Navigation – Plan du site
Women Writers: from Foreign Words to Words of Their Own

Le plurilinguisme dans The Professor de Charlotte Brontë : entre fascination et neutralisation de l’altérité

Multilingualism and Otherness in Charlotte Brontë’s The Professor: Fascination or Neutralization?
Hélène Collins

Résumés

L'altérité dans The Professor de Charlotte Brontë affleure dans ses mots étrangers, majoritairement français. Leur fonction ne s’y limite pas – pour s’inspirer de Roland Barthes – à l’effet de réel étranger, cette capacité musicale du signifiant étranger à pointer vers le réel étranger : leur signifié n’est pas contourné, puisqu’ils produisent du sens en articulant signifiant, signifié, cotexte et travail du lecteur. Si l’ambivalence persiste parfois entre neutralisation de l’étrangéité et harmonisation avec l’altérité, la fréquente présence physique de signifiants étrangers permet à l’altérité de s’épanouir, témoin d'une évidente fascination pour l’altérité, notamment celle des mots étrangers. Maintes stratégies assurent l’accessibilité de leurs signifiés grâce à une cohérence entre ces emprunts, et leur cotexte et/ou leur traduction. À l'instar de ses protagonistes, le texte du roman The Professor incarne le mariage victorieux, harmonieux, entre le français et l'anglais.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sont ici employés dans leur acception large les termes : signifiant/signifié (les faces linguistiqu (...)
  • 2 Formule inspirée de Barthes (1968), développée en fin de notre première partie.

1« French . . . was as music to my ears » (Professor, 711), déclare le personnage éponyme anglophone de The Professor, exalté par sa découverte de la Belgique. C’est dans ce pays que le protagoniste, William Crimsworth, fait carrière en enseignant l’anglais, notamment à une jeune collègue née en Suisse, et principalement francophone, Frances Evans Henri. Au terme de développements mettant en scène les jalousies sentimentales du directeur (M. Pelet) et de la directrice (Mlle Reuter) des écoles employant Crimsworth, le jeune professeur parvient à épouser Frances. D’aucuns ont vu dans cette intrigue des échos biographiques des séjours en Belgique de Charlotte Brontë, où elle perfectionna son français, guidée par le professeur Heger. The Professor, premier roman d’adulte de Charlotte Brontë (d’abord refusé en 1846), et dernier publié (posthume, 1857), témoigne de la place dans son œuvre de l’étranger, dont l’importance se manifeste notamment dans la musique de la langue étrangère. Mais cette mise en valeur de l’esthétique du signifiant1 pourrait laisser croire que seule la sensation exotique procurée par les mots étrangers motive leur apparition dans The Professor. Le caractère étranger du signifiant mime en effet ponctuellement l’impression musicale éprouvée par un visiteur dans un pays étranger, produisant ainsi ce que nous pourrions appeler un effet de réel étranger2. L’étrangéité de certains signes prendrait alors racine dans le cadre spatial diégétique majoritairement belge qui implique la présence de personnages francophones. Mais si seul un mimétisme géographique justifiait la présence de mots étrangers dans The Professor, alors leurs signifiés importeraient peu, ce que contredisent quelques déclarations explicites sur leur pertinence : « . . . his physiognomy was “fine et spirituelle”. I use two French words because they define better than any English terms the species of intelligence with which his features were imbued » (Professor, 715). Nous étudierons donc la manière dont le mot étranger produit du sens dans The Professor de Charlotte Brontë, en nous interrogeant sur la manière dont plusieurs niveaux sémantiques s’articulent : l’analyse commencera par le rapport signifiant-signifié dans ces signes étrangers.

  • 3 The Professor emprunte à d’autres langues, dont le flamand et l’allemand, qui occuperont dans cette (...)
  • 4 Terme inspiré de l'alternative traductologique entre domesticating-domestication (la traduction obt (...)

2Majoritairement écrit en anglais, ce texte présente une hétéroglossie nettement dominée par le français, la langue étrangère sur laquelle se concentrera notre analyse3. Or la situation d’énonciation qui implique une auteure et des lecteurs anglophones de naissance pose le problème de l’accessibilité du sens des mots étrangers, comme le remarque facétieusement le narrateur de Shirley (64) : « The answer and the rest of the conversation was in French, but as this is an English book, I shall translate it into English ». Un signe peut-il construire du sens si une différence de langue risque de réduire la compréhension des destinataires ? Nous étudierons dans une deuxième partie le rôle de la matrice textuelle du mot étranger afin de déterminer si le cotexte anglais du signe étranger contribue à l’émergence du sens à l’aide de traductions en anglais, ou de stratégies plus ou moins apparentées à la traduction, permettant – ou non – de domestiquer4 le texte étranger. Il s’agira de déterminer si le sens des mots étrangers est rendu accessible aux lecteurs anglophones, ou si ces mots sont relégués dans une irréductible altérité, plaçant les lecteurs en présence des signifiants étrangers sans favoriser l’accès à leurs signifiés. C’est cette ambivalence entre l’étranger et l’anglais, entre proximité et éloignement, qui nous intéressera dans une dernière partie consacrée à la signification du mariage franco-anglais dans The Professor.

Le signifié d’altérité et l’effet de réel étranger

  • 5 Les (sous-)catégories proposées dans cette partie ne sont ni parfaitement étanches, ni exclusives.
  • 6 Charlotte Brontë n'opère pas toujours une distinction nette entre ce qu’elle considère comme typiqu (...)

3La majorité des mots étrangers rencontrés dans ce roman peuvent se classer en deux catégories, selon que l’altérité à laquelle renvoient leurs signifiés concerne une différence de nationalité ou relève d’une distinction entre individus sans considération de nationalité5. Dans le premier groupe, qui se caractérise par une conception tranchée de la spécificité culturelle francophone6, l’étrangéité du signifiant fait écho à l’étrangéité du signifié : « These details will sound very odd in English ears, but Belgium is not England, and its ways are not our ways » (Professor, 724). Les mots de cette catégorie renvoient fréquemment à des spécificités concrètes, comme les noms propres, les lieux, les monnaies, la mode, la gastronomie (du « fromage français » (Professor, 896) au « pistolet » (Professor, 766), petit pain belge), l’habitation, notamment ici l’architecture : « her poor little unfurnished grenier » (Professor, 889), etc.

4Le signifié concerne également des mœurs étrangères, notamment religieuses :

  • 7 Ponctuations d'origine dans les citations, y compris ce point d'interrogation.

