Navigation – Plan du site
Comptes rendus

J.-B. Bullen, Rossetti, Painter and Poet

Fanny Gillet
Référence(s) :

J.-B. Bullen, Rossetti, Painter and Poet, London, Frances Lincoln, 2011. 270 p. ISBN : 978-0-7112-3225-9

Texte intégral

1À feuilleter la biographie de Dante Gabriel Rossetti que le Professeur J.-B. Bullen publie en 2011, l’on est frappé par la qualité, l’abondance et la diversité remarquables de l’image, avec par exemple les magnifiques reproductions pleine page à l’ouverture de chacun des chapitres (couleurs éclatantes de l’aquarelle The First Anniversary of the Death of Beatrice [71] ; finesse des nuances de gris dans le portrait à la craie de Jane Morris [167]) mais également par le parti qui est pris de considérer l’artiste victorien pour son œuvre poétique autant que visuelle. Le sous-titre « poet and painter », d’abord, reprend celui de la biographie signée en 1999 par Jan Marsh (et dont l’auteur salue les travaux dès les remerciements) puis, dans le cœur de l’ouvrage, les poèmes (ou extraits) sont disposés dans le texte critique de la même façon que les reproductions d’œuvres visuelles : en caractères plus larges que le commentaire, ils s’en détachent, et par ce choix très judicieux de mise en page, cet effet de cadrage du vers, l’auteur invite à entrer dans l’écriture rossettienne comme on plonge dans ses huiles, esquisses ou aquarelles. À l’heure où se sont développées les études intersémiotiques, considérer l’artiste victorien, héritier de William Blake, comme « peintre, dessinateur, écrivain et traducteur » pour reprendre les mots d’introduction de l’indispensable Rossetti Archive de Jerome McGann, n’en reste pas moins une gageure que J.-B. Bullen va s’attacher à relever tout au long de l’ouvrage.

2Plus qu’un défi, il en fait une nécessité absolue, vivement affirmée dès l’introduction : « Rarely are the two impulses treated as coming from the same source, and so often the connection between them is ignored. Yet the springs of both can be found in Rossetti’s struggle and fascination with libidinal forces » (9). L’originalité de Rossetti tient ainsi pour l’auteur en cette source commune à une œuvre picturale et poétique riche, et que l’on pourrait paraphraser en la création d’un « ars erotica ». Cette expression a d’ailleurs été utilisée par Bullen lui-même dans The Pre-Rapahelite Body (1998) : « At certain crucial historical moments, works of visual art have appeared to undermine or to offer a challenge to the existing patterns of control, and to develop what Foucault called an ars erotica which worked against the orthodoxies of the contemporary scientia sexualis » (3). L’on voit bien comment la biographie de Rossetti poursuit la quête de cette réinscription de la chair dans la peinture contraire aux « orthodoxies » victoriennes, au fil d’une vie artistique et sentimentale jugée scandaleuse à l’époque.

3En effet, la deuxième caractéristique marquante de cet ouvrage est de tisser de manière très serrée le rapport entre la vie et l’art de Rossetti, « ... tracing the development of Rossetti’s painting and poetry in the context of the drama of his life » (9). La vie romanesque de ce dernier, son rapport aux femmes—modèles et amantes—offre à Bullen un terrain fertile à cette analyse croisée. Il prend d’ailleurs visiblement plaisir à jouer des codes littéraires pour nous faire le roman de sa vie. Prenons la relation de Rossetti à celle dont la présence hante l’ouvrage comme elle hanta l’artiste, Elizabeth Siddal, jeune beauté devenue égérie préraphaélite. Elle arrive tel un personnage de théâtre au chapitre 4 : « Enter Elizabeth Siddal as Beatrice » (46). S’ensuivent des effets de focalisation, comme lorsque Rossetti, fasciné par la beauté charnelle de modèles comme Fanny Cornforth, s’éloigne d’elle : « Try as he might … Rossetti could not make Lizzie physically exciting » (139). C’est toujours avec beaucoup de fluidité que la vie très romanesque de Rossetti est articulée avec les analyses, et le lecteur s’y laisse très tôt entraîner.

