Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Talia Schaffer, Novel Craft : Victorian Domestic Handicraft and Nineteenth-Century Fiction

Nathalie Saudo-Welby
p. 195-198
Référence(s) :

Schaffer, Talia, Novel Craft : Victorian Domestic Handicraft and Nineteenth-Century Fiction, Oxford, OUP, 2011, xii, 391 p.

Texte intégral

1Dans Novel Craft, Talia Schaffer, spécialiste de l’esthétisme et de l’écriture féminine fin-de-siècle (The Forgotten Female Aesthetes, 2000), se livre à une enquête sur la « laideur » et le mauvais goût victorien (4) tels qu’ils s’incarnent dans les objets de l’artisanat domestique bourgeois. Ces objets sont étudiés non en eux-mêmes mais en ce qu’ils s’inscrivent dans un contexte culturel, en particulier littéraire. L’ouvrage commence par une synthèse historique des pratiques depuis le xviiie siècle jusqu’à leur déclin dans les années 1870. Le motif des arts manuels est ensuite analysé dans des chapitres séparés dans quatre romans dans lesquels il occupe une place centrale : Cranford (1851-53) d’Elizabeth Gaskell, The Daisy Chain (1856) de Charlotte Yonge, Our Mutual Friend (1864-65) de Charles Dickens et Phœbe Junior (1876) de Margaret Oliphant.

2La pratique des arts manuels et leurs réalisations « rendent visible la sphère domestique féminine » (5). La femme bourgeoise qui organise bien sa routine domestique trouve le loisir de créer de petits objets qui sont pour les observateurs ou les acquéreurs une façon d’accéder à son intimité, mais aussi d’apprécier son niveau d’accomplissement. Elizabeth Gaskell était ainsi doublement douée de ses mains : elle produisait des travaux d’aiguille et des romans. Entre ces deux activités, suggère Talia Schaffer, il n’y avait pas de solution de continuité. À une époque où l’industrie était sortie de la sphère des femmes bourgeoises, cet artisanat domestique représentait une activité parallèle purement féminine, qui constituait non une concurrence mais un pis-aller dont les revenus, destinés à la philanthropie, étaient excusables. Talia Schaffer observe le caractère furieusement imitatif de ces arts : pourquoi avoir absolument voulu reproduire ce que la nature ou l’industrie faisaient mieux et moins cher ? C’est que la visée représentationnelle constituait une source de perfectionnement et permettait de démontrer son habileté de la façon la plus convaincante. Les arts manuels pouvaient ainsi devenir un domaine d’excellence, mais contrairement à l’art ou aux produits industriels, les objets réalisés étaient commodément voués à disparaître. Après avoir donné une dernière vie aux matériaux de la vie quotidienne et créé de la valeur, l’objet succombait à une « obsolescence programmée » (47). Jamais inactive, la femme devait sans cesse changer d’ouvrage. Talia Schaffer observe la perte de vitesse de la pratique des women’s crafts à la fin du xixe siècle, à mesure qu’elle s’est banalisée et standardisée pour finalement ressembler à ce que nous connaissons aujourd’hui sous la forme du kit de loisir créatif.

3Outre les détails curieux et anecdotes amusantes, qui divertiront les amateurs de Victoriana, (qu’est-ce que le « Berlin-wool work » ? Pourquoi donc vouloir créer des coraux en cire ?), le panorama historique du premier chapitre contient des informations intéressantes sur l’origine du papier, fabriqué à partir de chiffons recyclés jusque dans les années 1850, puis à partir de pâte à papier, ou encore sur les Charity Bazaars, ces ventes de charité où les dames accomplies vendaient à grand prix leur production personnelle. Les interprétations fourmillent mais sont parfois contradictoires : ainsi, les arts manuels du xviiie siècle sont-ils présentés comme une pratique aristocratique consistant à consacrer du temps et de l’énergie à des activités inessentielles, mais l’exemple donné (le parfilage) permet pourtant le recyclage et la récupération de matériaux onéreux (29). Pourquoi, si l’écriture romanesque est fréquemment comparée à la couture ou à la broderie (20-21), activités féminines, la métaphore tient-elle aussi pour les auteurs masculins ?

