres que celles jusqu’alors proposées par les critiques, l’argument communément avancé étant que tout divorce était impossible dès lors que Lewes avait reconnu les enfants adultérins qu’Agnes avait eus de son meilleur ami Thornton Hunt. Or Henry démontre que Lewes aurait pu recourir au Divorce Act de 1857 pour obtenir le divorce. S’il ne l’a pas fait, ce n’est ni par impossibilité, ni par philanthropie envers sa femme légitime, mais parce qu’une telle procédure aurait immanquablement entaché la réputation de sa compagne George Eliot, dont elle rappelle qu’elle se trouvait elle-même en situation d’adultère. La version proposée ici ne fait plus de Lewes un héros ni d’Eliot une victime, mais insiste sur le pragmatisme et la lucidité d’un arrangement qui allait perdurer pendant plus de vingt-cinq ans.

6Toujours est-il que N. Henry réaffirme la place centrale occupée pour George Eliot par l’« autre femme », Agnes, à la fois dans sa vie (Agnes a toujours bénéficié du soutien financier de son mari et de sa compagne — elle n’avait rien d’une paria) et dans sa fiction, et elle se plaît à démontrer comment cette relation compliquée (avec Agnes constamment à l’arrière-plan) a influencé sa vision des relations humaines dans son œuvre. N. Henry contribue sans nul doute à donner à Agnes une voix que même les critiques féministes ne lui ont jamais accordée.

7Si Henry ne cède pas à la facilité en établissant des correspondances simplistes entre la fiction et la vie de l’auteure, elle souligne comment la propre expérience de George Eliot informe notamment sa représentation fictive du mariage et des relations triangulaires (Eliot avait été au centre d’intrigues triangulaires avec Chapman, elle le sera encore dans son union avec Lewes, or le motif du triangle sexuel est récurrent dans ses romans). Adultères, sexualités alternatives et transgressives, remariages, enfants illégitimes, mensonges et secrets abondent dans ses romans (Eliot était elle-même le fruit d’un remariage, et Lewes celui d’une union illégitime). Les allusions sexuelles sont nécessairement discrètes au vu de l’époque, mais pourtant bien audacieuses et jusqu’alors rarement associées à son œuvre. Les intrigues romanesques chez Eliot révèlent assurément une connaissance intime de sexualités complexes (l’homosexualité de Tito dans Romola mais surtout, dans Daniel Deronda, la perversité et le sadisme de Grandcourt, l’hystérie et les terreurs nocturnes de Gwendolen, entre autres meurtres, incestes et trafic de femmes). Selon Henry, la relation particulière entre Lewes et Eliot explique que les transgressions sexuelles soient moralement tolérables dans ses romans alors que d’autres « péchés » ne le sont pas.

8Les analyses de Nancy Henry sont souvent convaincantes et illustrent des liens subtils entre la fiction et l’auteur, dont elle donne une image lucide, voire sans complaisance. La photographie en première de couverture tranche avec les portraits d’ordinaire plus flatteurs de la romancière choisis par les critiques. Ici, point de complaisance : George Eliot n’est pas une beauté et il n’est pas question de l’embellir. De même, les relations entre Eliot et son éditeur Blackwood sont dépeintes en des termes qui révèlent une femme d’affaire avisée et soucieuse de sa réussite sociale et financière. N. Henry raconte d’ailleurs comment, au sommet de la gloire et désormais riche, Eliot, contrairement aux idées communément diffusées par des générations de critiques, se montre peu généreuse envers ses trois « beaux-fils » qu’elle préfère tenir éloignés de leur domicile (deux d’entre eux sont envoyés en Afrique du Sud comme colons et ne survivront pas).

9Les amateurs de George Eliot apprécieront assurément cette version moins lisse et moins idolâtre de la vie d’une auteure déjà l’objet de multiples biographies. La lecture de son œuvre n’en est pas révolutionnée, mais les va-et-vient incessants entre la fiction et la réalité apportent un éclairage pertinent sur des textes dont tout un chacun loue la richesse et la complexité.

Haut de page

Notes

1 The Life of George Eliot, 18. N. Henry respecte ainsi la ligne éditoriale de la collection : « An underlying objective is to re-establish the notion that books are written by people who lived in particular times and places. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Richet, « Nancy Henry, The Life of George Eliot », Cahiers victoriens et édouardiens, 76 Automne | 2012, 191-194.

Référence électronique

Stéphanie Richet, « Nancy Henry, The Life of George Eliot », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 76 Automne | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/570

Haut de page

Auteur

Stéphanie Richet

Université Charles-de-Gaulle-Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org