I heard a rapid, gabbling sound, which warned me that the prière du midi was not yet concluded. . . . How the repeater of the prayer did cackle and splutter! I never before or since heard language enounced with such steam-engine haste. Notre Père qui êtes au ciel went off like a shot; then followed an address to Marie vierge céleste, reine des anges, maison d’or, tour d’ivoire! and then an invocation to the saint of the day; and then down they all sat, and the solemn (?)7 rite was over. (Professor, 772)

  • 8 Le régionalisme constitue l’autre de soi de l’anglais : « ‘Hypocrite and twaddler! Smooth-faced, sn (...)

5Dans cette perspective, la retenue anglaise, marquée par l’attitude prétendument lisse des Anglais – « we sober English » (Professor, 719)8 – se voit opposée non sans sarcasmes ou stéréotypes à l’excès des Français que caractérise la saillance de leurs passions « in proper French style with due disregard to moral restraint » (Professor, 841), comme l’illustre ce portrait de M. Pelet :

  • 9 Italiques d'origine.

He was not married, and I soon perceived he had all a Frenchman’s, all a Parisian’s notions about matrimony and women. I suspected a degree of laxity in his code of morals, there was something so cold and blasé9 in his tone whenever he alluded to what he called le beau sexe (Professor, 723)

6De la première à la deuxième catégorie des mots étrangers de The Professor s’opère un glissement métaphorique du non-national au non-soi. L’étrangéité du signifiant dans le deuxième groupe reflète l’altérité du signifié : les mots étrangers renvoient alors à ce qui distingue (de) l’individu, extérieurement ou intérieurement.

7Certaines distinctions extérieures concernent les différences socio-professionnelles entre groupes de personnes, comme ici les corps de métiers :

I answered politely, and then wondered how so coarse and clumsy an old woman as the one before me should be at the head of a ladies’ seminary. . . . Madame Reuter looked more like a joyous, free-living old Flemish fermière, or even a maîtresse d’auberge, than a staid, grave, rigid directrice de pensionnat. (Professor, 726)

8D’autres mots étrangers concernent plus spécifiquement les idiosyncrasies ou spécificités personnelles, telles les lunettes, accessoire caractéristique du narrateur – qu’il appelle « my good friends “les bésicles” » (Professor, 855), ou cette force typique de Zoraïde Reuter : « [she] “has tact, ‘caractère’, judgment, discretion; has she heart?” » (Professor, 762).

  • 10 Italiques de out d'origine.
  • 11 Emily Eells (infra) analyse les relations français-anglais dans Jane Eyre en parallèle aux relation (...)

9Le mot étranger renvoie enfin à cet autre de soi intérieur qui fait de la personne « a heterogeneous thing » (Jane Eyre, 12), telles ces passions saillantes qui mettent Jane hors d’elle : « beside myself; or rather out10 of myself, as the French would say » (Jane Eyre, 9). Cette menace d’une altérité interne que la raison doit contenir pour préserver l’intégrité et l’homogénéité internes, constitue un thème majeur dans les romans de Charlotte Brontë11. Ironiquement, ceci conduit M. Pelet à inviter Crimsworth à la retenue.

“. . . ne vous laissez pas aller à de vives impressions—voilà tout.”
I laughed: a sentiment of exquisite pleasure played over my nerves at the thought that vives impressions” were likely to be created; it was the deadness, the sameness of life’s daily ongoings that had hitherto been my bane. (Professor, 735)

10Un parallèle clair s’établit donc entre le signifiant étranger et l’altérité, qu’elle soit nationale ou non-nationale, extérieure ou intérieure, des signifiés des mots étrangers. Cette cohérence au sein des signifiés des mots étrangers et entre les signifiés et l’étrangéité de leurs signifiants écarte l’hypothèse d’une sélection arbitraire de signifiants étrangers qui auraient pour seule fonction de mimer l’expérience musicale de la langue étrangère ou de satisfaire un goût de l’exotisme. En d’autres termes, le signifié des mots étrangers n’est pas court-circuité dans The Professor de Charlotte Brontë.

11Dans cette optique, nous empruntons à Roland Barthes la formule « effet de réel » qu’il utilise dans son analyse des techniques du réalisme littéraire. Pour résumer ses propos, certaines descriptions réalistes – parfois réduites à un seul terme – ne paraissent avoir de pertinence que par rapport à une référence extra-linguistique qu’elles dénoteraient directement. Elles semblent alors court-circuiter le signifié car il ne s’intègre guère, directement, ou indirectement, dans l’économie globale de leur contexte. En dépit de cela, Roland Barthes démontre que ces descriptions produisent du sens, en connotant le réel.

[S]upprimé de l’énonciation réaliste à titre de signifié de dénotation, le « réel » y revient à titre de signifié de connotation ; […] dans le moment même où ces détails sont réputés dénoter directement le réel, ils ne font rien d’autre, sans le dire, que le signifier : le baromètre de Flaubert, la petite porte de Michelet ne disent finalement rien d’autre que ceci : nous sommes le réel ; c’est la catégorie du « réel » (et non ses contenus contingents) qui est alors signifiée ; autrement dit, la carence même du signifié au profit du seul référent devient le signifiant même du réalisme : il se produit un effet de réel (Barthes 1968, 88)

12Si la fonction du signe étranger ne relevait que de la ressemblance entre la musicalité de son signifiant et de la sensation exotique extra-linguistique effectivement éprouvée à l’étranger, alors nous pourrions en déduire que le seul rôle des mots étrangers serait de dire : nous sommes le réel étranger. Cependant, les mots étrangers dans The Professor ne présentent aucune carence de signifié puisque leurs signifiés d’altérité s’inscrivent de manière pertinente dans l’économie globale du roman, ne serait-ce qu’en faisant écho à l’expérience de l’étranger vécue par le personnage éponyme, et à la question prégnante du rapport à autrui. Non seulement le signifié n’est pas court-circuité dans ce roman, mais en plus il renforce l’effet de réel étranger créé par l’étrangéité du signifiant en renvoyant lui-même à l’altérité.

13Qu’est le signifié, cependant, s’il n’est pas compris : le mot étranger dans The Professor peut-il produire du sens pour un locuteur anglophone ?

Le cotexte : intermédiaire ou voile ?

  • 12 Duthie (1975) remarque l'habileté de la manière dont Charlotte Brontë introduit les mots étrangers.

14Analysons les stratégies textuelles déployées par Charlotte Brontë12 pour rendre accessible le signifié du mot étranger au lecteur anglophone. Nous nous proposons ici de classifier (en catégories distinctes, mais non étanches) les techniques mises en œuvre par le cotexte pour accueillir les mots étrangers.

