Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Elisabeth Jay, British Writers in Paris 1830-1875

Oxford: Oxford University Press, 2016, 325 p. ISBN: 9780199655243
Nathalie Vanfasse
Référence(s) :

Elisabeth Jay. British Writers in Paris 1830-1875. Oxford: Oxford University Press, 2016, 325 p. ISBN: 9780199655243

Entrées d’index

Keywords :

british writers, Paris
Haut de page

Texte intégral

1Cette monographie d’Elisabeth Jay fait découvrir au lecteur tout un univers méconnu : celui des écrivains britanniques à Paris entre les années 1830 et 1875, une période charnière dans l’histoire de la capitale, du fait des transformations à la fois économiques, politiques et topographiques qui la caractérisent – et que le livre retrace en détail. L’originalité de cet ouvrage est qu’il s’intéresse, bien sûr, aux grands auteurs dont les visites à Paris ont déjà été explorées par la critique – à ceci près que les informations livrées ici sur ces auteurs, et notamment sur Dickens ou sur Thackeray, sont tout à fait inédites –, mais qu’il fournit aussi des données édifiantes sur les séjours et les activités parisiennes d’écrivains moins connus aujourd’hui, mais populaires à leur époque. Il révèle de surcroît tout un monde encore peu étudié : celui des journalistes britanniques qui travaillaient à Paris pendant ces années-là. L’approche adoptée est également nouvelle en ce qu’elle s’attache à montrer les interactions entre l’histoire et la géographie de la ville, et leurs représentations imaginaires, parmi lesquelles figure la littérature.

2Ce livre se distingue à la fois des écrits portant sur la construction de la britannicité par le biais de comparaisons avec l’altérité française ; et des approches historiques de la question, qui se servent de la littérature, mais sans tenir compte de sa littérarité. Au contraire, British Writers in Paris insiste non sur la britannicité mais sur l’expérience même qu’ont les écrivains britanniques de la capitale, et il met en lumière les formes littéraires et artistiques auxquelles cette expérience donne naissance. La monographie d’Elisabeth Jay montre que cette perception de la capitale dépendait de la connaissance qu’avaient ces écrivains de la langue française, mais aussi des conditions dans lesquelles ils vivaient à Paris, de leur sexe, ou encore des cercles que leur statut social leur permettait de fréquenter. Le livre retrace les réactions de ces écrivains aux bouleversements politiques et physiques que connaît Paris durant la période étudiée, période qu’Elisabeth Jay prend soin de résumer en détail pour ses lecteurs dans les premiers chapitres et dont elle examine l’image perçue par les Britanniques.

3L’étude englobe tout un éventail de genres littéraires allant de la fiction au journalisme en passant par l’écriture de voyage, le théâtre, la poésie, l’essai, les journaux intimes, la biographie et l’autobiographie. Le lecteur se régalera à découvrir les sensations et l’expérience physique ressentie par les écrivains britanniques quand ils arrivaient à Paris. Cette lecture somatique de la ville de Paris livre les impressions et émotions de ces écrivains face à des spectacles aussi divers que Paris en fête ; les collections du Louvre ; les théâtres et expositions universelles ; ou encore les exécutions capitales ou les corps exposés à la morgue. À ce chapitre sur le Paris des sensations vient s’ajouter une section sur les réseaux sociaux auxquels participaient les écrivains britanniques durant leur séjour dans la capitale. Elisabeth Jay s’intéresse à la fois aux formes de socialisation propres à ce groupe et aux interactions des Britanniques avec les Parisiens. Elle examine en particulier le rôle joué par l’ambassade britannique mais aussi celui des salons, en particulier pour des écrivaines comme Elizabeth Gaskell, Margaret Oliphant, Elizabeth Barrett Browning, Frances Trollope ou George Eliot. La réputation quelque peu sulfureuse de ces salons et de leurs salonnières provoquait un mélange de fascination et de répulsion chez les écrivains britanniques qui les fréquentaient.

4La deuxième partie de cette monographie porte plus spécifiquement sur les journalistes britanniques ayant séjourné à Paris durant la période étudiée. Ces journalistes anglais étaient des correspondants à Paris pour des journaux londoniens, ou bien travaillaient pour des périodiques anglophones publiés à Paris. Pour trouver des informations sur ces écrivains, Elisabeth Jay a puisé à la fois dans les articles qu’ils publièrent et dans leurs mémoires, biographies, autobiographies ou leur correspondance qui donnent un aperçu très vivant de leurs conditions de vie et de travail. Ces chapitres s’avèrent d’autant plus instructifs que le journalisme et la profession de journaliste connurent durant cette période des évolutions significatives – Paris étant particulièrement concernée par ces changements rapides. Il suffit, pour s’en convaincre, de consulter un autre ouvrage critique qui aborde ces questions du point de vue français, à savoir 1836, l’An I de l’ère médiatique : analyse littéraire et historique de la presse de Girardin de Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant ; ou bien de relire Bel Ami de Maupassant qui reflète le microcosme de la presse parisienne dans les années 1880. Elisabeth Jay, pour sa part, dépeint les conditions de travail des journalistes britanniques à Paris, par exemple la façon dont ils faisaient parvenir leurs informations en Grande-Bretagne. Elle s’intéresse aussi à l’identité de ces journalistes, hommes et femmes, Anglais mais aussi Irlandais ; issus de milieux sociaux différents mais animés, au moins pendant leur séjour à Paris, d’un esprit de camaraderie transcendant les barrières de classe. La monographie évoque cependant aussi l’esprit de rivalité croissant qui régnait au sein de la presse parisienne. Les années parisiennes de Thackeray servent de fil conducteur à cette partie sur le journalisme. Le chapitre qui lui est plus spécifiquement consacré est illustré d’anecdotes et de gravures savoureuses qui renforcent l’idée de l’influence cruciale de cette période sur la suite de sa carrière et sur sa vision du monde. Thackeray sert aussi de transition habile vers la dernière partie du livre consacrée aux représentations proprement littéraires de Paris, et à sa mise en fiction.

5Cette troisième partie insiste sur les liens et les passerelles entre le journalisme, l’écriture de voyage, les guides de voyage et la littérature. British Writers and Paris entre ici en résonance avec l’ouvrage de Marie-Eve Thérenty La littérature au quotidien : poétiques journalistiques au xixe siècle, qui fait des constats similaires sur les relations entre la presse – dans toute sa diversité au dix-neuvième siècle – et la littérature de cette époque. Cette partie de la monographie s’intéresse également à l’emploi que faisaient les écrivains britanniques à Paris de mots français dans leur fiction. Elle montre aussi qu’ils faisaient appel, dans leurs représentations de Paris, à un certain nombre de stratégies d’écriture dérivées par exemple du roman Corinne de Madame de Staël ou des Mémoires de Vidocq, le célèbre bagnard-policier. La monographie explore enfin l’arrière-plan culturel qui informait la perception qu’avaient ces écrivains de Paris, ainsi que les idées préconçues et les stéréotypes dont ils ne pouvaient parfois se défaire.

6La monographie d’Elisabeth Jay fait donc revivre le Paris de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle avec ses révolutions, ses chantiers haussmanniens et ses fastes du Second Empire, à travers une perspective inédite, celle du regard et des expériences d’une multitude d’écrivains britanniques, ce qui permet de découvrir un univers riche, complexe et tout à fait passionnant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Vanfasse, « Elisabeth Jay, British Writers in Paris 1830-1875 », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 84 Automne | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cve.revues.org/3068

Haut de page

Auteur

Nathalie Vanfasse

LERMA, Université d’Aix Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org