4Les interprétations auxquelles se livre Talia Schaffer dans la suite de l’ouvrage sont en effet fondées sur l’idée que les arts manuels sont une métaphore pour l’écriture romanesque. La biographie de Gaskell montre une continuité entre sa pratique personnelle de la couture et sa pratique de l’écriture. Dans les pages consacrées à Cranford, Talia Schaffer étudie le devenir des morceaux de papier (le titre d’origine était The Cranford Papers). Les références au papier ont un caractère méta-textuel ; elles permettent une réflexion sur la confection du roman et s’inscrivent dans une méditation sur l’éphémère. Dans The Daisy Chain, en revanche, Charlotte Yonge défend les vertus de la préservation : fossilisation des personnages en idéaux, conservation des spécimens sauvages que sont les ouvriers carriers de Cocksmoor et les Mélanésiens. L’univers de Our Mutual Friend est celui des déchets et des débris, récupérés et transformés par Sloppy, Gaffer, Mr Venus et Betty. Même les corps humains peuvent devenir des matériaux de transformation. Par contraste, le billet de banque est dépourvu de toute matérialité, prêt à se charger d’une valeur qui lui est entièrement extérieure. Qu’en est-il des pages écrites par Dickens ? Les avait-il perçues comme du « waste paper » devant s’ajouter aux innombrables publications mensuelles ? « Perhaps Our Mutual Friend is trying to cleanse itself from the taint of the new commerce by imagining itself as a craft alternative » (143). Le chapitre sur Phœbe Junior de Margaret Oliphant examine la façon dont le Arts and Crafts Movement a négocié la diminution du rôle des femmes dans la décoration intérieure : « Arts and Crafts was often constructed against a domestic female enemy » (153). (Cette question est analysée en détail dans le chapitre « The Domestic Craftswoman and the Aesthetic Connoisseur » dans The Forgotten Female Aesthetes.) La colonisation féminine de l’espace intérieur au cours du xviiie siècle s’était même étendue au corps des hommes, agrémenté de petits objets transformés par les mains de l’épouse. Le motif du billet de banque permet à Talia Schaffer de revenir sur Cranford pour comparer la façon dont, dans les deux romans, le billet manufacturé sans valeur intrinsèque doit recevoir de la valeur des personnages féminins.

5Dans un Postcript, Talia Schaffer défend la thèse selon laquelle les arts manuels contemporains seraient les héritiers de la pratique victorienne et non de l’Arts and Crafts Movement : ils se caractérisent par la même nostalgie d’un passé récent, par un intérêt pour le recyclage, et par un mélange de fascination et de mépris pour les objets imités (objets de luxe, objets rares, objets manufacturés) : « The handicrafter’s typical assertion : “I could make one of those !” allows her to express contradictory feelings simultaneously : desire for expensive commodities coupled with disdain for them » (187).

6Novel Craft mérite l’intérêt des spécialistes de la période victorienne, des chercheurs s’intéressant à la littérature féminine, ainsi que de ceux qui travaillent sur le rapport entre la littérature et les arts visuels. Il contient des analyses littéraires précises, étendues à des romans moins connus (Yonge et Oliphant). Les débuts de chapitre sont particulièrement stimulants, étant centrés sur un art particulier : le motif de la confection d’allumettes en papier (spills) dans Cranford, les feuilles en cuir dans The Daisy Chain, la taxidermie dans Our Mutual Friend, et la broche destinée à recueillir une mèche de cheveux dans Phœbe Junior. L’analyse des objets fabriqués, récupérés, décorés ou brodés et la mise en perspective du statut du papier (en particulier le billet de banque) servent certes de fil conducteur à cette étude, mais la structure qui consacre un chapitre à l’analyse d’un roman particulier donne parfois lieu à une paraphrase sophistiquée qui brode autour de toutes les références au motif trouvées dans l’œuvre. Il est regrettable que cette étude ne contienne pas de chapitres thématiques : sur le réalisme, qui intéresse pourtant beaucoup l’auteur, ou sur la transformation de la brodeuse en « fallen princess serving behind a counter » (George Eliot, The Mill on the Floss) dans des romans féminins plus tardifs où l’ouvrage féminin représente la survivance de rôles datés, conserve une dimension érotique et demeure une métaphore pour la création, mais représente aussi une première étape vers l’émancipation culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Saudo-Welby, « Talia Schaffer, Novel Craft : Victorian Domestic Handicraft and Nineteenth-Century Fiction », Cahiers victoriens et édouardiens, 76 Automne | 2012, 195-198.

Référence électronique

Nathalie Saudo-Welby, « Talia Schaffer, Novel Craft : Victorian Domestic Handicraft and Nineteenth-Century Fiction », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 76 Automne | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://cve.revues.org/572

Haut de page

Auteur

Nathalie Saudo-Welby

Université d’Amiens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org