15Il est exceptionnel que rien n’apparaisse dans le cotexte anglais du mot étranger pour en rendre le signifié accessible. En voici un rare exemple :

“... the grown-up people are very false; they deceive strangers, they deceive each other— ”

A servant here entered—

“Mdlle Henri—Mdlle Reuter vous prie de vouloir bien conduire la petite de Dorlodot chez elle, elle vous attend dans le cabinet de Rosalie la portière—c’est que sa bonne n’est pas venue la chercher—voyez-vous.”

Eh bien! est-ce que je suis sa bonne—moi? ” demanded Mdlle Henri; then smiling, with that same bitter, derisive smile I had seen on her lips once before, she hastily rose and made her exit. (Professor, 799-800)

  • 13 Voir note 4.

16Le cotexte éclaire l’effet pragmatique des mots étrangers : le mépris et le départ de Mlle Henri. Le verbe deceive ainsi que le parallèle avec une situation antérieure similaire indiquent au lecteur que le signifié constitue un prétexte, sans en indiquer la nature. Non traduit, inséré sans intermédiaire dans le texte, le mot étranger constitue alors un cas extrême d’étrangéisation13. On observe ainsi un haut degré d’hétérogénéité entre le signifiant étranger et le signifiant anglais du cotexte, qui ne se rejoignent pas au niveau du signifié, permettant ainsi à l’altérité du signifiant de s’épanouir.

  • 14 Béghain (2006, 2008), interprète le français dans Villette comme un écran (elle y analyse l'esthéti (...)

17Comme nous l’avons souligné dès le début, un net attrait pour la musique du signifiant étranger se manifeste régulièrement : « I was charmed with her French; it was faultless—the structure correct, the idiom true, the accent pure » (Villette, 312). Néanmoins, le mot étranger non traduit est rarement associé à des valeurs positives dans The Professor, comme s’il s’agissait alors d’en voiler14 le contenu, de reléguer le signifié du mot étranger dans une irréductible altérité. Mais cela serait compter sans le phénomène suivant : dans ce roman, l’inaccessibilité même du signifié est porteuse de sens. Outre l’imitation d’une expérience d’incompréhension à l’étranger, la mise à l’écart du signifié par absence de traduction renforce la distance morale avec ce qui, dans le signifié, est rejeté comme insignifiant ou guère acceptable. Pour reprendre l’exemple de la bonne absente, la carence locale de signifiés reflète la carence de vérité inhérente à un prétexte. En l’occurrence, ce n’est pas le désir d’aider « la petite de Dorlodot » qui motive Mlle Reuter, mais celui d’écarter Mlle Henri. L’étrangéité du signifiant présente ici un surcroît de sens par la nature de la langue choisie, puisque selon Charlotte Brontë, la fausseté constitue un trait typiquement français.

18Dans la plupart des cas cependant, signifiants étrangers et anglais travaillent de concert pour construire du sens : la matrice d’accueil anglaise fournit majoritairement des outils pour accéder au signifié des mots étrangers.

19Le mot étranger se voit parfois traduit en anglais au sein du cotexte. Il est rare qu’un élément signale la traduction, comme le fait ici le verbe « means » :

‘I am not a Professor’, said I.

  • 15 Les caractères italiques de la deuxième occurrence du mot « professor » signalent qu'il est cité en (...)

Oh’ returned Mr Brown, ‘professor15, here in Belgium, means a teacher, that is all’. (Professor, 713)

  • 16 Cela relève du problème plus large de la fiabilité du narrateur. Cette dépendance du lecteur rappel (...)

20Plus fréquemment, la traduction a bien lieu, mais rien ne l’indique dans le cotexte, ce qui soulève la question de la confiance16 du lecteur envers l’auteur : pour apprécier ce roman, le lecteur anglophone doit présupposer que l’auteure utilise tous les moyens en son pouvoir pour favoriser sa compréhension du texte. La traduction peut notamment s’effectuer au sein d’un dialogue, dans une réponse qui reprend le mot étranger en le traduisant en anglais.

‘Pas encore, monsieur—en un mois j’aurai dix-neuf ans’.

‘Well, nineteen is a mature age ...’. (Professor, 794)

21Dans la réplique, « nineteen » traduit « dix-neuf ». La technique de la traduction permet la co-présence de mots étrangers et anglais totalement ou partiellement redondants, aux signifiés harmonisés.

  • 17 L’Oxford English Dictionary signale « nonpareil » comme utilisé depuis 1450. La sensation d'étrangé (...)

22Nous appellerons paraphrase la même technique lorsqu’elle met en jeu des équivalences de sens moins serrées. Le cotexte signale parfois la paraphrase au moyen par exemple de la ponctuation, comme les deux points ici : « Yes, that’s right, lad–make much of me–I’m a nonpareil17: there’s nothing like me in the common herd » (Professor, 857). Le segment qui suit le substantif français ne le traduit pas strictement, mais il en indique le sens à l’aide d’une description développée et assortie d’une métaphore animale. Mais fréquemment, la matrice n’indique pas la présence de la paraphrase, favorisant ainsi l’homogénéisation entre les signifiants anglais et étrangers, comme dans cet exemple humoristique où les « physical charms » de Frances reçoivent de la part de Crimsworth deux descriptions litotiques, en anglais – « none of those prominent defects of eyes, teeth, complexion, shape » – puis quelques lignes après en français – « had she been either ‘édentée, myope, rugueuse, ou bossue’, my feelings towards her . . . could never have been impassioned » (Professor, 883). Les signifiés des paraphrases anglaises s’avèrent plus ou moins proches des signifiés des mots étrangers.

I heard tittering and whispers.

‘Eulalie, je suis prête à pâmer de rire,’ observed one.

‘Comme il a rougi en parlant!’

‘Oui, c’est un véritable blanc-bec.’ (Professor, 738)

23La brève introduction en anglais, « tittering and whispers », résume l’attitude des élèves. Tout se passe ici comme si cette réduction quantitative faisait écho à l’insignifiance, la superficialité de ces « belles » (740). Une prise de distance similaire peut s’effectuer au moyen de l’éloignement physique dans le cotexte, comme pour ce prétexte précédant et annonçant celui que nous avons étudié plus haut, et dont la paraphrase n’apparaît que huit lignes plus bas au détour d’une parenthèse :

And here a voice, the voice of the directress, interposed–

‘Mademoiselle Henri, je crois qu’il va pleuvoir; vous feriez bien, ma bonne amie, de retourner chez vous tout de suite.’ ...