4« Anatomie du désir » (expression tirée de la conclusion [161]), cet ouvrage assume d’un bout à l’autre la veine critique choisie : lire l’art et la vie de Rossetti en une cohérence absolue comme quête de sensualité. Rien d’étonnant alors dans le recours à la psychologie (influence du père Gabriele, à la fois dans la constitution d’un « clan » fermé nuisible à la vie sociale de ses enfants mais aussi inspirateur de l’amour de l’artiste pour Dante et de son goût pour le symbolisme, références à la vie amoureuse et sexuelle de Rossetti pour expliquer les symboles des tableaux, etc.) ; elle est partie intégrante de cette connexité vie/œuvre et l’auteur s’applique à piquer la curiosité du lecteur, qui, au sortir de l’étude de The Blessed Damozel, tableau/poème dans lequel Rossetti sublime la dichotomie entre la chair et l’esprit, (« sanctification of sexuality » pour le dire comme J.-B. Bullen) se voit poser la question : « Yet what did Rossetti actually know about women ? » (25).

5J.-B. Bullen réussit à nous narrer Rossetti peintre et poète, mais aussi précurseur en matière d’art décoratif, amoureux des femmes, de la féminité jusqu’à l’obsession, luttant contre les académismes et pruderies victoriennes, dépendant des mécènes. Il en fait le créateur d’un univers psycho-érotique, provocateur et influent, en un mot moderne, à nos yeux. Peut-on alors penser qu’une lecture biographique, qui servit si souvent par le passé à réduire l’œuvre de Rossetti jusqu’à la caricature, comme le fit Buchanan dans sa célèbre attaque de 1871 intitulée « The Fleshly School of Poetry », permet désormais de rendre grâce à l’artiste victorien, sans minimiser son originalité et son influence dans l’art britannique ? En 2003, en effet, Julian Treuherz jugeait encore bon de nous mettre en garde dans le catalogue de l’exposition consacrée à Rossetti à Liverpool et Amsterdam :

the understanding of his work has been clouded by overdependence on biographical interpretation, often depicted in exaggerated terms. Whilst the events of his life cannot be ignored when considering his art, it is important to look at and read his pictures more closely. They are far more rewarding, richer and more complex than they would if they were simply the expression of his personal liaisons. (12)

6Peut-être cette mise en garde nous alerte-t-elle quelque peu sur le danger de l’entreprise de Bullen. L’analyse psycho-érotique de l’œuvre de Rossetti pourrait parfois sembler en systématiser l’esthétique complexe. Pour certaines œuvres, l’axe d’analyse est tout à fait éclairant : l’étude de la construction de l’espace pictural tout en tension de l’aquarelle Arthur’s Tomb saisit très justement l’ambivalence de la légende arthurienne à l’âge victorien : « it exploits and intensifies those very elements of the legend that were anathema to the Victorians ; lust and adultery » (86). A contrario, si l’on considère en miroir un autre exemple d’espace claustrophobique, A Parable of Love, on peut regretter que l’analyse de l’espace s’en tienne à une dichotomie entre activité masculine et passivité féminine, et ce d’autant plus que J.-B. Bullen choisit de reproduire un détail magnifique sur la page : la multiplication des visages dans le miroir (49). Alors qu’il note l’étrangeté de cet espace : « a strange cluster of five portraits from different viewpoints », rappelant ainsi « Venus Surrounded by Mirrors, reflecting her in different views » (figure 119 [158]), il n’exploite pas totalement l’originalité de la perspective, l’esthétique des « espaces ambigus » que Jerome McGann détaille avec force dans l’ouvrage Dante Gabriel Rossetti and the Game That Must Be Lost, (2000 [110]), notamment dans le chapitre qui reprend le titre de ce petit dessin à l’encre de 1863.

7À l’évidence, aucune étude ne peut, à parts égales et de manière exhaustive, traiter tout autant des aspects les plus techniques, historiques, esthétiques, etc. d’une œuvre aussi abondante que celle de Rossetti, touche à tout de génie. La cohérence de l’étude biographique de Bullen tend peut-être parfois trop à nous faire croire que l’on saisit l’essence de l’artiste. Mais la tentation est grande de se laisser convaincre par le brio, et l’humour parfois, de ce volume, qui fait la part belle à l’œuvre, avec des documents précieux pour qui est sensible au lien puissant entre scriptible et visible chez Rossetti, comme l’épreuve préparatoire à la gravure de Saint Cecilia pour le Moxon Tennyson, encadrée des instructions aux graveurs de la main même de l’artiste (101).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Gillet, « J.-B. Bullen, Rossetti, Painter and Poet », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 78 Automne | 2013, mis en ligne le 16 mai 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/999

Haut de page

Auteur

Fanny Gillet

Université de Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org