(by the by her prediction was falsified by the event—it did not rain that evening). (Professor, 797)

24Mais la technique la plus répandue dans The Professor implique l’insertion dans le cotexte anglais non plus d’une équivalence de sens, mais d’indices permettant au lecteur d’accéder au signifié des mots étrangers. Le lecteur lui-même constitue un maillon crucial, et le texte anglais constitue l’intermédiaire indispensable entre le lecteur et le sens des mots étrangers. Autrement dit, l’intégration du mot étranger dans son contexte, comme celle de tout mot anglais, repose sur la cohérence du mot avec son cotexte, et sur le travail du lecteur. Pour comprendre des mots étrangers, le lecteur doit en effet participer particulièrement activement à la construction du sens de ces mots, en mettant à profit ses capacités de déduction.

25Une stratégie fréquente pourrait s’appeler la déduction par analogie. Elle est basée sur un parallèle entre un micro-système textuel totalement anglais et un micro-système partiellement étranger. Dans la description suivante, le micro-système anglais précise que le col (« collar ») met en valeur le cou (« neck »). Par analogie, les « manchettes » et les « brodequins » seront alors compris comme les éléments vestimentaires qui mettent en valeur les poignets et les pieds, donnés eux en anglais : « a neat, simple mousseline-laine gown fitted her compact round shape to perfection—delicate little collar and manchettes of lace, trim Parisian brodequins showed her neck, wrists, and feet, to complete advantage » (Professor, 736). Le sens émerge par le travail du lecteur, en dépit de l’absence d’équivalents en anglais de « manchettes » ou « brodequins » dans la matrice textuelle de ces mots étrangers. Une autre technique consiste à fournir des indices situationnels. Dans l’exemple suivant, le locuteur est présenté comme piégé en la compagnie d’une vulgaire commère dont il tente de s’extirper par ces paroles : « ‘Merci, merci, madame—au revoir.’ And I backed at last out of the apartment » (Professor, 728). Il revient au lecteur d’en déduire la substance, sachant également que le locuteur a tout intérêt à ne pas offenser.

  • 18 L'empreinte du français sur la prose anglaise de Charlotte Brontë (notamment la syntaxe ou le degré (...)

26En bref, qu’il s’agisse entre les mots étrangers et leur matrice anglaise d’une équivalence traductionnelle plus ou moins serrée de signifiés, ou d’une complémentarité de signifiés à déduire par le lecteur, la coprésence de l’étranger et de l’anglais repose dans ces techniques sur une relation d’harmonisation des signifiés, et non plus d’hétérogénéité. Simultanément, l’insertion des signifiants étrangers dans un potentiel texte source paraît étrangéiser le texte du roman, tandis que l’homogénéisation de leurs signifiés avec ceux d’un cotexte idiomatique semble les domestiquer18.

27Comment analyser alors la dernière stratégie construite autour du silence du texte source étranger ? Très difficiles, voire impossibles à quantifier, plusieurs moments de The Professor reposent sur des mots étrangers absents du texte anglais. On peut dans ces cas considérer que le texte anglais visible constitue la traduction, ou le texte cible d’un texte source étranger non explicité. Le lecteur dans l’exemple suivant ne dispose pas de la première question probablement posée en français par le francophone M. Pelet, mais rendue directement en anglais : « ‘. . . And now we have discussed the directress, what of the pupils? N’y a-t-il pas de belles études parmi ces jeunes têtes?’ » (Professor, 749). De fait, le narrateur exprime fréquemment sa fascination pour le groupe bien spécifique qu’il appelle « the genus “jeune fille” » (Professor, 751).

  • 19 Italiques d'origine.

28Doit-on alors émettre l’hypothèse que le signifié étranger est étouffé sous le poids du signifiant anglais, comme pourrait le laisser penser cette remarque : « I wish I might write all she said to me in French—it loses sadly by being translated into English » (Professor, 810) ? L’altérité des potentiels signifiants étrangers ou celle du signifié rejeté des potentiels mots étrangers serait alors neutralisée sous un voile pudique, « slight veil of the original tongue » (Villette, 111), et domestiquée par l’anglais. Rappelons cependant que la « petite leçon » (Professor, 810) dont le narrateur fait mine de regretter la traduction suscite en lui suffisamment de mépris pour que l’on puisse déceler du sarcasme dans cette déclaration de perte. En l’occurrence, les manques résultant de la traduction produisent eux-mêmes du sens en rappelant le manque d’honnêteté du personnage en question. Voilà qui autorise donc une hypothèse contraire pour ce type de rapport entre source et cible : le texte source ne se perd pas sous sa traduction, puisque le mot anglais s’homogénéise avec le mot étranger au travers de l’acte de traduction. Citons dans cette perspective la description extatique de la Belgique au début du chapitre VII. Le narrateur-protagoniste décrit son niveau de français en ces débuts comme suffisant pour en comprendre des bribes – qu’il ne retranscrit pas – mais comme insuffisant pour penser entièrement en français. Néanmoins, le français du narrateur, mis en scène dans le dernier chapitre comme l’écrivain fictif du roman, est décrit à plusieurs reprises dans les chapitres intermédiaires comme suffisamment avancé pour exprimer a posteriori une grande partie de ses idées en français, comme en atteste dès le début du chapitre VII sa traduction en français : « large windows—croisées19 » (Professor, 710). Le personnage éponyme se situe alors à la croisée (terme cité trois fois en français dans l’œuvre de Charlotte Brontë) des langues et des parcours, une fenêtre s’ouvre ici sur une nouvelle vie grâce à son arrivée en Belgique. On ne peut donc exclure la possibilité que l’amour exprimé pour ce pays se concrétise aussi dans l’harmonisation entre mots anglais et mots français lors de l’acte de traduction, comme cela se produit lorsque le narrateur-protagoniste unit l’anglais de sa traduction au français de sa future épouse : « The paper on the top was a translation of some grave French author into English, but underneath lay a sheet with stanzas; on this I laid my hands. . . . I translate as before, and my translation is nearly literal; it continued thus: . . . » (Professor, 873). Cette superposition physique de poèmes met en abyme l’effet de palimpseste créé par une surface textuelle visiblement en anglais correspondant à un sous-texte en langue étrangère.

29Neutralisation de l’altérité, ou co-existence harmonieuse entre le même et l’autre ? Hétérogénéité ou homogénéisation entre l’étranger et l’anglais ? Comme souvent chez Charlotte Brontë, le texte présente une ambivalence flagrante.

Épouser l’altérité

  • 20 Longmuir (2009) établit un parallèle entre le plurilinguisme chez Charlotte Brontë et l'histoire de (...)

À travers l’ambivalence persiste l’altérité, dont la prégnance linguistique et thématique chez Charlotte Brontë indique une fascination certaine. Pour en approfondir l’étude dans The Professor, nous utiliserons un rapprochement métaphorique entre plurilinguisme et mariage, puisque la formation de couples multinationaux et multilingues occupe une place centrale dans la diégèse20.

30Le plurilinguisme permet la prouesse de simultanément accueillir et rejeter cette altérité en accordant une place physique au signifiant étranger tout en indiquant le cas échéant une mise à distance du signifié auquel il renvoie. La conservation de la langue française pour ces remarques de M. Pelet et pour les réponses désapprobatrices de Crimsworth souligne une amoralité condamnée :

  • 21 S'agit-il d'une allusion à la fable de La Fontaine « Le Chat et le Renard » (Livre IX – Fable 14), (...)

‘. . . If gentlemen approach her chair, a deeper quiescence, a meeker modesty settles on her features, and clothes her general mien; observe then her eyebrows, et dîtes-moi [sic] s’il n’y a pas du chat dans l’un et du renard dans l’autre’21. (Professor, 748)

‘. . . I had the honour of being quite alone with mademoiselle.’

C’est joli—cela,’ observed M. Pelet, and he smiled and looked into the fire.

  • 22 Ironie dramatique : la fin de la devise « Tel qui s’en rit aujourd’hui s’honorera de la porter dema (...)

Honi soit qui mal y pense,22‘ murmured I, significantly. (Professor, 746-7)

  • 23 Le texte global véhicule une attitude plus nuancée que celle de M. Pelet : des stéréotypes se voien (...)

31Maintes paroles jugées superficielles, fallacieuses, ou amorales sont prononcées en français dans le roman. La langue étrangère indique parfois une distance sarcastique, dont la religion catholique, associée sans grande précision aux francophones, fait souvent les frais, comme dans cette comparaison citée plus haut entre « ’prière du midi’ » et « steam-engine » (Professor, 772). Des traits prétendument caractéristiques d’une nationalité – ou d’une langue, car le texte ne distingue guère l’une de l’autre – sont rejetés avec orgueil dans l’altérité de la langue étrangère. Nous l’avons remarqué à propos des excès français, et cette critique de M. Pelet citée en français, mais portant sur une caractéristique anglaise, confirme la fonction de rejet de l’étrangéité du signifiant : « ‘... your accursed English formality—and your pure morals, forsooth! des mœurs de Caton a-t-elle dit—sotte!’ » (Professor, 838) D’ailleurs, la rudesse jugée typiquement flamande n’est pas épargnée lorsque M. Pelet appelle ses surveillants « des bêtes de somme » (Professor, 746)23.

32Mais il ne s’agit pas toujours de condamner une altérité rejetée. La prise de distance par l’étrangéité de la langue permet aussi l’exercice de cette pudeur présentée dans le roman comme typiquement anglaise.

‘Since your mother is an Englishwoman, why do you not speak English with more facility?’

‘Maman est morte, il y a dix ans.’

And you do homage to her memory by forgetting her language? ...’ (Professor, 793)

33Entre voilement pudique et dévoilement confidentiel, l’émotion intense trouve sa place au sein du cotexte anglais grâce au mot étranger, dont l’étrangéité même maintient le signifié à une distance raisonnable, comme pour protéger des risques d’excès de cette altérité de soi. Et l’on ne peut conclure à une totale inhibition puisque le cotexte anglais guide, ici notamment par l’indice des termes « homage to her memory », vers le signifié de ce deuil exprimé en français.

  • 24 Les italiques de « tête-à-tête », « coûte que coûte », « à propos », « au courant » sont d'origine.

34La relation à l’étranger chez Charlotte Brontë repose essentiellement sur une fascination flagrante pour l’altérité. Le plaisir du texte étranger se voit ici explicité : « She took those thin fingers between her two little hands–she bent her head ‘et les effleura de ses lèvres’ (I put that in French because the word effleurer’ is an exquisite word). Moore was much moved » (Shirley, 588). Mais il se manifeste également par la récurrence de mots étrangers dont le signifiant semble susciter un attrait particulier : par sa musicalité – notamment par le rythme binaire de formules comme « tête-à-tête » (Professor, 813) ou « coûte que coûte » (Professor, 806) ; ou par sa distance au signifié littéral. Charlotte Brontë emprunte en effet maintes formules qui ne pourraient se lire terme à terme, comme ces groupes figés : « à propos » (Professor, 718) ; « ’Plaît-il?’ » (Professor, 724) ; « ’Du reste’ » (Professor, 733) ; et maintes autres dépassent le signifié littéral par la métaphore. La fréquence des formules imagées fait écho au sentiment exquis suscité par l’emploi de « ’effleurer’ » (Shirley, 588). On rencontre des expressions prosaïques comme « au courant »24 (Professor, 907), mais également des usages plus sophistiqués :

I am mistaken if she will not yet leave the print of her stealing steps on thy heart, Crimsworth.’

‘Of her steps? Confound it, no! My heart is not a plank to be walked on.’

‘But the soft touch of a patte de velours will do it no harm.’

She offers me no patte de velours; she is all form and reserve with me.(Professor, 748-749)

  • 25 Défigement : modification d'une formule figée entraînant la disparition de son figement.

35Ce passage, révélant l’empreinte sur un cœur masculin des manières empruntées de Mlle Reuter, marie avec habileté deux formules imagées, l’une citée en anglais (« her stealing steps on thy heart »), l’autre en français (« patte de velours », partiellement définie avec « all form and reserve »), pour un jeu de mot harmonisant l’anglais et le mot étranger, mais aussi le littéral et le figuré, dans un ludique défigement25 en anglais : « My heart is not a plank to be walked on ».

  • 26 En dépit de sa timidité et de son pessimisme du début, Crimsworth aussi rêve de « congeniality, rep (...)

36Dans ce roman, seul ce type de mots étrangers au signifiant prépondérant peuvent posséder des signifiés ne relevant pas directement de l’altérité. Parfois simples chevilles logiques, leur sens semble écarté en tant que contenu négligeable au profit de la musicalité du signifiant – musicalité qui pour d’autres mots paraît s’harmoniser avec l’écart métaphorique. Le rapport sensuel du texte à leur étrangéité dépasse alors l’effet de réel étranger pour connoter ce plaisir de l’autre26, thématisé dans les mariages multinationaux, et donnant lieu à ce que l’on pourrait nommer un effet d’altérité.

37L’altérité implique aussi le mystère du non-soi, notamment cet inconnu du futur de la diégèse, exacerbé par le procédé du suspense, comme en voici un exemple dans ce retardement palpitant provoqué par la langue étrangère :

‘Well, mademoiselle—what then? Proceed.’

‘Mais, monsieur, vous me comprenez.’

Not in the least; have the goodness to explain.’ (Professor, 798)

38Cette interruption en français s’avère d’autant plus intense qu’elle ouvre tout un faisceau de significations autour du verbe « comprendre » : la connaissance du français que Frances attribue à son maître ; la capacité qu’elle lui prête à saisir ses allusions pudiques à un désir de changement ; sans oublier l’ironie d’utiliser un tel verbe au moment même où il s’agit de retarder la compréhension du lecteur anglophone.

39On retrouve cette mise en valeur de l’intensité diégétique dans le français des moments cruciaux, comme lors de la disparition de Frances.

‘Elle est partie pour toujours, monsieur; elle ne reviendra plus.’

‘Ah!’ was my involuntary exclamation ...

And I could pursue my inquiries no further (Professor, 806-807)

40Cette intensité diégétique participe du phénomène observé plus haut, de ces « vives impressions » (Professor, 735) à contenir, et dont il convient déjà de noter, ici, que l’appartenance potentielle de l’interjection « Ah! » aux deux langues des jeunes gens adoucit leur séparation momentanée en préfigurant leur union à venir. La saillance émotionnelle individuelle se retrouve dans la saillance diégétique. Dans l’exemple suivant : « near it were several of those lakelets called étangs; and there was one étang, larger than the rest » (Professor, 851), la traduction de « lakelets » en français voile pudiquement le rôle essentiel d’un double sauvetage : Crimsworth sauve de la noyade le fils de Vandenhuten, qui par gratitude sauvera Crimsworth de la ruine professionnelle, lui offrant ainsi les conditions matérielles nécessaires à son mariage.

41Si la question de contenir l’altérité ressurgit fréquemment chez Charlotte Brontë, il s’avère difficile de déterminer qui, de l’anglophone ou de la francophone (ou lequel, de l’anglais ou du français) domestique l’autre dans The Professor.

  • 27 Titre donné à un extrait de Bossuet (Shirley, 494) débutant ainsi : « Voyez ce Cheval ardent et imp (...)

42De même que pour contenir les désirs de fugue de Shirley, Moore lui fait réciter « Le Cheval Dompté »27 (Shirley, 493), de même Crimsworth enseigne avec rigueur sa langue maternelle à Frances Henri. Ici, il lui enjoint avec autorité de n’utiliser que l’anglais en sa présence, mais elle n’obtempère qu’en conservant l’usage français des déterminants devant les noms de langue.

‘…Have the goodness to put French out of your mind so long as I converse with you—keep to English.’

‘C’est si difficile, Monsieur, quand on n’en a plus l’habitude.’

‘You had the habitude formerly, I suppose? Now answer me in your mother-tongue.’

Yes, sir, I spoke the English more than the French when I was a child.’ (Professor, 793-794)

43D’ailleurs, l’enseignement de la langue – crucial dans la diégèse puisqu’il permet la rencontre des futurs époux – se reflète dans les exercices proposés au lecteur, comme si cette mise en abyme, cet effet de réel pédagogique permettait au lecteur de mieux expérimenter les découvertes langagières des personnages. Pour poursuivre l’analyse des stratégies pédagogiques dont les exercices de déduction étudiés plus haut ne constituent qu’une partie, citons la sollicitation de la mémoire du lecteur. Toute l’émotion contenue dans le mot « pensionnat » devra être mémorisée par le lecteur au moment de cette première occurrence, qui ne recevra une traduction discrète que douze pages plus tard : « ‘Pensionnat de Demoiselles.’ Pensionnat! The word excited an uneasy sensation in my mind » (Professor, 714). Comme le lecteur, Frances est mise en situation d’apprentissage langagier, grâce à la traduction notamment :

‘… the life of a—that little animal subterranean—une taupe—comment dit-on?’

‘Mole.’ (Professor, 798)

  • 28 Voir Cohen (2003), Frederico (2003), Glen (2004), sur la question des rapports de force dans The Pr (...)
  • 29 Il s'agit d'une lecture délibérément optimiste d'un passage extrêmement riche, afin d'en souligner (...)

44La postposition française d’un adjectif anglais manifeste la manière dont Frances se place entre deux langues et cultures. S’agit-il à travers les leçons de langue d’imposer une culture ou des désirs ? Qui domestique l’autre dans cette leçon sur l’art du thé, l’anglophone Crimsworth qui la dispense, ou la francophone Frances qui tient sa maison : « after I had distinctly instructed her how to make a cup of tea in rational English style..., she administered to me a proper British repast » (Professor, 901) ? La question du pouvoir dans le couple franco-anglais de The Professor demeure ambivalente : si Crimsworth reste le maître, c’est parce que Frances en décide ainsi (Professor, 907)28. Si dans le passage suivant Frances le taquine sur ses particularités, c’est en connaissance de cause, pour le plaisir de dévoiler puis aussitôt dérober ses démons (« white demon », « elf ») à son mari, et de bénéficier du cadre rassurant de sa sobriété anglaise29.

She would show, too, some stores of raillery, of malice’, and would vex, tease, pique me sometimes about what she called my bizarreries anglaises’, my caprices insulaires’, with a wild and witty wickedness that made a perfect white demon of her while it lasted. This was rare, however, and the elfish freak was always short: sometimes when driven a little hard in the war of words—for her tongue did ample justice to the pith, the point, the delicacy of her native French, in which language she always attacked me—I used to turn upon her with my old decision, and arrest bodily the sprite that teased me. Vain idea! no sooner had I grasped hand or arm than the elf was gone; the provocative smile quenched in the expressive brown eyes, and a ray of gentle homage shone under the lids in its place. I had seized a mere vexing fairy, and found a submissive and supplicating little mortal woman in my arms. Then I made her get a book, and read English to me for an hour by way of penance. I frequently dosed her with Wordsworth in this way, and Wordsworth steadied her soon; she had a difficulty in comprehending his deep, serene, and sober mind; his language, too, was not facile to her; she had to ask questions, to sue for explanations, to be like a child and a novice, and to acknowledge me as her senior and director. (Professor, 908)

45Notons d’ailleurs les dernières paroles françaises de Frances citées dans le roman :

‘Monsieur est trop appliqué.’

I shall soon have done.’ (Professor, 922)

46Elle ne montre aucune hésitation à braver l’interdit du français ou à souligner l’excès de rigueur de son mari. L’insoumission française se retrouve au niveau de la langue, où foisonnent les gallicismes, comme dans ces traductions terme à terme de logé et nourri, et de tous les deux :

‘… she lodges and nourishes me’ (I report Mdlle Henri’s phrases literally, and it was thus she translated from the French). (Professor, 795)

‘My parents were not all the two Genevese.’ (Professor, 793)

47Ces calques ne sauraient être pris pour des erreurs répréhensibles dans un texte aussi attaché au multiculturalisme et au multilinguisme, comme en atteste l’européanité de Hunsden, en qui la forme anglaise épouse l’aisance française.

I know not what it was in Mr. Hunsden that, as I watched him (I had nothing better to do), suggested to me, every now and then, the idea of a foreigner. In form and features he might be pronounced English, though even there one caught a dash of something Gallic; but he had no English shyness: he had learnt somewhere, somehow, the art of setting himself quite at his ease, and of allowing no insular timidity to intervene as a barrier between him and his convenience or pleasure. (Professor, 681)

48Dans ce personnage se concentre ainsi un phénomène similaire à celui de la forme anglaise d’un texte traduit du français. Le lien de Hunsden avec l’art se confirme dans le jeu de mot suivant :

  • 30 Italiques d'origine.

[I]n his travels he has collected stores of articles of vertu30, which are well and tastefully disposed in his panelled or tapestried rooms: I have seen there one or two pictures, and one or two pieces of statuary which many an aristocratic connoisseur might have envied. (Professor, 914)

49L’orthographe privilégiée pour « vertu » (d’origine italienne puis latine, ce mot apparaît en anglais avec un e ou un i avec ou sans accent) pourrait suggérer que l’internationalité des œuvres d’art – « articles of vertu » – constitue une « vertu » (maintenant dans le sens français du terme), au même titre que le plurilinguisme à l’œuvre dans cette interprétation. C’est ainsi qu’un dernier événement apporte un éclairage heureux à la fusion amoureuse franco-anglaise : le métissage Victor(ieux) du fils du couple bilingue et binational à qui reviennent les derniers mots du roman.

Now, Monsieur and Madame, if you don’t come to tea, Victor and I will begin without you.’

Papa, come !’ (Professor, 922)

50Victor s’adresse à son père anglophone avec un terme emprunté à l’une des langues maternelles, et devenu commun aux langues de ses deux parents.

51Le rôle indéniable du signifiant étranger dans The Professor ne bloque pas son fonctionnement de signe : le signe étranger produit du sens en articulant signifiant, signifié, cotexte et travail du lecteur. Ainsi, la fonction des mots étrangers dans ce roman ne se limite pas à ce que nous avons appelé l’effet de réel étranger, c’est-à-dire la capacité musicale du signifiant étranger à pointer vers le réel étranger. Au contraire, l’altérité du signifié ou de sa mise à distance offre un surcroît de pertinence à l’étrangéité du signifiant. Certes, la saillance du mot étranger requiert un effort de compréhension supplémentaire de la part du lecteur, mais celui-ci se voit potentiellement récompensé par le plaisir du texte étranger, de l’altérité. Si l’ambivalence persiste entre neutralisation du signifiant étranger et harmonisation avec le signifié étranger lorsque seule la traduction en anglais de potentiels mots étrangers reste visible, la fréquente présence physique de signifiants étrangers permet à l’altérité de s’épanouir sans obstacle rédhibitoire à la compréhension. En effet, le signifié du mot étranger est majoritairement rendu accessible par des stratégies impliquant une cohérence entre ces emprunts d’une part, et d’autre part leur cotexte et/ou leur traduction.

I will learn what she has of English in her besides the name of Frances Evans (Professor, 788)

‘There, monsieur.’

‘Why do you always call me Monsieur”? Say “William”.’

I cannot pronounce your W; besides, Monsieur belongs to you; I like it best.’ (Professor, 903)

52Ce mariage harmonieux entre mots anglais et mots étrangers – à l’instar des époux de The Professor qui investissent chacun le nom de l’autre de traits de sa propre langue –, souligne à quel point traduction et écriture se rejoignent : écrire, c’est aussi tenter de traduire des sentiments, comme en atteste cette peinture de l’émotion sur le visage de Shirley.

She checked herself–words seemed crowding to her tongue, she would not give them utterance; but her look spoke much at the moment: what, Yorke tried to read, but could not–the language was there–visible, but untranslatable–a poem–a fervid lyric in an unknown tongue. It was not a plain story, however–no simple gush of feeling–no ordinary love-confession–that was obvious; it was something other, deeper, more intricate than he guessed at. (Shirley, 377)

53Or le cœur de Frances parle français, mais aspire à l’Angleterre.

French … was the language of her own heart (Professor, 871-2)

England was still her Promised Land (Professor, 903)

54L’anglais constituerait pour elle une Terre Promise de la langue, par la promesse d’offrir un cadre clair à sa pensée.

Accustomed by this time to the calculated abruptness of my manner, it no longer discomposed or surprised her, and she answered with only so much of hesitation as was rendered inevitable by the difficulty she experienced in improvising the translation of her thoughts from French to English.

England is something unique, as I have heard and read; my idea of it is vague, and I want to go there to render my idea clear, definite.’ (Professor, 797)

55Quant à son époux le narrateur, cette jeune-fille qu’il étudie avec persévérance ne constitue-t-elle pas une source d’inspiration, telle une muse ? Le texte du roman The Professor incarne ainsi le mariage victorieux, harmonieux, entre le démon français et la sobriété anglaise.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, Roland. « L’effet de réel ». Communications 11 (1968) : 84-89. (Consulté le 15.08.13). <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1968_num_11_1_1158>

Béghain, Véronique. « How do you translate French into French? Charlotte Brontë’s Villette as a borderline case in Translatability ». Interculturality & Translation 2. Eds Julio-César Santoyo and María-José Álvarez-Maurín. U. de Leόn (2006) : 41-62.

Béghain, Véronique. « ‘To retain the slight veil of the original tongue’ : traduction et esthétique du voile dans Villette de Charlotte Brontë ». Dir. Jean-Pierre Richard. Cahiers Charles V 44 (La traduction littéraire ou la remise en jeu du sens). (2008) : 125-142.

Brontë, Charlotte. Jane Eyre (1847). New York : Norton Critical, 2001.

Brontë, Charlotte. Shirley and The Professor (1849, 1857). New York: Everyman’s Library, 2008.

Brontë, Charlotte. Villette (1853). Oxford : OUP, Oxford World’s Classics, 2008.

Cohen, William A. « Material Interiority in Charlotte Brontë’s The Professor ». Nineteenth-Century Literature 57 (April 2003) : 443-476.

Duthie, Enid L. The Foreign Vision of Charlotte Brontë. London : Macmillan, 1975.

Eells, Emily. « The French aire in Jane Eyre ». Infra.

Eells, Emily. « Charlotte Brontë en français dans le texte ». Eds Claire Bazin et Marie-Claude Perrin-Chenour. “A Literature of their Own” : les stratégies d’écriture des femmes-écrivains anglaises et américaines au 19e siècle. U. de Paris X (2003) : 69-88.

Federico, Annette R. « The Other Case: Gender and Narration in Charlotte Brontë’s The Professor ». Ed. Patricia Ingham. The Brontës. Oxford : OUP, Oxford World’s Classics, 2003. 184-202.

Glen, Heather. Charlotte Brontë: The Imagination in History. Oxford : OUP, 2004.

Longmuir, Anne. « ‘Reader, perhaps You were Never in Belgium?’: Negotiating British Identity in Charlotte Brontë’s The Professor and Villette ». Nineteenth-Century Literature 64 (February 2009) : 163-188.

Simpson, John. Oxford English Dictionary [en ligne]. OUP. (dernière mise à jour : juin 2012). <http://www.oed.com/>

Haut de page

Notes

1 Sont ici employés dans leur acception large les termes : signifiant/signifié (les faces linguistiques respectivement physiques et mentales du signe), de même que sens, pris comme équivalent de signification.

2 Formule inspirée de Barthes (1968), développée en fin de notre première partie.

3 The Professor emprunte à d’autres langues, dont le flamand et l’allemand, qui occuperont dans cette étude une place marginale, comme dans la diégèse et la langue du roman.

4 Terme inspiré de l'alternative traductologique entre domesticating-domestication (la traduction obtenue – le texte cible – présente toutes les caractéristiques de la langue et de la culture domestiques, en dépit de son origine étrangère) et foreignizing-étrangéisation (mise en avant dans le texte cible de l'origine étrangère du texte source).

5 Les (sous-)catégories proposées dans cette partie ne sont ni parfaitement étanches, ni exclusives.

6 Charlotte Brontë n'opère pas toujours une distinction nette entre ce qu’elle considère comme typiquement belge et typiquement français.

7 Ponctuations d'origine dans les citations, y compris ce point d'interrogation.

8 Le régionalisme constitue l’autre de soi de l’anglais : « ‘Hypocrite and twaddler! Smooth-faced, snivelling greasehorn!’ (this last term is, I believe, purely –shire, and alludes to the horn of black, rancid whale-oil, usually to be seen suspended to cart-wheels, and employed for greasing the same) » (Professor 695).

9 Italiques d'origine.

10 Italiques de out d'origine.

11 Emily Eells (infra) analyse les relations français-anglais dans Jane Eyre en parallèle aux relations entre passion et raison.

12 Duthie (1975) remarque l'habileté de la manière dont Charlotte Brontë introduit les mots étrangers.

13 Voir note 4.

14 Béghain (2006, 2008), interprète le français dans Villette comme un écran (elle y analyse l'esthétique du voile en rapport avec la langue étrangère), tout en soulignant que le roman accueille l'altérité (otherness).

15 Les caractères italiques de la deuxième occurrence du mot « professor » signalent qu'il est cité en français belge par Mr Brown, alors que la première occurrence est en anglais. Soulignons l'emploi très répandu de mots français concernant l'enseignement dans The Professor : cette activité constitue un trait distinctif du personnage éponyme, et l'étranger en est typiquement le lieu d'exercice pour lui.

16 Cela relève du problème plus large de la fiabilité du narrateur. Cette dépendance du lecteur rappelle la vulnérabilité de l'élève devant son professeur (question développée ici en troisième partie).

17 L’Oxford English Dictionary signale « nonpareil » comme utilisé depuis 1450. La sensation d'étrangéité éprouvée par un locuteur anglophone au contact de mots empruntés s'avère difficile à évaluer rétrospectivement. À défaut ont été ici retenus des mots ressentis encore aujourd'hui comme étrangers par des locuteurs de naissance.

18 L'empreinte du français sur la prose anglaise de Charlotte Brontë (notamment la syntaxe ou le degré d'abstraction) vient complexifier cette ambivalence : elle est étudiée sous le terme de « Frenchification » du style par Béghain (2006).

19 Italiques d'origine.

20 Longmuir (2009) établit un parallèle entre le plurilinguisme chez Charlotte Brontë et l'histoire des pays européens francophones et anglophones. Ici, ce parallélisme sera effectué avec la sphère privée, notamment conjugale.

21 S'agit-il d'une allusion à la fable de La Fontaine « Le Chat et le Renard » (Livre IX – Fable 14), qui, portant sur les « expédients » de l'un et de l'autre, soulignerait la rouerie et la duplicité de Mlle Reuter ?

22 Ironie dramatique : la fin de la devise « Tel qui s’en rit aujourd’hui s’honorera de la porter demain  » préfigure le sort de M. Pelet.

23 Le texte global véhicule une attitude plus nuancée que celle de M. Pelet : des stéréotypes se voient parfois explicitement condamnés, notamment par Frances Henri (Professor 894).

24 Les italiques de « tête-à-tête », « coûte que coûte », « à propos », « au courant » sont d'origine.

25 Défigement : modification d'une formule figée entraînant la disparition de son figement.

26 En dépit de sa timidité et de son pessimisme du début, Crimsworth aussi rêve de « congeniality, repose, union » (Professor 694).

27 Titre donné à un extrait de Bossuet (Shirley, 494) débutant ainsi : « Voyez ce Cheval ardent et impétueux » (Shirley, 496).

28 Voir Cohen (2003), Frederico (2003), Glen (2004), sur la question des rapports de force dans The Professor. Parallèlement, Eells (infra, 2003) analyse le français comme un moyen d'accéder au pouvoir dans Jane Eyre.

29 Il s'agit d'une lecture délibérément optimiste d'un passage extrêmement riche, afin d'en souligner l'aspect ludique, en contrepoint à une interprétation de sado-masochisme pervers.

30 Italiques d'origine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Collins, « Le plurilinguisme dans The Professor de Charlotte Brontë : entre fascination et neutralisation de l’altérité », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 78 Automne | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://cve.revues.org/818 ; DOI : 10.4000/cve.818

Haut de page

Auteur

Hélène Collins

Hélène Collins est professeure agrégée d'anglais, ATER et doctorante à l'université de Nice Sophia-Antipolis (LIRCES, BCL). Elle concentre sa recherche sur l'étude de la traduction et la stylistique, notamment sur la traduction des hypallages et sur la prose de Charlotte Brontë. Son article « La relative transparence de l'hypallage : l'hypallage est-elle un trope ? » a été publié dans le numéro 5 d'Études de Stylistique Anglaise.

Hélène Collins is a certified English teacher (agrégation in English). She is a teaching assistant (ATER) at the University Nice Sophia-Antipolis (LIRCES, BCL). Her doctoral research deals with translation and stylistics, focusing among others on the translation of hypallages and on Charlotte Brontë’s prose. Her article ‘La relative transparence de l'hypallage : l'hypallage est-elle un trope ?’ was published in Études de Stylistique Anglaise (number 5).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org